ARTISTE:

THE TANGENT

(SUÈDE)
TITRE:

A SPARK IN THE AETHER– THE MUSIC THAT DIED ALONE VOLUME TWO

(2015)
LABEL:

INSIDEOUT MUSIC

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
70's, Jazzy, Psychédélique
"Malgré un chant plus que moyen, ce nouvel album de The Tangent délivre une nouvelle fois une musique pleine d'inventivité et de rebondissements, servie par des musiciens exceptionnels."
TONYB (15.04.2015)  
4/5
(3) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Comme à chaque nouvelle publication de The Tangent, cette introduction va rapidement évoquer le line-up présidant au 8ème album du groupe mené par Andy Tillison. Afin de ne pas plagier les chroniques des précédentes galettes, nous ferons court : un fidèle (Theo Travis), deux confirmations (Jonas Reingold et Luke Machin) et un petit nouveau (Morgan Agren derrière les fûts, un évadé de Kaipa – de nouveau la filière suédoise) épaulent le maître des claviers dans ce qui constitue un "retour aux sources avec un quintet rock" … en attendant probablement une nouvelle justification à une nouvelle brochette de musiciens pour le prochain album !

Ceci étant dit, revenons à nos moutons et plus particulièrement à la musique proposée sur ce qui se présente comme la suite du 1er album du groupe : paru il y a 12 ans, "The Music That Died Alone" offrait alors un état des lieux et perspectives pour le rock progressif. Plus d'une décennie plus tard, cette deuxième partie titrée "A Spark in the Aether" revient établir un bilan et proposer une projection dans l'avenir pour notre style de musique préféré.
Mais ce n'est pas le seul thème développé sur cette galette, la masterpiece en étant l'évocation d'un voyage au travers des Etats-Unis, de New-York à San Francisco, intitulée 'The Celluloid Road', la dernière partie du trajet étant à nouveau évoquée sous la forme d'un improbable Radio-Edit en clôture de cette grosse heure de musique.

Une première écoute distraite de cette nouvelle production tillisonienne va s'avérer trompeuse, mettant en évidence un chant pas toujours très soigné (pour rester poli), et notamment dans 'Codpieces and Capes' où les imprécisions rythmiques vont de paire avec un manque de justesse criard sur les fins de phrases. On sait le claviériste peu doué pour l'exercice, mais cette fois-ci le manque de finition est flagrant. Une fois passée ce constat, force est de reconnaître une nouvelle fois la qualité hors-pair de la musique de The Tangent qui, sous un aspect relativement plus abordable que leur œuvre précédente, 'Le Sacre du travail', révèle au fil des écoutes une richesse et une complexité incroyables, au risque parfois de dérouter l'auditeur ('Codpieces and Capes' là encore).

Mais, celui qui suivra attentivement le fil conducteur des différents morceaux sera séduit par les rythmiques impaires, les nombreux passages Canterbury portés par la flûte et l'orgue Hammond omniprésents, pouvant être coupés sans vergogne par un solo de guitare monstrueux ('Clearing the Attic'), ou encore cette road-fresque américaine de 20 minutes traversant les Etats-Unis de part en part ('Celluloid Road'), se terminant par une sarabande infernale à l'ambiance funky-cuivro ultra-dynamique, avec des sonorités qui rappelleront la musique d'Eric Serra accompagnant les héros du film lors de leur arrivée à New-York dans 'Le Grand Bleu', le tout soutenu par un tricotage acrobatique basse/guitare tout bonnement exceptionnel.
Ce qui est également exceptionnel, c'est le talent des musiciens du quintet, avec une mention plus que spéciale pour Jonas Reingold dont les lignes de basse méritent à elles seules une écoute attentive ciblée sur ce seul instrument. Les autres ne sont bien sûr pas en reste, restituant avec brio une musique complexe tout en la laissant relativement accessible à tous.
Enfin, comme une petite cerise sur le gâteau, et après avoir dédié un titre à Rick Wright sur un précédent album, le groupe nous délivre un ahurissant 'Aftereugene', hommage appuyé à Pink Floyd avec une réinterprétation de "Careful with that Axe Eugene", le saxophone de Theo Travis jouant au final le rôle des hurlements initialement délivrés par Roger Waters !

Pour conclure, et une fois n'est pas coutume, j'avouerai sans problème que les premières écoutes de ce nouvel album ne m'ont pas pleinement convaincu, le chant très présent (et très moyen) dans les premiers titres n'étant sans doute pas étranger à cette première impression très mitigée. Néanmoins, comment ne pas se laisser une nouvelle fois séduire par une musique pleine de trouvailles et de rebondissements, servie par des musiciens de tout premier plan ?


Plus d'information sur http://www.thetangent.org/



GROUPES PROCHES:
BEARDFISH, 3RD WORLD ELECTRIC, THE FLOWER KINGS, THE ANABASIS, KOTEBEL, CICCADA, PARALLEL OR 90 DEGREES, SONIQ CIRCUS, PANDORA

LISTE DES PISTES:
01. A Spark in the Aether
02. Codpieces and Capes
03. Clearing the Attic
04. Aftereugene
05. Celluloid Road
06. A Spark in the Aether (Part 2)
07. San Francisco Radio Edit

FORMATION:
Andy Tillison: Chant / Claviers
Jonas Reingold: Basse
Luke Machin: Guitares
Morgan Agren: Batterie
Theo Travis: Saxophone, Flute
   
(3) AVIS DES LECTEURS    
HJB
21/04/2015
26
  0 0  
2/5
A l'écoute de cet album je reste très mitigé et malgré tout déçu. Comme cité précédemment le niveau du chant est vraiment pénalisant pour la bonne cohésion de l'ensemble et pourtant musicalement il y a tellement de belles choses à entendre !. Je ne peux vraiment pas donné la moyenne, dommage.
CORTO1809
17/04/2015
  0 0  
2/5
Pour moi, la faiblesse du chant est rédhibitoire et gâche tout le plaisir que j'aurais pu prendre avec la musique. Deux par respect pour les musiciens et leur qualité de jeu mais zéro pour le plaisir pris à écouter cet album. A oublier bien vite !
PETE_T
15/04/2015
  0 0  
3/5
Si je rejoins mon collègue pour la qualité sans faille du propos musical et, il faut le dire, un renouvellement qui permet de ne pas lasser, la voix grève largement le tout et calme les ardeurs ascendantes à chaque prise de micro. Bien dommage :(

4 pour la musique, 2 pour la voix = 3 pour l'ensemble.

Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
Haut de page
LECTEURS:
2/5 (1 avis)
STAFF:
3/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
THE TANGENT: Les détails sur 'Auto Reconnaissance'
DERNIERE INTERVIEW
THE TANGENT (7 MARS 2008)
C’est en toute urgence que Music Waves a dépêché Ping Ping qui s’est fait le porte-parole de vos questions à la tête pensante de The Tangent Andy Tillison.
 
AUTRES CHRONIQUES
PROGRESSION BY FAILURE: Sonic Travelogue (2015)
ROCK PROGRESSIF - "Sonic Travelogue" s'impose comme un album de rock électronique d'une grande variété, accessible aussi bien au grand public qu'à un auditoire plus exigeant.
H.E.A.T.: Freedom Rock (2010)
A.O.R. - Si "Freedom Rock" ne diffère de son prédécesseur qu'en de rares occasions, il n'en vient pas moins confirmer le talent d'une formation à laquelle il ne reste plus qu'à affirmer un peu plus de personnalité.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
L'album n'est peut être pas sorti ou l'ID spotify n'a pas encore été renseigné ou il n'y a pas d'ID spotify disponible
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT THE TANGENT
THE-TANGENT_Auto-Reconnaissance
Auto Reconnaissance (2020)
4/5
3.8/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
THE-TANGENT_proxy
Proxy (2018)
3/5
5/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
THE-TANGENT_THE-SLOW-RUST-OF-FORGOTTEN-MACHINERY
The Slow Rust Of Forgotten Machinery (2017)
4/5
4/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
THE-TANGENT_Le-Sacre-du-Travail
Le Sacre du Travail (2013)
5/5
3.7/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
THE-TANGENT_Comm
Comm (2011)
4/5
3.5/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020