ARTISTE:

LEPROUS

(NORVÈGE)
TITRE:

THE CONGREGATION

(2015)
LABEL:

INSIDEOUT MUSIC

GENRE:

METAL PROGRESSIF

TAGS:
Mélancolique
"Leprous s’inscrit dans la lignée de "Coal" avec un "The Congregation" qui détournera encore un peu plus l’attention des amateurs des premiers albums des norvégiens."
NUNO777 (11.05.2015)  
3/5
(0) Avis des lecteurs (1) commentaire(s)

Après un "Coal" cryptique aux atmosphères sombres et poisseuses, Leprous semble conserver la même noirceur si on en juge par la pochette de "The Congregation", bien loin des couleurs vives et florales qui accompagnaient l'iconographie des norvégiens. En interne, la stabilité du groupe est bouleversée avec, pour la première fois, un changement au niveau de la précieuse section rythmique du combo. Dans la composition aussi, la cohésion n'est plus la même car, cette fois-ci, l'accouchement de cette créature musicale monstrueuse est issue d’une démarche solipsiste d’Einar Solberg qui s'est appuyé sur la haute technologie informatique.

"The Congregation" déverse un contenu dense duquel a du mal à émerger la dose de folle excentricité que le groupe avait si génialement l'habitude de proposer dans ses premiers albums en jouant sur les styles et les reliefs. Les modèles présents ont plus à voir avec ceux de "Coal", à savoir une mise en perspective par contrastes, pas toujours en fluidité, d’une matière musicale terne et de parties vocales très mélodiques. Le bâti des morceaux est pris en charge par une débauche rythmique, dans des modalités épileptiques et syncopées ('The Price' ou 'Third Law') qui tranchent relativement avec les métriques lentes de "Coal", et par une utilisation débridée des synthétiseurs laissant aux guitares, souvent jouées en tremolo picking, les seconds rôles.

"The Congregation" est impressionnant aussi bien dans les riches harmonies et mélodies que dans les intentions d'une grande justesse, qu'elles soient dramatiques et plaintives ('Third Law'), possédées ('Rewind'), mélancoliques ('Moon' et 'Slave') ou colériques ('Rewind' et la fin de 'Slave'). Dans son approche solitaire, le chanteur porte une grande partie de sa créativité sur ses propres performances et insiste moins sur l'inattendue variété progressive qui constituait l'attrait pour la musique de Leprous. Les morceaux tendent globalement vers les formats chansons péniblement étirés par des parties instrumentales prévisibles sous forme de pont souvent dynamiques mais construits sur le même standard, dont les développements sont rarement évolutifs.

C'est principalement dans les textures de claviers et les effets électroniques que le compositeur puise son matériau musical, offrant du même coup l'enrobage idéal pour mettre en avant ses vocalises. Les guitares 7 et 8 cordes ainsi que les bruitages presque indus amplifient l'impression malsaine qui entoure certains titres comme 'Red' et le sommet de l'album 'The Flood' et brouillent la frontière entre l'inertie de la machine et la palpitation du vivant. Quand on sait, de l'aveu même de Einar, que c'est le trip hop de Massive Attack qui l'a inspiré pendant ses séances nocturnes d'écriture on comprend mieux l'origine des motifs répétitifs autour desquels s'articulent nombre de titres de "The Congregation". A de rares occasions, Einar s'échappe de ce carcan pour aller vers des arrangements plus symphoniques ('Moon'), des percées plus lumineuses ('Down' et 'Within My Fence') ou progressives (‘Rewind’).

L’expérience "Coal" n’aura pas été qu’une simple courbe dans le parcours de Leprous mais un véritable tournant faisant table rase d’une partie de l’héritage de leurs trois premiers disques brillants de créativité. Si Einar Solberg avait l'ambition initiale d'aller droit à l'essentiel, les morceaux auraient gagné à être allégés de certains passages n'offrant rien d'original, pis, marquant l'impression d'ennui qui se dégage à de trop nombreuses occasions. En essayant de faire fi du Leprous des débuts, le constat est malgré tout réservé quant à la capacité du groupe (d'Einar) à proposer une musique exigeante qui transcende la simple virtuosité vocale sur tout un album, et l'essoufflement de la seconde partie de "The Congregation" en est la démonstration. Le groupe aurait intérêt, quelle que soit la direction empruntée à l'avenir, à renouer avec l'altérité et la diversité dans lesquelles il excellait, et probablement à retrouver une écriture collégiale.


Plus d'information sur https://www.facebook.com/leprousband/





LISTE DES PISTES:
01. The Price-05:14
02. Third Law-06:18
03. Rewind-07:07
04. The Flood-07:51
05. Triumphant-04:25
06. Within My Fence-03:16
07. Red-06:35
08. Slave-06:37
09. Moon-07:13
10. Down-06:26
11. Lower-04:39

FORMATION:
Baard Kolstad: Batterie
Einar Solberg: Chant / Claviers
Oystein Landsverk: Guitares
Tor Oddmund Suhrke: Guitares
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
PROGRACER
11/05/2015
  1
Mon ami Nuno a tout à fait résumé la situation : l'inspiration de Leprous s'épuise au fil des minutes et le vent de fraicheur qu'était le groupe jusqu'à "Bilateral" a fait long feu. Le groupe a visiblement opéré un virage définitif depuis "Coal" à mon plus grand désarroi. Sans être mauvais, "The Congregation" s'écoute, un fois.
Haut de page
LECTEURS:
4.6/5 (5 avis)
STAFF:
3/5 (4 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
LEPROUS: Les détails sur le nouvel album
DERNIER ARTICLE
HEART SOUND METAL FEST -SUCY EN BRIE - 06 AVRIL 2019
Music Waves suit le Heart Sound Metal Fest depuis ses débuts et quoi de plus naturel que nous couvrions à nouveau ce festival pour une quatrième édition plus que jamais placée sous le signe du prog...
DERNIERE INTERVIEW
LEPROUS (8 NOVEMBRE 2017)
Les Norvégiens de Leprous reviennent à Bordeaux pour la deuxième fois de l'année pour promouvoir leur nouvel album "Malina".
 
AUTRES CHRONIQUES
LES TAMBOURS DU BRONX: Corros (2015)
ROCK - "CorRos" est un double album schizophrénique où les Tambours du Bronx nous donnent à écouter deux facettes opposées : l'une novatrice et luxuriante, l'autre timorée et ennuyeuse. Optez pour "Cor"
ARENA: The Unquiet Sky (2015)
ROCK PROGRESSIF - Après le décevant "The Seventh Degrees of Separation", Arena est de retour à ses basiques, évoluant entre l'inspiration mélodique de "Contagion" et la puissance d'"Immortal?".
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT LEPROUS
LEPROUS_Aphelion
Aphelion (2021)
5/5
3.6/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
LEPROUS_Pitfalls
Pitfalls (2019)
4/5
4.5/5
INSIDEOUT MUSIC / ROCK
LEPROUS_Malina
Malina (2017)
2/5
4.7/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
LEPROUS_Coal
Coal (2013)
2/5
4.2/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
LEPROUS_Bilateral
Bilateral (2011)
4/5
4.8/5
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021