ARTISTE:

RUSH

(CANADA)
TITRE:

A FAREWELL TO KINGS

(1977)
LABEL:

MERCURY

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Acoustique, Chant aigu, Concept-album, Epique, Guitar-Hero, Old School, Planant, Technique
"Rush propose de mettre une énergie bouillonnante au service d´une formule Hard-Rock progressif dont "A Farewell To Kings" se présente comme un millésime."
ADRIANSTORK (03.03.2015)  
4/5
(0) Avis des lecteurs (0) commentaire(s)

Un an après "2122", qui avait lancé le groupe autour de son trio permanent, ​Geddy Lee ​à la voix et à la basse, Alex Lifeson à la guitare et Neil Peart à la batterie, Rush​ poursuit sur sa lancée avec "A Farewell To Kings". Est-ce que le groupe prometteur saura faire mieux que son précédent opus ou fera-t-il ses adieux à la gloire ?

De soigneux arpèges de guitare acoustique ouvrent la piste éponyme, qui rappelleront celles sinueuses de Steve Howe sur 'The Clap'. Ces derniers seront ensuite suivis d´abord en parallèle par un mince filet de synthétiseur, qui finira par confluer avec la guitare avant d'ouvrir le feu électrique. En moins de deux minutes, ​Rush ​a planté le décor et nous offre, en outre d´un aperçu de son savoir-faire, un son emblématique qui se développera au fil des albums. L´arrivée de la voix puissante de ​Geddy Lee​, pas forcément agréable pour toutes les oreilles, renforce à nouveau les similitudes avec ​Yes​, sans toutefois réduire ce dernier à un clone Hard-Rock, loin s´en faut. Les paroles révélant une volonté générale de tourner le dos à la corruption patente du monde symbolisée par une monarchie de cire  (Scheming demons dressed in kingly guise) ​afin de mieux se rassembler (​Can´t we find the minds that made us strong ?) pourraient être encore d´actualité.

L'album s´articule autour de deux grands ensembles. Le premier, 'Xanadu', qui deviendra un classique du groupe, relate la quête d´un narrateur sur les pas de la mythique cité mongole (qui donnera son nom à la propriété de Charles Foster Kane, dans le Citizen Kane​Orson Welles​) et sa déception, prisonnier de sa réussite. Le morceau passe de la quiétude, toutefois sous l'emprise de la menace sourde de sa longue introduction (plus de cinq minutes), à une éruption volcanique qui culmine lors des couplets énergiques. Pour enregistrer ce morceau compliqué, le groupe a dû redoubler d'efforts en s'armant d´instruments supplémentaires (tour à tour, ​Geddy Lee ​et ​Alex Lifeson ​s´occuperont des synthétiseurs, ​Neil Peart ​du glockenspiel).
'Cygnus X1' qui clôt l´album fait à nouveau la part belle à la science-fiction avec l´évocation d´un trou noir mortel qui aspire le protagoniste. Dans la première partie du morceau, le groupe met en avant une partition d'apparence minimaliste mais très alambiquée, notamment grâce au jeu magistral de ​Neil Peart​. On peut voir dans ces arpèges de guitare une ébauche, dans une moindre mesure de sa suite sur "Hemispheres", des expérimentations sonores de 'La Villa Strangiato'.

En complément, l'album contient des pistes qui ne cultivent guère de fleurs Hard-Rock. Si la ballade 'Closer To The Heart' entrera dans les charts anglais, on lui préfèrera la chaleur de l'étincelant 'Madrigal', rafraichissante et humoristique pause avant le trou noir.
Sorti en 1977, au moment de la folie punk qui allait prendre à la gorge le Swinging London, Rush poursuit son chemin en proposant sa formule de Hard-Rock progressif, aidé par le talent de ses trois musiciens et des textes très littéraires. Un album à écouter sous tous les hémisphères.


Plus d'information sur http://www.rush.com





LISTE DES PISTES:
01. A Farewell To Kings
02. Xanadu
03. Closer To The Heart
04. Cinderella Man
05. Madrigal
06. Cygnus X-1

FORMATION:
Alex Lifeson: Guitares / Claviers
Geddy Lee: Chant / Guitares / Basse / Claviers
Neil Peart: Batterie
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(0) COMMENTAIRE(S)    
 
 
Haut de page
LECTEURS:
4/5 (3 avis)
STAFF:
4/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
RUSH : Décès du batteur Neil Peart
DERNIER ARTICLE
W-FILES : LES PRODUCTEURS (1/4) : TERRY BROWN
Dans le cadre des W-Files dédiés aux producteurs, Ping Ping rencontre aujourd'hui LE producteur prog Terry Brown notamment connu pour avoir produit les albums de Rush, Fates Warning, Tiles, Under The Sun...
 
AUTRES CHRONIQUES
CHARLIE WINSTON: Curio City (2015)
POP - Charlie Winston nous revient avec un album très personnel et urbain dans lequel il parvient à ne pas perdre son identité. Une très belle réussite !
TODD GRIFFIN: 7 Days To The Sabbath (2015)
ROCK - Sans être d'un accès trop facile, ce nouvel opus dévoile sa magie écoute après écoute pour ne plus vous lâcher pour un voyage intemporel aux paysages variés mais toujours envoûtants.
 
ECOUTE EN STREAMING
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT RUSH
RUSH_Clockwork-Angels
Clockwork Angels (2012)
4/5
4.4/5
ROADRUNNER RECORDS / ROCK PROGRESSIF
RUSH_Time-Machine-11-Live-In-Cleveland
Time Machine 2011: Live In Cleveland (2011)
4/5
4.3/5
ROADRUNNER RECORDS / METAL PROGRESSIF
RUSH_Snakes--Arrows
Snakes & Arrows (2007)
4/5
3.3/5
ATLANTIC RECORDS / HARD ROCK
RUSH_Replay-x3
Replay x3 (2006)
5/5
4.7/5
ANTHERN / ROCK PROGRESSIF
RUSH_Feedback
Feedback (2004)
4/5
4/5
ATLANTIC RECORDS / ROCK
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022