LEE ABRAHAM

(ROYAUME UNI)

DISTANT DAYS

(2014)
LABEL:

F2

GENRE:

ROCK PROGRESSIF

TAGS:
Neo, Symphonique
"Pour son quatrième effort, Lee Abraham, bassiste-producteur qui a participé à l’aventure “Empires Never Last” avec Galahad, fait jouer son carnet d'adresses et sort un album de prog dynamique léché mais pêchant par manque d'originalité."
ABADDON (17.03.2014)  
4/5
(0) Avis (1) commentaire(s)
Y’a du beau monde ! Pour son quatrième album solo, “Distant Days”, Lee Abraham, l’excellent bassiste-producteur qui a participé à l’aventure “Empires Never Last” avec Galahad, a convié Karl Groom (Shadowland / Threshold), Dec Burke (Darwin's Radio / Frost* / Brave New Sky), Marc Atkinson (Riversea / Nine Stones Close / Mandalaband), John Young (The John Young Band / Lifesigns) et Steve Thorne.

Les fans de Galahad se retrouveront en territoire connu : “Distant Days” évolue dans un néo-progressif dynamique ; les riffs incisifs et les claviers électro du morceau d’entame ou la rythmique de ‘Misguided’ tirent même le style vers le heavy prog. Quand le ton se fait plus calme (‘Distant Days’), des touches de Cosmograf ou Lifesigns se font entendre, surtout quand John Young prend le micro, comme dans l’appréciable ‘Tomorrow Will Be Yesterday’, qui reste le morceau le plus diversifié de l’album.

Les sept pistes se parcourent très facilement, le coté mélodique restant constamment présent, soutenu par une production précise et profonde et des musiciens très à leur affaire qui utilisent tous les ingrédients classiques du néo-progressif pour maintenir l’attention : larges plages instrumentales le plus souvent confiées à la guitare, gros soutien de claviers en nappes, breaks soigneusement disséminés (mais pas toujours souples, les deux de ‘Walk Away’ passent un peu en force !), etc ... Et c’est un peu ici que le bât blesse : “Distant Days” est typiquement l’album qui va faire ricaner les détracteurs du genre néo-prog. Le côté lisse et sans surprise poursuit l’auditeur tout au long de l’écoute, dans des titres un peu étirés et les soli attendus un tantinet trop longs.

En producteur avisé, Lee Abraham a placé les deux meilleurs morceaux en début et en fin d’ouvrage. Les autres titres apporteront un plaisir d’écoute immédiat ce qui sera déjà largement suffisant pour certains mais probablement pas assez pour d'autres à la recherche d'originalité. Il manque la petite étincelle présente par exemple chez Galahad qui leur a permis de donner des albums marquants. Un album agréable qui se positionne finalement entre 3 et 4/5...
- Site officiel

LISTE DES PISTES:
01. Closing The Door - 06:16
02. Distant Days - 06:40
03. The Flame - 07:26
04. Misguided - 04:35
05. Corridors Of Power - 11:35
06. Walk Away - 08:14
07. Tomorrow Will Be Yesterday - 15:14

FORMATION:
Alistair Begg: Basse / Chapman Stick
Chris Harrison: Guitares
Gerald Mulligan: Batterie
Lee Abraham: Chant / Guitares / Claviers
Rob Arnold: Claviers
Dave Philips: Invité / Choeurs
Dec Burke: Guitares / Invité
John Young: Claviers / Invité
Jon Barry: Guitares / Invité
Karl Groom: Guitares / Invité
Marc Atkinson: Guitares / Invité
Robin Armstrong: Guitares / Invité
Simon Nixon: Guitares / Invité
Steve Thorne: Guitares / Invité
   
(0) AVIS DES LECTEURS    
Haut de page
   
(1) COMMENTAIRE(S)    
 
 
HJB
31/03/2014
 
26
0
C'est comme une équipe de basket: Ce n'est pas parce qu'on réunit des noms qu'on va tout gagner et là c'est typiquement le sentiment que j'ai avec cet album qui associe le meilleur mais aussi le beaucoup moins bien. C'est bien fait mais c'est aussi un peu "chiant" (excusez moi l'expression) et finalement le sentiment de déjà entendu revient en force.
Haut de page
LECTEURS:
3.8/5 (8 avis)
STAFF:
3.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
 
DERNIERE ACTUALITE
LEE ABRAHAM: Distant Days
 
AUTRES CHRONIQUES
FANKHAUSER CASSIDY BAND: On The Blue Road - 2013 Edition (2013)
BLUES - Un double album rendant hommage au grand batteur Ed Cassidy disparu en 2012 et naviguant entre un Blues très classique et un Rock Folk bien plus enthousiasmant !
NERVOSA: Victim Of Yourself (2014)
THRASH - Durant plus de 45 minutes, jamais la machine ne s'enraille, imparable collection de cartouches dont on oublie vite qu'elles ne sont tirées que par trois minettes, pour ne retenir finalement d'elles qu'une puissance de feu atomique
 
 
AUTRE(S) CHRONIQUES CONCERNANT LEE ABRAHAM
LEE-ABRAHAM_Only-Human
Only Human (2021)
3/5
3.7/5
F2 / ROCK PROGRESSIF
LEE-ABRAHAM_Colours
Colours (2017)
4/5
3.3/5
F2 / ROCK PROGRESSIF
LEE-ABRAHAM_The-Seasons-Turn
The Seasons Turn (2016)
5/5
4.2/5
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
 
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024