MW / Accueil / Avis / filtré par rédacteur :
FILTRER PAR GENRE
DIRTY SHIRT
LETCHOLOGY (2019)
APATHIA RECORDS / METAL ALTERNATIF
STRUCK - 01/03/2019 -
0 0
4/5
"Letchology" soit "Science de la Ratatouille"...

Si en soi, le titre de l'album ne nous éclaire pas plus sur sa teneur et soyons honnête, ne nous donne pas plus envie que ça d'aller goûter au plat que nous propose Dirty Shirt, ce serait dommage de ne pas aller y planter sa cuillère...

En effet, en 9 titres, le combo roumains nous propose un savant mélange d'influences diverses allant de Emir Kusturica (ou Bregovic) dès l'introductif 'Latcho Drom' pour son côté folklorique pour lorgner plus précisèment vers Viza (ou System of a Down) pour la fusion du metal et du folk (l'entêtant hymne 'Palinca'), le côté néo metal français dont se réclame le combo ('Put it on'), ses racines prog metal à la Dream Theater (qu'on retrouve sur 'Hora Lenta') et le côté piano bar déjanté d'un Diablo Swing Orchestra qu'on retrouve sur 'Fake'... et Dirty Shirt réussit à faire sonner ce mélange apparemment indigeste de façon très naturelle pour en faire un album totalement addictif dont l'apothéose est clairement le final 'Starea Natiei" qui réunit toutes les influences mentionnées...

Avec "Letchology" , Dirty Shirt prouve qu'il est passé maître dans la science de la ratatouille et nous balance un album qui figurera dans bon nombre de top de l'année à qui aura osé poser une oreille curieuse sur cet OMNI totalement addictif !

Un album à découvrir impérativement et de préférence sur scène puisque le groupe tourne en France en ce mois de mars... 9/10

IN FLAMES
I, THE MASK (2019)
NUCLEAR BLAST / HEAVY METAL
STRUCK - 16/02/2019 -
0 0
4/5
Comme le souligne fort justement Noise dans sa chronique, après quelques albums de tâtonnements, In Flames semble avoir trouver le parfait équilibre entre ses diverses influences pour proposer un album de metalcore alternatif qui fera date ! Un grand cru assurément !
DREAM THEATER
DISTANCE OVER TIME (2019)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
STRUCK - 10/02/2019 -
0 0
4/5
Il y a bien longtemps que Dream Theater ne me faisait plus sourciller : comme le souligne à juste titre Calgepo, je fais partie des "Francis Cabrel" du prog metal.
En revanche, il faut bien avouer que ce "Distance Over Time" est une vraie belle surprise d'un groupe dont je n'attendais plus rien !
Un album concis qui pioche dans les différentes époques du groupe pour un résultat très efficace comme chaque intro ultra-soignée et hyper addictive !
Un album hautement recommandable qui devrait à coup sûr faire l'unanimité entre fans de la première heure et les nouveaux...

PAIN OF SALVATION
FALLING HOME (2014)
INSIDEOUT MUSIC / METAL PROGRESSIF
STRUCK - 15/11/2014 -
0 0
4/5
L'album de ma réconciliation avec Daniel Gildenlöw? Possible !

Enfin un album inspiré, loin des précédentes productions fades puisque n'apportant strictement rien dans le mode hommage au rock prog psyché des années 1970...

Si l'exercice pouvait s'avérer périlleux (surtout après un premier essai particulièrement réussi "12:5"), PoS passe une nouvelle fois haut la main l'épreuve de la réinterprétation acoustique avec des touches surprenantes et particulièrement rafraîchissantes (jazz, reggae...) si bien qu'on peut se demander si après un début de carrière explosif et une suite poussive, ce n'est finalement pas dans cet exercice que PoS s'avère le plus doué ?

O.S.I.
BLOOD (2009)
INSIDEOUT MUSIC / ROCK ATMOSPHERIQUE
STRUCK - 12/05/2009 -
0 1
4/5
Enfin, le all-star band justifie son statut ! Il aura fallu le départ de son membre le plus éminent, Mike Portnoy, pour que le combo puisse faire me frissonner…
Et comme sur Porcupine Tree, la patte de son remplaçant Gavin Harrison donne ce groove indéniable à des titres électro-atmosphériques qui en manquaient cruellement dans les précédentes productions...

L’alternance titres rock et mélancoliques est une véritable réussite.. Cependant, il est indéniable que l’album aurait encore gagné à développer encore plus l’énergie déployé sur la terrible ouverture « The Escape Artist ».
La monotonie reprochée lors des précédents efforts a presque totalement disparu, on en viendrait presque à oublier le chant monocorde de Kevin Moore. Et manque d’objectivité absolu ou non, toujours est-il que la prestation de Mikael Akerfeld sur « Stockholm » apporte le supplément d’âme au point de classer ce « Blood » au rang de mes albums préférés de ce début d’année 2009.

Bref, un retour réussi !
8,5

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020