MW / Accueil / Avis / PINEAPPLE THIEF: Little Man
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album THE PINEAPPLE THIEF LITTLE MAN THE PINEAPPLE THIEF
LITTLE MAN (2006)
CYCLOPS
ROCK ATMOSPHERIQUE
4/5
SINOC
25/10/2017
 
10
0 0
Ce Little Man s'appelle en réalité Felix, fils grand prématuré du chanteur Bruce Soord décédé en février 2006. L'album lui est tout naturellement dédié. Et tout aussi naturellement, le ton n'est pas à la fête.
Dès les premières notes de l'album, on retrouve des tempos lents et ténébreux ("Dead In The Water"), qui rentrent directement dans le crâne. La recette basée sur des accords acoustiques, souvent accompagnés de nappes de violons ou de chants aériens n'est pas nouvelle, mais elle est ici, par endroits, distribuée de main de maître. Elle atteint son paroxysme sur deux sublimes ballades pop : "Boxing Day" et "Snows". Cette dernière, plus évolutive, reprend l'idée du claquement de mains déjà présent plus avant dans le disque dans un final étourdissant de maestria . Absolument splendide, ce titre est une des pièces maîtresses de ma discothèque mélancolique, et pour longtemps.

Pour le reste, Little Man respecte trait pour trait les codes de la pop progressive, c'est-à-dire sur des formats légèrement plus longs que la norme pop, avec des passages atmosphériques ("We Love You") ou plus psychédéliques ("God Bless The Child"). Parfois répétitif, comme sur le très beau "Wilting Violet", Pineapple Thief ne se soucie guère des normes, il pose simplement ses ambiances mélancoliques et laisse opérer la magie ... Et ça marche !!

Le problème, car il y a bien un problème, c'est que "God Bless The Child" aurait pu trouver sa place sur Hail To The Thief, "Little Man" sur The Bends, "God Bless The Children" sur Kid A et la superbe "Run A Mile" sur OK Computer. Le pire, c'est qu'en disant ça, je n'exagère pas un instant.

Celà dit, tous ces titres sont réjouissants, et, quelque part, Pineapple Thief nous permet avec talent et conviction de poursuivre nos aventures musicales préférées. Alors, en quoi devrions-nous les blâmer ???
Certes, Little Man n'invente rien, voire plagie, mais au final, la copie est presque aussi bonne que l'original et moi, j'apprécie.

Album THE PINEAPPLE THIEF LITTLE MAN THE PINEAPPLE THIEF
LITTLE MAN (2006)
CYCLOPS
ROCK ATMOSPHERIQUE
4/5
VUNKCLE
19/02/2012
 
171
0 0
Le premier titre de cet album concept "Dead in the Water" se termine en substance par :"There is no other place to die except for my arms". Il n'est nul question ici de noyade accidentelle mais de la fausse couche qu'a faite la femme de Bruce Soord, le chanteur compositeur. Vous l'aurez compris, la joie de vivre n'est pas ce qu'on retiendra de cet album. Les mélodies mélancoliques s'enchainent ici, et il n'y a guère que quelques clappements de mains sporadiques pour vous sortir la tête de cet océan de chagrin. Laissez-vous submerger par les émotions dispensées par cette véritable catharsis où tout est à pleurer, au propre comme au figuré. Dans 'Journal intime", Chuck Palahniuk soutenait l'idée que les plus grands chefs-d’œuvre sont nés de la pathologie ou de la souffrance de leurs auteurs. Pour le coup, il avait fichtrement raison, le bougre....


Album THE PINEAPPLE THIEF LITTLE MAN THE PINEAPPLE THIEF
LITTLE MAN (2006)
CYCLOPS
ROCK ATMOSPHERIQUE
1/5
KEITH_WAKEMAN
01/01/2007
  0 0
J'avais pourtant dis que je ne donnerai pas mon avis sur cet album tant il m'a irrité les tympans. C'est ni plus ni moins du mauvais "Porcupine Tree" anesthésié (titres soporifiques : "Dead in The Water" ...) et en manque d'inspiration (trop répétitif : "God Bless The Child" ... ). Franchement à éviter, rabattez vous sur un bon "Porcupine"... vous avez l'embarras du choix !!!
Album THE PINEAPPLE THIEF LITTLE MAN THE PINEAPPLE THIEF
LITTLE MAN (2006)
CYCLOPS
ROCK ATMOSPHERIQUE
4/5
RICK
28/12/2006
  0 0
Globalement d'accord avec Peter Hackett, et pourtant la note est différente. Voici un album sans arrières pensées, sans mélodies compliquées, touchant dés les premières notes... Que de la douceur et de la mélancolie. Que demander de plus? A priori, rien.

On retiendra particulièrement le final au violon de "Wait", ou la triste ballade offerte par "Boxing Day". La voix fait la mélodie, tandis que le guitariste s'occupe de gratter doucement sur les cordes de son instrument. Même si le piano se fait assez rare dans l'album, il sort parfois quelques notes qui accentuent cet effet de simplicité, d'émotion.

Le seul bémol, c'est l'horrible "God Save The Children". Accident de parcours qui sera vite oublié avec la fabuleuse mélodie de "Snowdrops".

En résumé, Pineapple Thief nous offre un album à écouter un soir d'hiver au coin du feu et à consommer avec délicatesse et légerté.


 
PAGE / 1
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021