MW / Accueil / Avis / YES: Heaven And Earth
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album YES HEAVEN AND EARTH YES
HEAVEN AND EARTH (2014)
FRONTIERS RECORDS
ROCK PROGRESSIF
3/5
REALMEAN
28/03/2015
  0 1
Voilà bien la preuve que je ne suis pas un fan de Yes, en tout cas pas un vrai de vrai. Je suis presque autant captivé par sa façon de faire de la musique pop que par (certaines) de ses productions savantes. "Heaven and Earth" est aussi déséquilibré qu’il est attachant. Déséquilibré, parce qu’une fois passé le merveilleux 'Believe again', tout est fade !... C’est un breuvage ensorcelant, dont la soif ne s'étanche pas. Le 'Give love each day' de "Heaven and Earth". J’allais dire, presque en mesure de coller l’album "Talk" au poteau, c’est dire où j’en suis.
Attachant, passé la déception de l’émotion en retrait avouée par les 7 titres qui vont suivre cette introduction magnifique, parce que, au fil des écoutes, l’émotion bridée fait place à l’addiction. 'The Game', avec sa mélodie naïve, finit par tourner en tête le jour et la nuit, à ne plus pouvoir s’en défaire. 'Step Beyond' allie l’insouciance et la pensée positive propices au bon démarrage de la journée. 'To Ascend' s’inscrit dans la lignée des compositions qu’on a tendance à oublier lorsque l’écoute est lointaine, mais dont on redécouvre la beauté mélodique, sans autre artifice, à chaque fois qu’elles repassent dans le player. 'In a World of our own' n’est pas passionnant de son côté, et 'It was all we knew', plus creux tu meurs, décroche sans coup férir la place du morceau remplissage… Les 20 premières secondes suffisent à avouer la suite. Il en fallait bien un. Mais que fait la production ?
Heureusement, il reste 'Light of the Ages' et 'Subway Walls' pour rehausser significativement le niveau du dernier tiers de l’album. De quoi ne pas rester sur sa faim.
"Heaven and Earth" ne marquera sans doute pas la mémoire des fans, mais le joyau émotionnel placé en ouverture justifie à lui tout seul d’ajouter l’album à la discographie. Et le reste, finalement, n’est pas si anecdotique. Encore un vrai faux mauvais album…

Album YES HEAVEN AND EARTH YES
HEAVEN AND EARTH (2014)
FRONTIERS RECORDS
ROCK PROGRESSIF
2/5
CORTO1809
31/07/2014
  0 1
Si ce n'est le chant de Jon Davison façon clone de Jon Anderson (il est d'ailleurs agaçant que Yes ait toujours essayé de remplacer son chanteur charismatique par des ersatz ayant une tessiture approchante), on a effectivement du mal à reconnaître dans cet album un disque de Yes. Certes les mélodies coulent et s'écoutent sans déplaisir mais sont d'une telle légèreté qu'elles disparaissent très rapidement dans l'éther sans laisser aucun souvenir dans votre mémoire. Anecdotique et franchement dispensable.
Album YES HEAVEN AND EARTH YES
HEAVEN AND EARTH (2014)
FRONTIERS RECORDS
ROCK PROGRESSIF
3/5
LOLO_THE_BEST59
21/07/2014
 
804
0 0
Pas un excellent cru mais un bon cru quand même. Seul Step Beyond est à la fois complétement hors sujet et indigne du passé de ce groupe. D'ailleurs, l'album ne décolle vraiment qu'à partir du tranquille mais splendide To Ascend (The Game étant lui aussi quelconque). Il est vrai que si les mélodies lorgnent plus vers la pop que le rock progressif (à part le titre final qui renoue avec les origines), elles s'écoutent avec un certain plaisir.
Album YES HEAVEN AND EARTH YES
HEAVEN AND EARTH (2014)
FRONTIERS RECORDS
ROCK PROGRESSIF
2/5
XAV
18/07/2014
 
67
0 0
Les changements de personnel étant presque devenus une marque déposée chez Yes, le groupe ne réussissant que très rarement à maintenir un line-up stable plus de deux albums consécutifs. Aussi, après le convaincant (à défaut d’être brillant) « Fly from here », Yes revient avec un nouveau chanteur (exit Benoît David) et un album, « Heaven & earth ». Si l’œuvre précédente laissait entrevoir ici ou là une certaine filiation avec « Drama », en revanche, ce qui frappe d’emblée avec cet album, co-composé majoritairement par Jon Davison (nouveau clone andersonien), c’est le peu de similitudes avec le grand Yes ou le Yes west. Composé de titres pop et très légèrement vêtus d’enluminures progressives, l’album s’écoute sans déplaisir (« Believe », « In a world of our own »), mais pas de quoi s’extasier non plus, l’ambition attendue ayant cédé la place à la simplicité. Rassurez-vous, on est tout de même loin du naufrage « Open your eyes », album criard et surproduit. Non, « Heaven & earth » place l’auditeur entre une aimable torpeur et de polis bâillements (« To ascend »). Seul Howe, à travers quelques jolis soli (mais hélas trop courts) parvient à tirer son épingle du jeu. Néanmoins de façon plus manifeste sur le dernier morceau « Subway walls » où le groupe retrouve enfin la cohérence qui lui faisait tant défaut jusqu’alors.
S’il ne sera pas une pièce maîtresse dans la longue discographie du groupe, l’album, n’est pas si désagréable, lorgnant vers une pop progressive à la manière d’un Asia avec lequel la consanguinité se fait de plus en plus ressentir…

 
PAGE / 1
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021