MW / Accueil / Avis / ESOTERIC RECORDINGS
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album SANGUINE HUM THE WEIGHT OF THE WORLD SANGUINE HUM
THE WEIGHT OF THE WORLD (2013)
ESOTERIC RECORDINGS
ROCK PROGRESSIF
4/5
ALADDIN_SANE
05/09/2013
  0 0
Curieux qu'un tel album ne fasse pas plus parler de lui. Il faut croire que l'originalité ne paye pas... En tout cas, si je n'avais pas été convaincu à la première écoute distraite, le hasard de diverses lectures m'y a ramené et l'album s'est finalement installé peu à peu comme une évidence. A l'instar de "Lifesigns", l'album est plutôt calme, jazzy avec en plus de petites touches électroniques qui lui donnent une coloration particulière assez envoûtante. Au final, on tient là un bel album de pop/progressif.
Album SANGUINE HUM THE WEIGHT OF THE WORLD SANGUINE HUM
THE WEIGHT OF THE WORLD (2013)
ESOTERIC RECORDINGS
ROCK PROGRESSIF
2/5
LOLO_THE_BEST
29/06/2013
 
565
0 0
Je n'ai pas accroché. Un style assez indéfinissable, qui pioche dans le jazz, le rock progressif, l'électronique. Ca aurait pu être bien, la voix du chanteur est très agréable, mais la mayonnaise ne prend pas pour moi.
Album LIFESIGNS LIFESIGNS LIFESIGNS
LIFESIGNS (2013)
ESOTERIC RECORDINGS
ROCK PROGRESSIF
3/5
TOPPROG
02/05/2013
 
360
0 0
Grand amateur de prog depuis des décennies, la naissance d'un nouveau groupe se désignant de ce style ne pouvait qu'attirer mon oreille. Surtout avec des signatures comme John Young et Nick Beggs qui ne sont pas des petits nouveaux dans le monde du rock. Cerise sur le gâteau un invité de grande classe, Steve Hackett, toujours discret mais facilement reconnaissable dans ses interventions (oui ce ne peut être que lui l'intro tonitruante de "Carousel"!).
Le disque, à la très belle pochette, commence plutôt très bien avec le très beau "Lighthouse", un long morceau très bien construit et qui présente tout ce qui fait la qualité du disque : l'omniprésence de la voix très agréable de Young, de belles harmonies vocales, des superpositions de synthés très agréables qui donnent une richesse sonore indéniable même si rien d'original dans la tessiture, la basse tonitruante de Beggs, et un final digne des grands morceaux de prog. Mais voilà ... je trouve que l'ambiance tombe assez rapidement à partir du second morceau, un truc assez long et lent où à vrai dire il ne se passe pas grand chose.. Le troisième titre est dans la continuité, rythme lent, voire mou, avec un refrain bien trop "Yessien" pour surprendre, avec un bridge planant à la flûte très agréable quand même... Il me faudra attendre la seconde partie de "At the End of the World" pour de nouveau déclencher mon enthousiasme qui s'est un peu effondré avec ces 2 morceaux certes agréables mais assez insipides pour tout dire. "Carousel" et son magnifique finale justifierait à lui seul l'achat du CD, bien sûr, et je me prends vraiment à regretter que tout ne soit pas du même niveau. Franchement on est en mesure d'attendre mieux, plus créatif, plus osé, de la part des musiciens sus-nommés, à la technique irréprochable et au CV admirable.
Pas un ratage, non car tout cela s'écoute très bien, mais une déception dans la production prog actuelle qui est riche et variée. Un disque calme....trop calme peut-être!!

Album LIFESIGNS LIFESIGNS LIFESIGNS
LIFESIGNS (2013)
ESOTERIC RECORDINGS
ROCK PROGRESSIF
5/5
ALADDIN_SANE
30/03/2013
  0 0
Une bonne surprise et un bien bel album de rock progressif apparemment "classique" mais qui cache en fait des musiciens doués et une grande force de composition (écoutez "Telephone" ou "At the End of the World" jusqu'au bout). Cet album sera probablement dans mon classement prog de l'année avec le Steven Wilson (tout aussi remarquable) et le nouveau Cosmograf.
Album VAN DER GRAAF GENERATOR A GROUNDING IN NUMBERS VAN DER GRAAF GENERATOR
A GROUNDING IN NUMBERS (2011)
ESOTERIC RECORDINGS
ROCK PROGRESSIF
2/5
TONYB
22/04/2011
  0 0
Désolé d'égratigner la légende, mais franchement, cet album est d'un ennui mortel. Certes, la voix de Peter Hammil est moins caverneuse que d'habitude, mais les compositions sont d'une platitude totale, et il est difficile de conserver un intérêt tout du long des différentes plages.

Album VAN DER GRAAF GENERATOR A GROUNDING IN NUMBERS VAN DER GRAAF GENERATOR
A GROUNDING IN NUMBERS (2011)
ESOTERIC RECORDINGS
ROCK PROGRESSIF
4/5
GUYPAS974
20/04/2011
 
170
0 0
Quand j'ai appris la sortie du dernier CD de Van der Graaf Generator, et resté sur un Past Present, considéré par moi comme moyen (ce qui fait que j'ai pour l'instant et à tort semble-t-il fait l'impasse sur son suivant "Trisector". Bref, je me suis dis que c'était quand même un groupe majeur, et qu'on ne pouvait (au même titre que supertramp ou pink floyd) pas se permettre d'ignorer leurs dernières oeuvres. Heureusement dirais-je car quel plaisir j'ai pris dès la première écoute ! La voix qui n'a pas vieilli, des mélodies belles et limpides, et parfois des délires subtils mais dignes des premières heures... Your time starts now est pour moi (si j'assume) la plus belle ballade jamais proposée par Peter Hammil. Ca commence curieusement comme du Procol Harum (leur célèbre slow), et puis le piano et cette voix, cette voix (certes nous voilà un peu loin de la voix de arrow !!!).!!!... Je n'arrive plus à l'effacer de mon esprit, et pétri d'émotion j'en viens à souhaiter que Peter Hammill devienne immortel.
Dommage, pas de longues suites, mais heureusement deux break instrumentaux qui aèrent l'esprit et permettent de reprendre le fil.
C'est vrai que parfois on pense plus à un bon album solo de Peter Hammill qu'à une oeuvre de VDGG, mais l'instrumentation est tout de même plus élevée, complexe, cisellée.
Bon, de fait, j'ai ressorti tous les VDGG et les repasse en boucle. Il est temps maintenant de faire l'acquisition de trisector.

 
PAGE / 1
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022