MW / Accueil / Avis / HARD ROCK
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album GRETA VAN FLEET THE BATTLE AT GARDEN’S GATE GRETA VAN FLEET
THE BATTLE AT GARDEN’S GATE (2021)
AUTRE LABEL
HARD ROCK
2/5
PROGRACER
07/05/2021
  0 0
Au rayon des réjouissances, il y a bien-sûr ce son vintage, cette authenticité prégnante, et cet amour de la musique des seventies. On pourrait y ajouter une volonté manifeste de s'écarter d'une influence pesante et rédhibitoire au moment de la distribution des plus glorieux lauriers.
L'écriture me semble également en net progrès avec une volonté narrative évidente et même une ostensible envie de s'aventurer du côté prog du rock psychédélique que je ne peux que saluer.
Mais, parce qu'il y a un mais (et même plusieurs), GVF semble rester englué dans une volonté de "sonner comme ...". Sonner comme Rush, sonner comme les Beatles ('My Way Soon'), sonner comme Les Doors ('Age Of Machines'), et, navré de vous le dire, mais, encore sonner comme Led Zep' ('Built By Nations'). Du coup, en deux albums et demi, je n'ai vu de la personnalité caméléon de GVF que l'art du camouflage.
Enfin, comment passer sous silence le niveau faiblard des musiciens, à commencer par la mièvrerie technique des solos de Jake qui confinent souvent au gênant, et finir par l'organe agaçant à la longue de Josh. La production qui se veut vintage n'est pas non plus une grande réussite et travailler en analogique est loin d'être un gage de réussite. N'est pas M. Akerfedt qui veut.
Alors, oui, l'écriture est séduisante, mais elle devient caricaturale sur la durée et le ventre mou de l'album a presque failli m'achever dès la première pénible écoute, avant que le dégoulinant solo final ne le fasse définitivement.
J'étais persuadé que GVF peut mieux faire (ce que signifie littéralement une note de 2/5), mais je n'en suis plus si sûr. Dernière chance.

Album GRETA VAN FLEET THE BATTLE AT GARDEN’S GATE GRETA VAN FLEET
THE BATTLE AT GARDEN’S GATE (2021)
AUTRE LABEL
HARD ROCK
5/5
GENTLE GIANT JL
04/05/2021
 
21
0 2
Greta confirme superbement avec son 2ème album !
"The Battle of Evermore"... Non, "The Battle at Garden's Gate"!. Il est vrai qu en raison de la voix de Joshua Michael Kiska, de la guitare de son frère Jacob Thomas Kiska, du titre même du nouvel opus, après un bon 1er EP et un bon 1er album, le "Dirigeable" serait en droit de faire un procès à GVF.
Si les influences de Led Zep sont toujours présentes, ce dernier album apporte en plus des touches "prog" et des constructions plus complexes. Alors la voix de Joshua me rappelle aussi la voix haut perchée de Geddy Lee et les riffs de Jacob me font aussi penser à ceux d Alex Lifeson. Il y a du Rush 1ère mouture dans ce superbe album, celui de "Fly by Night" (le riff de "Trip the Light Fantastic", le pont de "The Barbarians"...) et l 'emploi des claviers permet un son moins brut et une atmosphère musicale plus riche. GVF confirme avec son disque tout le bien qu' on pensait déjà de ce groupe, dont les membres n' ont pas encore 25 piges !. N 'en déplaise aux grincheux ! 5/5

Album GRETA VAN FLEET THE BATTLE AT GARDEN’S GATE GRETA VAN FLEET
THE BATTLE AT GARDEN’S GATE (2021)
AUTRE LABEL
HARD ROCK
5/5
FANZY LE 5EME RAMONE
04/05/2021
 
26
0 1
Superbe album, le groupe gagne en maturité, musicalement, c'est actuel et vintage à souhait et l'énergie est toujours aussi présente. Greta ne laisse personne indifférent, on aime ou on déteste. Ne serait-ce pas la marque de fabrique des plus grands artistes. Il y a eut tellement d'exemples dans le passé. Le groupe s'éloigne avec cet album du statut de "Led Zep Tribute" qui leur a été collé (mais est-ce un défaut d'être comparé à un "must" du rock?). C'est un groupe de scène, j'ai eu le plaisir de les voir à 2 reprises et attends avec impatience une opportunité de les revoir. L'orchestration est pour ma part excellente et il est clair que GVF est un groupe avec qui il faudra compter ds les années à venir. Vous aurez compris, j'adore tout simplement. Écoutez les...
Album GRETA VAN FLEET THE BATTLE AT GARDEN’S GATE GRETA VAN FLEET
THE BATTLE AT GARDEN’S GATE (2021)
AUTRE LABEL
HARD ROCK
3/5
CORTO1809
04/05/2021
  0 0
S'il est bien une chose qui ne me gênait pas le moins du monde chez Greta Van Fleet, c'était bien sa capacité à cloner Led Zeppelin. L'original est mort avec John Bonham et nous a laissés orphelins de sa musique depuis 40 ans. Qu'un groupe de jeunes ait l'audace de reprendre le flambeau de la manière aussi talentueuse que l'on fait les Américains mérite bien d'être salué : dans le hard rock, la similitude entre groupes est chose courante, mais très rares sont ceux qui ont osé s'attaquer au monument que représente Led Zeppelin et encore plus rares ceux qui ont su le faire de manière crédible. Greta Van Fleet est venu combler un vide en écrivant des compositions qui auraient pu l'être par Page et Plant. Loin de crier au plagiat, je n'y vois au contraire que matière à me réjouir.

Mais les Américains semblent avoir l'ambition au fil des albums de s'éloigner de ce prestigieux modèle. "Anthem of the Peaceful Army" s'écartait déjà par moments de l'ombre de Led Zeppelin, c'est encore plus flagrant pour "The Battle at Garden's Gate". Il reste essentiellement le timbre aigu et criard de Josh Kiszka pour rappeler celui de Robert Plant, et encore, les onomatopées chères au chanteur de Led Zep et que Josh avait reprises à son compte ont disparu.

Est-ce parce qu'il s'émancipe de l'ombre de Led Zeppelin que ce nouvel album me semble moins réussi que les deux précédents ? Pas seulement ! Les compositions sont pour la plupart agréables et pas trop linéaires, l'interprétation est quant à elle toujours aussi solide. Mais le disque est bien trop long, créant sur la durée une certaine lassitude qu'un élagage judicieux aurait probablement évité. Par ailleurs, Josh Kiszka se complait à chanter d'une voix aiguë, parfois criarde, qui finit par lasser. Il devrait prendre exemple sur son modèle et laisser de temps à autre se reposer ses cordes vocales (et les tympans de l'auditeur).

Malgré ces réserves, "The Battle at Garden's Gate" reste bien au-dessus de la moyenne des parutions actuelles. Ecouté en deux fois plutôt que d'une traite, la plupart des défauts relevés ci-dessus tombent et l'écoute de l'album se révèle alors des plus agréables.

Album THE PRETTY RECKLESS DEATH BY ROCK AND ROLL THE PRETTY RECKLESS
DEATH BY ROCK AND ROLL (2021)
CENTURY MEDIA RECORDS
HARD ROCK
4/5
MONSIEUR BLEU
22/03/2021
 
12
0 0
Je ne suis habituellement pas fan de ce genre de ROCK US mais après l'écoute des deux singles je me suis acheté l'album. Et je ne regrette pas !
La voix de Momsen est vraiment prenante et le groupe derrière assure. Le solo de Morello sur 'And So It Went' apporte le petit + tout comme la participation des camardes de Soundgarden sur l'addictif 'Only Love...' à la batterie bien placée.

Par contre, c'est bien la première fois que je vois un album débuter tel un rouleau compresseur pour se transformer insidieusement au fil des titres et s'achever comme une balade en demi-poney !

Qu'importe ! La voix de Momsen reste le fil rouge et si les premiers titres sont très puissants, les plaisirs d'écoute se trouvent plus loin dans les détails, un riff, une mélodie de basse, ou le phrasé parfois surprenant de sa chanteuse.
'Got So High' par exemple qui lorgne vers Joan Osborne et reste en tête.

J'aurai juste une retenue sur le dernier 'Harley Darling', celle qui nous emmène en demi-poney justement. C'est bien fichu mais un peu caricatural et les "pout-pout" de harley sur le solo dégoulinant de sucre frôlent le mauvais goût.

Une erreur pardonnable vue la qualité des 2/3 de cet album.

Album ALICE COOPER DETROIT STORIES ALICE COOPER
DETROIT STORIES (2021)
EAR MUSIC
HARD ROCK
3/5
CORTO1809
16/03/2021
  0 0
Cela fait des décennies que le hard rock d'Alice Cooper n'a plus rien d'irrévérencieux et ne risque guère d'effaroucher les honnêtes gens. Cela fait aussi des décennies qu'Alice Cooper reste accrocher à une formule qu'il reproduit inlassablement à chaque album. "Detroit Stories" ne déroge pas à la règle et l'auditeur qui connaît le chanteur américain sait déjà à quoi s'attendre avant même d'avoir entendu la première note. Finalement, d'un album à l'autre, les seules différences tiennent à la qualité des mélodies et à l'implication d'Alice Cooper.

"Paranormal", son précédent album, m'avait laissé de marbre. Inspiration en berne, interprétation en pilotage automatique, l'album était d'une platitude navrante. "Detroit Stories", lui, fait partie des bonnes surprises. Même s'ils ne sont guère originaux, les titres sont plutôt pêchus et nous avons un Alice Cooper des grands jours semblant s'appliquer et s'impliquer dans son nouveau bébé. Certes, l'album étant long (trop long), le pilotage automatique repointe son nez ici et là mais globalement, l'écoute de cet album permet de passer un agréable moment.

 
PAGE / 44
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021