MW / Accueil / Avis / STEVE HACKETT
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album STEVE HACKETT UNDER A MEDITERRANEAN SKY STEVE HACKETT
UNDER A MEDITERRANEAN SKY (2021)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
1/5
CORTO1809
06/01/2021
  0 0
Je me demande bien à qui s'adresse ce "Under a Mediterranean Sky". Pas aux fans de Genesis, qui ne trouveront rien ici des mélodies complexes et des envolées théâtrales qui ont fait les belles heures du groupe. Pas aux amateurs de rock tout court, il n'y a rien de rock dans ce disque. Pas aux amateurs de musique classique non plus, car les compositions n'ont ni la richesse ni la complexité qui font l'intérêt de ce style musical pour prétendre à être associées à la musique classique. Aux inconditionnels de la guitare, alors ? Peut-être, si l'on est un mordu de la technique et que l'on accorde peu d'attention au fond musical.

Avec son nouvel album, Steve Hackett s'est bel et bien pris les pieds dans ses velléités classiques. Beaucoup trop académique, voire prétentieux, ce disque n'inspire qu'un profond ennui.

Album STEVE HACKETT AT THE EDGE OF LIGHT STEVE HACKETT
AT THE EDGE OF LIGHT (2019)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
3/5
REALMEAN
27/02/2020
  0 0
Je me satisfais aussi du Steve Hackett façon 'Hungry Years', sinon en phase complète avec la chronique. Notons que ce ne fut pas toujours le cas... Voir chronique de "Cured" ! ;-)
L'ami Steve a encore des cartouches sous le capot, c'est indéniable. Difficile de rester insensible aux riffs d'un 'Underground Railroad' ou au crescendo d'un 'Those Golden Wings', pour ne citer que quelques-unes des innombrables festivités qui parsèment ce dernier album en date.
Pour autant, à force de fuser dans tous les sens, "At the Edge of Light" n'est pas facile à cerner. C'est un bel album, voire même très beau, mais la perception criante d'un patchwork de motifs instrumentaux est encore plus forte que sur les opus précédents, faisant (dangereusement ?) glisser le Prog-World de Steve vers une sorte de Prog-impro, ou quelque-chose qui en donne le sentiment. Une version 3.0 du vieux Rock-Prog, après le Rock-rauque génésien des seventies et le Néo-prog des décennies suivantes ? Pourquoi pas, du moment que les émotions sont encore là. Mais à petites doses pour moi!

Album STEVE HACKETT AT THE EDGE OF LIGHT STEVE HACKETT
AT THE EDGE OF LIGHT (2019)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
4/5
CORTO1809
28/01/2019
  2 0
Steve Hackett nous livre un album de haute tenue, peuplé de très belles mélodies aux riches orchestrations et aux multiples textures. Varié, complexe et pourtant très accessible, "At The Edge of the Light" ravira tous les amoureux de prog bien fait.
Album STEVE HACKETT THE NIGHT SIREN STEVE HACKETT
THE NIGHT SIREN (2017)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
3/5
REALMEAN
07/01/2019
  0 0
Conquis par "Wolflight", j'ai traîné (une fois de plus) avant de me décider à découvrir "The Night Siren", globalement présenté par la critique comme moins consistant. Effectivement, il n'a pas l'envergure de son prédécesseur, et pourtant, Steve Hackett prend du plaisir à nous offrir, encore et toujours, du Steve Hackett.
Avec le quatuor d'ouverture notamment (jusqu'à 'El Nino'), le Maître nous prouve que son inspiration est toujours présente, en matière d'écriture aux sons bien trempés, un art de produire un prog musclé qui lui appartient indéniablement. Mais la suite n'est pas en reste, et si certains morceaux peuvent sembler moins emblématiques, tous me ramènent plus ou moins aux épisodes épico oniriques de la grande époque ; comme 'West to East', prolongeant la rêverie atmosphérique de l'inoubliable "Guitar Noir". Mention spéciale pour l'addictif 'In the Skeleton Gallery', l'hypnotique à tiroirs de la sélection, tel que Steve se plaît souvent à les livrer dans le dernier quart de ses galettes. Au final, sans être impérissable, c'est un album qui va revenir quelques fois dans mes playlists.

Album STEVE HACKETT WOLFLIGHT STEVE HACKETT
WOLFLIGHT (2015)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
4/5
REALMEAN
12/05/2017
  0 0
Le bonhomme est tellement productif que depuis une décennie au moins, je suis systématiquement en décalage sur ses publications. J’ai découvert "Wolflight" en ligne, un peu rapidement après sa sortie, mais je n’ai fait l’acquisition de l’album qu’à la fin 2016. L’occasion d’approfondir ce magnifique opus, une fois encore, une orfèvrerie qui mérite beaucoup plus qu’une oreille distraite. Même s’il m’a semblé que sur le titre éponyme, Steve se contente d'une pirouette (le mix de la basse et des percussions, en forme de break) en guise de lien entre un couplet aérien et un refrain d'apocalypse. Rien d'interdit, bien sûr, pour un compositeur éminemment progressif, mais sur cette base là, je pense qu'il y avait moyen de développer deux créations distinctes. Il s'agit plus d'une remarque que d'un reproche, d'autant que l'album flirte avec l'excellence. Il y a du Loreena Mc Kennitt derrière 'Dust and Dreams', de l'Era derrière 'Corycian Fire', du William Sheller au travers de 'Heart Song', et même du Nik Kershaw avec la mélodie et les inflexions vocales de 'Midnight Sun'. Autant d'atmosphères sensiblement contrastées, pour un album remarquablement unitaire. La diversité et la cohérence, c’est très difficile, mais quand ça marche c’est le cocktail de la réussite.
Comment fait-il encore cela, après une telle discographie… Rendez-vous en 2019 pour un retour sur le "Night Siren" ? Le temps que je m’imprègne totalement de ce "Wolflight"…

Album STEVE HACKETT THE NIGHT SIREN STEVE HACKETT
THE NIGHT SIREN (2017)
INSIDEOUT MUSIC
ROCK PROGRESSIF
3/5
ABADDON
15/04/2017
  0 0
Oui, mais …

Curieusement, je n’ai pas été convaincu par "Night Siren" comme je l’avais été par "Wolflight". Malgré un réel effort de diversité, la synthèse des différents styles est moins aboutie que précédemment, et Steve use de son savoir-faire pour livrer des morceaux plus convenus ('West to East', 'Inca Terra' ou 'Anything but Love', limite mièvre) . Reste de bon passages (l’instrumental tendu 'El Nino, la deuxième partie de 'In Another Life’), avec un travail sur les sons de guitare comme toujours excellent. Je suis cependant personnellement plus réservé sur l’interprétation, studieuse mais ne provoquant pas le petit choc sous le diaphragme qui fait le sel des grandes sensations : à l’écoute d’un 'The Gift' d’inspiration pourtant très camélienne, on mesure la différence avec un Latimer, moins technique et pourtant tellement plus sensible…

 
PAGE / 8
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021