MW / Accueil / Avis / MIKE OLDFIELD
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album MIKE OLDFIELD RETURN TO OMMADAWN MIKE OLDFIELD
RETURN TO OMMADAWN (2017)
MERCURY
ROCK PROGRESSIF
3/5
REALMEAN
25/11/2017
  0 0
Voilà des mois que j'écoute et que je réécoute ce "Return", sans parvenir réellement à lui faire passer le cap des 3 étoiles. Et pourtant, à priori, tout est reluisant : la résurrection de l'esprit du génie oldfieldien, la relecture du plus beau chapitre de la discographie, la célébration de l'album concept, la production somptueuse. Et puis, au fur et à mesure des écoutes, je diagnostique tout doucement l'absence du coup de coeur. La production est somptueuse, justement, au détriment de l'esprit qui sied à ce genre musical. Et je serais assez d'accord avec Darwinwild sur certains points, notamment sur le fait que le cheminement de l'album est assez peu contrasté. A la fois sur le fond et sur la forme : pour s'apercevoir, finalement, du manque d'envergure de cette livrée, il n'est pas nécessaire de revenir à celle de son illustre aîné. Il suffit de redécouvrir les créations progressives les plus récentes de Mike Oldfield, notamment "Amarok" et "Tubular Bells II", et de reprendre une claque sur ce que signifie l'écriture à tiroirs lorsque le bonhomme maîtrise son sujet. Pour autant, je n'entends sûrement pas cracher dans la soupe, et il faut reconnaître que "Return..." procure un réel plaisir d'écoute, notamment avec sa deuxième partie. J'attribue bien volontiers les 4 étoiles au thème envoutant qui sévit dans ce Part II, et qui démarre au début de la 3ème minute... M. Oldfield, pour le prochain opus, la même chose avec + de chaleur acoustique, et + de folie... Ce n'est pas cela qui faisait défaut, avec le Part II d'un certain "Tubular Bells".
Album MIKE OLDFIELD MUSIC OF THE SPHERES MIKE OLDFIELD
MUSIC OF THE SPHERES (2008)
UNIVERSAL
ROCK PROGRESSIF
5/5
DARWINWILD
18/08/2017
 
30
0 0
En écoutant cette oeuvre il est vrai que l'on peut se sentir quelques peu déboussolé.
Etant habitué à des orchestrations plus folk ou électriques comme avec "ommadawn" ou "tubular bells" par exemple on a de quoi se sentir dépaysé.
"Mais où sont passées les guitares?" nous dit Tonyb et sur ce point il a raison... raison ou presque.
Car non malgré mon introduction songeuse de questionnement moi j'ai une toute autre lecture de cette oeuvre et de son créateur.

Mike Oldfield avant d'être un brillant guitariste est d'abord et avant tout un compositeur de génie qui a su évoluer et nous emmener dans divers univers tout en gardant une signature made in Oldfield.
Souvenons nous du brillant concept "millenium bell" qui sur fond d'ambiances electro/new-age nous dépeignait un superbe hommage à 2000ans d'histoire pour faiter le passage au nouveau millénaire.
Souvenons nous de "incantations" cette oeuvre minimaliste et rempli d'orchestrations classiques.

L'oeuvre "music of the spheres" est quant à elle d'inspiration classique, montée comme une symphonie classico-romantique.
Comment ne pas penser à "tubular bells" en laissant dérouler l'intro "harbinger" dans nos oreilles.

tonyb cherche donc Mike Oldfield dans cette oeuvre mais Mike Oldfield y est partout car c'est pas Mike Oldfield qu'il faut écouter quand on met un disque de Mike Oldfield mais l'oeuvre qu'il a créé de tout son génie;
Tout le génie créatif de l'artiste est là dans cette oeuvre avec des orchestrations riches et soignées quoi que parfois grandiloquentes.
Et quand Mike intervient musicalement en ponctuant d'intervention de guitare classique il le fait avec une telle présence et une telle interprétation que ça donne la petite touche finale qui aurait surement manquée à l'oeuvre.

Moi si j'avais du noter cet album à sa première écoute j'aurais surement mis 3/5 ou 4/5 max je l'avoue mais après plusieurs écoutes profondes je ne peux que me résoudre à mettre la note maximale à ce qui reste pour moi comme l'un des plus grands chefs d'oeuvre de Mike Oldfield avec "amarok", "tubular bells" et "ommadawn".

PS: selon moi pour réussir à comprendre et apprecier un peu plus cet album il ne faut pas voir ça comme un enchainement de petite pièces instrumentales mais comme un seule morceau de 45mn qui laisse dérouler une longue symphonie riche et complète avec ça et là quelques ponctuation guitaristiques du créateur comme pour saupoudrer de suucre glace un joli gateau d'anniversaire.

Album MIKE OLDFIELD RETURN TO OMMADAWN MIKE OLDFIELD
RETURN TO OMMADAWN (2017)
MERCURY
ROCK PROGRESSIF
4/5
DARWINWILD
18/08/2017
 
30
0 0
27 ans après nous revoilà plongé dans la magie d'Ommadawn.

Malgré tout même si après plusieurs écoutes je reste à apprécier cet album il me semble nettement moins profond, créatif et magique que celui de 1975. Il y a certes de très bonnes idées mais il manque ce petit truc qui fait que "ommadawn" reste et restera à jamais parmi les grands chefs-d'oeuvre de Mike Oldfield.

Point forts de l'album:
- la qualité de la production
- les couleurs et ambiances sont sympas
- un bon coté planant qui manque tant à certaines de ces oeuvres

Point faibles de l'album:
- manque le coté frais et acoustique de l'oeuvre de 1975
- les percussions étaient plus authentiques sur l'oeuvre de 1975
- manque de contraste entre les différentes parties de l'oeuvre

Album MIKE OLDFIELD MAN ON THE ROCKS MIKE OLDFIELD
MAN ON THE ROCKS (2014)
VIRGIN
POP
3/5
REALMEAN
12/10/2014
  0 0
Voilà un album qui fait plaisir à découvrir après une assez longue jachère de la production oldfieldienne, même si une évidente déception me saute aux oreilles, aussitôt la première écoute effectuée : l’exclusivité vocale accordée à Luke Spiller. Le bonhomme a effectivement une tessiture parfaitement bien exploitée par le maestro, mais sur la totalité de la durée, un peu plus de diversité aurait sensiblement amélioré le relief de l’album. Avec une alternative féminine, notamment, on aurait pu rapprocher (un peu) Man on the Rocks du phénoménal Discovery de 1984, même si le potentiel inventif de ce dernier semble difficilement rééditable, 30 ans plus tard.
Finalement, avec l’édition Deluxe, on retrouve plus rapidement l’esprit Mike Oldfield au moyen du CD instrumental. Cependant le CD vocal ne dévoile pas toute sa force dès la première écoute, malgré son apparente accessibilité. Et comme l’indique la chronique, la première moitié de la galette n’accuse guère de faiblesses. "Sailing" est simple mais percutant, et surtout, savoureux par les accents vocaux disséminés par Spiller, qui infléchissent l’expressivité de l'orientation stylistique.
Je situe le ventre mou de l’album entre "Dreaming in the wind" et "Chariots", malgré la présence du viscéral et torturé "Nuclear", un peu désamorcé par ses voisins immédiats. "Dreaming in the wind" pour sa part nous ramène vers les errances chill-out de la première partie de Light+Shade, il fait un peu figure d’intrus dans ce paysage essentiellement rock.
Personnellement j’applaudis la beauté mélancolique de "Following the Angels", et dans la même lignée, je regrette que la clôture "I give myself away" ne soit pas davantage développée. Ce morceau méritait beaucoup mieux qu’une conclusion de 20 secondes on ne peut plus convenue et expéditive.
Un retour du maestro qui ne devrait pas fracasser les charts, mais qui permet tout de même d’offrir une agréable et rafraîchissante bouffée musicale à ses adeptes. Les exclusifs de Tubular Bells ou d’Amarok, évidemment, n'y trouveront pas leur compte.

Album MIKE OLDFIELD TUBULAR BELLS II MIKE OLDFIELD
TUBULAR BELLS II (1992)
WEA
ROCK PROGRESSIF
5/5
BAKER
21/01/2013
 
75
0 0
Nuno, vu tes premières amours et ton pseudo, nous avons eu un parcours initiatique vachement similaire !

Que dire sur ce disque, sinon que ce fût à l'époque une énorme surprise. L'album reprend trait pour trait les caractéristiques du premier opus mais change complètement les mélodies, et c'est simplement génial. La production est impeccable, et surtout on ressent beaucoup de bien-être, de béatitude devant cet album. Il est d'une simplicité désarmante, mais tape dans le mille à chaque minute.

La version live, disponible en DVD, est aussi bonne voire même meilleure. Il y a de l'émotion, de l'humour, de la technicité, des mélodies par paquets de douze... A vrai dire, en y repensant, je me demande si TB II live n'est pas LA meilleure façon de découvrir Oldfield !

Album MIKE OLDFIELD THE COMPLETE MIKE OLDFIELD
THE COMPLETE (1985)
VIRGIN
ROCK PROGRESSIF
3/5
MANHUNTER
30/09/2012
 
55
0 0
"The Complete" ! Mon premier album toutes catégories confondues .
Une de mes premières claques .
Idéal pour découvrir ce génie .

 
PAGE / 11
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021