MW / Accueil / Avis / DEVIN TOWNSEND
FILTRES  
  • PAR NOTE
  • PAR GENRE
  • PAR TAGS
Album DEVIN TOWNSEND LIGHTWORK DEVIN TOWNSEND
LIGHTWORK (2022)
INSIDEOUT MUSIC
METAL PROGRESSIF
5/5
CALGEPO
28/10/2022
  0 2
Par postulat la musique est avant tout une affaire de ressenti qui fait que les constats sur les albums sont différents. Ce nouvel album du magicien Devin Townsend ne déroge pas à cette règle. "Lightwork" est le fruit d’une longue maturation avec comme objectif de se concentrer essentiellement sur l’aspect chanson et son corollaire, la mélodie. Comme beaucoup d’artistes qui ont soufferts de cette situation, l’impact de la pandémie a fait son chemin et a été certainement le facteur déclencheur de l’aboutissement de ce nouvel album plus lumineux après une période sombre. Le but étant peut être aussi de proposer une lecture d'album plus simplifiée pour éclairer, comme un phare (qui illustre la pochette), certains auditeurs perdus dans un océan créatif parfois furieux ou confus.

Si "Empath" était là pour faire voler en éclats les derniers murs qui restreignaient éventuellement Devin Townsend dans son infinie créativité, "Lightwork" constitue un ensemble plus classique, totalement assumé et pour moi, très cohérent tant dans la démarche que dans la réalisation. Ecrire des compositions plus accessibles n’est pas quelque chose qui est étranger à Devin tant il a parsemé ses albums précédents de chansons immédiates tout en y imprégnant sa signature notamment vocale. "Transcendence" était un peu de cette veine-là. Le point commun étant que ce dernier album du Devin Townsend Project et "Lightwork" sont le résultat d'un travail en équipe (avec les membres du groupe pour le premier et un producteur extérieur pour le second). Coïncidence ?

Ce nouveau disque regorge de mélodies imparables avec son apogée ‘Celestial Signals’ issue des démos de "Transcendence" ici retravaillée pour lui donner un aspect plus symphonique et céleste, pouvant faire un rappel à ‘Spirits Will Collide’ de "Empath". Tout est équilibré dans les compositions en n’oubliant pas ce qui fait le sel de Devin à savoir une certaine folie et une dose de complexité (‘Dimensions’ ou ‘Heartbreaker’). Cet album est réellement lumineux, il fait du bien. Comment ne pas succomber au très beau ‘Call Of The Void’, au léger ‘Vacation’ et au disneysien (sans être péjoratif) ‘Child Of The God’ qui effectivement traine un peu trop en longueur.

Alors oui, c’est un aspect de Devin Townsend qui est plus cadré, moins fou, plus condensé plus simple mais en aucun cas cet album peut être qualifié, à mon sens, de mineur tant sa volonté de faire un album où la mélodie et l’accessibilité sont au centre du projet, de cet exercice imposé, est réussi. Ce n'est quand même pas "Chuckles And Mr. Squeezy" de Dredg ;-) mais à rapprocher du dernier A Perfect Circle.

Album DEVIN TOWNSEND EMPATH DEVIN TOWNSEND
EMPATH (2019)
INSIDEOUT MUSIC
METAL PROGRESSIF
5/5
NUNO777
08/03/2019
  0 0
Totalement en accord avec cette très complète chronique. Le génie Canadien atteint un degré d’aboutissement impressionnant et créé une œuvre équilibrée et totalement cohérente dans sa globalité alors qu’"Empath" est probablement son travail le plus radical dans les contrastes et le plus jusqu’au-boutiste dans ses délicieux excès de lyrisme. Cet album est une sorte de version musicale de la Genèse avec ses développements épiques, ses imaginaires foisonnants et sa dimension allégorique évocatrice d’un langage qui touche à l’universel. L’écoute d’"Empath" est aussi abordable par ses choix mélodiques évidents qu’ardue par certains de ses formats très étendus et exigeants. Mais que le récompense est belle une fois accoutumé à cette œuvre totale et monumentale.
9/10

Album DEVIN TOWNSEND TRANSCENDENCE DEVIN TOWNSEND
TRANSCENDENCE (2016)
INSIDEOUT MUSIC
METAL PROGRESSIF
5/5
TONYB
21/11/2016
  0 2
Pas fan de métal en général, mais là, quelle claque ! Plus progressif que métallique, ce nouvel album du canadien est tout simplement addictif !
Grandiloquent, inspiré, prenant du début à la fin. Un must-have assurément.

Album DEVIN TOWNSEND TRANSCENDENCE DEVIN TOWNSEND
TRANSCENDENCE (2016)
INSIDEOUT MUSIC
METAL PROGRESSIF
4/5
NUNO777
26/08/2016
  0 1
Le génie m'avait un peu perdu depuis "Epicloud" en 2012. Je trouvais à l'époque que Devin se répétait dans un cycle de composition sans renouvellement. "Z²" est un album difficile et dont je n'ai jamais réussi à percer l'épaisseur. J'ai abordé ce "Transcendence" à la magnifique pochette avec appréhension en me disant "Encore un Devin de plus…" Et bien, j'avoue avoir préjugé de la capacité du Canadien à se remettre à écrire des compositions d'une incroyable densité tout en privilégiant l'émotion et la mélodie. Ce disque est une superbe réussite qui donne un panel du meilleur Devin Townsend avec quelques moments de pure inventivité progressive, des chansons irrésistibles et des parties de guitare que je ne pensais entendre que chez Steve Vai. Je suis heureux de retrouver Devin à son sommet de créativité. Ce grand chauve un peu bizarre est un des artistes majeurs de ces vingt dernières années et il semblerait qu'il veuille le rester encore quelques années de plus.
Album DEVIN TOWNSEND OCEAN MACHINE DEVIN TOWNSEND
OCEAN MACHINE (1997)
INSIDEOUT MUSIC
METAL PROGRESSIF
5/5
TOWNSEND LE DEVIN
12/10/2013
 
429
0 1
Cette chronique est historique pour 3 raisons :
1) C'est ma première vraie chronique mais ça tout le monde s'en fout
2) Cet album représente la quintessence d'un nouveau style musical créé par Sieur Townsend himself
3) Il s'agit du meilleur album de l'artiste et du premier!

En dehors de ça, eh bien ça suffit pour l'écouter et puis l'acheter non ? Soyons sérieux, il s'agit d'être objectif pour donner au lecteur quelques éléments importants. En effet, ce Canadien d'origine a officié dans le groupe STRAPPING YOUNG LAD en tant que chanteur - guitariste - compositeur, avant de sortir ce premier album sous son nom. Ce groupe (SYL pour les intimes) était avec FEAR FACTORY la référence en matière de Cyber Metal au son énorme, sauf que SYL était encore plus inhumain, plus extrême, au départ.

Autant dire que c'était pas gagné pour que j'apprécie cet album car je trouvais SYL trop violent à mon gout, et que Devin était alors un illustre inconnu au bataillon des métalleux...

Mais, au détour d'une chronique (Dans Metallian ou Hard n' Heavy), mon regard s'est porté sur une pochette bleue et ce fut le début de cette fabuleuse incursion dans l'univers de ce grand nom du Metal. Il faut préciser tout de même que cet univers est assez difficile d'accès à la première écoute, mais cet album se déguste comme du bon vin : d'abord par petites gorgées puis, habitué au gout succulent, on se laisse retenter facilement... tout ça pour dire que cette galette a une durée de vie illimitée et que cela en fait un des disques les plus importants du metal.

Mais quel Metal me direz vous ? Et bien, je n'en sais rien ! C'est du Devin Townsend, quoi ! C'est comme pour QUEEN par exemple. C'est pas du Rock, c'est pas du Heavy, c'est du QUEEN. Bon, cher lecteur, je vais te donner plus d'indications car tu n'es pas bien avancé avec cette minable comparaison :

Les premiers éléments flagrants sont le son et la production : c'est énorme ! Une puissance et une clarté phénoménales. En fait, du SYL originel Devin a gardé le son pour notre plus grand bonheur. A titre de comparaison avec SYL, par souci pratique - je ne vois pas d'autres groupes avec qui comparer, notre huluberlu utilise sa culture musicale (Pop, Folk, Electro...) et toute la technologie dont il dispose (j'ose pas imaginer le temps de recherche et de création pour toutes les ambiances et le son de guitare, si... puissant) pour créer une ambiance totalement incroyable, un déferlement de décibels, une vague d'harmonies, en fusion avec une voix parfaite pour ce style de musique : tantôt énervée, tantôt mélodique, toujours au top. Quel coffre ! Mais surtout quelle maîtrise... aucune erreur !

Remarquable pour un premier album où son chant se fait volontiers mélodique, voire tragique sur la dernière pièce, "The Death of Music", qui clot l'album de façon assez atmosphérique. Je ne m'attarde pas volontairement sur les autres titres, car je veux laisser le curieux découvrir toutes les richesses de ce disque.

Sache néanmoins, ami lecteur, que ce dernier peut susciter des émotions assez diverses telles que des frissons, des headbangs furieux (ahhh "Regulator"...), et aussi un état proche de la transe lorsqu'on le connait bien. Autre information importante : l'artiste, que dis-je le génie, cherche ici à te soustraire à cette réalité par des compositions simples et somme toute efficaces. Si tu veux 15 breaks différents dans chaque morceau, écoute du Metal Prog! Mais il est un fait : la recherche est omniprésente, aussi bien dans les compos (cet opus a un très grand capital émotionnel), que dans le son, si caractéristique du bonhomme.

C'est d'ailleurs le seul point noir de tous les albums de Townsend : l'ambiance sonore est tellement énorme qu'elle pourra en rebuter quelques-uns au départ. Le conseil que je donnerais est alors de stopper l'écoute et de recommencer plus tard. Comme tous les univers personnels, celui de Devin Townsend se doit d'être apprivoisé, mais il a l'avantage de procurer à l'amateur, à l'esthète musical j'ai envie de dire - celui qui prend la peine d'écouter l'ensemble - un océan de plaisir, biomécanique, dont la seule limite sera son imaginaire, et la puissance de son ampli évidemment...

Le chef-d'oeuvre de ce grand monsieur, créateur d'océans sans limites...

Album DEVIN TOWNSEND EPICLOUD DEVIN TOWNSEND
EPICLOUD (2012)
INSIDEOUT MUSIC
METAL MELODIQUE
3/5
MR.BLUE
09/10/2012
  0 0
Un album sympathique dans lequel on retrouve également quelques idées de "Deconstruction" comme la chorale, les arrangements multistrates et quelques explosions plus sévères.
La première écoute m'a semblé plus difficile car tout y est frontal et dense, et en plus pas toujours très original. Même si ce manque d’originalité reste présent au fil des écoutes, des titres à la belle mélodies se révèlent, comme émergents du maelstrom sonore, et finissent par charmer voire plaire réellement.
Sympathique mais pas indispensable. Par contre Devin a tout intérêt à se creuser pour la suite car cette voie semble déjà, après le tour de force de la quadrilogie, impossible à surpasser.

 
PAGE / 5
 
Haut de page
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023