MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - AUDREY HORNE (18 MARS 2014)
TITRE:

AUDREY HORNE (18 MARS 2014)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

HARD ROCK



Quelques minutes avant de monter sur scène, Music Waves a rencontré le chanteur d'Audrey Horne pour une interview sans concession évoquant l'étiquette black metal collée au groupe, l'évolution musicale, le succès, l'avenir du groupe et de ses membres...
STRUCK - 23.06.2014 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Comment te sens-tu à quelques minutes de monter sur scène ?

Toschie : En temps normal, je suis relativement cool mais pour cette tournée, je suis un peu nerveux : nous n’avons pas joué depuis longtemps.
Nous ne sommes pas montés sur scène depuis Novembre. Depuis nous avons travaillé sur de nouvelles chansons… et quand tu n’as joué depuis un certain temps comme c’est le cas, c’est comme si tu n’étais pas en forme. Le musicien est comme un athlète dans ce sens où il faut s’entretenir!


"Aucun de nous n'a grandi en écoutant du black metal, nous avons grandi avec Kiss !"


Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Probablement la question qui est de savoir comment des musiciens de black metal en sont venus à jouer ce genre de musique. En fait, ce n’est pas le cas !
Quand le groupe a été créé, un seul membre -Tom Cato- jouait dans un groupe de black metal, Gorgoroth à cette époque… ensuite, Arve qui joue dans Enslaved nous a rejoint.

Mais hormis cela, aucun de nous n'a grandi en écoutant du black metal, nous avons grandi avec Kiss ! Plein de gens pensent que nous sommes des black metalleux qui ont évolué et jouent désormais du hard rock alors que c’est plutôt l’inverse. Par exemple, Tom et Arve -avant de jouer du black metal- jouaient du hard rock !



Comme tu l’as dit, au début, Audrey Horne était résumé aux racines black metal de certains membres. Comment vivais-tu le fait de voir le groupe ainsi résumé sachant que c’est finalement éloigné du style emprunté par le groupe ?

Je ne m'en préoccupe pas trop en fait car c’est finalement compréhensible : la plupart des gens nous ont connu à travers Tom et Arve parce qu’ils jouaient dans de plus gros groupes ! Je comprends ce lien qui a permis au groupe de grandir.


Est-ce que ça a accéléré le succès d’Audrey Horne ?

Au début, nous n’avions pas de problème avec cela vu que ça incitait les gens à nous découvrir. Mais des années après, le fait qu’on continue de dire qu’Audrey Horne est un side-project de musiciens black metal, je ne le comprends pas. C’est à se demander si les gens écoutent vraiment la musique qu’on fait (Sourire)!

Malgré tout, comme tu le dis, cela nous a probablement aidé vu que ceux qui aiment notre musique sont souvent des fans de black metal puisqu’ils ont découvert au travers de ce lien. Mais si au début, ces gens venaient nous voir par curiosité, aujourd’hui, ils viennent parce qu’ils apprécient nos concerts et aiment notre musique !

Entre parenthèse, cela témoigne de l’ouverture d’esprit des amateurs de black metal qui n’écoutent pas seulement leur style de musique préféré.

Ce lien a été un dilemme dans le sens où cela a incité des gens à venir voir nos concerts mais dans le même temps, nous étions résumés à une bête curieuse, ce que nous ne voulons pas être. Nous ne voulons pas que les gens viennent nous voir par curiosité au regard de certains membres mais parce que notre musique est bonne !


"Nous ne sommes pas un groupe revival !"


Votre musique justement. Elle est influencée par le hard rock classique joué d’une façon moderne. Te sens-tu proche de cette scène revival?

Pas vraiment ! Bien sûr, nous partageons les mêmes influences mais nous ne sommes jamais considérés comme un groupe revival. Nous sommes énormément influencés par la musique avec laquelle nous avons grandi mais n’avons jamais essayé de reproduire la musique qui était faite à cette époque.

On peut dire que nous jouons notre musique avec la même attitude mais nous n’avons jamais sorti d’album qui sonne comme un vieil album qui serait sorti en 1974 par exemple.

Nous ne sommes pas un groupe revival ! Malgré tout, nous vivons dans une société qui évolue tellement vite où tout est accessible d’un claquement de doigts. Et je pense que c’est l’une des raisons principales pour laquelle nous jouons la musique avec laquelle nous grandi, tu te rappelles des groupes de l’époque que tu écoutais : tu étais fan de Kiss, de Van Halen ou Deep Purple et tu le restais.

Tu peux accéder à toute la musique que tu veux et on se retrouve aujourd'hui dans une surenchère des groupes pour toucher un public plus large mais cela ne dure pas. C’est une des raisons de ce retour aux sources et cette mode des groupes revival !

La technologie moderne permet aussi bien de sortir de supers choses que des merdes (Sourires) et ce retour aux sources est surtout un retour aux vraies valeurs stables auxquelles le public peut s’identifier.


Tu as cité Van Halen, Kiss, Deep Purple… quel est le groupe dont tu te sens le plus proche ?

(Sourire) Je ne trouve pas que nous soyons si proches d’un de ces groupes mais si je devais en choisir un, je dirais Kiss. Ils ont influencé le plus de membres du groupe. Je pourrais également citer Van Halen, Rainbow, Whitesnake…

Si tu écoutes notre musique, tu te rends compte que nous n’essayons pas de cacher quel genre de musique nous aimons, cela resort assez logiquement. Nous n’essayons pas de le cacher parce que nous avons confiance en nous et dans le fait que nous faisons notre propre musique même si certains nous reprochent certains affiliations.


A cet égard, cet album aurait pu être sorti par un Deep Purple moderne ou même un Iron Maiden qui aurait privilégié l'aspect heavy au lieu de l'aspect progressif, que penses-tu d’une telle filiation musicale ? A savoir que le groupe et sa musique spnt un digne héritier du son des années 1970 et 1980 ?

Oui, notre musique vient clairement de cette époque : je ne peux être que d’accord avec toi (Sourire) !

Nous faisons de la musique depuis un certain temps, au début, nous le faisions dans une joie insouciante mais avec le temps, tu perds un peu de cette joie. Même si nous prenons toujours énormément de plaisir à jouer sur scène, composer et enregistrer impliquent des conversations…

Mais pour "Youngblod", nous avons decidé d’entrer en studio d’enregistrer et… jouer ce que nous ressentions.


Justement "Youngblood" est plus direct et simple que ses prédécesseurs pour arriver à une sorte de mélange parfait entre le hard rock classique et old-school et le heavy metal des années 1980…


C’est exactement cela ! Nous sommes entrés en studio en partant du principe que nous allions jouer sans réfléchir et nous verrions bien ce qu’il en ressortirait ! Enregistrer comme quand nous étions gamins finalement : cette attitude nous a procuré tellement de plaisir à l’époque que nous étions vraiment excités à l’idée d’enregistrer ! Cet album a donc été quasiment enregistré dans les conditions du live !

Nos prestations scéniques en ont été simplifiées et le public s’en rend compte et réagit d’autant mieux à nos prestations, nous donnant ainsi encore plus d’énergie : c’est un cercle vertueux !


"C’est plutôt une bonne chose qu’un groupe évolue sinon il meurt !"


A l’inverse, on a pu noter certains éléments progressifs dans l’album éponyme. Regrettes-tu ces expérimentations ?


Non, pas du tout !

Si aujourd’hui, nous composons différemment malgré tout, nous sommes très fiers de tous les albums que nous avons sorti ! Avant on pouvait avoir tendance à à changer certains passages, juste histoire de changer.

Certains albums ont été sortis il y a 10 ans. En 10 ans, on a eu le temps d'évoluer en tant que musicien, en tant que personne… les relations à l’intérieur du groupe ont également changé… Et j’ai envie de dire que c’est plutôt une bonne chose qu’un groupe évolue sinon il meurt !

Bien sûr, tu trouveras certaines personnes qui critiqueront ces évolutions, ces mêmes personnes qui t’auraient de toutes façons critiqué si tu n’avais pas évolué. Mais de façon générale, j’estime qu’il faut faire plus confiance au public qui est plus intelligent que certains groupes pensent. Et notre position est que tant que nous ferons la musique que nous aimons, le public suivra !

A l’inverse, tu as des cas particuliers comme AC/DC. Tu ne souhaites pas qu’ils fassent un album totalement différent : tu veux qu’AC/DC fasse du AC/DC, ce rock’n’roll groovy sur lequel tu peux boire une bière (Sourire) !


Cela fait un an que "Youngblood" est sorti, comment juges-tu cet album avec le recul ? Je suppose que vous ne vous attendiez pas à un tel accueil ? Rien qu'en France, vous avez fait la couverture de Rock Hard et ce même magazine a élu le disque album de l'année. Ca a dû vous faire plaisir de faire la couverture et d'être reconnu de cette manière ?

C’est très surprenant ! Mais nous ne sommes pas idiots, quand nous avons enregistré cet album, nous sentions qu’il serait différent des précédents mais nous avons également réalisé que nos influences ressortaient de façon évidente comme le fait que certaines ont des vibrations Deep Purple. Nous n’essayons pas de cacher ces influences !

Et quand nous avons sorti cet album, nous ne savions pas à quoi nous attendre. On imaginait que certains fans le détesteraient en disant que nous sommes passés d’une musique intéressante à du rock’n’roll ennuyeux ! Nous étions conscients de ces éventuelles réponses qui auraient pu témoigner que nous empruntions un mauvais chemin mais finalement, les retours ont été exceptionnels ce que nous a énormément soulagé ! Je pense que nous avons eu un tel retour parce que nous avons eu beaucoup de plaisir à faire cet album.



Quelle est la prochaine étape dans cette voie couronnée de succès ?


Nous allons commencer à enregistrer notre prochain album en Avril, nous avons déjà écrit quelques titres.
Et pour le coup, nous avons tellement pris de plaisir la dernière fois que nous allons travailler de la même façon.

Le prochain album sera dans une veine comparable à "Youngblood” mais certains titres seront plus bluesy d’une certaine façon, d’autres plus "rock stadium" si on peut dire (Sourire)…

Nous n’essayons pas de refaire la même chose que sur “Youngblood”, certains titres seront moins heavy, d’autres seront axés guitars avec des soli… Même si nous continuons sur la route tracée par “Youngblood”, nous essayons de ne pas nous fixer de limite et d'aller là où nos émotions nous mènent.


Et pour quand est prévu ce nouvel album ?

Nous prévoyons de le sortir fin Août / début Septembre.


Ca veut dire que vous avez trouvé la bonne recette car la sortie est très rapprochée de la sortie de “Youngblood”…


Nous travaillons beaucoup plus rapidement !
Mais quand nous avons créé ce groupe, nous voulions faire comme Kiss à savoir sortir un album tous les ans : les trois premiers albums de Kiss ont été sortis en 14 mois !
Nous voulions sortir plein d’albums mais finalement, après 10 ans d’existence; nous n’avons sorti que 3 albums (Rires) ce qui n’est pas vraiment la voie que nous avions prévu de prendre…

Avec "Youngblood", nous avons trouvé de bonnes vibrations de compositions et nous avons décidé de ne plus nous arrêter d’écrire comme nous pouvons le faire auparavant…
Pour tout dire, nous avions initialement prévu de le sortir plus tôt mais nous nous sommes dits que ce serait peut-être trop rapide. Il ne fallait quand même par passer de 3 ans entre chaque album à 8 mois (Sourire) !


On l’a dit "Youngblood" a été unanimement bien accueilli, vous composez plus vite que jamais… Audrey Horne a vocation a devenir de plus en plus connu. Comment gérez-vous cette situation sachant que Audrey Horne pourrait vite devenir plus populaire que les groupes principaux de certains membres et ainsi devenir la priorité de ces musiciens ?

Je pense qu’Arve souhaiterait qu’Audrey Horne devienne sa priorité parce qu’il aime la façon dont nous composons et nos concerts. En revanche, il aime également jouer avec Enslaved. Mais à la question du choix, il répond qu’il ne choisira pas tant qu’il n’aura pas à choisir ! Le jour où il lui sera impossible de jouer pour les deux groupes, il décidera et je sais qu’il choisira Audrey Horne parce que c’est probablement là où se situe son coeur musicalement !


Mais ce choix se est-il lié du success croissant d’Audrey Horne…

Non, non, si nous devenons encore plus populaire, la question se posera mais aujourd’hui ce n’est pas le cas.


En France, vous avez joué au Raismes Fest l'année dernière et au Hellfest en 2011 et 2013, petit à petit, vous créez un lien avec notre pays. A Raismes, vous avez même joué assez haut sur l'affiche, il y a une histoire d'amour qui se crée avec la France ?

Clairement (Rires) ! Nous avons vraiment été très surpris de l’accueil français sachant que comme tu l’as dit, la France n’est pas reconnue pour être un pays de rock. Malgré tout, les concerts que nous avons pu faire en France ont été supers.

J’adore la France, j’y passe tous les étés depuis 7 ans, je me suis marié l’été dernier dans le Sud de France… J’aime la nourriture, le vin, les gens sont calmes, polis, plus chaleureux que les suédois…

Nous aimons tellement la France que nous aurions aimé avoir plus de dates françaises pour cette tournée… Pour la tournée du prochain album, nous aurons plus de dates françaises…


Questions traditionnelles du site, quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?


Il y en a vraiment beaucoup. J’estime que j’ai beaucoup de chance. Avec le recul, si je regarde tous les albums que nous avons réalisé et dont je suis très fier, ceux  qui ont reçu plusieurs récompenses, tous ces concerts joués dans des pays que je n’aurais pas visité si je n’avais pas été dans un groupe, toutes ces supers personnes rencontrées que ce soit le public, les journalistes comme toi, d’autres musiciens, les gens du milieu…  je constate que j’ai réalisé tous les choses auxquelles j’ai rêvé quand j’ai créé le groupe.

Donc donner un meilleur souvenir est impossible vu que j’ai réalisé plus de choses dans ma carrière que je n’aurais rêvé. Mais si je devais donner un concert marquant, je dirais le Hellfest de l’an dernier. Il y avait un public énorme mais contrairement à d’autres festivals où certains spectateurs sont présents mais pas vraiment passionnés par la musique, ce jour-là tout le public nous attendait et a adoré notre concert ce qui en fait un moment très fort !


Tu as parlé de succès : vis-tu de ta musique ?

Non, je suis tatoueur…


Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire, quel serait le pire ?

Il y a moments de m… Quand par exemple, ta voix n’est pas au top, le matériel casse… Mais avec le temps, tu te rends compte que le public ne t’en tient pas rigueur finalement et depuis, je suis plus relax sur ces sujets !

En effet, même si tu estimes que ta prestation a été catastophique, je me mets à la place du public pour qui l’essentiel est que tu donnes tout.



On a commencé cette interview par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ou à laquelle tu adorerais répondre ?

En tant que musicien, tu es censé parler musique. Malgré tout certains te parlent de choses totalement différentes ce qui est, pour moi, très excitant… parce que ce n’est pas à quoi tu t’attends. C’est toujours cool d’avoir des questions qui ne sont pas les traditionnelles comme "Comment avez-vous enregistrer?", "Quand allez-vous tourner?"…
Et dans ton cas, c’était cool parce que tu as plus évoqué les sentiments qui tournent autour de notre musique et pas seulement la musique en elle-même.


Avant de se quitter, voudrais-tu dire un dernier mot aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?

Oh, je ne suis pas très bon en français (Rires)!
J’espère qu’ils aimeront l’album que nous sommes en train de faire et quand il sera sorti, nous ferons plus de concerts en France et j’espère vous y croiser à ce moment-là!


Merci

(en français) “Merci beaucoup!”


Et merci à Childeric Thor et Noise pour leur contribution...



Plus d'informations sur http://www.audreyhornemusic.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 2377
  • 2378
  • 2379
Haut de page
EN RELATION AVEC AUDREY HORNE
DERNIERE CHRONIQUE
AUDREY HORNE: Blackout (2018)
4/5

Sûr de son art, Audrey Horne ne déçoit pas, selon sa bonne habitude, accouchant sans jamais se départir de sa décontraction ni de sa sincérité d'un grand disque à la hauteur de son généreux talent.
DERNIERE ACTUALITE
AUDREY HORNE: Les détails du nouvel album "Blackout"
 
AUTRES ARTICLES
H.E.A.T. (03 MARS 2014)
A l'occasion de la sortie de "Tearing Down the Wall", les membres de H.E.A.T. ont cassé les codes en livrant une chaude interview à Music Waves évoquant Europe, Swedish Idol, ABBA, Scorpions et même Steel Panther les menant sur des pentes savonneuses...
AMPHETAMIN (MARS 2014)
Interview téléphonique de Sebastian, leader du jeune groupe français de Reims qui monte : Amphetamin
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021