MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - LA SOURIS DEGLINGUEE
TITRE:

LA SOURIS DEGLINGUEE


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Alors que son prochain album se fait toujours attendre, La Souris Déglinguée lance une collecte de fonds en vue de financer sa promotion ainsi qu'une série de concerts prévue fin 2014 à l’Olympia. Nous avons fait le point avec son chanteur, Taï-Luc.
NESTOR - 18.12.2013 -
7 photo(s) - (1) commentaire(s)

A la veille de sortir son prochain album (1er trimestre 2014) ce vétéran de la scène Rock française organise une vente aux enchères d'objets divers en lien avec le groupe pour en financer la promotion ainsi que l'organisation de 3 concerts à l'Olympia, début 2015.

Rencontre avec Taïc-Luc (Chant-guitare) et Victoire, Responsable de l'Association qui organise cette levée d'impôt révolutionnaire, l'International Raya Fan Club 2014 .

Qui se cache derrière l’association « International Raya Fan Club 2014 » ?

Victoire : L’idée de base vient du constat qu’il fallait des sous pour organiser la promotion du prochain album. Sinon cela allait être un album de plus… sans avenir. On avait initialement pensé à une vente aux enchères dans une salle, mais se posait le problème des gens éloignés.

Par ailleurs, on en avait marre de s’occuper de la partie merchandising, vente de T-shirt… Donc on s’est dit que l’on allait scinder nos activités péri-musicale en deux parties. D’une part le label Clandestine qui s’occupe de la Production de l’album (enregistrement, conseil artistique, organisation de concerts…) et en parallèle une association, International Raya Fan Club 2014, qui va prendre en charge la partie promotion, merchandising.
 

Pourquoi créer cette association maintenant et pas il y a 10 ou 15 ans ?

Le besoin ne se faisait alors pas sentir. Il en va de même pour notre société de Production qui a été créée uniquement en 2007. A cette époque nous nous sommes aperçus que nous ne faisions plus de concerts alors que nous avions un Tourneur. Nous avons décidé de prendre les choses en mains, et depuis que nous nous chargeons nous même d’organiser nos concerts, nous n’avons jamais autant tourné. Pourquoi ? Parce que pour qu’un Tourneur se bouge il faut qu’il estime que le groupe ait une actualité. Si le groupe n’en a pas, il va estimer qu’un concert n’est pas viable.

 
Qu’elle est l’objectif de cette vente en ligne ?

Premier point important : l’IRFC 2014 est une association qui regroupe des gens bénévoles qui veulent faire vivre La Souris Déglinguée.  L’argent récolté a pour objectif de promouvoir une série de 3 concerts de LSD à l’Olympia début 2015.

Est-ce qu’un concert ne peut pas s’autofinancer ?

Oui, mais on a besoin de la promotion. On arrivera à faire venir 8 000 personnes à l’Olympia que si on a de la promotion qui est faite en amont. Sinon, les gens n’iront pas écouter le prochain disque, ils ne sauront même pas qu’il existe. Et comme c’est un excellent album, on se dit qu’il faut lui donner toutes ses chances.


Il a intérêt à être bon parce qu’il aura mis le temps à sortir…

Victoire : Oui, le précédent album, "Mékong", est sorti il y a 8 ans, donc les gens sont dans l’attente du prochain. Il faut de l’argent pour assurer sa promotion. Et de l’argent nous n’en avions pas. D’où cette vente en ligne. Il faut savoir qu’une Attachée de Presse c’est au moins 3 000 € et que les achats d’espaces publicitaires restent très chers. A ce jour, nous avons collecté un peu plus de 3 000 €, si l’on retire 20% de TVA il ne reste que dans les 2 500 €…


Vous devez payer de la TVA sur ces ventes d’objets « occasion » ?

Oui, c’est une obligation. Nous avons même créé récemment sur le site la possibilité de donner 5€, 20€, 50€ sans contrepartie, juste pour le « plaisir de donner »… et il semble que cela doit être soumis à TVA.


Avez-vous regardé ce que faisaient d’autres groupes pour financer leurs albums ? Comme Marillion par exemple qui fait de la pré-vente d’album.

Nous le faisons également un peu puisque nous vendons les nouveaux titres via mp3, mais dans un premier temps  nous tenons à rester propriétaire des bandes.

Taï-Luc : et puis les choses ont changé. Lorsque nous avons sorti nos précédents albums, ceux-ci étaient financés par une maison de disques et ils étaient enregistrés dans un studio, le Studio Montmartre, qui participait à l’enregistrement de nos disques. Je suis passé devant ce studio récemment : il a été détruit et a été remplacé par des logements. Certainement parce qu’il n’était plus assez rentable pour ses propriétaires.


D’autres studios ont dû ouvrir…

Taï-Luc : Oui, mais tu vois ton petit enregistreur MP3 qui te sert pour nous enregistrer, en caricaturant je pourrais te dire que l’on pourrait presque faire un album avec… Le coût de l’enregistrement d’un album a considérablement baissé, par contre sa promotion reste un coût important. D’où cette levée de fonds.


Vous avez indiqué un objectif de 40 000 €, pourtant j’ai additionné les prix de l’ensemble des objets proposés sur le site et on n’arrive pas à cette somme…

Victoire : Nous ajoutons des objets tous les jours. Nous venons de revoir des objets d’amis. Je viens par exemple d’avoir Mickson qui a réalisé les illustrations des disques "Mekong" et de "Citée Des Anges", il va nous envoyer 3 de ses œuvres. J’ai contacté d’autres artistes comme Paella qui fait du Street Art (http://www.paella2.com/), et Space Invader (http://www.space-invaders.com/) qui fait des petits vaisseaux / Aliens en carrelage sur les murs, pour qu’ils nous donnent des œuvres à mettre en vente. Dans le cas de ce dernier, c’est un fan de la première heure de La Souris et il a tenu à nous aider. Et c’est une très bonne chaise car il a le vent en poupe.

 

Quels sont les autres objets en vente ?

Victoire : Il y a des T-shirt, des affiches de concert, des chansons en mp3, son nom sur la prochaine affiche de nos concerts, des photos dédicacées, une des bouteilles du pack de 6 Heineken confiée à JF par Muzo notre bassiste au retour du concert de Vitry le François « pour boire plus tard » mais jamais restituée. Le pack sera dédicacé par Muzo, et sera remis en main propre sur Paris par un membre de l'IRFC2014…


Ce n’est pas un crève-cœur de se séparer de certains objets ? Je pense au Plate-forme boots estampillées 74’ de Taï Luc ?

Taï-Luc : (rire) Non, il ne faut pas s’attacher aux choses. 


Qui a fait le texte de présentation du site ?

Victoire : C’est moi, pourquoi ?


Je trouve ça très… pompeux… le terme n’est pas forcément juste. Ca reflète toute la communication de La Souris Déglinguée.

Victoire : Trop pompeux ?
 

Non, mais il ressort de la communication verbale du groupe comme une sorte de communautarisme alors que le groupe est très ouvert. Vous parlez en langage codé, comme si vous ne vous adressiez qu’à des initiés. Vous faites de nombreuses références à des évènements, des personnes du passé…

Victoire : Cette fois ci, c’est moi qui m’y suis collé parce que personne ne voulait le faire. Et on m’a conseillé de procéder par slogan. Mais de manière générale, la communication vient de Taï Luc car cela n’intéresse pas les autres membres du groupe. Et Taï Luc il écrit comme il parle, c’est-à-dire de manière très allusive. Lorsqu’il a fait sa thèse de Doctorat en linguistique, un des membres du jury disait « Monsieur Nguyen, vous dites des choses extraordinaires mais vous faites en sorte que les gens ne comprennent pas ».

Mais est-ce  volontaire, est-ce travaillé ?

Taï-Luc : J’ai toujours fait les choses par défaut. Par exemple, au départ, je n’aime pas chanter. Moi je préfère acheter des disques que de jouer un instrument de musique. Il se trouve que je me suis trouvé en position de jouer de la guitare.

Lorsque l’on a fait ce groupe avec les uns et les autres on ne faisait que des reprises du Velvet, de Lou Reed, de Chuck Berry. Et je trouvais cela très bien. Il se fait que l’on a vu des groupes en Angleterre en 77, et à la suite de cela on s’est dit que peut-être on pourrait faire des morceaux originaux. A cette époque, je me suis tourné vers le copain guitariste de l’époque, Jean Pierre, pour lui demander s’il avait des morceaux. Il m’a dit « Nan, j’en ai pas et toi ? ». Alors c’est moi qui ai amené les premiers morceaux. J’ai demandé qui allait chanter et qui allait apporter les paroles. Personne ne s’est désigné alors je me suis trouvé à écrire des textes. Puis le chanteur est parti, et comme personne ne voulait s’y coller, je me mis au chant.

Après les premiers concerts, je suis parti au Service Militaire et je pensais que tout allait s’arrêter. Et c’est là que tout a commencé. Le premier disque est sorti chez New Rose et je pensais sincèrement que cela n’allait pas se vendre. Mais j’étais content parce qu’on avait un document sonore. Le Producteur de l’époque nous a dit que l’on devait faire un deuxième disque ». Moi je lui ai demandé : « Mais pourquoi faire ? ». Il m’a répondu que le premier se vendait bien et que donc on devait vite en faire un nouveau. 

Et pour revenir sur la communication, moi je n’ai jamais aimé la communication, mais comme j’ai toujours été celui qui a été mis en avant, je l’ai fait à ma manière, celle que tu connais.

 

 

Et ça cela ne pose pas de problème dans le groupe, le fait que ce soit toujours la même personne qui est mise en avant ?

Victoire : Non, je ne pense pas. C’est une sorte de délégation.


Cela arrange les autres membres ?

Les autres aiment bien qu’on les interroge sur l’histoire du groupe, mais ils sont plus occupés.


Cela fait 20 ans que le groupe existe sous sa forme actuelle. Comme cela tient ? Pourquoi cela tient ?

Taï-Luc : Ça tient parce qu’il y a une sorte d’alchimie.


Mais, est-ce un travail de tous les jours, ou est-ce naturel ?

On prend tout simplement plaisir à jouer ensemble. Les membres de LSD ne vivent pas ensemble, et je crois que c’est un des secrets de la longévité. Je crois que nous n’avons jamais mangé ensemble en dehors des concerts. Nous ne nous voyons pas en dehors du groupe. On n’est pas un clan, on n’est pas une famille. Ca créé une liberté très forte. Il n’y a donc aucune raison de ce disputer parce qu’il n’y a pas de familiarité entre nous.


D’accord, mais en 20 ans les égos doivent éroder les relations au sein d’un groupe.

Victoire : Taï Luc n’a aucun égo. Il peut y avoir de temps en temps quelques désaccords, mais le plaisir de jouer ensemble dépasse cela. 


Pour rester dans le domaine de la communication. Qu’est ce qui explique que le site officiel de LSD (http://www.la-souris-deglinguee.com/), qui est une mine d’information sur le groupe, ne soit pas actualisé régulièrement ?

Taï-Luc : En fait ce n’est pas un site officiel. Il est administré par un jeune homme du Sud de la France, qui est fan de LSD. C’est son initiative à partir de 1999 /2000. C’est un site partisan avec beaucoup d’archives, mais comme nous n’avons pas la main dessus, nous ne maitrisons pas l’information. Le forum qui est accessible via ce site est lui une source d’information concernant l’actualité du groupe. Sinon, il faut aller sur le site Clandestine (http://www.clandestines79.fr/), mais c’est vrai que nous ne l’actualisons pas en permanence. Et puis aujourd’hui tout s’est déplacé vers les réseaux sociaux. Donc si on veut des informations sur l’actualité de La Souris, c’est sur Facebook qu’il faut aller.


Et un outil comme Wikipédia, vous y jetez un coup d’œil ? C’est vous qui l’avez renseigné ?

Victoire : La page sur Taï Luc, c’est lui qui l’a écrit. On a eu un peu de mal à le faire accepter par Wikipédia, parce qu’il ne voulait pas que ce soit une liste. On a un peu discuté avec eux, et ils ont fini par être ok.

Taï-Luc : Au départ c’est mon autobiographie réalisée pour mon album solo, Jukebox. Il fallait un peu se mettre en avant, ce que je n’aime pas faire. Donc je me suis dit « je vais y aller carrément, année par année ». C’est donc une liste chronologique depuis ma naissance. Cela ne ressemble pas à un article de Wikipédia, mais cela a été officialisé. http://fr.wikipedia.org/wiki/Tai-Luc


Je n’ai pas vu celui sur Taï-Luc, je n’ai vu que la page sur le groupe.

Victoire : Celle-là ce n’est pas nous qui l’avons faite. Mais il faudrait effectivement que j’aille la voir. Elle est comment ?


Elle est très neutre. Mais j’imagine que si j’avais une page Wikipédia, j’irais fréquemment la consulter, probablement par narcissisme… Cela me titillerait de savoir ce que l’on dit sur moi. En gros est-ce que la critique fait encore mal après plus de 30 ans ?

Taï-Luc : Non, je suis assez indifférent à la critique, qu’elle soit positive ou négative. De toute façon lorsque l’on est un peu dans le domaine public il faut faire avec…
Je n’interviens pas sur les forums, lorsque cela déconne trop, je laisse faire. Même si je suis mis en cause (en bien ou en mal)… cela n’a pas beaucoup d’importance. Cela m’est arrivé qu’une seule fois d’intervenir, dernièrement d’ailleurs, pour faire une longue réponse à une personne qui exprimaient beaucoup de ressentiments à l’égard du passé et du texte d’une de nos chansons. Suite à l’interview dans TheGround que tu évoquais tout à l’heure. Mais sinon, cela ne me touche pas beaucoup.

Le prochain album c’est pour quand ?

Pour très bientôt. Normalement le 24 décembre. Les MP3 devraient être disponibles à cette date. Pour le vinyle ce sera début mars.


A quoi doit-on s’attendre avec ce futur album ?

J’ai envie de te dire que les musiciens sont toujours les mêmes, les instruments aussi. Donc cela va ressembler à un disque de LSD.


Cela ne veut pas dire grand-chose, parce que le style de La Souris Déglinguée a beaucoup évolué avec le temps.

Oui, mais moi j’entends toujours la même chose. Tu sais, le camarade bassiste qui joue avec moi depuis 1977, pour moi il fait toujours les mêmes notes.


Oui, mais depuis il a peut-être découvert d’autres choses et il a peut-être envie de faire autre chose ?

Quel que soit le résultat, pour moi c’est toujours la même matière. Lorsque l’on a fait la chanson Bangkok sans aucune guitare, cela a surpris les gens, mais sur scène, il y a de la guitare. Donc pour nous qui fabriquons ces choses on reste toujours dans le même univers. Tu sais, ma guitare, c’est la même depuis 1979, ma connaissance du manche elle date de 1976… La forme est un peu secondaire. Ce sont les morceaux en eux-mêmes qui sont importants. Tu sais, il y a un de nos albums que l’on a remixé parce que je trouvais vraiment que la voix devait être modifiée. Résultat des courses, on a reçu une lettre d’un fan qui nous a dit : « C’est bien d’avoir remixé "Aujourd’hui et demain", mais nous on s’en fout. Ce que l’on aime ce sont les chansons ». Donc pour nous un fan de LSD aime les chansons quelque soit leur forme.

Et l’objectif du prochain est de reprendre un peu de cet esprit que l’on retrouve dans tous les albums de La Souris.

Merci et bon courage

Merci à toi



Plus d'informations sur http://www.la-souris-deglinguee.com/
 
(1) COMMENTAIRE(S)  
 
 
ADRIANSTORK
18/12/2013
  1
Truculent! Parler de Marillion dans une interview de LSD. Tu avais fait un pari avec Struck, Nestor?
Autrement, je n'ai pas trop aimé cette interview, où est la musique dans tout ça?
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1868
  • 1869
  • 1870
  • 1871
  • 1872
  • 1873
  • 1875
Haut de page
EN RELATION AVEC LA SOURIS DÉGLINGUÉE
DERNIERE CHRONIQUE
LA SOURIS DÉGLINGUÉE: Mekong (2005)
4/5

Encore une fois, La Souris se fend d’un album gorgé de charme et de classe.
DERNIERE ACTUALITE
Opération de soutien aux concerts de LSD à l'Oympia
 
AUTRES ARTICLES
CROSSFAITH (07 NOVEMBRE 2013)
A l'occasion de la sortie de "Apocalyze", Music Waves a rencontré les japonais de Crossfaith...
WALKING PAPERS (13 DECEMBRE 2013)
Cerné par une horde sympathique de fans de l'ex-bassiste des Guns N'Roses, Music Waves a rencontré les leaders de Walking Papers à savoir Jeff Angell et... Duff McKagan...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021