MW / Accueil / Articles / DOSSIERS - L'ENVERS DU PROGRESSIF (2/3)
TITRE:

L'ENVERS DU PROGRESSIF (2/3)


TYPE:
DOSSIERS
GENRE:

METAL PROGRESSIF



Dans le cadre du grand dossier consacré à l’envers du business du Progressif, notre grand reporter Ping Ping a rencontré pour Progressive Waves les principaux acteurs de ce monde impitoyable.
STRUCK - 16.07.2007 -
0 photo(s) - (0) commentaire(s)

Aujourd'hui, les associations en charge de la promotion de Nemo racontées par Jean-Michel Thomas, président de Quadrifonic...

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/PROG02.jpg[/IMG]

Ping Ping : Peux-tu te présenter rapidement ?
Jean-Michel : Jean-Michel Thomas, président de Quadrifonic, coopté à ce titre par les autres membres parce qu'il fallait bien un volontaire pour ce poste. (Rires)

Ping Ping : Peux-tu présenter l’association avec laquelle tu collabores ?
Jean-Michel : Créé en 2002, Quadrifonic est le label des disques de Nemo et de JPL, mais c'est aussi un outil de promotion et de vente en ligne qui a été ouvert à d'autres artistes francophones oeuvrant dans le prog ou assimilé.

Ping Ping : Pourquoi ce nom Quadrifonic ?
Jean-Michel : Selon moi, c'est sans doute l'admiration que JP porte aux Who qui l'a amené à choisir ce nom en hommage à Quadrophenia !!
En réalité c’est plus simple que ça ! Nemo est composé de 4 membres d’où le "quadri", et ils font des sons d’où le "fonic", et Quadrifonic c’est plus joli que Quatresons !! (Rires)

Ping Ping : La vocation de Quadrifonic est-elle de durer ? L’objectif de cette association ?
Jean-Michel : Quadrifonic durera jusqu'à ce qu'un label fasse à Nemo une offre de production et de distribution intéressante. Ce qui veut dire un contrat qui ne rend pas le groupe spectateur impuissant des méthodes. Quadrifonic permet à Nemo de rester libre de ses choix de création, de production et de promotion. L'objectif aujourd'hui est d'offrir à Nemo les moyens de cette liberté. Et puis, tant que Quadrifonic rendra service à des groupes autoproduits, nous essayerons de la faire durer.

Ping Ping : Quelles sont tes attributions ?
Jean-Michel : Mon job avec Quadrifonic n'a pas de limite précise. J'aide Nemo à créer ses outils de promotions (flyers, catalogue, press-book) et j'essaie d'influencer mes maigres relations dans le milieu du spectacle pour qu'ils programment des concerts avec Nemo, et ça, c'est jamais gagné d'avance !!
Je donne aussi un coup de main pour les newsletters et le site de Quadrifonic, surtout pour les traductions en anglais, ce qui explique les faiblesses de cette partie là !
My english isn't so good !! (Rires)

Ping Ping : Aurais-tu pu faire t’investir pour un autre style de zik : je ne sais pas moi, faire la promo de Crazy Frog (mon avatar) ?
Jean-Michel : Je pense que pour vendre quelque chose il faut être convaincu de sa valeur. Je suis un progueux pur et dur, grand amateur de rock et hard rock classiques et je serais bien incapable de parler avec autant de conviction d'un autre courant musical.

Ping Ping : Dans le marasme économique actuel du milieu musical ; quelle est la politique de Quadrifonic ?
Jean-Michel : Quel marasme économique ? Je parlerais plutôt de mascarade musicale ! (Rires). Si on met à part une petite quantité d'artistes, tous courants confondus, quelque soit l'époque, il n'y en a jamais eu beaucoup qui ont pu vivre de leur musique. Le marasme est sur les ondes, qu'elles soient hertziennes ou numériques terrestres, mais je n'ai pas l'impression que ce soit franchement nouveau.
Quadrifonic veut juste offrir un moyen de plus de diffusion en se basant sur la relative notoriété des groupes phares de son catalogue.

Ping Ping : Comment expliques-tu la multiplication et l’apparition d’association/collectif et notamment en France (Klone….) ?
Jean-Michel : Sortir un disque coûte cher et les labels ne signent pas facilement les débutants ou alors à des conditions que certains refusent. Il ne leur reste plus comme solution que l'autoprod et la distribution par des collectifs ou associations comme Quadrifonic.

Ping Ping : En tant qu’association, êtes vous régis par la loi de 1901 et donc, ne devant pas faire de bénéfice ?
Jean-Michel : Quadrifonic est loi 1901 et ne fait pas de bénéfice, et elle aimerait bien ne pas faire trop de déficit !!! (Rires)

Ping Ping : A ce titre, que devient l’argent perçu sur les ventes réalisées ? Avez-vous des deals particuliers avec les groupes signés ? Ce sont des deals au cas par cas ou un pourcentage fixe par album vendu ? En bref, comment négocie Quadrifonic avec les groupes qu’il signe ?
Jean-Michel : Le bénéfice des ventes est largement réinvesti dans la fabrication des disques de Nemo et dans les concerts déficitaires.
Quadrifonic fonctionne pour les autres groupes comme une sorte de dépôt-vente. Tous les groupes sont à la même enseigne, pas de cas particulier. Quadrifonic offre un moyen de vente en ligne, un catalogue général, les retombées du cumul de la notoriété de chaque groupe, tout ça contre un petit pourcentage sur un prix de vente raisonnable imposé.

Ping Ping : Comment fonctionne Quadrifonic avec ses groupes : Il s’occupe de tout : promo, diffusion, tournée… ?
Jean-Michel : Aujourd'hui Quadrifonic ne s'occupe réellement que de la diffusion pour les groupes extérieurs. C'est déjà difficile de faire de la promo et surtout de trouver des dates de concert pour Nemo … et les concerts ne sont jamais rentables, on essaie de couvrir les frais engendrés par les déplacements.

Ping Ping : Justement meilleur/pire souvenirs de promo/concert organisé ?
Jean-Michel : Le meilleur souvenir de concert pour moi est forcément celui de Nemo organisé pour moi tout seul !! Le pire, c’est l’annulation d’une date !!

Ping Ping : Combien d’artistes sont référencés sur Quadrifonic ?
Jean-Michel : Aujourd'hui la liste comporte 13 noms et très bientôt 14 ou 15 !

Ping Ping : Comment expliques-tu qu’un groupe comme Nemo qui commence à faire son trou dans le monde progressif ne soit pas signé par un label ?
Jean-Michel : C'est une question à poser aux labels. Mais comme je l'ai dit tout à l’heure, Nemo ne signera avec un label que si le groupe garde sa liberté de création et de promotion et ce n’est pas si courant. Certains des groupes qui ont rejoint Quadrifonic ont eu des propositions d’un label mais les conditions sont souvent trop contraignantes. Les groupes perdent la possibilité de choisir leurs moyens de promotion.

Ping Ping : Quel profil doit posséder un groupe pour intégrer ton association : doit-il ne faire QUE du rock prog ? Dans le cas contraire, est-ce que Crazy Frog pourrait être diffusé par Quadrifonic sous l’autel de l’argent roi ?
Jean-Michel : Quadrifonic diffuse avant tout des groupes orientés prog, mais ce n'est pas un critère incontournable. Nous acceptons toute production de qualité du moment qu'elle ne dénature pas le catalogue. Pour Crazy Frog, je ne peux pas répondre car j'avoue que je ne connais pas.

Ping Ping : Tu ne connais pas Crazy Frog ?? La honte… Enfin, quelle est ta vision de la musique à terme ? Tu es plutôt optimiste / pessimiste sur l’avenir du business musical en général et ton engagement en particulier ?
Jean-Michel : Dans mon cas, je n’ai pas d’obligation, juste une passion et je passe assez facilement de l'optimisme au pessimisme en fonction des réussites et des échecs.
La seule chose qui me rendrait définitivement optimiste serait regain d'intérêt de la part du grand public pour notre musique de prédilection.

Ping Ping : Le téléchargement sur le net a-t’il changé la vision de ton métier ? La pression est-elle plus forte à ton niveau ?
Jean-Michel : Internet est pour moi surtout un outil de promotion et je ne pense pas que le téléchargement change beaucoup la donne pour des groupes comme ceux qui sont présents sur le catalogue Quadrifonic. La mule a peut-être fait perdre à Nemo une dizaine ou une vingtaine de ventes alors que c'est 1.000 de plus qu'il faudrait pour passer à la vitesse supérieure.

Ping Ping : Que penses-tu de webzine comme Progessive Waves ? Les webzines sont-ils un avantage ou un inconvénient pour Quadrifonic ?
Jean-Michel : Sans hésiter, je dirais que les webzines (ainsi que les magazines tels que Koid'9 ou Prog-Résiste) sont de bons outils de promotion. Ils sont les seules références pour le public du prog. Quadrifonic se sert largement des webzines et de leurs forums pour se faire connaître.

Ping Ping : Ton rêve autant pour toi que pour Quadrifonic ?
Jean-Michel : Mon rêve serait d'être responsable, même pour une très faible partie, d'une vraie consécration publique de Nemo ou de tout autre groupe de ce niveau.
Pour Quadrifonic, je n'ai pas vraiment de rêve précis. Je ne pense pas que l'avenir de Quadrifonic soit de devenir un grand label commercial. Comme pour toute association créée pour résoudre un problème, on ne souhaite en fin de compte que son existence ne se justifie plus parce que le problème aurait disparu. Tant que Quadrifonic servira les intérêts de quelques petits artistes, elle aura sa raison d'exister.

Ping Ping : Quelques mots pour tes fans… euh pas encore ;-)… pour les lecteurs de Progressive Waves ?
Jean-Michel : Je dirai aux lecteurs de PW ce que je dis souvent à qui veut l'entendre, que le prog est une musique qui a une image intellectuelle marginale que nous devons démystifier. Il faudrait que chacun de nous, les amoureux de cette musique, fasse la publicité autour du prog et surtout qu'il affiche son soutien aux artistes par sa présence aux concerts.


Un grand merci à Jean-Michel pour cette entrevue des plus intéressantes qui nous a éclairé sur la partie sombre de la promotion d’artistes progressifs français...


Plus d'informations sur http://www.7-days.se
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Haut de page
EN RELATION AVEC 7 DAYS
DERNIERE CHRONIQUE
7 DAYS: Into Forever (2010)
4/5

 
AUTRES ARTICLES
CONCERT DE GENESIS LE 12 JUILLET 2007 À LYON
Le 12 juillet 2007, El_Bia était au stade de Gerland de Lyon afin d'assister à l'un des derniers shows du groupe de Rock prog légendaire ! Petit reportage de ce concert extraordinaire...
L'ENVERS DU PROGRESSIF (3/3)
Dans le cadre du grand dossier consacré à l’envers du business du Progressif, notre grand reporter Ping Ping a rencontré pour Progressive Waves les principaux acteurs de ce monde impitoyable.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022