MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - NIGHTWISH (17 AVRIL 2012)
TITRE:

NIGHTWISH (17 AVRIL 2012)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL MELODIQUE



"Il ne faut pas oublier que le point essentiel qui a fait sortir le groupe du lot, c’est probablement la façon de chanter de Tarja"
STRUCK - 17.12.2012 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Comment te sens-tu quelques minutes avant de monter sur scène ?

Marco Hietala : C’est une question surprenante (Sourire) ! En fait, on essaye de rester relax, mais on n’y arrive pas : c’est une sorte de tempête dans mon crane (Rires). Tu essayes de penser à ce qui doit se passer et ce qui ne doit pas se passer, et en même temps, tu essayes d’oublier tout ça !


[IMAGE1]


Vous allez jouer à Bercy après avoir joué à plusieurs reprises au Zenith. Comment vois-tu ce pas en avant dans votre carrière car c’est une salle dans laquelle seuls les plus grands groupes de metal ont joué, comme Iron Maiden, Metallica, AC/DC… ?

J’en déduis que cela veut dire que nous sommes nous aussi un grand groupe et c’est quelque chose que nous apprécions évidement (Sourire). C’est toujours un honneur de jouer devant un public le plus nombreux possible, en particulier ici en France. Je n'ai pas grand-chose de plus à dire si ce n’est que nous en sommes enchantés et que c’est vraiment un honneur pour nous que cela puisse se passer ainsi.


Mais est-ce que cela représente une pression particulière de jouer dans une salle de cette importance ?

Non, car nous avons déjà joué plusieurs fois devant de telles audiences, et même de bien plus grandes encore. Ce n’est pas nouveau pour nous, mais c’est toujours un plaisir de jouer devant le plus de personnes possibles, bien sûr.


Penses-tu que vous avez franchi un nouveau cap vers une plus grande popularité, que cela soit au niveau du public ou au niveau des medias ? Pensais-tu que tu aurais l’occasion de jouer dans de telles salles lorsque tu as rejoint le groupe en 2001 (NdStruck : le groupe a été formé en 1996) ?

A ce moment, personne ne pensait que nous arriverions si loin ! Bien sûr, quand j’ai rejoint le groupe à l’époque de "Century Child", nous voulions jouer devant les foules les plus grandes possible, et ce fut le cas pour chaque album, nous avons grandi d’année en année. J’ai moi-même grandi au cours des 10 années depuis lesquelles je suis au sein du groupe. Je ne pense pas qu’il faille s’enorgueillir de ce genre de chose, mais en même temps, c’est une fierté et nous ne devons pas oublier qu’il s’agit de quelque chose de surprenant et d’un véritable privilège d’avoir amené le groupe aussi loin !

Bien sûr, c’est une fierté de penser que notre groupe est quelque chose d’important pour autant de personnes ! Il ne faut jamais oublier que des personnes avec un talent bien supérieur ne sont jamais arrivées aussi loin. Donc c’est un privilège et il faut se dire que nous avons eu la chance de faire la bonne chose au bon endroit et au bon moment. C’est la conjugaison de toutes ces choses qui fait que nous sommes vraiment chanceux ! Nous bénéficions d’une véritable bénédiction !


Tu parles de chance et de bénédiction, mais ce n’est pas uniquement ça.

Non, ce sont toutes ces choses en même temps : avoir les bonnes personnes dans le groupe, probablement une certaine dose de talent également (Rires), la bonne équipe, le bon management, etc…C’est vraiment une combinaison de différentes choses qui permet d’arriver à ce résultat ! Cela commence par l’écriture de bonnes chansons, par une bonne interprétation. Si tu n’es pas capable de réunir tous les bons éléments autour de ça, tu ne peux pas aller loin et c’est pour ça que je pense que nous sommes bénis !


La tournée a débuté en Janvier. Est-ce que cela veut dire qu’il vous a fallu 4 mois pour perfectionner votre spectacle ? Avez-vous modifié la setlist ?

Je pense plutôt que cela correspond à la façon dont les choses étaient planifiées. Nous avions pas mal de choses à mettre en place, et nous tournions en même temps en Finlande, nous travaillions sur le film, etc… S’occuper de toutes ces choses en même temps prend beaucoup de temps.


Tu as parlé de chance et des bonnes personnes à réunir, cependant, pouvons-nous dire également que le fait que "Imaginareum" soit un album moins métal participe au fait que vous puissiez atteindre un tel niveau de popularité ?

Je vois ce que tu veux dire et cela est vrai si tu catégorises les styles musicaux. Mais je crois que nous avons essayé d’aller au-delà de ça et créer un concept plus original et personnel. Bien sûr, il y a toujours cette base métal avec la basse, la batterie et la guitare puissante, mais il y a une grande variété dans les ambiances, les rythmes, etc… Nous avons essayé de mélanger de nombreuses influences musicales.


On peut même dire qu’il y a un côté progressif dans votre musique avec ce mélange d’influences, mais également des morceaux d’une durée un peu longue telles que "Song Of Myself" qui inclus des passages parlés.

On peut toujours penser que la chanson idéale ne doit pas avoir un passage parlé aussi long. Nous avons eu ce genre de discussion pendant les répétitions pour savoir si nous allions trop loin, si ça ne devenait pas ennuyeux, etc… Je pense que ce n’est pas le plus important et que chacun peut avoir son opinion. Nous offrons plus de 70 minutes de musique avec cet album qui propose également des titres plus simples, d’autres plus recherchés. Tu peux y trouver plein de choses différentes, alors si quelqu’un critique le fait qu’il y ait des passages parlés, alors laisse le critiquer (Rires) !


"Imaginarium" a été réalisé depuis plusieurs mois maintenant. Comment juges-tu cet album avec le recul ?

Pour être honnête, j’en suis satisfait ! Même si nous nous disons toujours que quelques détails auraient pu être différents, je pense qu’il s’agit du meilleur travail que le groupe n’ait jamais fait !


Penses-tu qu’il ait atteint le niveau de "Oceanborn" qui est souvent considéré comme l’un des meilleurs albums de Nightwish ?

C’était un album remarquable, mais le groupe était plus dans l’optique d’un metal puissant, avec des membres différents, etc… Cette combinaison a permis ce résultat à cette époque, mais depuis, nous nous sommes éloignés de cette idéologie, les choses ont évolué et nos personnalités aussi. Nous avons développé une forme d’honnêteté et d’intégrité musicale !


Et quel est ton rôle au sein du groupe ? Que cela soit comme chanteur ou comme musicien, il semble qu'il est de plus en plus important.

Nous avons tous un rôle dans le groupe. Pour ma part, je suis co-chanteur et bassiste, et le bassiste est important (Rires). Mais bien-sûr, je compose et il y a un morceau de cet album qui a été écrit par moi (Ndlr : "The Crow, The Owl And The Dove"), mais c’est vrai que je participe également aux arrangements. Il faut savoir que nous travaillons tous beaucoup ensemble. Nous tournons, nous répétons, nous arrangeons les mélodies ensemble… Donc avec le temps, il est vrai que j’ai pris une part importante au sein de tout ça. Mais je dois également reconnaitre que pour cet album, il y a eu pas mal d’idées qui sont venues de moi.


Et est-ce que l’on peut dire que vous avez atteint un certain degré de complicité avec Anette ?

Je pense que c’est un des points importants de "Imaginareum". J’ai lu que cet album avait été écrit pour elle ce qui n'est pas faux. Nous avons fait de nombreux concerts avec elle ce qui nous a permis de nous familiariser avec la voix avec laquelle on allait travailler. Que cela soit au niveau des harmonies ou autres, tu dois penser à ce qui correspondra le mieux au chant de ta partenaire.


Et est-ce que tu penses qu’avec le line-up actuel, Nightwish a atteint un certain niveau de maturité ?

Oui, c’est le bon mot : maturité ! En tout cas, je l’espère (Rires) !


Vous avez prévu de faire un film avec cet album, dont la sortie est prévue en Mars. Ne penses-tu pas que cela soit quelque chose de trop ambitieux ?

C’est ambitieux mais pas tant que ça ! Quand nous avons commencé à en parler au début des répétitions en 2010, du scénario, de la façon de filmer, des images que nous souhaitions, etc… nous savions que nous n’étions pas capables de le faire seul et que nous devions trouver les bonnes personnes pour nous accompagner dans ce projet. Nous nous sommes dit que si nous avions les moyens financiers pour réaliser ce projet alors il fallait le faire pour ne rien regretter.


Tu nous disais que tu avais écrit un titre, et nous savons que Tuomas est le principal compositeur. Cependant, il y a des influences celtiques et folk dans cet album. En es-tu responsable ?

Oui, en partie, mais Tuomas apprécie également ce genre de choses.


A cet égard, est-ce que tu donnes toutes tes idées pour Nightwish ou bien en gardes-tu pour Tarot ?

Je compose également des chansons qui sont très heavy metal et qui correspondent mieux à ce que je fais au sein de Tarot. Il m’arrive des fois de proposer la même idée aux deux groupes et de voir lequel est le plus intéressé. Mais quand j’ai eu l’idée de "The Crow, The Owl And The Dove", je me suis tout de suite dit que je devais jouer ça à Tuomas. Il m’arrive d’hésiter et de me demander si ce serait mieux pour Tarot, mais pas là !


Et concernant Tarot, est-ce que l’on ne peut pas craindre que ce groupe ne devienne plus qu’un projet désormais en raison de l’importance que prend de plus en plus Nightwish ?

Il est vrai que Tarot ne fait rien pour l’instant car je n’ai pas de temps pour ce groupe actuellement. Mais cela fait partie de mon organisation depuis 2001 d’alterner entre mes 2 formations, et j’ai tout de même réussi à sortir des albums avec Tarot. Je n’imagine pas que les choses changeront tant que ça. Je ne fixe pas vraiment de priorité car les membres des deux groupes sont mes meilleurs amis ! L’alchimie actuelle est bonne et j’aime avoir une telle concentration d’activités.


Tu es bassiste et tu parlais de la place importante de cet instrument dans un groupe. Quelle est ta relation avec cet instrument ?

C’est l’instrument qui donne ses fondations à un groupe avec la batterie. Evidemment, avec le chant, je peux également être King-Kong en haut de l’Empire State Building, mais ça ne peut se faire sans les fondations. Du coup, j’ai les 2 sensations (Rires) !


C’est vrai qu’en général, le bassiste n’est pas le membre le plus mis en avant du groupe. De ton côté, tu mélanges les deux choses !

Oui, j’aime beaucoup ça ! Avec Nightwish, j’ai un rôle, et j’ai la chance d’être le frontman d’un autre groupe. Avec Nightwish, des fois, je peux faire quelques pas en arrière et rester derrière ma basse, ou bien chanter avec Anette sur le devant de la scène. J’ai vraiment une position très sympa et je l’adore !


[IMAGE2]


A ce sujet, tu as grandi dans les années 80 : pouvons-nous dire que quelqu’un comme Steve Harris fait partie de tes influences ?

Je pense que l’on peut même repartir vers des choses plus vieilles telles que Black Sabbath ou Deep Purple, car j’aime beaucoup des gars comme Geezer Butler ou les vieux Rainbow avec Bob Daisley. Bien sûr, l’un des bassistes les plus importants est Cliff Williams d’AC/DC. J’aime vraiment son travail quand il joue de façon directe et quand la chanson passe en si mineur, et il peut jouer aussi toujours directement ce qui permet de garder ce groove typique et de ne jamais baisser en intensité.


Et quelle est ton opinion concernant des bassistes tels que Billy Sheehan par exemple ?

J’admire la technique et tout le travail qu’il peut faire, mais je préfère la vieille école où la basse est directe et permet d’insuffler le groove. Bien sûr, il y a toujours la place pour glisser quelques interventions plus personnelles, mais c’est parfois dangereux et il faut faire attention à ne pas occulter le reste, à prendre trop de place.


Si tu devais choisir un titre de Nightwish pour en faire découvrir la discographie, lequel choisirais-tu et pourquoi ?

C’est très difficile ! Je pense qu’il faudrait que je choisisse un titre assez long pour faire découvrir toutes les facettes du groupe ? Il y a plusieurs possibilités mais je pense qu’il faudrait choisir entre "Ghost Love Score" et "The Poet And The Pendulum". Il y a tous les ingrédients du groupe dans ces titres qui font une dizaine de minutes.


Et comment juges-tu ton premier album avec Nightwish ?

Tu veux parler de "Century Child" ? Il s’agissait vraiment d’une période intéressante. J’étais nouveau dans le groupe mais nous avons répété ensemble et nous nous sommes bien entendus après seulement quelques titres et après quelques bières. Lors de l’enregistrement de l’album, il a fallu acquérir une certaine façon de travailler. Je me demandais si j’avais le bon son, si j’avais ma place, etc… Il nous a fallu du temps pour apprendre à nous connaitre. Nous souhaitions réussir cet album ensemble, qu’il ait du succès, c’était notre intérêt à tous et je crois que ça a marché.


Et comment juges-tu l’évolution musicale du groupe à travers toutes ces années ?

Je pense que nous avons travaillé dans le bon sens, nous avons fait ce que nous voulions. Nous ne perdons pas de temps à jouer des choses qui ne nous correspondent pas ou à ne pas être d’accord sur des points fondamentaux. C'est un processus naturel.


Quel est ton meilleur souvenir en tant que musicien ?

(Longue hésitation) Probablement le premier concert que j’ai donné avec mes copains d’école, et où mon frère m’a acheté de la bière alors que je n’avais pas l’âge légal pour en boire (Rires) !


Et au contraire, quel serait ton pire souvenir ?

Le plus triste qui fut également une grosse déception… Il y a environ deux ans et demi, lorsque nous devions tourner avec Tarot en ouverture de Ronnie James Dio, et que tout a été annulé deux semaines avant le départ parce qu’il était hospitalisé pour son cancer. C’est encore plus triste maintenant car il n’est jamais revenu.
C’est à la fois un souvenir triste et une grande déception car c’était un rêve qui allait se réaliser de tourner avec une véritable idole, et ensuite d’apprendre son décès, c’était vraiment terrible.


Quelle est la question que l’on t’a trop souvent posée ?

Ce sont des questions au sujet de l’histoire du groupe, et je ne veux plus jamais en entendre parler. En plus, je n’étais pas là aux débuts du groupe, alors qu’est-ce que je pourrais bien raconter (Sourire)…


Je suppose qu’une question qui doit revenir souvent concerne Tarja. Tu n’en as pas marre d’être questionné à ce sujet ?

Bien sûr que j’en ai marre ! Combien de temps les gens vont-ils continuer à me demander ça, ou bien à nous critiquer pour ça ? Depuis que cela s’est passé, combien de fois ont-ils changé de copain ou de copine ? Ont-ils quitté leurs parents ? La vie doit continuer !


Et au contraire, ne penses-tu pas que le fait qu’Anette ait rejoint le groupe vous ait ouvert de nouveaux horizons car sa voix est différente ?

Oui, je vois ce que tu veux dire car cela nous a permis de mettre un peu de côté l’approche classique avec sa technique un peu froide. Ce que je vais dire va paraitre négatif mais ça ne l’est pas. Ce que je veux dire, c’est que ce n’est pas de cette façon que tu as l’habitude d’entendre les chansons, et donc dans ce sens, il est vrai que cela nous a rendu plus accessibles et donc, effectivement, cela nous a probablement ouvert des portes. Mais en même temps, ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que le point essentiel qui a fait sortir le groupe du lot, c’est probablement la façon de chanter de Tarja, et à titre personnel, j’ai le plus grand respect pour le personnage et pour sa voix. Elle fait vraiment un boulot extraordinaire !


Mais au contraire, on peut dire que l’alchimie avec Anette est parfaite, en particulier sur cet album. Sur une chanson comme "Ghost River", on a l’impression que Blanche Neige rencontre le grand méchant loup !

C’est exact ! Et je pense que pour "Imaginareum", d’autant plus si tu y rajoutes le film, la situation est complètement différente par rapport à "Dark Passion Play". Pour ce dernier, Anette arrivait et nous devions prouver, que ce soit elle ou le groupe, qu’elle était la bonne personne pour ce job. Ce fut une période très difficile.
Désormais, nous pouvons travailler de façon plus détendue et c’est ce que nous avons fait pour préparer "Imaginareum", ainsi que la tournée. Nous savons comment travailler avec Anette en toute confiance. Lorsque j’ai commencé à écouter ses lignes de chant, j’étais complètement ébahi !


Nous avons parlé de la question que l’on t’a trop souvent posée. Au contraire, quelle est la question que tu aimerais que Music Waves te pose ?

Tu veux dire s’il y a quelque chose que je voudrais vraiment dire ? Non, rien de particulier, pas de message religieux ou quelque chose de particulier que je voudrais que tu saches à mon sujet (Rires) !


Que voulais-tu faire quand tu étais enfant ?

Je voulais être astronaute. Mais je me suis rendu compte par la suite que la Finlande n’avait pas vraiment de programme spatial (Rires). Alors j’ai dû trouver un autre moyen de côtoyer les étoiles et finalement, je l’ai trouvé (Rires).


[IMAGE3]


Pour conclure, aurais-tu un dernier mot à dire à nos lecteurs ? Peut-être en français ?

(En français) "Bon appétit ! Merci" (Rires). C’est tout ce que je sais dire car mon français n’est pas très riche. Par contre, je peux dire que nous avons toujours eu de supers publics en France et je suis très optimiste pour ce soir. Il nous a fallu du temps pour faire cet album et pour repartir sur les routes, mais nous sommes de retour, et j’espère que nous allons nous sentir bien ensemble, au moins aussi bien qu’en famille !


Cela a pris du temps, mais le résultat est là !

C’est vrai et nous espérons que le résultat sera également à la hauteur des attentes ce soir !


Merci beaucoup.

Le plaisir a été pour moi.


Un grand merci à Replica pour avoir rendu possible cette rencontre et Loloceltic pour sa retranscription…


Plus d'informations sur http://www.nightwish.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 738
  • 739
  • 740
Haut de page
EN RELATION AVEC NIGHTWISH
DERNIERE CHRONIQUE
NIGHTWISH: Human. :ii: Nature. (2020)
5/5

Nightwish accouche d'un album étonnant et équilibré à la profondeur d'écriture variée et ambitieuse. Incontestablement un incontournable de l'année, du genre, du metal, de la musique.
DERNIERE ACTUALITE
Floor Jansen (NIGHTWISH) reprend LARA FABIAN
 
AUTRES ARTICLES
WEEND'Ô - CHEZ PAULETTE (VENDREDI 23 NOVEMBRE 2012)
Passage chez Paulette, en Lorraine, du groupe Weend’ô au cours de leur tournée live
HELLOWEEN (10 DÉCEMBRE 2012)
Rencontre avec Sasha pour la sortie prochaine du dernier né de la famille Helloween : Straight Out Of Hell
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021