MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - MAX CAVALERA (19 JUIN 2011)
TITRE:

MAX CAVALERA (19 JUIN 2011)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

THRASH



Quelques minutes avant d'entrer sur scène au Bataclan, Max Cavalera a accordé quelques minutes d'interview à Music Waves pour un passionnant tour d'horizon sur son impressionnante carrière.
STRUCK - 16.12.2011 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Salut Max, première question, quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?
Max Cavalera : Trop ? Probablement concernant la réunion de Sepultura… Je n’en peux plus (Rires)

Mais arrive-t-il qu’il y ait des interviews où on t’en parle pas ?
Non dans toutes les interviews me parlent de ça…

… mais pas ce soir…
Je t’en remercie (Sourire) !

Vous avez joué hier sur la scène principale du Hellfest, quelles ont été tes impressions ?
C’était super, mec ! D’énormes circle pits sur pleins de titres, toutes les chansons rapides, et quand nous sommes arrivés au titre "Wall Of Death", ils l’ont fait d’eux-mêmes. C’est impressionnant, je n’avais jamais vu ça car en temps normal, le groupe doit le demander, tu vois ?

Mais comment expliques-tu ça ?
Je ne sais pas ? Ils l’ont juste fait par eux-mêmes…

Mais ne l’ont-ils fait que pour Cavalera Conspiracy ou pour tous les groupes sur la scène principale ?
Je ne l’ai vu faire que pour notre prestation. Après coup, je l’ai également vu sur Ozzy, mais il était calme. Les gens étaient vraiment fatigués. C’est compréhensible parce que nous leur avons donné une heure de pur metal (Rires) !

[IMAGE1]

Vous allez joué ce soir au Bataclan. Prépares-tu ce concert de la même façon ?
Ce soir, nous jouerons plus longtemps. Nous sommes la tête d’affiche et nous allons jouer plus de chansons. Nous allons jouer plus de titres inattendus que nous n’avons pas joué depuis des années. Nous allons jouer des reprises comme "Six Pack" de Black Flag. Nous faisons des sessions de jamming sur Black Sabbath, mais aussi une chanson de NailBomb que nous avons joué hier et on le fera ce soir aussi. Ca va être super parce que les concerts en tête d’affiche sont excitants parce que tous les gens sont des grands fans et ils ne sont là que pour une seule raison, ta musique et ils aiment, se rappellent tout ce que tu joues, que ce soient les trucs anciens ou nouveaux… ils sont tous bien accueillis. La plupart de mes souvenirs et de mes expériences de Paris sont des concerts extraordinaires.

Et cela allait être ma question suivante: quelle est ta relation avec le public français ?
Il y a une grande amitié avec la France. Cela remonte à Sepultura et à "Roots". La France a été le premier pays a reconnaître "Roots" comme un album incontournable. Nous avons fait des émissions télé comme à Canal +, et les Français ont totalement adoré "Roots" et ont adhéré au concept global de "Roots", le côté tribal…

Et comment expliques-tu cela parce que la France n’est pas reconnue comme étant un pays à vocation metal ?
Je ne sais pas. Ce que je sais c’est que nous avons toujours eu des fans supers et extraordinaires. En fait, une des choses que nous avons faite pour le DVD édition spéciale a été le concert spécial fait en France, le festival des Eurockéennes. Cavalera Conspiracy a joué et c’était un concert super avec un public français incroyable et ça a été diffusé à travers le monde qui a pu voir les fans français comme étant un des plus grands fans de notre musique…

Et penses-tu que cela vient du fait que vous veniez du Brésil ? A savoir qu’il y a un lien particulier entre le Brésil et la France…
Je pense qu’il y a de ça… Les Français aiment ça, le fait que nous venions du Brésil… Et de mon côté, j’aime dire que j’aimerais vivre en France à un moment de ma vie. Probablement dans le Sud de le France ou dans un endroit s’y approchant, dans un village calme…

Et pourquoi ce n’est pas encore le cas ?
J’attends que mon fils grandisse encore. Mais un jour, lorsqu’il aura terminé l’école…

Donc, cela veut dire que tout le reste de l’interview va être réalisée en français ?
Non, je dois encore apprendre le français (Rires)…

Sinon entre Cavalera Conspiracy et Soufly, comment fais-tu pour arriver à sortir un album studio tous les deux ans ?
C’est beaucoup de travail ! Tu dois sans cesse continuer à écrire de nouvelles choses, de nouveaux matériels… Tu dois sans cesse penser à de nouvelles idées et avec qui travailler… Par exemple, sur le dernier album de Soufly, j’ai travaillé avec Greg (NdStruck : Puciato) de Dillinger Escape Plan -un super nouveau groupe- et Tommy (Victor) de Prong qui est un groupe de métal légendaire… Et je pense que ces choses me gardent…

… font en sorte que ton inspiration est toujours vivante…
…que mon inspiration est toujours vivante ! Pour Cavalera, j’ai travaillé avec Joe de Gojira, ce qui a été une super chose pour moi. En effet, j’adore le groupe, je suis un grand fan de Gojira, j’adore le fait que nous ayons un Français dans notre groupe. Ca a été est une chose cool pour les débuts de Cavalera. Je travaille beaucoup à écrire des chansons, et je dois faire en sorte d’écouter beaucoup de musique pour être…

… au courant…
… au courant de ce qu’il se passe dans la musique.

Et tu as évoqué Joe Duplantier, je suppose que c’est une question récurrente concernant Cavalera Conspiracy. Pourquoi ne joue-t-il pas dans le nouvel album ?
Et bien, la principale raison est que nous avons trouvé Johnny (NdStruck) Chow qui a été le bassiste pendant la tournée et nous essayons de faire que Cavalera soit un vrai groupe. C’est la principale raison. Et Joe était un invité spécial parce qu’il était dans Gojira, nous ne pouvions pas lui demander de quitter Gojira pour Cavalera et il ne l’aurait pas fait… Donc, il était un invité et nous voulions que Cavalera soit un vrai groupe et la façon d’y arriver est de montrer de vrais musiciens.

Tu étais donc conscient des reproches faits par les fans disant que Cavalera Conspiracy était plus un concept qu’un vrai groupe ?
Tu as raison et c’est ce dont nous nous sommes aperçus en premier. Mais ce n’est plus le cas, nous sommes devenus un vrai groupe et je peux dire aujourd’hui que j’ai deux groupes : Soufly et Cavalera. Je vais tourner avec les deux, sortir des albums avec les deux à des moments différents, je vais vraiment être occupé avec ces deux groupes.

Justement à propos de nouvel album, es-tu conscient que certains fans te reprochent d’avoir sorti ce nouvel album de Cavalera Conspiracy rapidement afin d’avoir quelque chose à promouvoir cet été pendant les festivals par exemple ?
Non, en fait, l’album était prêt depuis très longtemps et nous avons dû attendre longtemps avant de le sortir. Nous n’avons pas pu sorti l’album plus tôt, nous avons dû décaler sa sortie.

Mais pourquoi ?
Parce que Roadrunner n’était pas encore prêt et ils voulaient sortir d’autres albums avant celui-ci. Ils voulaient suivre leur politique marketing… On a dû se plier à ça, mais en fait, l’album était enregistré depuis un an.

Et concernant Roadrunner, penses-tu que le rachat de Roadrunner par Warner va changer quelque chose pour toi ?
Non, je veux dire que je travaille avec les mêmes gens chez Roadrunner New-York. Ils me laissent faire ce que je veux, ma musique n’a pas besoin de changer…

… ce qui est important…
Ouais, c’est la chose la plus importante, ils ne me disent pas quoi faire !

Ca ne change rien en fait ?
Non, les choses restent inchangées ce qui est super !

On a un peu parlé des reproches qui sont fait à ton égard, mais à l’inverse, comment expliques-tu ce succès incontesté à travers les années alors que d’autres groupes peinent comme Sepultura par exemple ?
Encore une fois, c’est beaucoup de travail, continuer à tourner pour rencontrer les gens que ce soit avec Soufly ou Cavalera… L’année dernière avec Soufly, nous sommes allés en Chine, Israël, Sibérie… Nous étions le premier groupe à avoir fait une tournée en Sibérie de dix dates, ce qui est incroyable et jamais vu avant. J’adore le fait d’amener ma musique dans des pays isolés, je n’ai pas peur d’aller dans ces pays. Donc, c’est pas mal de boulot et ma passion pour la musique m’aide à réaliser tout ça et les fans ressentent cette passion pour la musique. Ils me soutiennent dans tout ce que je fais, que ce soit avec Soufly ou Cavalera. Ils me soutiennent, ils aiment ce que je fais et j’aime le fait qu’ils aiment ce que je fais et ça m’aide à me pousser à travailler encore plus dur, à faire plus de choses.

Tu dis beaucoup travailler mais malgré tout, quand tu commences l’écriture d’un nouvel album, n’as-tu pas l’impression que tout a été dit et fait dans un genre musical que tu as créé ?
Et bien, tu dois voir autrement et chercher d’autres choses à faire. Tu dois chercher des alternatives : pour un album comme "Blunt Force Trauma" par exemple, nous sommes plus allés du côté hardcore, ce qui est un mélange cool pour sonner un peu comme Lynch Mob ou Agnostic Front, Black Flag… Des petites choses comme ça donne un goût différent, et tu peux encore créer des choses et rendre ce procédé excitant. Après toutes ces années, c’est possible !

Tu as dis t’être inspiré de la scène hardcore mais à ce jour, est-ce que le hardcore a pris le pas sur le thrash ?
Ouais tu as raison, c’est plus ainsi maintenant, c’est plus… c’est que j’aime et Igor aime aussi, et nous voulons pousser ce mélange encore plus loin. Le métal brésilien et le hardcore sont très liés, l’agressivité, la puissance, la politique… les textes politiques sont très proches et je pense que c’est cool d’approcher et fusionner encore les genres, et aujourd’hui plus que jamais, je fais des connexions musicales avec le hardcore dans Cavalera.

[IMAGE2]

Passons à Soufly si tu le veux bien. Comment vois-tu la carrière de ton groupe après sept albums et treize années d’existence ?
Avec Soufly, c’est super, mec ! Parce que je pense que Soufly a son propre passé, a sa propre destiné et la suit et se fout de ce que le monde pense et dit. Les membres ont beaucoup changé et c’est super parce que la musique du groupe n’arrête pas de changer : le premier album est totalement différent de "Prophecy" et "Prophecy" est totalement différent des autres albums… C’est une évolution constante, nous changeons tout le temps.

Tu as dis à la création du groupe que 'Soufly est le future' : est-ce toujours le cas ?
Je le pense en raison de ce changement constant.

Et au-delà de l’aspect musical, il semblerait que Soufly ait un caractère mystique pour toi, une sorte de rapport avec Dieu ?
Ouais, pour moi, Soufly est vraiment spécial ! C’est un groupe spécial pour moi, la façon spéciale dont il a été créé, il est née dans la douleur et la perte de mon beau-fils Dana et le nom de Soufly vient de cet événement… Soufly a cette force en lui qui fait que je crois en sa destinée et je lui laisse suivre sa destinée.

C’est quelque chose de fort…
De très fort, ouais, très fort… Et je sens qu’il y a aussi cette connexion avec les fans de Soufly !

A propos de connexion, tu es à nouveau très en phase avec ton frère Igor… Est-ce possible de voir ton frère intégrer Soufly et rendre ce groupe qui te tient si à cœur encore plus fort ?
(Sourire) Hum, tu vois, je pense que non parce qu’il y a Cavalera et Cavalera est cool… Je pense que Soufly est un chapitre différent, c’est totalement différent, ça vient d’un autre endroit. Donc, probablement, nous allons les laisser séparer avec Igor, mais il y a des chances qu’il vienne jammer avec Soufly quelques fois…

En bref, selon toi, Cavalera Conspiracy a sa propre destinée…
Exactement !

Et comment vois-tu Soufly dans la scène métal, notamment toi qui a connu les sommets avec Sepultura ?
Je pense que Soufly a énormément réussi de choses… et a grandi. En fait, une chose qui est extraordinaire et parlante, c’est le nombre de tatouages de Soufly que j’ai pu voir. Le symbole de Soufly est quelque chose unique, très fort. J’ai vu ce tatouage sur pleins de gens à travers le monde. C’est extraordinaire pour moi de voir tous ces gens me montrer ce tatouage lors de mes tournées mondiales. C’est le signe que Soufly signifie beaucoup de choses pour pleins de gens.

Et tu dois en être assez fier ?
Je le suis, oui !

Au contraire, comment expliques-tu que pour certains fans, Max Cavalera évoque encore et toujours Sepultura alors que tu as quitté le groupe depuis des années et que tu as plus joué avec Soufly que Sepultura ?
Ouais, c’est vrai, mais je pense que le lien sera toujours fait entre nous. C’est un peu comme Ozzy et Black Sabbath parce que c’était un groupe très fort qui a fait une musique forte, et je pense que nous concernant,c’est aussi parce que nous étions le premier groupe en provenance du Brésil, ce qui était assez unique à l’époque, ce qui nous a donc aidé à devenir un groupe unique.

Il y a aussi Angra dans un autre genre…
Oui, oui et puis, c’était une autre époque. Mais je pense que ce que nous avons fait ensemble, avec Sepultura, a été quelque chose de très spécial pour pleins de fans et je comprends pourquoi ils aimeraient nous revoir à nouveau parce que plusieurs d’entre eux n’ont pas pu voir le Sepultura original et ils aimeraient le voir.

Sinon prévois-tu de faire un nouveau Soufly ?
L’année prochaine et ça sera le huitième !

C’est un peu : une année Cavalera Conspiracy, l’autre Soufly…
C’est effectivement la tournure que semblent prendre les choses… tant que ça marche…

Et qu’attends-tu du futur ?
De la musique ! Plus de tournées, plus de gens, plus de bons temps, en profiter encore plus !

Et quel est ton avis sur l’industrie musicale actuelle : regrettes-tu l’époque de tes débuts en 1990 ?
Non, je pense que les choses vont toujours dans le bon sens pour moi… Je veux dire qu’à mes débuts, c’était l’époque des cassettes démo où il y avait profusion de cassettes, de t-shirts de pleins de groupes comme Morbid Angel, Dark Angel, Death et la première fois que j’ai vu le nom de Max et Sepultura, c’était sur le premier album de Death "Scream Bloody Gore", j’ai cru avoir une attaque cardiaque, c’était inimaginable (Rires) ! Et aujourd’hui, c’est cool de voir que nous avons grandi vers d’autres horizons : Igor m’a donné une copie de l’album live de Justice et il y a une photo d’Igor et moi avec les mecs de Justice à l’intérieur.

Justice le groupe français qui fait de l’électro ?
Oui, oui, ce qui est une musique complètement différente. C’est cool de voir ce respect en provenance de pleins de groupes !

Si tu devais choisir un titre de ta discographie pour faire découvrir l’univers de Max Cavalera, quel titre choisirais-tu et pourquoi ?
"I And I" ! Je pense qu’elle est très forte et simple avec ces refrains forts qui font que tout le monde peut chanter ensemble et avoir cette sorte d’unité, c’est pourquoi je choisirais cette chanson de Soufly qui est très proche de "Roots" qui est très forte aussi.

Sans transition, quel est ton meilleur souvenir de musicien ?
Oh il y en a plein… comme ces tournées avec Sepultura qui ont été supers. Jouer avec The Ramones lors de la tournée au Brésil sur cinq dates avec Sepultura en 1994, ça a été extraordinaire !

Et ce soir !
(Rires) Oui, j’espère que ce soir sera l'une d’entre elles… Il y a eu aussi pleins de bonnes choses avec Soufly comme l’enregistrement de "Primitive" avec Toby Wrigth, Sean Lennon, Corey Taylor et Chino (NdStruck : Moreno) qui sont tous des mecs supers et l’album est vraiment très cool !

Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire, quel pourrait être le pire ?
Pour moi, c’est la mort de Dana qui est survenu lorsque nous étions en tournée. Nous étions en Angleterre, prêt à jouer à Donington et nous avons dû prendre l’avion pour être présent à l’enterrement… C’est vraiment la pire des choses, la perte d’un membre de la famille alors que tu es en tournée. Tu te poses des questions pourquoi tu tournes, c’est horrible !

[IMAGE3]

Dans un registre plus gai, que voulais-tu faire gamin ?
Je voulais être un joueur de foot !

Justement, à ce propos, que penses-tu du retour de Leonardo au Paris Saint Germain ?
Ca peut être une bonne chose, oui (Rires) ! Pour tout te dire, j’ai un t-shirt aujourd’hui du Paris Saint Germain (Sourire)...

Et es-tu fier de ce que tu es devenu même si tu n’es pas joueur de foot ?
Ouais ! Nous avons choisi une autre route, une route plus dure mais c’est aussi une route pleine de choses supers… Des choses supers se sont passées dans ma vie, des choses que l’argent ne pourrait pas acheter : le respect des fans, la dignité… des choses que l’argent ne pourrait pas acheter et c’est extraordinaire !

Et plein de choses à venir encore…
Oui, plein d’inspiration pour le futur…

Nous avons commencé cette interview avec la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu voudrais que je te pose ?
"Est-ce que le Brésil va gagner la prochaine Coupe du Monde ?"

Le penses-tu ?
Oui (Rires) ! Je ne sais pas comment ils vont faire, ils vont devoir beaucoup travailler !

Enfin, dernière question traditionnelle, as-tu un dernier mot à dire aux lecteurs de Music Waves et peut-être même en français ?
Ouais (en français dans le texte) "Merci beaucoup"… Merci beaucoup !


Un grand merci à Karine de Roadrunner ainsi que Noise pour son aide précieuse !


Plus d'informations sur http://www.cavaleraconspiracy.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 481
  • 482
  • 483
Haut de page
EN RELATION AVEC CAVALERA CONSPIRACY
DERNIERE CHRONIQUE
CAVALERA CONSPIRACY: Pandemonium (2014)
4/5

Avec Pandemonium, les frères Cavalera (ex Sepultura), bien secondés par la guitare de Mark Rizzo, nous proposent l'album de death thrash teinté d'influences tribales que l'on attendait plus.
DERNIERE ACTUALITE
CAVALERA CONSPIRACY : Nouvelle vidéo
 
AUTRES ARTICLES
MACHINE HEAD - LE ZÉNITH (PARIS) - LE 23 NOVEMBRE 2011
Concert Marathon de 4 heures en compagnie de grands noms du metal dont les increvables Machine Head, ça tente quelqu'un ? En tout cas, MusicWaves était présent comme il se doit !
EXCLUSIVE URGE OVERKILL (22 NOVEMBRE 2011)
Quelques minutes avant de retrouver le public français, Music Waves a eu l'opportunité de rencontrer les membres fondateurs du mythique groupe américain pour une interview exclusive...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022