MW / Accueil / Articles / DOSSIERS - LE TOP 5 PAR CHRONIQUEUR
TITRE:

LE TOP 5 PAR CHRONIQUEUR


TYPE:
DOSSIERS
GENRE:

AUTRES



Chaque chroniqueur vous présente son top 5 de l'année, ses coups de cœur mais aussi ses déceptions. Et il y a débat !
CALGEPO - 08.02.2023 -
0 photo(s) - (2) commentaire(s)

Année post pandémique, 2022 fut une année de transition avec un nombre de sorties plus important. Devin Townsend, le retour de Porcupine Tree, de Journey, de Rammstein... Vos chroniqueurs (préférés) vous proposent leur top 5 respectif, leurs coups de coeur mais aussi leurs déceptions.

ADRIANSTORK

1. ELVIS COSTELLO - "The Boy Named If". 32ème album studio pour le plus célèbre Elvis à lunettes. Véritable Midas du rock, le Londonien transforme ses nouvelles compositions enregistrées avec ses Imposters en classiques indéboulonnables. Quelqu'un dont on aimerait entendre plus souvent parler dans les médias spécialisés ou non ! ELVIS IS ALIVE !

2. DIRTY SHIRT - "Get Your Dose Now". "Les sonorités metal-folk du sixième album de Dirty Shirt n'en finissent pas de nous faire pétiller les oreilles. Ils sont forts, ces Roumains !"

3. BJORK - "Fossora".  La grande prêtresse islandaise nous convie à une veillée entre expérimentations et pop délicate. Un disque austère qui nécessite plusieurs écoutes pour y trouver de la lumière.

4. OZZY OSBOURNE - "Patient Number 9". Le Mad Man nous a livré un classique aussi touchant qu'incisif alors qu'il était très diminué.

5. JETHRO TULL - "The Zealot Gene". Retour réussi et inattendu de Jethro Tull, avec un agréable album de folk-rock.


Coups de cœur :

Un excellent EP de KILLING JOKE, un jeune groupe qui pousse (EXOPULSE), un nouveau classique signé SIMPLE MINDS, les retours gagnants de JEAN-PIERRE KALFON, de PROPAGANDA, de TEARS FOR FEARS et de NINA HAGEN. J'ai également beaucoup aimé le dernier GHOST , descendu par tout le monde (peut-être pour cela) pourtant efficace et droit au but, une devise marseillaise qui n'est pas ici l'exagération d'un vieux porc.


Déceptions :

PORCUPINE TREE et MARILLION, que je ne suis pas arrivé à apprécier.


CALGEPO

1. MALEMORT "Château-Chimères". Rarement un album de hard rock m’aura chamboulé autant que la dernière livraison en date de Malemort. Construit autour d’un hommage à Michel Magne, au Château d’Hérouville et aux artistes qui y sont passés, l’album va au-delà des styles allant de la pop au hard et metal en respirant la sincérité dans un très beau concept.

2. DEVIN TOWNSEND "Lightwork". Même si le dernier album du génie canadien divise, il reste cohérent avec son parcours. Le disque prend le contre-pied d’Empath en étant plus accessible sans pour autant perdre la signature si personnelle de Devin Townsend. Il peut être vu comme une porte d’entrée dans un univers plus torturé et fascinant.

3. ESTHESIS "Watching World Collide". Après un album plutôt introspectif et ambient, Esthesis ajoute un peu plus de contrastes dans son second album à l’ambiance polar des années 50. En intégrant des cuivres et des voix féminines, « Watching World Collide » possède encore plus de relief. En gommant quelque peu ses influences, Esthesis gagne ses galons de fer de lance du rock prog alternatif français.

4. BERLIN HEART "The Low Summit". Album superbement composé et interprété. Berlin Heart nous embarque dans un voyage musical captivant entre folk éthéré et passages plus orageux.

5. SOILWORK "Övergivenheten". Arrivé tardivement dans mes écoutes, cet album accessible, tout comme "Lightwork" de Devin Townsend, est une belle vitrine qui invite l'auditeur curieux à découvrir d'autres excellents disques du groupe.


Coups de cœur
:

L’autre retour qui m’a marqué cette année fut celui de TEARS FOR FEARS avec un album qui fourmille de belles compositions, touchantes et me paraissant sincères. Mais aussi que dire de la scène musicale française qui regorge encore une fois de super groupes : SCARLEAN, ANTECHAOS, MALEMORT (cité précédemment) et bien d’autres encore qui mériteraient une plus grande exposition et à ne pas hésiter à aller voir en concert. Egalement extrêmement touché par le magistrat album de Kaz HAWKINS tout en émotions.
Comment aussi ne pas citer enfin l'équipe du Ready For Prog qui se bat pour proposer un festival incroyable à Toulouse autour d'un genre que beaucoup affectionne (metal progressif) en espérant qu'une prochaine édition soit possible.


Déception
:

Le retour de PORCUPINE TREE a été pour moi un flop. En mettant de côté l’aspect mercantile de cette réunion, ce réveil n’a pas éveillé le moindre frisson musicalement en raison de l’absence de surprise, de prise de risque. Certes ils restent d’excellents musicien (et businessmen) qui ont tout compris à l’industrie musicale contemporaine mais ce nouvel album me semble insuffisant.


CORTO1809

1. VERBAL DELIRIUM - "Conundrum". Quatrième album pour le groupe grec et toujours un sans-faute. Verbal Delirium alterne avec bonheur agressivité et douceur, multipliant les thèmes mélodieux sans se départir de son inventivité, surprenant et séduisant l’auditeur d’un bout à l’autre de l’album.

2. SOUP - "Visions". L’album sorti à la fin de 2021 n’avait pas pu faire partie de mon top l’année dernière. Voilà une erreur rectifiée ! S’il fallait trouver un synonyme au mot “mélancolie”, "Soup" pourrait aisément faire l’affaire. Spleen assuré avec cet album qui pourrait bien être le chant du cygne du groupe norvégien.

3. COSMOGRAF - "Heroic Materials". Après deux disques moyens, Cosmograf renoue avec l’inspiration et nous livre une œuvre sensible nimbée de tristesse où, une fois n’est pas coutume, la guitare cède le pas au piano.

4. D’VIRGILIO, MORSE & JENNINGS - "Troïka". Pas de top annuel sans un Neal Morse en ce qui me concerne ! Cette année, c’est sous la forme d’un trio convoquant les mânes de Crosby Stills Nash & Young que l’Américain m’a séduit. Pour simple qu’il soit dans sa forme, l’album n’en est pas moins très agréable à écouter. Du très bon folk rock à l’ancienne.

5. MUSE - "Will of the People". Même si “Will of the People” n’est pas un “grand” album, Muse reste une valeur sûre et incontournable. Sans se réinventer, le groupe prouve une nouvelle fois tout son talent pour créer des compositions intéressantes et les interpréter avec conviction.


Coups de cœur :

Au RPI (rock progressif italien pour les néophytes) et à la vitalité de ses nombreux groupes qui perpétuent une tradition musicale faite de compositions mélodieuses mais aussi audacieuses, de chants rocailleux souvent théâtraux et d’une instrumentation majoritairement acoustique. Bravo et merci à RICCARDO ROMANO ("Spectrum"), DAAL ("Daedalus"), RANESTRANE ("Apocalypse Now"), THE WILSON PROJECT ("Il Viaggio da Farsi"), PHOENIX AGAIN ("Vision"), BANDA BELZONI ("Timbuctu"), MAURO MARTELLO & SEZIONE FRENANTE ("Prigioniero di Visioni"), CARMINE CAPASSO ("Assenza di Gravita"), L’ESTATE DI SAN MARTINO ("Kim"), ALIANTE ("Destinazioni Oblique"), ELLESMERE ("Livesmere") pour les nombreuses heures de musique raffinée qu’ils m’ont permis d'écouter. Un grand merci également à MaRaCash Records et AMS Records qui œuvrent à la diffusion de ces groupes.

A Martin Springett et ses émanations THE GARDENING CLUB et A GARDENING CLUB PROJECT pour leurs musiques élégantes et intemporelles. "Bridge of Spirits" (08/2022) et "Mr October and the Moon of Madness" (10/2022) sont deux pépites qu’il faut découvrir absolument.


DARIALYS


1. CHARLIE GRIFFITHS - "Tiktaalika".
Un excellent album très inspiré, avec de belles influences progressives, mais aussi thrash, death... C'est une grande diversité des styles qui s'invite à la tête, tout en gardant une très bonne cohérence. Après le succès des albums solo de Henshall, puis Jennings l'an dernier et maintenant Griffiths, on comprend bien pourquoi Haken compte parmi les formations de metal progressif les plus intéressantes du moment. Pour moi, l'album de l'année, haut la main.

2. WILDERUN - "Epigone". Au moment où "Epigone" est paru en début d'année, j'en attendais beaucoup de ce nouveau Wilderun après l'éblouissant "Veil Of Imagination" sorti en 2019. Plus fin, plus en retenue, j'ai été d'abord déçu par le nouvel opus des Américains. Pourtant, au fil des mois, je prenais de plus en plus de plaisir à l'écouter. Avec presque un an de recul, je dois dire que ce disque était finalement beaucoup plus profond que je ne l'avais cru initialement. Il demandera sûrement une plus grande maturité d'écoute que son prédécesseur et s'avère finalement assez passionnant au fil du temps, à condition de lui accorder de la patience et une grande attention. Wilderun confirme son haut potentiel avec un nouveau disque de haut vol.

3. PORCUPINE TREE - "Closure/Continuation". C'était l'album que tout le monde espérait, mais que personne n'attendait. Il aura fallu au néo-trio plus d'une décennie pour façonner et accoucher d'un nouvel (et probablement dernier) effort en catimini. L'essence même de Porcupine Tree figure bien dans ce nouvel album, bien qu'il ne soit pas aussi passionnant que les dernières réalisations du groupe. Le plaisir de retrouver les Anglais reste entier.

4. BERLIN HEART - "The Low Summit". Délaissant quelque peu sa facette electro expérimentale au profit d'un visage plus folk et plus chaleureux, ce nouvel album de Berlin Heart propose un mélange de pop, de rock, voire de prog (mention spéciale au morceau éponyme de 15 minutes !). Quand on sait qu'il s'agit d'un projet solo, et au vu de la richesse des arrangements, je ne peux que tirer mon chapeau à Vincent Blanot et à sa bande d'acolytes pour ce superbe album.

5. ETRANGE - "Enigme". Décidément, la scène française a livré son lot de pépites cette année, et si le metal instrumental n'a jamais été ma came, j'ai été immédiatement séduit par la multiplicité des influences de cet album. Épique, symphonique et terriblement riche, la musique du duo bordelo-parisien est un modèle de maîtrise.


Coups de cœur :

J'ai écouté beaucoup de choses cette année. Le retour en force de KORN m'a particulièrement enthousiasmé avec un très bon "Requiem" qui aura longtemps figuré dans mon top 5. La scène française s'est encore distinguée avec quelques disques de haut vol, en témoigne la sortie du premier album très prometteur de HYPNAGON, celle du dernier DEFICENCY et de son très bon thrash metal, ou encore cet opus de jazz rock inattendu signé STRANGE LAB. AMBRYOTYPE m'a également séduit avec un dernier album dans la veine du Opeth des années 2000, tout comme le dernier SOULSPLITTER et son metal progressif moderne élégant.


Déception :

Qu'il est triste de voir l'avalanche de concerts et de festivals annulés cette année, non pas pour cause covid mais pour manque de préventes ! Nous qui râlions de ne plus pouvoir sortir et aller aux concerts quelques mois en arrière ! Et pourtant, nous avons la chance d'avoir de nombreux artistes qui émergent chaque année en hexagone et qui rivalisent avec les plus grosses cylindrées ! Pendant que les Arena et les Zénith affichent complet pour les grands artistes mainstream, de nombreuses petites salles underground à quelques pas de chez nous ne demandent qu'à accueillir plus de monde avec des affiches de qualité et à moindre coût, alors profitons-en !


LOLOCELTIC

1. STRATOVARIUS - "Survive". Les Finlandais ont réussi à se nourrir des angoisses suscitées par les différentes crises qui nous entourent pour offrir un album d’une richesse époustouflante.

2. TREAT - "The Endgame".  Treat continue le sans-faute entamé depuis son retour aux affaires en 2006 avec ce mélange délicatement équilibré entre mélodie et énergie pour un résultat imparable.

3. DARE - "Road To Eden". Entouré d’une formation bien stabilisée et épaulé par un Vinnie Burns à nouveau investi, Darren Wharton offre le digne successeur du légendaire "Out Of The Silence" et nous fait à nouveau décoller au-dessus des collines verdoyantes des îles britanniques.

4. RECKLESS LOVE - "Turbo Rider". Mettant fin à six longues années d’attente, le gang d’Helsinki prend le risque d’intégrer les éléments synthétiques en masse pour un résultat aussi étonnant qu’irrésistible.

5. MICHAEL MONROE - "I Live Too Fast To Die Young". A soixante ans, la légende finlandaise n’a rien perdu de sa verve et dégaine un sommet de sa carrière gorgé de ce mélange de rage et d’optimisme qui font sa marque de fabrique et procure un véritable vent de fraîcheur.


Coup de cœur :

Beaucoup d’excellents albums auraient également mérité de figurer dans ce classement mais je citerai deux coups de cœur avec l’inattendu et enthousiasmant "Patient Number 9" D’OZZY OSBOURNE et le captivant "My Father’s Son" de JANI LIIMATAINEN qui évite l’ornière de l’album de guitariste démonstratif pour offrir une bombe variée et mélodique.


Déception :

Pas vraiment de grosse déception mais une grande tristesse face aux multiples décès de légendes qui nous quittent les unes après les autres, JEFF BECK étant le dernier d’une longue liste en cette année 2022 qui vient de se terminer.


LYNOTT


1. JOURNEY - "Freedom".
Après avoir attendu plus d’une décennie cette nouvelle offrande de Journey, la patience a été récompensée. La cuvée 2022 des Américains est un vrai bonheur. Loués soient-ils de montrer, après autant d’années et de succès, une telle envie de satisfaire leurs fans qui ont été ici comblés.

2. GRÄCE- "Hope". Excellente surprise estivale, "Hope" nous a donné la chance de découvrir un nouveau combo espagnol talentueux. Ceux qui ne sont pas réfractaires aux mélanges des genres ont certainement su s’aventurer vers cet O.V.N.I. et ne l'ont pas regretté. Carton assuré garanti !

3. RONNIE ATKINS - "Make It Count". Ronnie Atkins est un phénomène. Voilà plus de quarante ans qu’il ponctue nos existences d’opus souvent hauts en couleur, certains ayant marqué nos chemins de pierres blanches, ce dont les amateurs de hard rock peuvent lui en être profondément reconnaissants. Une fois de plus il délivre avec ce "Make It Count" un album remarquable dépassant même en qualité son auguste prédécesseur.

4. SERIOUS BLACK - "Vengeance Is Mine". Serious Black a confirmé avec ce "Vengeance Is Mine" sa réputation de groupe de metal mélodique qui monte. Le combo peut s’enorgueillir de jouer désormais en première division. Au vu de l’énergie déployée ici, il reste à espérer que les rebonds inépuisables de la pandémie laissent le combo démontrer qu’il est capable d’en découdre avec autant de maestria sur scène. Cette chance qui pourrait être offerte à ces talentueux garçons leur permettrait alors de rallier à eux une horde de suiveurs encore plus conséquente que celle qui a déjà eu l’opportunité de les découvrir.

5. TEN - "Here Be Monsters". Sensible, inspirant et hyper mélodieux, ce nouvel essai des Anglais est à montrer dans toutes les écoles de hard rock mélodique à tendance AOR/FM. La réussite de cet album est autant due aux aptitudes de compositeur de Hughes qu’à l’aisance technique évidente de ses comparses. Voilà un bien bel objet pour fêter le quart de siècle d’existence de Ten.

 

Coups de coeur :

DEGREED - "Are You Ready". Composé de musiciens talentueux, Degreed a sorti en 2022 son meilleur album. Original car teinté d’énergies alternatives, puissant et terriblement addictif, il a ici convaincu à n’en pas douter une horde de mélomanes fondus de cette obédience.

THE FERRYMEN - "One More river To Cross". The Ferrymen a encore frappé fort avec ce nouveau présent. Appuyant sur la pédale mélodique de manière évidente, le groupe a conservé l'an passé toute la puissance majestueuse qui le caractérise. Renforçant ses tendances symphoniques, il a gagné également en personnalité en s’extrayant des mimétismes qui ont pu par le passé lui être reprochés. Voilà assurément un opus qui a marqué en 2022 le petit monde du metal mélodique.


Déception  :


THE BIG DEAL - "The First Bite".
Ce premier essai de The Big Deal n'a pas vraiment été une bonne pioche. A trop vouloir jouer la carte de la séduction féminine et de la mélodie facile, le groupe n'est parvenu qu’à satisfaire les yeux de l’auditeur testostéroné en oubliant d’apporter du plaisir durable à ses oreilles. Voilà qui est probablement dommage pour son guitariste au vu des idées créatrices qui sortent parfois de sa six-cordes. Il convient dès lors de remercier le combo pour ses clips, d'écouter une paire de fois le produit, puis de vite passer à quelque chose de plus consistant.


NEWF

1. KAZ HAWKINS – “My Life And I”. Parfois, vous rencontrez une voix qui agit sur vous comme un électrochoc émotionnel. C’est ce qu’il s’est passé pour moi avec Kaz Hawkins. Elle a le pouvoir de me donner des frissons dès la première note. Elle est sans doute la plus grande chanteuse soul blues vivante, et cet album est le plus beau témoignage d’espoir et de résilience qu’il m’ait été donné d’entendre.

2. JOE SATRIANI – “The Elephants Of Mars”.
C’est le 19ème album de Joe et il continue à surprendre, avec cette fois une orientation jazz-rock qu’il n’avait jusque-là pas encore explorée à ce point. Beaucoup attribuent au regretté Jeff Beck la palme du guitariste le plus expressif. Ce n’est pas mon avis. Pour moi, c’est et ça restera toujours Satriani. Ecoutez “The Elephants Of Mars” au casque et laissez Joe vous parler dans le creux de l’oreille avec son toucher de guitare inégalable.

3. STEVE VAI – "Inviolate".
Tout comme Satriani, le grand Steve prend une orientation clairement jazz-rock avec "Inviolate". Mais alors que le premier n’a de cesse de simplifier son jeu avec les années, le second repousse toujours un peu plus les limites de la technique guitaristique. Malgré cela, ses impressionnantes connaissances en matière d’harmonie lui permettent de créer des compositions qui restent toujours très musicales. C’est bien ça le plus fascinant avec cet album hors normes d’un musicien hors normes.

4. ANIMALS AS LEADERS – "Parrhesia".
Animals As Leaders démontre une nouvelle fois toute l’étendue de son savoir-faire en matière de prouesses techniques et de polyrythmies hypnotiques. Le trio repousse à nouveau les limites de sa créativité débridée et nous livre à la fois l’album le plus abouti de sa discographie et un nouveau sommet du genre djent progressif.

5. PHILOSOPHOBIA – "Philosophobia".
Une recherche mélodique constante, des lignes de chant ciselées, des riffs puissants, des claviers judicieusement utilisés, des compositions originales et très élaborées, tout contribue à faire de ce premier album de Philosophobia un incontournable et la plus belle surprise metal prog de l’année.


Coups de coeur :

DISILLUSION – "Ayam".
Un album mélancolique à la frontière du death, du metal et du rock progressif. Encore une belle réussite du bien trop sous-estimé Disillusion.

THE DALI THUNDERING CONCEPT – "All Mighty Men”.
L’album de djentcore le plus inventif depuis des lustres. Brillant.

PORCUPINE TREE – "Closure / Continuation".
Le groupe culte tire sa révérence avec classe. Un album aussi intelligent qu’inespéré.


Déception :

DEVIN TOWNSEND – "Lightwork". L’album le plus bancal et le moins cohérent de la carrière du géant canadien. Rendez-nous notre Devin !


NOISE

1. WOLFHEART – "King Of The North".  Avec "King Of The North" Wolfheart confirme un énorme potentiel et signe un des meilleurs disques de death mélodique de ces dernières années.

2.OZZY OSBOURNE – "Patient Number 9".  Avec cet album Ozzy signe son meilleur opus depuis trente ans. "Patient Number 9" est un miracle totalement inattendu qui voit le Madman montrer une grande forme parfaitement appuyée par la crème des guitaristes rock.

3. BLIND GUARDIAN – "The God Machine". Après quelques errances Blind Guardian retrouve son meilleur niveau. Il signe un disque taillé dans un heavy mélodique proche de son âge des années 90.

4. SOILWORK – "Övergivenheten". Avec "Övergivenheten" Soilwork confirme toute sa classe. Au delà du death mélodique il se fait à la fois puissant et séducteur. Il est porté par un Björn au sommet de son art aussi à l’aise en chant hurlé qu’en chant clair prenant.

5. GHOST – "Impera". Avec "Impera" Ghost franchit encore un palier. Au delà du metal il signe un disque rempli de chansons taillées pour devenir des hits. Il a trouvé le parfait équilibre entre puissance et mélodie toujours porté par un Tobias Forge au sommet de son art.


Coups de cœur :

Mon coup de cœur me servira à mettre en valeur de nombreux autres groupes ayant sorti des albums de qualité. L’année 2022 a été riche et confirmé la belle vitalité de la scène métallique mondiale. Je pense notamment à MEGADETH qui a gardé de belles couleurs, SIGH, THE HALO EFFECT, AMORPHIS ou encore SCORPIONS et STRATROVARIUS qui ont tous proposé d’excellents albums.

MARILLION - An hour before it’s dark : Il est proche de mon top 5 et j’avais à cœur de le mettre à l’honneur quand même. Les Anglais signent un disque puissant et sensible qui prend aux tripes comme rarement. Cet album est pour moi leur meilleur depuis le fabuleux "Marbles".

Déception :

DEVIN TOWNSEND – Lightwork : Cela devait bien arriver un jour, Devin Townsend nous a proposé un album plat et ennuyeux. Il ne décolle pas montrant un artiste ayant perdu sa folie au profit d’une musique trop formatée.


PROGRACER 

1. HEART ATTACK - "Négative Sun". Un thrash percutant et mélodique et des éclairs de génie et de composition et d'interprétation sur chaque solo. Cocorico !

2. TERAMAZE - "Fight Of The Wounded". Un album moins prog et plus metal melo, aboutissement mélodique mettant en lumière toute la créativité foisonnante des Australiens après 6 albums en 4 ans.

3. THRESHOLD - "Dividing Lines". Avec leur metal prog mélodique dans la pure lignée de toute leur carrière, les Anglais de Threshold se renouvellent à chaque album avec bonheur.

4. SOILWORK - "Övergivenheten". Magnifique album qui pourrait faire aimer le death à tous les amoureux de musique au sens large. Une belle porte d'entrée vers leur univers unique.

5. OCEANS OF SLUMBER - "Starlight & Ash".  Délaissant le death pour un rock/metal plus atmosphérique et mélancolique empli d'émotion, la bande à Cammie Gilbert continue de nous émerveiller par son inventivité.


Coups de cœur :

SEVENTH WONDER, VISIONS OF ATLANTIS, PORCUPINE TREE, JOE SATRIANI ET A_Z. Révélation : OCTANE "Back In The Game" : Ce ne sont pas des petits jeunes mais les ayant découverts avec ce "Back In the Game", je suis tombé sous le charme de leur hard rock simple et efficace qui sent la poussière, la sueur et l'essence. A écouter à fond la caisse !


SHAKA

1. RAMMSTEIN - “Zeit”. Les Allemands nous ont proposé un album surprenant, plus calme qu’habituellement (début et fin de l’album), plus mélancolique, mais avec des mélodies et gimmicks dont ils ont toujours le secret, rendant l’album addictif après plusieurs écoutes.

2. GHOST - “Impera”.  De moins en moins metal, de plus en plus pop, GHOST a déçu les amateurs de gros son, mais cet album saura séduire les amateurs de mélodies accrocheuses.

3. SKID ROW - “The Gang’s All Here”. L’arrivée de Erik Grönwall (ex-H.E.A.T.) au micro a donné un coup de fouet au groupe qui nous a sorti un album qui pourrait très bien s’intercaler entre le premier album et “Slave To The Grind”. Et on a vraiment l’impression parfois d’entendre Sebastian Bach au chant.

4. BATTLE BEAST - “Circus Of Doom”. Les Finlandais, fidèles à leurs habitudes, ont produit un album impeccable de heavy moderne et accrocheur.

5. ARCH ENEMY - “Deceivers”. En aucun cas décevant, ce nouvel album confirme que ARCH ENEMY est devenu un groupe majeur de la scène metal. Et sur scène, c’est impressionnant d'efficacité. A noter que le morceau “Handshake With Hell” avec ses parties mélodiques dignes d’un NIGHTWISH mérite la palme de la “meilleure chanson de l’année”.


Coups de cœur :

Beaucoup de très bons albums auraient pu figurer dans mon Top, je citerai sans ordre particulier les derniers AVANTASIA, CRASHDIET, DAGOBA, H.E.A.T., HAMMERFALL, HARDCORE SUPERSTAR, MEGADETH, STRATOVARIUS, STRYPER, THUNDERMOTHER, BLACKRAIN et bien d’autres


Déceptions :

Le dernier DEF LEPPARD, qui montre un groupe toujours incapable de rugir (le chant de Joe Elliott est devenu si lisse), ça fait de la peine. Le OZZY OSBOURNE qui a enthousiasmé beaucoup de monde est pour moi bien fade, je lui préfère même son prédécesseur qui avait une certaine mélancolie le rendant attachant.


STRUCK

1. SOILWORK "Övergivenheten". Mais où s'arrêteront-ils ? Au gré de leur discographie désormais riche de douze albums, les Suédois au sommet de leur art continuent de se renouveler et de proposer des albums incontournables et ainsi préserver leur statut de chefs de file de la scène melodeath : ni plus, ni moins!

2. DIRTY SHIRT "Get Your Dose Now!".  Les Roumains continuent de nous servir leur "ratatouille" toujours aussi épicée, addictive et festive. Un groupe à découvrir impérativement sur scène!

3. RED MOURNING "Flowers & Feathers". Bien qu'arpentant la scène metal depuis près de vingt ans, les Français passent réellement un cap avec ce cinquième album véritable condensé de leur blues metal au charme irrésistible

4. WILDERUN "Epigone". Dans ce nouveau chapitre passionnant, les Américains confirment avec maestria la claque death prog reçue en 2019 avec le magistral "Veil of Imagination"

5. PORCUPINE TREE "Closure/Continuation". Tout le microcosme metal progressif en rêvait, Steven Wilson l'a (enfin!) réalisé. Bien que n'étant pas exempt de tout reproche, ce retour comporte son lot de passages mémorables…


Coup de cœur :

MALEMORT "Château-Chimère" : Où comment faire sonner français et metal que l'on croyait incompatibles ? Chapeau bas Xavier !


Déception :

DEVIN TOWNSEND "Lightwork" : On sentait le Canadien en roue libre depuis quelques temps sans que ça n'influe réellement sur ses albums studios. C'est malheureusement le cas avec cette insipide nouvelle livraison…


THIBAUTK

1. RED MOURNING - "Flowers & Feathers". Décidément ce groupe hors normes ne cesse de nous étonner. Il franchit un cap avec ce disque, tout en appuyant le côté blues. Entre rage, énergie et mélodie, ce disque est un incontournable de l’année passée.

2. DUSK OF DELUSION - “COrollarian RObotic SYStem [CO.RO.SYS]”. Un nouveau disque des Lorrains, une nouvelle bombe peut-être plus directe et moins âpre que les précédents. Matthieu appuie son savoir-faire et sa maîtrise et propose un disque futuriste de superbe qualité, maîtrisé de bout en bout, accessible et d’une profondeur redoutable.

3. ATLANTIS CHRONICLES - "Nera". Un nouveau disque des Lorrains, une nouvelle bombe peut-être plus directe et donc moins progressive. Le disque propose un musique hargneuse et puissante maîtrisée de bout en bout. Une guitare solitaire à tomber, un section rythmique d’enfer, mention spéciale à Sydney. Bref pas le meilleur disque du groupe mais une bombe essentielle et indispensable de l’année passée.

4. SPHERIC UNIVERSE EXPERIENCE - "Back Home". Ce disque a été attendu, attendu, et personnellement je n’y croyais plus. Presque dix ans après le disque précédent, SUE redresse la barre et revient à des fondamentaux et propose une musique progressive et technique, brûlante et intéressante de bout en bout. Un disque qui navigue dans un univers science-fiction digne des plus grands auteurs pour un voyage dans l’espace où résonne à jamais leur musique.

5. THRESHOLD - "Dividing Lines". A leur habitude, les Anglais signent un superbe disque. Peut-être un peu moins grandiose, un peu moins progressif que “Legends Of The Shire”, ce disque est une réussite totale. La bande à Karl Groom propose un juste équilibre entre pièces progressives ambitieuses, chansons metal carrées et percutantes et instants plus apaisés où résonne la voix magnifique de Glynn Morgan qui semble avoir enfin retrouvé sa place au sein de l’équipe anglaise.


Coups de coeur :

Parmi toutes les belles découvertes de cette année, HOLLY FALLOUT, PROTOGONOS, AHASVER, ENNEADE... J’en retiendrai deux.

LES ENFANTS DE DAGON - "De Profundis": pour tout amateur de Cthulhu, voici un album de black ancré dans le mythe et ses créatures innommables, porté par une instrumentation pleine de classe, une superbe voix féminine et une histoire fouillée comme un roman. glauque.

FALLUJAH - "Empyrean": les Américains proposent un superbe disque, puissant, envoûtant, habillé de belles mélodies. En effet le groupe revient plus fort et plus intéressant que jamais, après des albums passés parfois moins réussis. Le disque conjugue violence et douceur dans un metal core progressif de haute volée.


Déception :

NO RETURN - "Requiem": le groupe signe un album certes efficace, mais classique et manquant parfois d’un punch incisif tant attendu, C’est dommage de la part de ce groupe culte.

KARL SANDERS - "Saurian Apocalypse": voici un disque d’ambiance totalement inintéressant sur lequel les couches instrumentales s'accumulent et se répètent jusqu'à saturation, avec cohérence certes, mais sans consistance et sans arriver à bouleverser.


TONYB

1. MARILLION- "An Hour Before It's Dark".  Sortir un album de ce calibre après 40 ans de carrière est tout simplement énorme. Gros gros coup de coeur émotionnel pour les sublimes 'Care' et 'Murder Machine'

2. JONAS LINDBERG & THE OTHER SIDES- "Miles From Nowhere". Du progressif inspiré, mélodique, fouillé et passionnant. Excellente découverte.

3. ESTHESIS- "Watching Worlds Collide". Le groupe d'Aurélien Goude continue sa montée en puissance, à la manière d'un Steven Wilson. On ne peut que lui souhaiter la même réussite, le côté mercantile en moins.

4. BERLIN HEART- "The Low Summit" . Un projet français à découvrir, entre progressif et post-rock, ambiances cinématographiques passionnantes.

5. GALAHAD - "The Last Great Adventurer". Classique certes, mais tellement bien fait. Mélodique en diable.

 

Coups de cœur :

Avec un top 5 très réducteur pour une année très riche, mentions spéciales ici pour le rock Made in France dont deux protagonistes sont déjà cités en haut de l'affiche, et que SOLACE SUPPLICE ("Liturgies Contemporaines") et JPL ("Sapiens III - Actum") auraient mérité d'intégrer également. A noter également le retour réussi de COLLAGE ("In and Out") et surtout, surtout, THE BLACKHEART ORCHESTRA avec un formidable "Hotel Utopia", découverte majeure pour ce qui me concerne en 2022.

X-PROPAGANDA- "The Heart is Strange" : 37 années après "The Secret Wish", le duo féminin de Propaganda revient aux affaires avec un album electro-pop fascinant. L'album que j'ai le plus écouté en 2022.

 

Déception :

PORCUPINE TREE - "Closure/Continuation" : un album sans âme affublé d'un mercantilisme désolant. Retour raté.

Tristesse : L'année 2022 a vu de nouveau la disparition de quelques grands noms de notre univers musical, parmi lesquels je citerais notamment Vangelis et Klaus Schulze. Mais, autant leur âge avancé rend leur départ plus ou moins dans la logique des choses, autant les décès d'Eric BOUILLETTE et de Tracy HITCHINGS m'ont mis un grand uppercut au coeur : le premier pour sa musicalité et sa sensibilité formidables, la deuxième pour avoir été un de mes phares musicaux de la période 90-2000. Merci à vous.


TORPEDO

1. MUSE - "Will of the People". Tout n'est pas parfait dans cet album, les influences sont parfois trop évidentes mais qu'est-ce que c'est bien fait !

2. JOURNEY - "Freedom". De superbes mélodies, beaucoup de feeling de la part des musiciens et un album très équilibré.

3. SOUP - "Visions". Un groupe toujours aussi attachant. Une valeur sure.

4. METRIC - "Formentera". Je ne suis généralement pas un grand fan de groupes à chanteuse mais celui-ci m'a tapé dans l'oreille. Pas grand-chose à jeter dans cet album qui revient régulièrement dans ma playlist.

5. RAMMSTEIN - "Zeit".  Il y a de sacrés bons titres dans ce dernier Rammstein. Comme d'habitude la recherche sonore est impressionnante.




Plus d'informations sur https://www.musicwaves.fr/default.aspx
 
(2) COMMENTAIRE(S)  
 
 
TOWNSEND LE DEVIN
12/02/2023
 
534
0
Merci à PascalJ qui me donne envie de retourner vers Smashing P et son balayage du progressif bienvenu !
PASCALJ
11/02/2023
  1
Pas eu le temps de le poster avant, voici mon TOP 5:
1. O. R. K. - Screamnasium: O.R.K. Propose un album à la fois musclé et mélodique
2. RAMMSTEIN - Zeit - Du grand Rammstein avec quelques titres sur le temps qui passe sans oublier la dose de provoc habituelle
2. SCORPIONS - Rock Believer: 50 ans de carrière et un nouvel album qui montre que le groupe en a encore sous le pied
4. TEARS FOR FEARS - The Tipping Point -Autre retour réussi avec une pop classieuse
5. THE SMASHING PUMPKINS - Atum - Je ne l'attendais plus, ils l'ont fait, excellent album, en espérant que les deux actes suivants seront aussi réussis

Nombreux coups de coeur:
Joe Satriani: The Elephants Of Mars
Blackrain: Untamed
Placebo : Never Let Me Go
Avantasia: A Paranormal Evening With The Moonflower Society
Ozzy Osbourne: Patient Number 9
Sans oublier le prog:
Millenium: Tales From Imaginary Movies
Galahad: The Last Great Adventurer
Marillion: An Hour Before It'S Dark
Bjorn Riis: Everything To Everyone & A Fleeting Glimpse
Kaipa: Urskog
Esthesis: Watching Worlds Collide
Cosmograf: Heroic Materials
Arena: The Theory Of Molecular Inheritance
Haut de page
 
Haut de page
 
AUTRES ARTICLES
LES 5 MEILLEURS ALBUMS DE L'ANNEE 2022
Les votes sont tombés... Qui pour succéder à Mastodon ?
EAGLE-EYE CHERRY (27 JANVIER 2023)
"Back on Track" ! Quel meilleur titre pour un album lumineux qui marque le retour sur le devant de la scène de Eagle-Eye Cherry ? L'auteur de l'inoubliable tube 'Save Tonight' nous dit tout...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024