MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - JOE STUMP (13 SEPTEMBRE 2022)
TITRE:

JOE STUMP (13 SEPTEMBRE 2022)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

GUITAR HERO



L'actualité chargée de Joe Stump a rendu possible cette interview sans concession dans laquelle le "Shredlord" se livre comme jamais en nous livrant des confessions croustillantes....
STRUCK - 20.01.2023 -
10 photo(s) - (0) commentaire(s)

Entre son dernier album instrumental "Diabolical Ferocity", son nouveau groupe Tower of Babel marqué par l'arrivée de Joe Amore (ex-Nightmare) au micro et surtout le retour d'Alcatrazz sur le devant de la scène, l'actualité de Joe Stump n'a jamais été aussi chargée. Chronologiquement, le "Shredlord" nous explique notamment pourquoi son nom ne figure pas au firmament des guitar heroes, les vraies raisons de l'arrêt de HolyHell saboté par Joey DeMaio de Manowar et enfin, la honte qu'il a ressentie à ses débuts dans Alcatrazz et plus précisément pendant la période Graham Bonnet...





Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée et laquelle tu aurais marre de répondre ?

Joe Stump : Oh, j’essaie de réfléchir ! Je n’aime pas trop ces questions où on te demande de parler de toi et donc te présenter, toutes ces questions où tu dois évoquer toute ta carrière…


Et tu as toujours ces questions ?

Parfois oui, ce qui est très étrange particulier quand tu sais que je fais des albums et que je joue depuis trois décennies aujourd’hui… Et donc finalement, je me demande pourquoi mon interlocuteur est-il en train de faire une interview de moi puisqu’il n’a pas l’air de rien savoir sur moi (Sourire) !


Bon finalement, il ne m'en reste plus beaucoup de questions à poser…

(Rires)


Tes plus grandes influences sont Ritchie Blackmore, Michael Schenker et bien sûr Yngwie Malmsteen…

Et j’ajouterais Gary Moore…


… oui, mais tu me coupes aussi…

(Rires)


Pour être franc, j’avais honte de me dévoyer ainsi : je me demandais ce que je faisais là-dedans !



… puisque nous savons que tu as sorti un album hommage à Gary Moore, justement… Mais à la lecture des trois premières citées, c’est une évidence que tu deviennes guitariste d’Alcatrazz. Mais finalement, comment se porte le groupe depuis le départ de Graham Bonnet ?

L’ambiance dans le groupe est super. Ensemble, nous avons fait ce nouvel album "V" qui a été plutôt bien accueilli, notamment par la presse. Nous sortons d’une tournée avec le groupe avec lequel nous avons dû faire dix-sept ou dix-huit dates en Europe.
J’ai envie de dire que nous sommes une unité nettement plus forte aujourd’hui : sans vouloir le vexer, pas mal des concerts que nous faisions avec Graham était pré-enregistrés, il chantait sur des pistes préenregistrées. La basse était tenue par sa petite amie qui est très gentille au demeurant mais en tant que bassiste, elle n’est pas très bonne… Pour être franc, j’avais honte de me dévoyer ainsi : je me demandais ce que je faisais là-dedans !


Tu es un guitariste reconnu pour son talent mais qui n’a jamais eu la chance de pouvoir intégrer un groupe à la hauteur. On pensait que ça allait être le cas avec Alcatrazz, et toi également je suppose. Etais-tu déçu de constater que finalement Alcatrazz n’était finalement qu’un nom ?

Et bien, j’adore jouer les mélodies d’Alcatrazz et jouer avec Mark Benquechea et Jimmy Waldo, respectivement batteur et clavier d’Alcatrazz. Nous avons eu bons moments avec Graham et Beth-Ami (NdStruck : Beth-Ami Heavenstone, la bassiste), tout n’était pas noir… Et tu sais, Graham chantait certains titres de Rainbow ou de Schenker : c’était une expérience (Sourire)…


Alcatrazz n’a jamais été un de ces grands groupes iconiques… ce n’était pas le groupe de Graham Bonnet sachant que la direction musicale d’Alcatrazz a toujours été dictée par les guitaristes qui ont joué dans le groupe




Depuis son départ, as-tu vu une évolution au niveau des fans du groupe ?

Alcatrazz n’a jamais été un de ces grands groupes iconiques… et pour moi, ce n’était pas le groupe de Graham Bonnet - sachant que la direction musicale d’Alcatrazz a toujours été dictée par les guitaristes qui ont joué dans le groupe, que ce soit bien évidemment Yngwie Malmsteen sur "No Parole from Rock 'n' Roll" ou "Disturbing the Peace" dans lequel l’empreinte de Steve Vai est dans tout l’album…
Sur "Dangerous Games", personne n’est venu (Rires)… On a dû jouer cet album dans un festival parce que le promoteur l’aimait mais c’était la première fois que j’entendais quelque chose de cet album (Rires)… Non, tout le monde se fout de cet album (Sourire) !
"Born Innocent" est une combinaison de ce qui avait fait par le passé, des guitaristes qui ont traversé la carrière du groupe y compris des guitaristes comme Chris Impellitteri qui ont travaillé avec Graham… Et puis, j’ai rejoint le groupe et j’ai joué la majorité des titres de "Born Innocent" - 80%, je dirais…
"Born Innoncent" est un album sympa, vendu à plus d’exemplaires que "V" mais je pense que c’est surtout lié à la curiosité à propos d’un groupe qui n’avait plus sorti d’album depuis les années 1980 : je pense que c’est l’explication, sachant que Jimmy et Mark -qui jouait dans le groupe à l’époque- avaient joué sur les albums solos de Graham…
Désormais, Doogie (NdStruck : Doogie White) chante vraiment sur scène - tu vois ce que je veux dire - et nous sommes beaucoup plus productifs en tant que groupe : à faire des albums, à écrire des mélodies… mais en dehors de ça, rien n’a changé !


Tu as fait énormément de choses dans ta carrière mais ton style de prédilection reste le shred et le néoclassique. Beaucoup de musiciens, même des guitaristes, jugent ce style plutôt ringard. Comment toi, tu vois les choses ?

Et bien, ce sont tous les guitaristes que j’adore et le style que j’adore et je ne suis pas le seul (Sourire)… Certes, ce n’est pas aussi populaire que ce ne l’a été mais je m’en fous parce que c’est le style que j’aime jouer !


Tu persistes et signes avec ton dernier album solo "Diabolical Ferocity" dans lequel tu continues à porter le flambeau du néoclassique, et tu restes fidèle à ton surnom de Shredlord. Que réponds-tu aux critiques qui disent que tu fais uniquement des albums solos pour guitaristes ?

C’est une très bonne question. Ces albums vont effectivement plaire aux guitaristes ou ceux qui aiment la guitare et la musique… Mais tu sais -et ça ne concerne pas seulement mes fans-, ceux qui aiment les albums instrumentaux ne s’intéressent pas du tout aux albums que je fais avec un chanteur. C’est étrange mais c’est tout simplement parce qu’ils sont intéressés par des trucs instrumentaux… Ça peut paraître étrange mais il faut donc avoir en tête qu’il y a également des personnes comme ça !
Mais honnêtement, je trouve qu’on n’a pas donné la chance qu’ils méritaient à mes albums solos parce que sur chacun d’entre eux, tu as de supers riffs et de mélodies fortes : ce n’est pas juste un enchaînement de notes de guitares rapides… J’ai l’impression que les gens ne savent pas vraiment de quoi il s’agit et jugent en se disant que ce sont juste des guitares rapides pour guitaristes… Il faudrait que les gens écoutent et ensuite, donnent leur avis !


Si j’avais sorti [mon premier] album en 1990 [...] j’aurais eu énormément plus de succès !




Mais comme on le disait par ailleurs, l’âge d’or des albums instrumentaux était dans les années fin 1980-début 1990. Est-ce que tu ne sors pas ces albums trop tard ?
Envisageons ta question autrement, j’ai sorti mon premier album solo en 1993 (NdStruck : "Guitar Dominance") au plus fort de la période grunge. Si j’avais sorti cet album en 1990, -tu vois où je veux en venir (Sourire) ?- j’aurais eu énormément plus de succès !


Tu suggères donc que l’éclat de ta carrière s’est joué à deux ou trois ans près ?

Probablement… A l’époque, il suffisait de sortir un album et des milliers des personnes l’achetaient : le public réclamait ce type d’albums !
Mais soyons clair, je suis très satisfait du niveau de succès que j’ai, aussi modeste soit-il… Ma vie actuelle entre professeur à l’université et continuer à maintenir ma carrière me convient parfaitement : je suis très, très content ! Mais bien sûr, ça aurait été super si j’avais une plus grande fanbase, si j’avais été plus populaire : j’aurais vendu plus de disques…
Mais à l’époque, quand j’ai sorti "Guitar Dominance" en 1993, au plus fort de la période grunge, plus personne ne sortait ce type d’albums, je me dis que les fans de ce type de musique avaient malgré tout trouvé quelqu’un en ma personne : il y a quand même du positif dans tout ça (Sourire) !


Ceux qui disent que je ne sais que faire du shred ne m’ont jamais vraiment écouté jouer !




On a évoqué les critiques à l’égard d’un style désuet mais tout compte fait, est-ce que la meilleure des réponses n’est pas ‘Forever Moore’, ton titre plein de sensibilité et de respect hommage à Gary Moore ?

Bien sûr ! Je peux jouer de plein de façons différentes… Ceux qui disent que je ne sais que faire du shred ne m’ont jamais vraiment écouté jouer !


Est-ce une frustration de n’être cantonné qu’à cette étiquette, aussi élogieuse soit-elle, de shredlord ?

Et bien, je fais du shred et les gens m’appellent shredlord : c’est un fait mais mon jeu a beaucoup plus de dimensions que ça. Je ne suis ni frustré ou ennuyé…
Je ne me compare pas à lui mais Quentin Tarantino a dit qu’il faisait les films qu’il voulait regarder. De mon côté, je fais les albums que je veux écouter !


Tu cites Quentin Tarantino qui n’a aucune limite, de ton côté, en as-tu que tu n’aurais pas encore explorées ?

Je pense que je ferai probablement quelque chose de plus hard rock blues dans le futur… Mais je ne suis pas encore assez vieux, j’attends le moment où mes doigts ne pourront jouer à des milliers de kilomètres à l'heure : je continuerai à faire du shred tant que je le peux… Ce qui est amusant, c’est qu’en général, avec l’âge, les guitaristes ralentissent le rythme alors que moi, je joue de mieux en mieux et de plus en plus vite (Sourire) !
Et un dernier point à propos du shred, mes trois derniers albums "Diabolical Ferocity", "Symphonic Onslaught" et "The Dark Lord Rises" sont les meilleurs albums de ma carrière ! C’est très gratifiant de réaliser ton meilleur travail après presque trente ans de carrière !
Et c’est ça le cœur du sujet : continuer à travailler et à progresser… finalement peu importe ce que tu fais parce que de toutes façons, tu trouveras toujours quelqu’un qui n’aime pas… Et à chaque personne qui estime que Joe Stump ne fait que du shred, tu en trouveras une autre qui répondra que c’est faux : tu ne peux pas plaire à tout le monde !


En musique, je ne me lance pas de défi





Ton style est plus agressif et plus metal que celui d’Yngwie Malmsteen. Es-tu sensible aux nouveaux styles de metal plus moderne, comme le metal prog actuel ?

Je suis au courant de tout ce qui se passe et je dois l’être en tant que professeur à l’université : mes étudiants aiment tout, des trucs djent aux trucs death metal technique… Un des élèves par exemple est fan d’Archspire : ce sont de super musiciens ! Je suis donc au courant de tout ça mais pour autant, voudrais-je jouer sur une guitare à sept ou huit cordes ? Non ! J’aime mes six cordes… Je n’ai pas besoin de vingt-quatre frettes, vingt-une ou vingt-deux me suffisent depuis que je shredde (Sourire) !
Parfois, mes élèves me proposent de jouer sur les sept cordes, je leur réponds : "Non, ça va !"… d’autres, si je veux tester leur huit cordes, je réponds : "Eloigne-moi ça loin de moi !" (Rires) !
En musique, je ne me lance pas de défi mais j’aime bien les trucs death metal technique ou des trucs black metal, et j’ai des éléments de ces musiques dans certains de mes airs, que ce soit ‘Maximum Damage’ sur "Diabolical Ferocity" avec ce passage blast beat ou ‘Facemelting Devastation’ de "Symphonic Onslaught"… C’est super d’apporter ces blast beats ou ces éléments black metal, ça amène un côté rafraîchissant aux morceaux…  


Tu cites tes élèves : tu enseignes au célèbre Berklee College Of Music. Comment enseigne-t-on la guitare à l’heure où tout est quasiment disponible sur Internet ?

Je n’enseigne pas seulement de la technique à Berklee, les connaissances également… On creuse plus profondément que seulement savoir comment faire du sweeping sur les arpèges ou jouer rapidement en alernate picking… On évoque toutes les choses en lien avec la musique que ce soit la mélodie, l’harmonie et la théorie sur l’application de certaines échelles de tonalités, de certaines séquences d’accords…
Je suis convaincu que tous ceux qui postent sur Internet sont très bons et savent de quoi ils parlent, mais ce n’est pas le cas de tous… mais c’est comme tout !


Ton nouveau groupe, c’est Tower Of Babel. Le dernier album en date "Lake of Fire" était fortement inspiré de Rainbow évidemment et de Dio, notamment au niveau des riffs. A quoi doit-on s’attendre pour le prochain album dont tu viens de terminer l’enregistrement ?

Je dirais plus ou moins la même chose (Rires) !
Si je devais comparer les nouvelles compositions de Tower of Babel avec les anciennes, je dirais que certaines nouvelles compositions un petit un peu plus Deep Purple : un côté rétro hard rock, tu vois… mais c’est toujours plus ou moins la même chose : c’est ma vision de Rainbow ! Deep Purple, Rainbow, certains solos chez Dio, peut-être certaines choses rappelleront les premiers Yngwie… et en gros, j’écris la plupart des compos pour Alcatrazz également de cette façon (Rires)…


Pour ce futur album, Tower of Babel change de chanteur. Tu as recruté Jo Amore, chanteur de Kingcrown et ex-chanteur de Nightmare. Comment vous êtes-vous rencontrés ? L’as-tu choisi parce qu’il a été chanteur du groupe Temple Of Dio ?

En fait, je ne l’ai pas choisi. Je joue dans le projet de Mistheria, Vivaldi Metal Project dans lequel Joe chante également. Et Mistheria m’a dit que Joe serait le chanteur parfait pour ce que je cherchais à faire. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés. Par la suite, Joe m’a effectivement envoyé ce qu’il faisait dans Temple of Dio et effectivement, ça a été facile de me décider (Sourire)…
Et c’est super de travailler avec Joe parce que quand je lui donne des idées de riffs, il sait exactement quoi chanter… ce que j’écris correspond parfaitement à sa voix. C’est vraiment super de travailler avec quelqu’un qui aime les mêmes choses que toi !





Outre un chanteur français, Tower of Babel a maintenant un tourneur français. As-tu décidé de te concentrer sur l’Europe pour les tournées ?

Bien sûr, on espère, mais une chose à la fois, pour commencer, nous allons jouer au festival de Mennecy à la fin de la semaine et ensuite, j’ai tous les riffs de guitare pour le prochain album, c’est désormais juste une question de disponibilité pour que les autres membres fassent leur partie. Viendra la sortie de l’album mais je pense qu’on sortira quelques singles avant, il faudra voir également si on peut trouver une maison de disques… Lion Music a sorti le précédent, a également sorti mon dernier album solo mais il faut voir…
On va également travailler avec Giles Lavery -le manager d’Alcatrazz mais également de The Rods, Girlschool…- qui devrait nous aider sur Tower of Babel…


On évoque Tower of Babel mais avant tu officiais dans ton groupe Reign of Terror. Pourquoi avoir arrêté cette aventure pour en commencer une nouvelle ?

En fait ce qu’il s’est passé, c’est que j’étais en train de travailler sur un album de Reign of Terror et au même moment, j’ai commencé à jouer avec HolyHell en 2005-2006. Et à l’époque, HolyHell avait un planning très chargé : nous tournions beaucoup avec Manowar. Nous avons sorti un EP et un album avec le groupe et alors que nous avions terminé l’album suivant, il y a eu ce souci avec le management et le label…
Quoi qu’il en soit, c’est la raison pour laquelle j’ai mis fin au projet Reign of Terror mais effectivement Tower of Babel avec Joe, c’est plus ou moins la même chose même si c’est moins metal que Reign of Terror.


Dans ces conditions, pourquoi ne pas avoir relancé Reign of Terror…

… avec les musiciens de Tower of Babel ?


Exactement, tu aurais pu ainsi t’éviter de repartir de rien puisque Reign of Terror était un nom avec discographie riche de quatre albums…

Tu as raison : j’aurais peut-être dû faire ça (Rires) ! Je ne l’ai pas fait parce que je travaillais avec le chanteur Csaba Zvekan et à l’époque, nous nous entendions bien et nous parlions de monter un nouveau groupe plutôt que de repartir avec un autre.
Et pour répondre plus précisément à ta question, à l’époque, il m’avait demandé de jouer dans le groupe dans lequel il officiait, Raven Lord -j’ai un peu tourné avec eux, j’ai fait un album dans lequel je joue quelques solos- un groupe dans un registre un peu Black Sabbath- et ça m’a fait du bien de faire quelque chose de différent… Nous travaillions donc ensemble dans ce groupe mais il voulait faire quelque chose de nouveau avec moi et c’est lui qui est allé chercher les autres musiciens… Je veux dire par là que je n’étais pas le seul à avoir monté Reign of Terror !


Tous les membres [de HolyHell] étaient furieux et certains même pensaient que c’était un sabotage orchestré par Joey DeMaio




Entretemps et tu l’as évoqué, tu as joué dans HolyHell qui a sorti un album éponyme en 2009 et malgré des dates prestigieuses avec Manowar, plus rien du jour au lendemain… Que s’est-il passé ?

Comme je l’ai dit, nous avions écrit un nouvel album qui devait sortir après l’EP. Le magazine MetalHammer devait sortir cet EP comme celui de Manowar mais le mixage et le mastering de notre EP était horrible parce qu’ils s’étaient concentrés sur celui de Manowar. Tous les membres du groupe étaient furieux et certains même pensaient que c’était un sabotage orchestré par Joey DeMaio (NdStruck : bassiste de Manowar et producteur de HolyHell).
A l’époque, il était prévu qu’on fasse une tournée européenne avec Manowar après la sortie de l’album mais ça ne s’est pas fait. Pourquoi ? Je ne le sais pas… Mais suite à ça, la chanteuse Maria (NdStruck : Maria Breon) en a eu marre et a décidé de quitter le management et la maison de disques, c’est-à-dire prendre de la distance avec Joey DeMaio.
Francisco Palomo, le clavier avait écrit la majorité des compositions, j’avais écrit quelques accords et comme tous les chanteurs, Maria avait écrit les paroles et les lignes mélodiques…  Tout était prêt mais Joey DeMaio voulait récupérer la propriété de notre musique, il voulait tout contrôler depuis des années pour finalement mieux nous tuer…


Mais revenons au présent voire au futur, ton actualité est riche entre ta carrière solo, Alcatrazz et Tower of Babel mais quelle est ta priorité ?

Alcatrazz est bien évidemment ma priorité ! Peut-être que HolyHell va revenir et faire quelque chose. J’aimerais faire plein d’autres choses si j’ai le temps mais aux Etats-Unis, j’ai un groupe hommage à Rainbow et à Deep Purple également (Rires)… tu vois j’ai de quoi m’occuper quand je reviens d’Europe…
J’ai déjà enregistré toutes les guitares du futur album d’Alcatrazz : ça sonne vraiment bien et ça sera différent de "V"…


Vous avez déjà écrit le successeur de "V" ?

Oui, tout est fait ! Ce qui est bien désormais c’est que Doogie est l’opposé de Graham Bonnet : quand ce dernier enregistrait une ligne vocale sur "Born Innocent", il arrêtait parce qu’il était fatigué et allait se reposer- Doogie va chanter tout l’album quatre jours d’affilée…


Cela signifie donc que l’année 2023 sera plus chargée que jamais entre un nouveau Alcatrazz, un nouveau Tower of Babel…

Oui, je sors deux albums et c’est bien, je n’aurai plus à en faire avant un moment (Rires) !





On a commencé cette interview par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ou à laquelle tu rêverais de répondre ?

J’aime qu’on me demande si j’ai quelque chose à dire aux fans.
En effet, j’aimerais remercier tous ceux qui m’ont soutenu dans mes travaux passés et ceux qui ne me connaissent pas, je leur recommande fortement d’écouter mon nouvel album "Diabolical Ferocity" ainsi que le nouvel Alcatrazz parce que ce sont probablement mes meilleurs travaux et une représentation fidèle de ce que je fais…


Merci

(En français) "Merci beaucoup !"


Merci à Newf pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/joe.stump.shredlord
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 22295
  • 22296
  • 22297
  • 22298
  • 22299
  • 22300
  • 22301
  • 22302
  • 22303
  • 22304
Haut de page
EN RELATION AVEC JOE STUMP
DERNIERE CHRONIQUE
JOE STUMP: Virtuostic Vendetta (2009)
4/5

DERNIERE ACTUALITE
LES ORIGINES DE JOE STUMP SUR MUSIC WAVES!
 
AUTRES ARTICLES
ADIEU ET MERCI POUR TOUT JEFF BECK
La vie est faite de rencontres.. Une rencontre avec un grand guitariste qui restera vivant pour toujours.
THUNDERMOTHER (13 DECEMBRE 2022)
Après Guernica il y a quatre ans pour la promotion de l'album éponyme, c'est au tour Filippa Nässil la guitariste fondatrice de Thundermother de se livrer sans détour sur Music Waves...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2023