MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - THUMOS (07 JUILLET 2022)
TITRE:

THUMOS (07 JUILLET 2022)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

DOOM



Cultivant le mystère et multipliant les albums comme d'autres les pains, Thumos est une énigme que cette interview tente en partie de résoudre...
CHILDERIC THOR - 07.09.2022 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

Vous avez commencé sous le nom de Mono No Aware. Pourquoi avoir changé de nom au bout de trois ans environ ? Considérez-vous que Thumos correspond mieux à ce que vous souhaitez exprimer ?

Le projet était un peu sans direction au début. Il y avait des idées à exprimer mais l'identité n'était pas encore là. J'étais fasciné par les mots et les phrases qui ne se traduisent pas correctement dans d'autres langues et le concept de Mono No Aware est magnifique. Vous pouvez voir que les premières années, il y a eu quelques démonstrations, mais l'activité était plus lente et il n'y avait pas beaucoup de promotion. Nous avons changé de nom pour devenir Thumos afin d'établir une vision claire de ce que serait ce projet à l'avenir. Nous avions déjà abordé la philosophie et Platon dans les premières démonstrations, il nous a donc semblé que la meilleure idée pour poursuivre dans cette voie était d'avoir un nom plus approprié et de commencer enfin à le pousser plus loin.

Vous développez un univers original qui s'inspire de la culture grecque antique. "Thumos" évoque un concept philosophique tandis que votre premier album se réfère à la République de Platon. Pourquoi avoir choisi une telle thématique ?

En tant que projet instrumental, nous avions besoin de nous concentrer sur quelque chose. Il y a beaucoup de grands groupes instrumentaux qui n'ont pas de thème, mais nous voulions quelque chose qui nous définisse. En tant que fans de philosophie, cela nous donne des objectifs et des concepts clairs pour écrire de la musique. C'est aussi le défi de prendre quelque chose comme la philosophie, ou même simplement des mots en général, et de les adapter à des chansons sans paroles. 

Le projet se pare d'une aura de mystère : ni photos ni nom de musiciens. Ajouté au concept antique, ce choix de conserver l'anonymat fait de Thumos une entité singulière qui interroge, questionne. C'était essentiel pour vous de cultiver cette étrangeté ?

Absolument. Le projet de Thumos est capable d'exister sur les seuls mérites de la musique. Les auditeurs ne l'abordent pas avec un quelconque préjugé en cherchant des photos des membres du groupe ou en regardant dans quels autres groupes ils ont pu être impliqués ou sont encore impliqués. Il ne s'agit pas tant d'essayer de cultiver le mystère que de laisser Thumos se débrouiller tout seul, sans rien d'autre pour influencer les gens. C'est aussi une expérience pleine d'humilité de recevoir des accolades et de ne pas les rendre publiques en tant qu'individus. Le groupe reçoit des éloges mais pas les membres. On les célèbre ensemble alors qu'on ne les célèbre pas du tout. Tant que ce projet sera actif, nous essaierons de protéger l'identité des membres pour le bien de la musique. 





Cette opacité semble condamner toute prestation scénique, à moins de recourir à des artifices (masques, capuche, fumée...). Qu'en est-il vraiment ?

Il n'est pas prévu de jouer en live. S'il y avait une grande opportunité que l'on ne pouvait pas laisser passer, nous devrions recruter plus de membres parce qu'il y a beaucoup de couches faites en studio que nous n'avons pas assez de personnes pour recréer en live. Donc, à moins que cette opportunité ne se présente, il n'y a aucun plan pour des concerts. Et si cela se présente, nous ne porterons pas de costumes ou quoi que ce soit pour cacher qui nous sommes. Nous nous adapterons simplement et nous ferons avec.

Votre style vous distingue également. La forme est rugueuse, abrupte alors que le fond se veut travaillé voire sophistiqué. Qu'en pensez-vous ?

Nous aimons l'élément d'un message sophistiqué tout en sonnant un peu brut et "réel". Rien de surproduit qui enlève toute vie à l'album. C'est lourd, puissant et sale. Nous pourrions expérimenter avec des tons et des mélanges à l'avenir, mais pour l'instant nous avons un son distinct dont nous sommes satisfaits.

Doom, post metal voire progressif étiquettent votre musique. Etes-vous d'accord avec ces étiquettes ?

Je suppose que oui. Je ne sais pas comment je pourrais le décrire autrement. Il y a ces éléments, il y a des éléments atmosphériques, parfois des éléments black metal, parfois post-punk, peut-être quelque chose de décrit comme cinématique. Notre prochain album sera un peu différent, de par la nature même de ce que nous adapterons. Je pense que Thumos sera toujours ouvert à l'interprétation en fonction du matériel que nous couvrons.

Votre musique n'évoque rien de connu au premier abord. Des groupes et artistes vous ont-ils pourtant inspiré ?

Honnêtement, non. Il y a certainement des groupes dont nous sommes fans, mais nous n'avions pas l'objectif de reproduire quelque chose en particulier. Nous nous inspirons davantage de nos propres expériences musicales et de nos intérêts en dehors de la musique, comme la philosophie. Nous voulons raconter des histoires sans utiliser de mots et tout est possible pour y parvenir. Il se trouve juste que nous gravitons plus vers des sons lourds et lunatiques. 

Autre particularité, vous avez opté pour une expression instrumentale. Pour quelle raison ? Est-ce un choix définitif ? Vu votre concept plutôt recherché et cérébral, ce choix ne vous prive-t-il pas d’une expression artistique plus riche encore ?

Personnellement, je trouve que les voix et les paroles me font sortir d'une chanson plus rapidement que n'importe quoi d'autre. Je peux supporter une mauvaise production, un mixage inégal, peu importe. Mais un mauvais chanteur ou un chanteur qui ne correspond pas au ton du groupe perdra rapidement mon intérêt. Il en va de même pour les paroles. Les textes vraiment excellents semblent être rares. Il faut une certaine maîtrise de la langue pour ne pas paraître ringard ou prétentieux et la plupart des gens n'ont pas ce talent. Si un auditeur est plus attiré par les voix et les paroles, il existe de nombreux groupes où il peut trouver son bonheur. Nous avons pensé qu'il serait intéressant et unique d'essayer d'accomplir les mêmes choses sans eux. Peut-on raconter une histoire en utilisant uniquement l'humeur et la mélodie ? Nous l'espérons. 





Votre nouvel opus est en réalité une collaboration avec Spaceseer. Comment est-elle née ?

Spaceseer est un fan avec qui nous avons commencé à communiquer en ligne. Nous avons lancé l'idée que nous avions des chansons et des idées qui traînaient, qui étaient incomplètes et qui avaient besoin d'être mises au point. Quel genre de choses pourrions-nous utiliser pour nous inspirer et est-ce qu'un étranger serait intéressé par une collaboration pour réaliser quelque chose de nouveau ? Il a sauté sur l'occasion et cela a été un grand succès. 

Comment s'est déroulée cette collaboration ? Quelle est la part de chacun dans sa réalisation ?

Il vit à l'autre bout des États-Unis, si bien que tout notre travail se faisait à distance par échange de fichiers. Nous lui envoyions nos mixages bruts des morceaux et il ajoutait ensuite l'ambiance et les paysages sonores que vous entendez en connectant tout. Nous retravaillions les chansons ou les remixions et les renvoyions, puis il faisait une autre prise et nous la renvoyait. C'était comme ça, dans les deux sens. C'était son idée de faire le morceau d'intro et les interludes. La clé de tout cela a été le moment où nous avons décidé de nous attaquer au concept de la série de peintures "The Course of Empire". Tout le projet a coulé de source une fois que nous l'avons établi comme thème.

"The Course of Empire" s'inspire évidemment des peintures de Thomas Cole qui décline en cinq tableaux la vie d'une civilisation, de la naissance à la mort. Chaque morceau de l'album adapte un des thèmes (l'état sauvage, l'apogée...). Pouvez-nous revenir sur la façon dont vous avez adapté en musique ces différentes peintures ?

Nous avons utilisé la même technique que pour l'adaptation de Platon ou de toute autre chose. Nous essayons de décomposer le concept en ses principes de base les plus fondamentaux. Quels sont les traits caractéristiques de cette chose qu'on ne peut absolument pas ignorer ? Les caractéristiques les plus simples et rien de plus. Une fois que nous avons déterminé cela, ou notre interprétation de cela, nous avons alors une ambiance et un environnement à essayer de recréer. Il y a certainement des essais et des erreurs à faire. 

Thomas Cole lui-même s'est inspiré de l'Empire romain. D'après vous, peut-on voir une analogie entre la Rome antique et nos civilisations actuelles, fatiguées et malades ?

Sans aucun doute. C'est une des raisons principales pour lesquelles nous avons fait ça. L'état actuel de notre pays en particulier ressemble beaucoup à la Rome antique et à son effondrement inévitable. L'Amérique est en train de régresser, et ce depuis plusieurs années. Mais en même temps, il semble qu'une grande partie du monde suive le même chemin. Ces dernières années ont vraiment changé tout notre mode de vie et rien de tout cela n'a été pour le mieux. 

De même, en puisant notamment dans La République de Platon, n'est-ce pas une manière pour vous de questionner l'état de nos démocraties ?

C'est à peu près ça, exactement. 





Vous êtes très productifs. Le successeur de "The Course Of Empire" est-il déjà élaboré ?

On a quelques projets en cours. Il y a un split avec un autre artiste avec lequel nous avons discuté. Ce ne sera pas comme la collaboration avec Spaceseer sur "The Course of Empire", ce sera plus un split traditionnel avec peut-être un peu de jeu sur les morceaux de l'autre. Il nous reste quelques morceaux de "The Republic", dont deux sont sortis récemment sur des compilations, et nous cherchons des moyens de les rassembler avec les morceaux inédits. 

En ce qui concerne le prochain album complet, oui, il est bien en cours et très proche d'être terminé. Nous faisons le "Symposium" de Platon. Comme j'y ai fait allusion plus tôt, de par la nature même de "Symposium", les auditeurs doivent s'attendre à ce que le son soit quelque peu différent de ce qui a été fait auparavant. Symposium est un dialogue plus léger et quelque peu ludique, donc musicalement nous avons atténué le doom et nous nous sommes concentrés sur la beauté et la mélodie. Alors que "The Republic" était parfois cinématographique, je pense que "Symposium" est un peu plus théâtral. 

Pour l'instant, je ne suis pas sûr de l'ordre de sortie des albums, mais je doute que nous sortions autre chose avant début 2023.

Thumos reçoit un accueil très positif. En êtes-vous surpris ? Après tout, votre approche peut paraître hermétique à des oreilles habituées à plus de facilité...

Nous n'avions aucune idée de ce à quoi nous devions nous attendre. Nous faisons de la musique que nous aimons, basée sur des concepts que nous trouvons intéressants, et nous la diffusons dans le monde. Nous avons de grandes ambitions en ce qui concerne l'art que nous essayons de créer et, heureusement, jusqu'à présent, notre travail touche les gens. J'admets qu'à un moment donné, pendant l'écriture de "The Republic", j'ai eu le sentiment que quelque chose de spécial était en train de se produire, mais c'est bien sûr aux auditeurs d'en décider vraiment.

On te laisse le dernier mot pour nos lecteurs...

La vie non examinée ne vaut pas la peine d'être vécue.


Plus d'informations sur https://thumos.bandcamp.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 21609
  • 21610
  • 21611
  • 21612
Haut de page
EN RELATION AVEC THUMOS
DERNIERE CHRONIQUE
THUMOS: The Course Of Empire (2022)
4/5

Fruit d'une collaboration avec Spaceseer, "The Course Of Empire" confirme à la fois la singularité de Thumos en même temps que sa force créatrice doublée d'une insolente fertilité.
 
AUTRES ARTICLES
STRANGE LAB (20 JUILLET 2022)
Nouveau projet de rock fusion, Strange Lab est venu présenter son histoire et son premier album "Influences" au micro de Music Waves
AMON AMARTH (28 JUILLET 2022)
Le nouvel album d'Amon Amarth renoue avec une certaine brutalité après "Berseker" qui marquait une petite évolution (plus mélodique notamment). Music Waves tente de percer le retour à ce son brut avec Jocke Wallgren.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022