MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - BLOODHUNTER (3 JUIN 2022)
TITRE:

BLOODHUNTER (3 JUIN 2022)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

DEATH METAL



En direct de l'Espagne et en français, la chanteuse de Bloodhunter a répondu à quelques questions afin d'en savoir plus sur ce groupe qui monte et qui veut écraser les mastodontes du death mélo venus de froid.
THIBAUTK - 27.06.2022 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Votre premier album a eu de bonnes critiques. Est-ce que vous l’avez vécu comme une reconnaissance, une fierté ou simplement “business as usual” ?


Diva (chant) : A chaque nouvel album que nous écrivons, nous considérons toutes les choses que nous pourrions améliorer par rapport au précédent, et cela nous a toujours aidés à nous améliorer, car si vous n'êtes pas critique envers vous-même, vous finissez par vous limiter et cela vous empêche d'évoluer. Je pense que la presse et les gens qui écoutent ce nouvel album peuvent apprécier ces changements.



Votre second album était “The End Of Faith”. Est-ce qu’il est nécessaire de mettre un terme à la notion de foi ?


Diva : Après la sortie de notre premier album, j'ai réalisé que toutes les critiques que nous recevions visaient à essayer de nous étiqueter dans un certain style musical en nous comparant à d'autres groupes représentatifs de ce genre, au lieu d'approfondir d'autres détails plus importants, ce qui pour moi était un grosse déception. De nombreuses paroles du deuxième album parlent de résistance, de faire ce que vous voulez malgré ce que disent les autres, en réponse à ces réactions de la scène.



Est-ce que ce disque pointait une perte de foi personnelle ou un certain désespoir car l’album suivant est sorti cinq ans après ?


Diva : Immédiatement après la sortie d'un album, nous avons commencé à écrire le suivant. La différence avec notre deuxième album c'est que nous avons eu la chance que de nombreux promoteurs s'intéressent à nous et cela nous a mis sur la route pendant 2 années de suite pour présenter cet album. En 2020, nous avons décidé que nous n'allions plus donner de concerts pour pouvoir nous concentrer sur la composition de ce nouvel album, et quand nous étions tous prêts à entrer en studio, la pandémie est arrivée et nous ne pouvions pas voyager pour l'enregistrer. Ensuite, nous avons eu un autre changement de batteur, nous avons donc dû attendre que les nouvelles chansons soient apprises et finalement, les maisons de disques gèrent leur temps, il n'a donc pas été possible de sortir l'album avant cette année. Malgré tout, c'est une bonne décision, car si nous l'avions publié pendant la pandémie, nous n'aurions pas pu le présenter en direct.



Est-ce que les comparaisons avec Arch Enemy et d’autres sont un handicap ou une fierté ?



Diva : C'est toujours un honneur d'être comparé à des big bands, et bien sûr Arch Enemy a eu une énorme influence sur nous de la même manière que Death, Children Of Bodom ou Behemoth. La principale différence est qu'il est beaucoup plus facile de comparer avec d'autres groupes qui ont des chanteuses de metal extrême, car le sexe ne devrait pas être une chose importante, même s'il vous rend semblable à un groupe ou à un autre.



Est-ce que c’est toujours un point fort et une différence d’avoir une femme comme chanteur death ?


Diva : Actuellement cela ne devrait pas avoir d'importance, de la même manière que la couleur de vos cheveux ou la marque de vos chaussures ! De toute évidence, nous vivons une époque très hypocrite où, d'une part, nous défendons la diversité et l'égalité des chances, et d'autre part, j'ai senti à plusieurs reprises qu'en tant que femme, on exigeait plus de moi : il ne suffit pas que je sois bonne en chant guttural, il fallait aussi savoir chanter mélodiquement, garder une belle apparence, parler d'autres langues... Je ne pense pas que mes collègues masculins soient obligés d'en faire autant, même si je reconnais aussi qu'ils reçoivent parfois moins d'attention que nous, ce qui est tout aussi injuste.





Est-ce que vous gommez votre identité espagnole pour ressembler aux groupes internationaux ? Quelle est la trace de cette identité ?


Diva : Je suis très fière de mon identité et de mes racines, car ici j'ai appris tout ce que je sais et c'est là que j'ai eu l'opportunité de commencer à m'entraîner. Ce que beaucoup de gens sur la scène européenne ou nord-américaine ne savent pas, c'est qu'ici nous avons aussi de grands groupes qui ont réussi à vendre des millions de disques et à faire de nombreuses tournées dans le monde entier. Des groupes comme Héroes del Silencio, Dover, Mägo de Oz ou Saratoga, ou les plus récents Ángelus Apátrida ou Crisix qui ont réussi à professionnaliser leur projet et devenir une référence pour beaucoup. C'est un autre détail qui ne doit pas jouer pour ou contre, quelle différence cela fait-il d'où vous venez si votre proposition est bonne ?



Le titre et la pochette de ce nouvel album évoquent la religion (Adam et Eve). Est-ce que c’est pour choquer un pays religieux comme l'Espagne ?


Diva : Nous ne sommes pas du tout intéressés par le fait de nous adresser à un gouvernement ou à un autre domaine, puisque nos paroles n'ont jamais été politiques. Nos paroles partent toujours d'un thème basé sur l'occultisme ou la philosophie, comme une métaphore des situations quotidiennes pour lesquelles de nombreux mythes classiques peuvent être extrapolés, comme en l'occurrence celui d'Adam et Eve. En tant que parolière principale du groupe, j'ai toujours été très intéressée par tous les thèmes entourant l'œuvre de Milton "El Paraíso Perdido", qui me semblait très bien cadrer avec une étape personnelle que je vivais comme un éveil ou une maturité, ce qui dans le cas des femmes est très particulier : la recherche de notre propre identité dans un monde où dès la naissance on vous dit ce qu'on attend de vous, même si c'est le contraire de ce que vous voulez. Cette lutte interne est quelque chose de très féminin et cela m'a beaucoup fait réfléchir au cours de ces années.



Est-ce que le disque est un album concept par sa pochette, par des titres comme ‘Knowledge was the Price’ ou ‘The Eye of the Serpent’ ?


Diva : Bien qu'il ne s'agisse pas d'un concept album, les paroles sont partagées entre des références à certains mythes religieux (comme Adam et Eve, la guerre entre le Ciel et l'Enfer, l'Ange déchu...), et comme je l'ai déjà mentionné, à des situations de la vie quotidienne, par exemple dans 'Never Let It Rest' (avec Tim "Ripper" Owens), où l'on parle du fait que même si on a tout contre soi, il faut continuer. Dans 'The Eye Of The Serpent' on parle de déception, qui peut s'appliquer au chagrin d'amour ou à toute relation dans laquelle on se donne à 100% et on se sent trompé.





Pourquoi la connaissance est un prix à payer pour quelque chose ?



Diva : Parce que la connaissance ou la vérité sont parfois très douloureuses... Connaissez-vous ce dicton populaire selon lequel l'ignorance apporte le bonheur ? Parfois il vaut mieux ne pas savoir pourquoi on sombre, car on est déçu... mais en même temps il faut grandir et évoluer. Le chemin de la vérité est très douloureux.



La production est claire et puissante. Quels étaient les enjeux pour avoir ce son clair et puissant dignes des meilleurs groupes Suédois ?


Diva : Nous voulions changer la production avec ce nouveau travail, en nous rapprochant de ce son typique de l'école de Göteborg où le melodic death a de grandes références telles que In Flames ou Dark Tranquillity, et pour cela, nous avons pensé à l'un des meilleurs ingénieurs du son de notre pays : Carlos Santos de Sadman Studios, qui travaille souvent avec des producteurs comme Jens Bogren, par exemple.



Les guitares de ‘A Relentless Force’ sont mélodiques et harmonisées. Est-ce que la force du groupe est de proposer de belles guitares harmonisées pour atténuer la violence ?


Diva : Lorsque notre guitariste et membre fondateur Dani Arcos a lancé ce projet, il l'a fait avec l'idée de pouvoir publier certaines de ses compositions qui ne correspondaient pas à ses groupes de l'époque. Avec le premier album, nous recherchions un son plus sombre, mais nous avons réalisé que nos racines étaient dans les grands classiques, et cela signifiait beaucoup de mélodie dans les parties instrumentales puisque ma voix était l'élément extrême. Au fil du temps, vous arrêtez de vous forcer si quelque chose ne sonne pas assez sombre, car après tout, vous devez faire ce que vous aimez et laisser couler sans vous soucier des étiquettes. De plus, l'entrée de Guillermo Starless en tant que deuxième guitariste du groupe a apporté beaucoup de richesse au niveau des compositions, puisqu'il vient de l'école du hard rock et qu'il a incorporé de nombreuses nouvelles nuances dans notre musique.



Est-ce que ces guitares sont à la base lors de la création des vos morceaux ?


Diva : Nous avions toujours composé la partie instrumentale en premier et la voix et les paroles en dernier, mais pour cet album nous avons décidé de changer l'ordre de certaines chansons et la vérité est que l'expérience n'a pas mal tourné du tout.



Tim Ripper (ex. Judas Priest et Iced Earth) est invité sur ce disque. Pourquoi l’avez-vous choisi pour participer à ce disque ?


Diva : Dani est un grand fan de Judas Priest et son album préféré est le “Jugulator”, un album qui a rendu Ripper, l'une de ses idoles musicales, célèbre. Nous voulions incorporer une voix plus mélodique, du heavy metal classique, et grâce à notre management, nous avons pu concrétiser cette collaboration. C'est magnifique de voir comment un musicien avec sa carrière est prêt à continuer à profiter de la musique sans préjugés, ça a été une expérience merveilleuse et nous sommes très reconnaissants d'avoir pu travailler avec lui.



Vous avez invité Rosalía Sairem de Therion (‘The Forsaken Idol’). Pourquoi elle et pourquoi sur ce titre ?


Diva : Car encore une fois, comme je le disais, nous sommes très fiers de nos racines, et Rosalía, en plus d'être l'une des meilleures voix de la scène internationale, est espagnole ;) 'The Forsaken Idol' parle d'idolâtrie, de la façon dont les gens peuvent suivre aveuglément les autres et de ce qui se passe lorsque ceux qui sont idolâtrés perdent leur statut, comme cela s'est produit par exemple lors de la pandémie où de nombreuses personnes concernées ont disparu des réseaux sociaux. Dans ce cas, nous avons utilisé la métaphore de l'Ange déchu et cette dichotomie entre le bien et le mal que nous portons tous à l'intérieur et qui est très variable selon la perspective à partir de laquelle vous l'abordez.





Quels sont les premiers retours sur ce disque ? Comment vivez-vous les bons et surtout les mauvais retours ?


Diva : Il est tout aussi important de ne pas croire ni les avis très positifs ni les avis très négatifs, il faut tout voir dans son contexte. Tout le monde aime les louanges, mais d'une part il est impossible de plaire à tout le monde, et d'autre part, il faut être critique envers soi-même pour continuer à évoluer et à apprendre. Nous avons de très bonnes surprises avec les réactions positives pour cet album, même de la part de personnes qui étaient réticentes à nous écouter parce qu'elles avaient des préjugés sur nous...



Est-ce que vous avez conscience de la qualité de cet album ? Est-ce que vous avez franchi un cap avec ce disque ?


Diva : Nous sommes très contents du résultat car nous avons travaillé très dur pour arriver à une certaine évolution dans notre son. De plus, l'arrivée d'Adrián à la batterie et de Guille à la guitare a beaucoup contribué à ces changements. Nous voulons en profiter ici pour remercier toutes les personnes qui nous soutiennent et qui apprécient ce nouvel album.



Qu’attendez-vous de ce disque ?


Diva: Amener le groupe à un niveau supérieur qui nous permet de continuer à grandir en tant que projet.



Un dernier mot pour les lecteurs ?


Diva: Merci beaucoup pour votre temps et nous espérons que vous aimez ce nouveau travail. À bientôt!




Plus d'informations sur https://www.facebook.com/bloodhunterofficial
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 21389
  • 21390
  • 21391
Haut de page
EN RELATION AVEC BLOODHUNTER
DERNIERE CHRONIQUE
BLOODHUNTER: Knowledge Was The Price (2022)
4/5

Bloodhunter passe à la vitesse supérieure avec "Knowledge Was The Price" à la beauté transcendante, mélodique, percutant et très inspiré.
 
AUTRES ARTICLES
HYPERDUMP STORY SPÉCIAL HELLFEST : LE RETOUR - JOUR 2
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde.
MUDWEISER (12 AVRIL 2022)
Nous avons rencontré Reuno non pas pour parler du dernier Lofofora, ni des Tambours du Bronx ou encore de Madame Robert mais bel et bien pour le retour sur le devant de la scène de Mudweiser...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022