MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - CECILYA (19 OCTOBRE 2021)
TITRE:

CECILYA (19 OCTOBRE 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

POP



Music Waves est allé à la rencontre de la jeune chanteuse espagnole Cecilya Mestres à l'occasion de la sortie de son premier album "Cherry Blossom".
ADRIANSTORK - 03.01.2022 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Cecilya Mestres a baigné dans le monde de la musique depuis sa plus tendre enfance. La jeune chanteuse espagnole s'est fait connaître du grand public en participant au fameux télé-crochet La Voz (plus connu chez nous sous le nom de The Voice). Aujourd'hui, la belle chanteuse ibérique est venue s'installer à Paris avec la ferme intention de rayonner dans la Ville Lumière.


Peux-tu nous dire à quel moment la musique a joué un rôle crucial dans ta vie?

En fait, je pourrais dire que la musique a toujours occupé une place vitale dans ma vie, aussi loin que je puisse m'en souvenir. Ma mère aime me rappeler assez souvent qu'aux alentours de trois ans, j'étais rentrée d'école avec un prospectus vantant les mérites d'une école de musique et que j'avais insisté pour y prendre des cours. Même si ma supplique était quelque peu étrange - après tout nous n'avions aucun musicien dans la famille -, elle m'a inscrit dans une école de musique du quartier. J'ai passé toute mon enfance à apprendre la musique, piano classique, basse, techniques vocales et leçons de chant. Et je me souviens également qu'en rentrant de l'école, je m'enfermais dans ma chambre pour écouter de la musique. Quelques années plus tard, devenue adolescente, j'ai commencé à chanter et composer dans différents groupes, tout en poursuivant des études de comédie musicale (musicals). Mais j'ai enfin commencé à gagner ma vie en tant que musicienne à la fin de mes études à l'université et après mon déménagement de Barcelone à Majorque en 2015.


Quelles étaient tes premières influences?


J'ai grandi en écoutant les vinyles de Bob Dylan et Tom Waits qu'avait mon père, et les albums de boléro de ma mère. Ensuite, je me suis un peu encanaillé comme le font tous les adolescents en écoutant du punk américain et du metal. Quelques années plus tard, je me suis immergée dans l'univers des comédies musicales et c'est au même moment que j'ai découvert que j'aimais la country, le folk et les musiques indies. Ce n'est qu'en 2015, à mon arrivée à Majorque que quelqu'un (merci, Pau) m'a aidé à tomber amoureuse des classiques du blues et du rock 'n' roll (principalement des années 50) et j'ai commencé à tourner autour du monde en chantant ces standards.





Tu as participé à l'émission La Voz (The Voice) en Espagne, quels enseignements as-tu tiré de cette expérience?

The Voice m'a permis de grandir en tant que chanteuse mais aussi en tant que personne. J'avais connu des hauts et des bas pendant cette période parce qu'on avait jamais jugé mon chant auparavant et cela me rendait très nerveuse. Mais en même temps, l'ambiance avec les autres candidats était très décontractée et le soutien moral que nous nous prodiguions les uns les autres était incroyable. Au niveau professionnel, je dirai que j'ai appris que la visibilité était essentielle. Grâce à l'énorme impact médiatique de cette émission, j'ai eu la chance de connaître l'École de Blues de Buenos Aires et l'association Blues en Movimento qui m'ont conduit sur les routes de l'Argentine pendant près de deux mois... Un rêve s'est réalisé!

The Voice m'a permis de grandir en tant que chanteuse mais aussi en tant que personne.


Tu as décidé ensuite de quitter l'Espagne pour venir vivre en France. Pourquoi avoir choisi de vivre chez le voisin?

Depuis que je suis toute petite, j'ai toujours rêvé de vivre à Paris mais je n'ai jamais cru que mon rêve serait un jour possible. En fait, je pourrais dire que mon déménagement à Paris s'est fait sur un coup de chance. J'étais en tournée en Autriche avec Nacho Ladisa de l'École de Blues de Buenos Aires et l'Association Vienna Blues lorsque j'ai rencontré Julian Villegas, un batteur, qui venait tout juste d'emménager à Paris et qui m'a expliqué quel défi incroyable cela pourrait représenter pour moi d'y aller tenter ma chance. Ce n'était pas trop dur de me convaincre, puisque déjà pendant la tournée, je m'étais demandé si je devais retourner vivre sur mon île ou au contraire changer d'air... Pour moi, il n'y a aucune ville aussi désirable que Paris, donc j'ai suivi le mouvement et cela a fonctionné!


Est-il vrai que c'est pendant le confinement que tu as décidé de suivre ta propre voie dans ce que tu appelles la retro-pop. Qu'est-ce que ce nom signifie véritablement?


Pendant le confinement, j'avais suffisamment de temps pour réfléchir sur ce que je souhaitais faire si la vie devait s'éteindre le jour suivant. C'est ainsi que j'ai rassemblé tous mes efforts pour imprégner de mon essence les chansons que je composais ainsi que celles déjà composées. J'ai dû reporter à plusieurs occasions le travail sur mon album, en me disant que je n'avais pas le temps à cause des concerts et des tournées et tout et tout... Mais à ce moment-là, je n'avais plus d'excuse : je devais le faire. Je l'ai baptisé retro-pop à la fin de l'enregistrement. Je pense que les chansons sonnaient trop pop pour dire aux gens qui me suivaient déjà que j'allais continuer de composer la musique pour laquelle ils m'avaient découverte. C'est pour cela que j'ai décidé d'inclure le terme de retro pour essayer de reprendre tout mon arrière-plan musical et vital qui m'avaient conduite à cet instant de ma vie.


Combien de chansons avez-vous écrit ? Pendant l'enregistrement, as-tu décidé de vous séparer de quelques-unes?


J'avais beaucoup de chansons dans mes fonds de tiroir. La première chanson que j'ai écrite, c'est 'Angel' pendant mon pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. C'est pour cela que j'ai choisi cette chanson pour débuter l'album, afin de souligner ce tournant dans ma vie. Mais évidemment, je ne pouvais pas y faire figurer toutes les vieilles chansons, alors j'ai choisi d'enregistrer les anciennes qui pouvaient encore me représenter à ce point de ma vie. Et, bien entendu, j'ai écrit beaucoup de chansons sous le ciel de Paris pendant le premier confinement, donc il me fallait ajouter certaines de celles-ci pour montrer mon véritable état présent du moment. De toute façon, ce travail de planification s'est déroulé bien avant mon entrée en studio en avril 2021. Lorsque nous avons commencé à enregistrer au studio Black Box, j'avais tout préparé de A à Z puisque nous avions déjà enregistré une démo avec le groupe.





Tonalbum s'intitule "Cherry Blossom". Était-ce pour toi une manière de montrer que tu n'en étais qu'au printemps de ton art ou parce qu'après toute saison froide (ou difficile comme le confinement), une nouvelle naissance pouvait survenir?

L'album s'intitule ainsi parce que, comme vous l'avez dit, j'avais besoin d'une nouvelle naissance. Mais pas seulement après cette période sombre que nous avons tous vécue mais également en repartant de zéro en tant qu'artiste. C'est la première fois que je dévoilerai mon intimité sur scène avec mes propres mots et mélodies.


C'est la première fois que je dévoilerai mon intimité sur scène avec mes propres mots et mélodies.


La première chanson 'Angel' démarre sur ta voix très chaleureuse qui rayonne sur un paysage aride (malgré la batterie) avant que le jour se lève (la guitare), était-ce prévu de commencer ainsi, en transportant l'auditeur dans ton univers en toute sécurité?

Oui, c'est exactement cela. Comme je l'ai dit un peu plus haut, 'Angel' devait ouvrir l'album et par miracle, j'avais des arrangements parfaits pour cela.


Ta voix est très puissante, parfois rauque, parfois plus lumineuse, comment t'entraînes-tu pour cela?

Je pourrais dire que je me suis beaucoup entraînée pour cela, ce qui est vrai.,, Mais je pense que c'est plus lié à un état naturel d'attraction de mes cordes vocales. Pendant mes études de musicals, j'ai été assez impliquée dans les techniques vocales de l'Estill Voice dans plusieurs écoles de Barcelone et aussi dans la Royal Academy de Londres. Même si je pense que cette technique est importante pour éviter de se blesser, j'ai toujours eu une voix forte et c'est naturel pour moi de chanter ainsi (parfois, c'est d'ailleurs difficile pour moi de chanter plus doucement, ce que je dois encore apprendre en pratiquant).


De quoi s'inspirent les paroles de tes chansons?

J'écris à propos des situations que je vois et que je vis. Ma vie de tous les jours est mon sujet d'inspiration. Je pense que c'est pour cela que tout le monde peut s'identifier à mes paroles, puisque toutes les expériences dont je parle sont réelles. J'ai toujours été une personne hypersensible, les situations m'influencent profondément, qu'elles soient bonnes ou mauvaises... Ce qui est bien, c'est que je peux trouver les mots pour en parler.


La ballade 'Road To Nowhere' nous dévoile un nouveau paysage, un peu américain, plus près de Norah Jones et le titre nous rappelle bien évidemment la chanson des Talking Heads. Sont-ces des références pour toi ?

Oui, Norah Jones est une référence pour moi, même si j'ai essayé de puiser des références plus anciennes. Je ne suis pas très musique des années 80, donc le titre est une coïncidence avec la chanson des Talking Heads. Je pense que la plupart de mes influences sont américaines, même si j'ai également été inspirée par les musiques irlandaises et anglaises. Elles sont très larges, cela va de Patsy Cline à Emmylou Harris ou de John Prine à Tom Waits, en passant par les Beatles, Elvis Presley, Elton John mais également des artistes plus contemporains comme Richard Hawley, Chris Stapleton, Pokey LaFarge, Damien Rice ou The Wood Brothers. Et je ne peux pas également cacher que mon chant est principalement influencé par la musique noire américaine, des artistes comme Sam Cooke, Big Maybelle, Bessie Smith, Nat King Cole ou Dinah Washington.


Ce morceau est très relaxant, positif, même si celui-ci est un peu plus calme, nous voulons vous suivre jusqu'à la fin de votre voyage. Il y a quelque chose du caméléon en toi puisque vous êtes capable de te mouvoir à travers différentes émotions. Est-ce que c'est dû à ton expérience de la scène pour les musicals ?


Cela pourrait être ça... Mais également parce que je puise mon inspiration de différents artistes qui ne sont pas similaires.


Est-ce pour cela que tu as choisi une pochette où tu apparais proche mais un peu distante, timide mais très puissante?


Je n'avais jamais analysé la pochette de l'album sous cet angle mais maintenant que vous le dites, la première fois que j'ai vu cette photographie, je me suis dit qu'elle me définissait bien. Peut-être suis-je ainsi que vous me décrivez et que cela définit ma vraie personnalité. Ou peut-être y-a-t'il une dualité, car je suis Gémeaux (rires).


Tu as voulu chanter en anglais parce que tes inspirations proviennent de cette langue mais pourquoi pas en espagnol ? Maintenant que tu vis en France, est-ce que tu serais tentée de chanter dans la langue de votre pays d'accueil ? Est-ce que tu écoutes des artistes français et que penses-tu des chansons françaises ?

J'ai toujours trouvé plus facile de m'exprimer en anglais lorsque je dois écrire une chanson. Je n'arrive pas à me l'expliquer mais peut-être est-ce en raison de mes références, comme vous l'avez dit. J'ai déjà des chansons en espagnol et certaines en catalan mais je les garde pour plus tard, peut-être pour le prochain album. J'aime les vieilles chansons françaises. J'ai déjà chanté certaines chansons de Charles Trénet (vous pouvez les entendre sur ma chaîne Youtube). J'aime également Django Reinhardt, Édith Piaf, Fréhel, Juliette Gréco, Charles Aznavour et les premières chansons de Serge Gainsbourg. Pour le moment, c'est un peu difficile pour moi de mémoriser les paroles en français... Je ne me vois donc pas encore écrire des chansons dans cette langue mais qui sait, si mon français s'améliore plus tard...


Je ne me vois donc pas encore écrire des chansons dans cette langue mais qui sait, si mon français s'améliore plus tard...



'Find Yourself' est un peu plus bluesy avec l'apport de la guitare et de l'orgue qui nous envoient vers une nouvelle direction et possède une mélodie addictive. Est-ce facile d'utiliser des ingrédients de différentes origines pour obtenir le son que tu souhaitais ou as-vous une formule magique pour trouver le bon équilibre?


Parfois, c'est compliqué de trouver les bons instruments mais comme j'arrive à entendre les sons que je veux dans ma tête, je peux l'expliquer plus facilement aux musiciens. J'en profite pour remercier les co-compositeurs de l'album, qui ont été très brillants. J'ai la chance de travailler avec des gens comme Rodolphe Dumont et Paul Solas qui sont très portés sur les arrangements (pas seulement les créer mais aussi traduire en son ce que j'ai dans ma tête).


Sur 'Tell Me', où nous pouvons entendre le son d'un banjo, tu as décidé de faire un duo avec Marco Cinelli. Comment vous êtes-vous rencontrés et qu'est-ce qui t'a poussée à travailler avec lui?

Je suis très contente d'avoir Marco Cinelli pour chanter avec moi sur cet album. Je ne le connais pas en personne mais tout le monde me parle de lui depuis que je suis en France. Il vivait à Paris avant mon arrivée et il habite maintenant à Londres, mais il avait gardé d'excellentes relations avec les musiciens qui m'entourent. C'est Rodolphe Dumont, le principal co-composeur de l'album, qui m'a suggéré le nom de Marco car je n'arrivais pas à trouver un chanteur de mes connaissances qui aurait pu chanter sur ce titre. Après la suggestion de Rodolphe, je n'ai pas hésité une minute, je l'ai appelé et par chance, il m'a dit oui. Je pense que c'est l'un des meilleurs chanteurs européens, je savais qu'il allait le chanter parfaitement.





'Take Me To The End Of The World' sonne encore plus aride avec un esprit proche de Nick Cave. L'orgue se taille la route pour un solo. Est-ce que cette chanson pourrait dévoiler une nouvelle direction à prendre sur un futur album?


C'est la chanson la plus sombre que j'ai écrite... Elle m'est venue à l'esprit lors du premier confinement et je savais exactement comment elle devait résonner. C'est pour cela que j'ai suggéré au claviériste de faire un solo d'orgue un peu sale à la manière de The Doors. Je ne sais pas si je serais capable d'écrire une autre chanson aussi sombre que celle-ci.


Comment a été composée la chanson 'Paris Has No Stars'?

J'ai écrit cette chanson lors de mon premier hiver à paris. Comme les jours gris se suivaient, ma famille, mes amis et les conditions météorologiques de l'Espagne me manquaient. Je pense que tous ceux qui veulent commencer une nouvelle vie à Paris en provenance d'un pays chaud pourront s'identifier à cette chanson. C'est une chanson intime et universelle à la fois.


Comment vas-tu défendre cet album? As-tu des concerts prévus?

Cet album aura une sortie physique et digitale le 10 décembre 2021 et nous le présenterons au Triton à Paris le 12 février 2022. Mon but est de le promouvoir aux Baléares avant l'été mais je vais me laisser porter. Je chanterai de toute façon avec 5 autres musiciens : deux guitaristes, un claviériste, un contrebassiste et un batteur.

Merci !



Plus d'informations sur https://www.cecilyamestres.com/?locale=fr
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 20811
  • 20812
Haut de page
 
AUTRES ARTICLES
TITAN (19 NOVEMBRE 2021)
Putain, 30 ans ! Plus de 30 ans que Titan n'avait pas donné signe de vie entre l'album live "Popeye le Road" sorti en 1988 et son retour sur scène en 2017... Retour concrétisé par un nouvel album "Palingenesia".
WILDERUN (23 DECEMBRE 2021)
Les nouveaux cadors du death progressif reviennent sur Music Waves pour parler de leur quatrième album, "Epigone" !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022