MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - DANKO JONES (23 AOÛT 2021)
TITRE:

DANKO JONES (23 AOÛT 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Danko Jones est le recordman des interviews de Music Waves. C'est pour cela que pour la sortie de "Power Trio", Danko a délégué JC pour répondre aux questions de Music Waves sur la nouvelle livraison du groupe rock infatigable.
CALGEPO - 01.10.2021 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Rien ne semble pouvoir arrêter le rythme des productions de Danko Jones, même pas une pandémie ! Pourtant, le leader du trio a eu un moment de doute, peut-être pour la première fois de sa vie d'artiste. Mais c'était sans compter l'abnégation de son ami bassiste JC qui a réussi, malgré les évènements, à raviver la flamme de l'inspiration et à challenger leur manière d'écrire et d'enregistrer. Il en ressort un "Power Trio" qui renoue avec les racines du rock et qui aborde enfin dans sa discographie plus de sujets graves pour sortir des poncifs, sex and rock'n roll. JC nous a accordé une interview enrichissante sur cette nouvelle offrande dont il est à l'origine. 

Votre actualité est ce nouvel album "Power Trio" qui sort deux ans après "A Rock Supreme", vous suivez votre rythme de presque 2 ou 3 ans entre deux albums. Rien ne peut remettre en cause ce rythme, même pas une pandémie ? Qu’est ce qui explique ce rythme très rapproché ?

Je sais que d’une certaine manière, c’était très bien de pouvoir rester occupé pendant la pandémie. Je ne veux pas dire que ces évènements étaient une bonne chose, mais cela n’aurait pas été aussi bon si nous avions sorti le disque et que nous n'aurions pu rien en faire. Nous avons dû arrêter toutes les tournées et par conséquent nous avons pu avoir un peu plus de temps pour nous concentrer et écrire le disque. Et bien qu’il y ait eu quelques défis à relever parce que nous ne pouvions pas nous voir, nous sommes contents du résultat. Donc, pour la première fois, nous avons dû le faire via Internet, où j’ai donné à Danco une interface audio, afin qu’il enregistre une voix. Il me le renvoyait et ensuite je m’occupais des arrangements. Ensuite, je l’envoyais à Rich. Et puis Rich enregistrait ses parties de batterie. Au début, tout le monde était un peu sceptique à ce sujet. Mais à la fin, nous avons tous convenu que c’était un excellent processus, et que cela va simplement aider à l’avenir pour le processus d’écriture.





Ça a été facile, cette adaptation et ce changement dans votre processus ?


Non, ce n’était pas difficile du tout. Je pense que vous vous adaptez simplement aux circonstances. Et c’est l’occasion d’apprendre de nouvelles façons d’aborder l’écriture de la chanson, presque artisanale. C’est amusant quand vous entendrez le produit fini et que vous sentez l’énergie, vous savez ainsi que vous êtes sur la bonne voie. Nous étions tous trois impliqués, c’était très différent, mais en même temps, c’était très productif. Et le résultat final est un disque dont nous sommes tous les trois très, très heureux. Nous faisons des disques depuis tant d’années ! Et depuis les trois derniers albums que nous avons faits avec Rich, il y a un sentiment de familiarité dans la façon dont nous jouons tous les trois de nos instruments respectifs et dont nous abordons l’écriture et l’interprétation. C’était donc comme tout le monde. Nous devons nous adapter à l’époque. Et je pense que nous avons fait du bon travail avec cela.



Tu sembles avoir été à l’origine de ce nouvel album, pourquoi une telle insistance auprès de Danko ? Avais-tu peur que le groupe ne survive pas à ces évènements ? Comment avez-vous vécu cette période ?

Il ne voulait pas en faire. Il était fondamentalement replié sur lui-même. Il était très inquiet avec la pandémie. Et j’ai remarqué qu’il était toujours sur les réseaux sociaux. Il voyait que cela affectait les gens également. Et je pense que ça le dérangeait beaucoup. Je voulais tout d’abord qu’il soit d’accord pour se débarrasser en quelque sorte de l’inquiétude qui l’entourait dans le monde. Quelle meilleure façon de le faire que de commencer le processus créatif dans l’écriture d’un disque. Et je pense que cela l’a vraiment aidé à attirer son attention ailleurs.


C’est de la psychothérapie. Une fois que vous commencez à créer de la nouvelle musique et à jouer, je pense que cela vous élève le moral et vous éclaircit vraiment l’esprit.



La musique était donc encore plus une thérapie pour ne pas sombrer dans la dépression ?

Oui, certainement. C’est de la psychothérapie. Une fois que vous commencez à créer de la nouvelle musique et à jouer, je pense que cela vous élève le moral et vous éclaircit vraiment l’esprit. Tout le monde est anxieux par la situation. Le groupe et la population en général le sont parce que nous sommes tellement habitués à avoir des informations si rapides, rapides tout de suite. Vous savez, c’est dangereux. Le niveau d’anxiété de beaucoup de gens augmente tellement que parfois vous avez juste besoin de prendre du recul et de trouver de la joie dans les choses simples.


Ce blocage et cette anxiété t'ont-elles surpris de sa part, lui qui semble être très sûr de lui ?

Non, je n’ai pas été surpris parce que nous jouons dans un groupe ensemble depuis bien des années. Donc, d’une certaine manière, nous sommes comme un vieux couple marié. Je sais ce qui le dérangeait. Ce n’est pas comme si c’était une explication valable à son hésitation de continuer l’écriture de chansons. Mais il savait qu’après que lui en ai parlé, il avait certainement quelque chose à faire, à poursuivre. Et puis une fois qu'il a commencé à entendre les démos ça a commencé à avoir du sens pour lui. Au début, il envoyait des fichiers avec son iPhone et la qualité d’enregistrement n’était pas très bonne. Je les réceptionnais et les mettais dans mon ordinateur. J’apportais quelques changements. Il a été très surpris de la qualité. Cela m’a aidé aussi parce que j’ai tout fait sur le programme appelé Logic Pro. J'ai appris de nouvelles techniques, je suis devenu meilleur avec le programme. Nous avons de la chance d’avoir ces ordinateurs et d’être en mesure de le faire de nos jours alors qu'avant nous avions un quatre pistes, et cela vous prenait plus de temps d’être dans la même pièce pour obtenir un résultat. Maintenant vous pouvez simplement le faire. Envoyez-moi un message vocal à partir de votre téléphone et je peux apporter une idée pour une chanson.



Sens-tu une différence entre cette façon et le fait d'être enfermé ensemble dans un studio ? On dit que les groupes préfèrent tout de même cette seconde méthode qui apporte plus de sensations, surtout pour le rock ?

Nous étions sûr au fil du temps que le processus d'écriture était le plus adapté à la situation. La peinture finale serait la chanson elle-même, peu importe la manière. Le test ultime serait quand elle prendrait vie avec nous trois dans une pièce. Nous avons donc pu faire les chansons, les amener au point où nous pensions que c’était le résultat final. Et puis juste avant d’aller enregistrer le disque, nous les avons testées en jouant tous les trois ensemble. Ça fonctionné. Ce n’est pas comme si nous essayions de faire un disque différent, comme un nouvel album où je jouerais de la trompette et soufflerais dans l’harmonica. Nous savons ce que nous jouons. Nous sommes un groupe de rock à trois musiciens basé sur la batterie, la guitare et le chant. Le son du groupe, nous savons où il se trouve. Nous n’essayons pas de faire quelque chose de plus populaire. Maintenant, nous faisons ce que nous faisons parce que nous aimons cela, et parce que nous sommes capables de le faire. Et je pense aussi que lorsque nous écrivons, et surtout de mon côté, je pense à la façon dont cela fonctionnera quand nous la jouerons en live. Comment le public réagira-t-il ? Est-ce que ce sera amusant ? Quel genre de tempo ? Peut-être que cela vous fera secouer la tête? J’ai toujours ça au fond de ma tête, peu importe la manière dont cela a été pensé, individuellement ou en studio...


C’est donc génial de dire que chaque fois que vous faites un disque, vous apprenez quelque chose de nouveau tout en mesurant les retours qui disent que c'est toujours aussi bon !



Que penses-tu si nous disons que nous ne sentons pas la différence entre l'album ainsi fait et les précédents enregistrés de façon plus traditionnelle ?

Que c'est un beau compliment ! Je pense que maintenant que nous sommes arrivés aussi loin que possible en faisant l’album comme nous l’avons fait cela va juste nous aider à l’avenir. Nous sommes une camionnette qui existe depuis 25 ans avec dix disques. C’est donc génial de dire que chaque fois que vous faites un disque, vous apprenez quelque chose de nouveau tout en mesurant les retours qui disent que c'est toujours aussi bon !


Après avoir proposé une pochette très détaillée pour "A Rock Supreme", ce nouvel album propose une cover sous forme plus simple (avec un atome) mais aussi un nom "Power Trio", c’était une façon de retrouver vos racines avec cette simplicité ?


Tu as raison ! Il faut aussi garder à l'esprit que nous n'avons pas pu nous réunir pour prendre des photos. Donc beaucoup des photos qui sont à l'intérieur de l'album sont des silhouettes. Elles ont été prises par un photographe français, Manu Wino. C'est un bon ami du groupe. Je lui ai demandé si ça ne le dérangerait si on utilisait certaines ses photos, et que je voulais en faire des silhouettes. Il m'a dit si tu veux utiliser mes photos, vas-y. Il est toujours venu à nos live. C'est un photographe fantastique. Donc c'était mon idée d'utiliser les silhouettes. En l'absence d'une véritable séance de photos, cela permet de lier le tout. Visuellement l’album est une sorte de graphisme qui cimenterait tout ce qui a été fait parce que nous n'avons pas pu faire de vraies photos. Mais aussi, je pense que ça nous résume vraiment, comme tu le dis : la simplicité d'un arbre électrique, on sent l'énergie qu'il dégage, et il vous attire tout simplement. C'était intéressant parce que j'étais aussi très impliqué dans le processus de création artistique. J'ai donc eu affaire à l'équipe allemande qui s'occupait de la maquette, qui était fantastique. J'ai proposé l'idée des silhouettes, et ils ont semblé l'apprécier. Wino a été super sympa en nous laissant utiliser ses photos.





Il y a toujours eu cette volonté chez vous de sonner rock pur, direct et énergique. Est-ce que l’idée de sortir de cette ligne vous est venue à un moment donné (sonner plus metal, plus hardcore, progressif…) ? Est-ce que c’est un sujet qui revient entre vous, d’explorer ces nouvelles pistes ?


Oui, je vois ce que tu veux dire. C'est intéressant que tu mentionnes ce sentiment. Nous adorons le groupe Weezer et nous nous disions toujours que ce serait bien d’avoir une chanson qui sonne un peu comme eux et c’est ce qu’on a fait avec ‘Raise Some Hell’. Nous l’avons fait avec notre propre touche, parce que nous savons que nous sommes un groupe de rock, donc nous n'allions pas la faire sonner comme du new metal, comme du heavy metal ou du thrash metal et des choses comme ça. Cette chanson est une bonne façon de répondre à votre question. Nous ne nous écartons pas trop du son du groupe, mais nous essayons quelque chose de nouveau tout en restant dans nos limites Quand tu l'entends, tu te dis : « oh, ça essaye d'être quelque chose d'autre ». Oui, mais je pense que ce ne serait pas très juste pour le public si on décidait d'être un autre Danko Jones.


Et vous avez peur de l'accueil du public si vous changez quelque chose.

Non, pas nécessairement. Parce qu'au bout du compte, on fait ça, la musique qu'on fait, ce sont des trucs qu'on aime jouer. Et donc si nous ne l'aimons pas, en fin de compte, je ne pense pas que le public va aimer. Essayer de penser à la place du public pour un groupe est une très mauvaise façon d'aborder la façon d'écrire une chanson parce que qu’il penserait que nous essayons de sonner comme ce qui est populaire et passe à la radio. Nous faisons donc ce que nous savons faire, et au final, je pense que cela se traduit par de l'authenticité et par le groupe a un son singulier.


Dernièrement, nous avons appris la mort de Dusty Hill de ZZ TOP, voir cette génération disparaitre (il y a quelques années Lemmy Kilmister) ça vous fait prendre conscience que vous êtes leurs héritiers ? Que ressentez-vous face à ça ? Comment vous situez-vous face à vos ainés ?

C'est un grand compliment de dire que nous sommes des sortes de légataires. ZZ Top et Motorhead sont des groupes qu'on a tous admirés. Quand on a créé notre groupe et qu'on a pu jouer avec ZZ Top et tourner avec Motorhead, on a appris de ces groupes en regardant comment ils ont créé leurs carrières. On ressent un certain sentiment de fierté et on continue le flambeau du rock and roll dans cette tradition parce qu'on comprend la tradition du rock and roll.


Les évènements que nous avons vécu : pandémie, mort de George Floyd, politique avec la transition entre Trump et Biden, accroissement des inégalités…. semblent avoir touché Danko dans ses textes ('Raise Some Hell', 'Ship Of Lies'…) qui évoquent des sujets plus sérieux pour l’une des première fois presque dans la discographie du groupe. Cela vous a surpris cette moindre futilité et comment avez-vous abordé ces compositions qui changent de l’évocation des relations avec les filles, ou le rock ?


Non, ça n'a rien changé à la musique. En fait, j'en suis très heureux, car je sais qu'il était très frustré et je suppose qu'en écoutant les nouvelles, notamment nos voisins du sud qui ont eu une politique très particulière avec le président précédent il avait envie de l'exprimer. J'avais l'habitude d'appeler Trump le pauvre Berlusconi. Je pense que c'était très bien pour lui d'aborder les chansons avec cet angle et de les garder tout en restant fun. ‘Ship of Lies’ est une chanson sur les relations. Elle a un peu une saveur universelle. Donc il a réussi à garder la simplicité en livrant un sujet qui est définitivement complexe.


Je ne veux pas dire qu’il y a de l’élégance mais un peu de raffinement dans sa réflexion.



Tu comprends les critiques qui disent que les thèmes sont toujours les mêmes à savoir les filles et le rock ? Comment tu le perçois ?


Tu sais ce que j'ai toujours dit aux gens ? Ça semble simple à faire, mais c'est très difficile à faire. Écrire des paroles là-dessus, c'est un peu le même sujet d'une certaine façon. Mails il trouve toujours le moyen de les rendre amusantes, accrocheuses et agréables, sans être grossier ou vulgaire. Il garde certaines certitudes. Je ne veux pas dire qu’il y a de l’élégance mais un peu de raffinement dans sa réflexion.


Je ne pense pas que nous soyons là pour tenir la main des gens et leur faire penser ce qu'ils devraient penser.


Donc on peut évoquer des choses sérieuses sans se prendre au sérieux ?


Je ne pense pas que nous soyons là pour tenir la main des gens et leur faire penser ce qu'ils devraient penser. C’est finalement à l'auditeur de trouver dans la chanson ce qui lui donne un certain sens ou du plaisir ou bien une étincelle de rébellion. C'est toujours différent pour tout le monde. Personnellement j'écoutais quand j'étais plus jeune des titres qui me donnaient un peu d'excitation et cette envie de rébellion, des chansons engagées. Mais en vieillissant on peut s’éloigner de cet esprit et si le public est diverti par notre musique, alors on se dit qu'on a fait ce qu'on était supposé faire. On ne veut absolument pas être Bono pour notre public. Nous ne voulons pas aller dans cette direction. Notre trajectoire ne plaide pas pour que nous soyons ce genre de groupe. Je n’ai rien contre ces groupes, par exemple, j'aime Roger Waters, et j'aime écouter tout ce qu'il dit. Je suis assez d'accord avec à peu près tout ce qu'il dit, mais je ne pense pas que je pourrais faire comme lui, mettre autant d’engagement dans nos chansons.





Même si le style reste reconnaissable, il y a un certain retour formel à du rock moderne et simple, notamment dans le son et le mixage qui semble être différent par rapport au dernier album ? Est-ce un choix délibéré dû au fait de revenir avec le producteur Eric Ratz ?

Garth qui a produit le précédent album est un producteur très connu, qui est probablement l'un des meilleurs producteurs au monde, je dirais, parce que son père était Jack Robert Richardson. Je me souviens que nous avons utilisé un amplificateur qui était l’amplificateur original utilisé pour enregistrer "An American Woman". Mais quand on est revenu travailler avec Eric, il y avait un sentiment de familiarité avec lui. Il savait ce dont le groupe avait envie. On n'essaie pas de faire quelque chose de nouveau ou de différent de ce qu'on a fait avant. C'était parfait.


Danko avait la volonté d’écrire le meilleur album du groupe, qu’est-ce qui selon toi en fait le meilleur ?


Ce qui fait que je pense que c'est le meilleur ? Je veux juste faire un disque dont je suis fier. Et je suis vraiment heureux de la façon dont ce disque est sorti. Je ne sais pas si c'est le meilleur, parce que si je dis ça, alors je ne peux pas aller plus haut. Et je veux toujours essayer de faire mieux. Mais je suis vraiment heureux de ce que nous avons fait avec cet album et surtout de l'avoir fait de la manière dont nous l'avons fait. Je l'ai fait sur mon petit ordinateur de huit ans. Mon ordinateur portable de huit ans qui tombe en morceaux (Rires) !


Avec ce second semestre, les vaccins, comment voyez vous cette fin d’année et surtout en terme de concert ?


Eh bien, je pense qu'il est essentiel que les gens se fassent vacciner et qu'ils retournent à un certain mode de vie. Je ne veux pas dire un mode de vie normal, mais au moins un mode de vie où l'on ne s'inquiète pas que quelqu'un puisse rendre d'autres personnes malades. C'est pour moi la chose qui m'inquiète le plus. Je ne veux pas être responsable de la maladie ou de la mort de quelqu'un. C'est pourquoi j'ai fait le vaccin quand il était disponible et le reste du groupe en fait autant. Et tous ceux qui travaillent avec nous espérons que nous allons dans la bonne direction. Il y a tellement d'informations que c'est un défi pour beaucoup de gens, surtout pour les personnes âgées. Je me sens si mal pour eux. Nous voulons juste nous assurer que nous pouvons revenir aux concerts. Nous avons annoncé que nous allions faire quelques concerts ici au Canada, et nous avons joué dans quelques festivals au Canada, donc nous avons eu la chance que finalement des choses se passent bien et j'espère donc que cela continuera de manière positive.


Et en espérant vous voir en Europe et en France particulièrement. Merci beaucoup !


Merci à vous c'était top !



Plus d'informations sur http://www.dankojones.com/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 20389
  • 20390
Haut de page
EN RELATION AVEC DANKO JONES
DERNIERE CHRONIQUE
DANKO JONES: Power Trio (2021)
3/5

Bénéficiant d’une production sans faille et d’une énergie qui n’a rien perdu de son aura, "Power Trio", sorte de réaffirmation de soi-même, est un bon album de rock qui représente un exutoire salutaire bien que restant classique.
DERNIERE ACTUALITE
DANKO JONES : Nouvelle vidéo
 
AUTRES ARTICLES
LA RENTREE MUSIC WAVES COMME SI VOUS Y ETIEZ...
Les vacances sont désormais bien loin et Music Waves vous détaille sa rentrée comme si vous y étiez...
DESTINITY (28 SEPTEMBRE 2021)
Interview vérité avec Mick Caesare de retour après huit longues années de silence avec Destinity pour reprendre sa marche en avant...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021