MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - BRAINSTORM (22 JUILLET 2021)
TITRE:

BRAINSTORM (22 JUILLET 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL MELODIQUE



Comme un vieil ami qu'on aime retrouver, nous avions de nouveau rendez-vous avec Andy B. Franck pour évoquer le treizième album de Brainstorm, "Wall of Skulls"...
STRUCK - 10.09.2021 -
7 photo(s) - (0) commentaire(s)

En cet été d'une année 2021 toujours aussi compliquée nous avions de nouveau rendez-vous avec Andy B. Franck pour la sortie du treizième album de Brainstorm. Entretien pendant lequel il sera bien entendu question de la pandémie qui touche durement le secteur du loisir et de la musique en particulier, une crise que le groupe surmonte un peu mieux que d'autres en raison de la décision des membres de ne pas être seulement musiciens... Nous évoquerons bien entendu ce nouvel album si spécial au cœur de son chanteur et la raison du regain de popularité de Brainstorm après tant d'années...





Lors de notre dernière interview en 2018, nous évoquions votre dernier album en date "Midnight Ghost" qui traitait des peurs de nos jeunesses mais à l’époque, nous n’avions pas conscience que la plus grande peur est celle qui allait nous frapper avec ce virus…

Andy B. Franck : Tu penses que nous aurions dû intituler notre album "Corona Ghost" (Rires) !


Avec cette crise, on a appris que la plus grande peur est finalement celle invisible…

Absolument ! Après un et demi, nous savons aujourd’hui ce qui est vraiment effrayant !


La pandémie nous a frappé durement mais pas autant que si nous étions des musiciens à plein temps !




Et comment as-tu vécu cette période et en particulier pour un groupe comme Brainstorm qui a traversé pas mal de difficultés par le passé. N’as-tu pas craint que ce soit la dernière ?

Non ! Nous avons tous des boulots "normaux" à côté : nous ne sommes pas seulement concentrés sur la musique ! Ça nous a valu pas mal de moqueries par le passé : les gens ne comprenaient pas que nous n’ayons pas signé un gros contrat qui ferait que les membres de Brainstorm des musiciens à plein temps… C’est clairement un rêve de vivre uniquement de la musique mais il y a quelques années, nous avons décidé de ne pas être musiciens à plein temps et d’avoir des boulots à côté.
La pandémie nous a frappé durement mais pas autant que si nous étions des musiciens à plein temps ! Nous sommes dans une situation vraiment enviable d’écrire, de jouer la musique que nous aimons et ne pas se soucier des tendances, de la mode… et dans une période comme celle que nous traversons actuellement, honnêtement, c’est une bénédiction de ne pas être seulement concentré sur la musique.


Tout ceci m’évoque un peu Anvil et le documentaire où on se rend compte que les pressions des proches sont fortes pour que les musiciens passent à autre chose, cela vous est déjà arrivé ?

Hum (Sourire gêné) ! Parfois oui, parfois non (Rires) !


Le plus important était de ne pas enregistrer un deuxième "Midnight Ghost"



Question suivante donc … Lors de notre dernière entrevue, nous évoquions "Midnight Ghost" que nous considérions déjà comme votre meilleur album. Depuis, les ventes d’albums ont prouvé que nous avions raison. Avez-vous ressenti une certaine pression au moment de vous lancer dans l’écriture de son successeur afin de garder la recette magique tout en se répétant pas ?

C’est toujours quelque chose de spécial quand ta maison de disques te dit que l’album que tu viens de sortir est ta meilleure vente… Bien sûr, tu te demandes comment tu vas faire par la suite… mais dans notre cas, le plus important était de ne pas enregistrer un deuxième "Midnight Ghost" et d’écrire quelque chose de nouveau.


Nous avons surpris le public après tant de temps




Avec votre expérience, "Wall of Skulls" est votre treizième album, je suis surpris que vous ayez craint de faire un deuxième "Midnight Ghost"…

Ce qui est amusant, c’est que dans le cas de "Midnight Ghost", je pense personnellement que nous avons surpris le public après tant de temps. Plein de gens sont devenus fans de Brainstorm avec des albums comme "Soul Temptation" ou "Liquid Monster" (NdStruck : sortis respectivement en 2003 et 2005), beaucoup ont cessé de nous suivre avec les années mais nous ont retrouvé avec "Midnight Ghost"…


La décision de travailler avec Seeb Levermann est à la base de cette sorte de renaissance


Mais comment expliques-tu cela ?

Je n’en ai aucune idée, même si je pense que la décision de travailler avec Seeb Levermann est à la base de cette sorte de renaissance.


Tu sembles vouloir dire que sa production a contribué à moderniser le son de Brainstorm ?

Oui, oui… il est devenu comme le sixième membre du groupe ! Il a fait repenser à certaines choses. Pour être franc avec toi, sur les albums avant "Midnight Ghost", nous avions l’habitude de travailler avec des producteurs qui venaient au studio et quoi que nous enregistrions, ils nous disaient que tout était bon. Par exemple, sur l’album "Scary Creatures", je me rappelle d’un mec assis derrière la table de mixage qui ne faisait que répéter que c’était bien alors que je savais que ce n’était pas si bon mais il me soutenait que c’était bien !


En fait, vous aviez besoin d’un producteur qui vous challenge…

Exactement ! De quelqu’un qui me challenge… Seeb n’a pas cessé de nous dire que ce n’était pas assez bon.
Nous avons été vraiment surpris après toutes ces années que quelqu’un derrière la table de mixage nous dise que ce n’était pas bon. Je me souviens chanter 30 minutes, une heure… et il n’arrêtait pas de me dire que ce n’était pas assez bien ! Et puis, d’un seul coup, il te dit que c’est bon alors que toi, tu n’entends strictement aucune différence. Mais finalement, quand il te fait écouter attentivement, tu comprends ce qu’il cherchait !


Et comment as-tu réagis la première fois qu’il t’a dit que ce n’était pas assez bon ?

 "Fuck you !" (Rires) !
J’ai sorti tant d’albums avec Symphorce, Almanac… et c’est un mec assis derrière une table de mixage qui allait me dire comment chanter... "Fuck you !" (Rires) !


Il y a tellement de producteurs qui prétendent produire des albums mais qui ne font qu’enregistrer des albums : il y a une vraie différence entre enregistrer et produire !




Tu ris aujourd’hui mais je pense que ce ne devait pas être le cas à l’époque ?

(Sourire) Non, non, la vérité, c’est que Seeb a une façon très cordiale, très amicale de te dire que ce n’est pas bon (Rires) : en fait, il te laissait faire pendant une heure et à l’issue, il te disait qu’il fallait recommencer parce que ce n’est pas assez bon : c’est la façon amicale de faire de Seeb (Rires) !
Pour être vraiment honnête, il a vraiment produit cet album. Il y a tellement de producteurs qui prétendent produire des albums mais qui ne font que les enregistrer : il y a une vraie différence entre enregistrer et produire ! Et avec Seeb, nous avons appris ce qu’était un producteur qui travaille sur les chansons et pendant l’enregistrement, par exemple, il te dit exactement les parties dont la chanson n’a pas besoin : nous avons réarrangé des parties avec lui…


Et pour en revenir à ma question initiale, pour "Wall of Skulls", vous avez reconduit la même équipe à savoir Seeb Levermann à la production mais également Gyula Havancsak pour la pochette… Sur le papier, toutes les conditions étaient réunies pour éventuellement reproduire un nouveau "Midnight Ghost"…

Non. Si tu regardes l’histoire du groupe, nous avons toujours eu des périodes où nous avions l’habitude de travailler avec les mêmes producteurs, les mêmes designers… Par exemple, Jan Meininghaus avait fait les pochettes de "Metus Mortis" et "Soul Temptation" quand Tom Thiel avait fait celles de "Liquid Monster", "Downburst" et "Memorial Roots"…


Vous raisonnez en termes en chapitre ?

D’une certaine manière oui et nous avons toujours cherché les parfaites combinaisons. Et dans concernant les personnes avec qui nous travaillons actuellement, elles sont incroyables ! Nous espérons travailler encore avec elles sur le prochain album.


Pour le visuel de "Midnight Ghost", tu m’avais avoué n’avoir donné aucune consigne à Gyula Havancsak et c’était la première fois que tu procédais de la sorte. Avez-vous travaillé de la même façon pour "Wall of Skulls" ?

Ce qui amusant c’est que normalement, je donne des consignes, je parle avec le designer mais dans le cas présent, j’avais en tête le titre de l’album "Wall of Skulls" en revanche, je n’avais strictement aucune idée de pochette. Je l’avais dit à notre guitariste Torsten (NdStruck : Torsten Ihlenfeld), je n’avais strictement aucune idée et Gyula nous avait envoyé quelques ébauches qui ne me plaisaient pas du tout. Je me disais que ce ne pouvait pas être le visuel qui allait succéder à celui de "Midnight Ghost"…
J’en ai fait part à Torsten en disant que je devais être "bloqué", je n’étais pas en mesure d’ouvrir mon esprit mais Torsten avait une idée en tête. C’est la première fois que j’ai tout laissé à Torsten et je lui ai dit ne rien vouloir savoir tant qu’ils n’avaient pas en main la version finalisée. Je n’ai pas eu de nouvelle pendant un mois et demi, et j’avais vraiment peur du résultat concernant cette pochette. Et ils m’ont présenté une première version qui représente 90% de la pochette actuelle et j’ai vraiment été impressionné : certes, il y a plein de clichés, plein de crânes (Rires) mais je l’adore !


Brainstorm n’a pas grand-chose à voir avec ces groupes typiques allemands qui font du metal joyeux…




Concernant cet album, la pochette avec ce squelette en feu et ses serpents comme une invasion de l’enfer vers notre monde mais également à la lecture des titres, il semblerait que l’ambiance soit assez sombre, sans qu’une thématique se dégage, on dirait que l’ensemble des textes n’ait rien d’optimiste, cela est en lien avec la situation actuelle et la pandémie ?

Pas vraiment ! La pandémie n’a pas eu de répercussion. Brainstorm n’a pas grand-chose à voir avec ces groupes typiques allemands qui font du metal joyeux… Nous avons été toujours ce groupe en provenance Allemagne avec ces parties très mélodiques, avec plein d’harmonies, des mélodies… mais sans être trop joyeux mais tout en étant catchy et avec une sorte de mélancolie. C’est la raison pour laquelle ça n’a jamais aucun sens pour un groupe comme le nôtre de parler d’arcs-en-ciel ou de guerriers, nous préférons être plus concentrés sur des thèmes plus réalistes.


Il y a à nouveau un peu plus de notre marque de fabrique traditionnelle


Musicalement on retrouve la recette Brainstorm avec un subtil mélange de speed mélodique et de heavy moins rapide, plus britannique disons. Au-delà de ta voix, votre marque de fabrique n’est-elle pas ce mélange de son allemand et anglais ?

On peut dire ça, oui… Je pense que "Midnight Ghost" est probablement notre album avec le plus de chansons speed. J’étais moi-même surpris en studio au moment de les enregistrer quand j’ai demandé à Seeb d’enregistrer une chanson un peu moins rapide -en studio, j’aime varier et enregistrer une chanson rapide puis une plus lente-, il m’a répondu qu’il n’y avait que des chansons rapides (Rires) !
C’est la différence entre "Midnight Ghost" et "Wall of Skulls", sur ce dernier, il y a à nouveau un peu plus de notre marque de fabrique traditionnelle, des choses que tu retrouves sur des albums comme "Metus Mortis", "Soul Temptation" ou "Liquid Monster"… dans un style typiquement power metal américain / britannique avec lesquels nous avons grandi.
Ces éléments qui n’étaient pas trop présents sur "Midnight Ghost" sont un peu plus de retour sur ce nouvel album avec notamment ce staccato… ce qui rend ce nouvel album si spécial pour moi.


Dans cet album, on retrouve des éléments typiquement germaniques comme ‘Where Ravens Fly’, ‘Escape The Silence’, ‘Turn Of The Light’ et ‘My Dystopia’ dans la lignée d’un Primal Fear, de Gamma Ray, d’Helloween, c’est naturel chez vous de composer ce genre de titres rapides et instantanés ?

Ces dernières années, Brainstorm était reconnu pour ses chansons mid-tempo comme ‘Shiva’s Tears’ (NdStruck : extrait de "Soul Temptation") mais je pense qu’avec ce nouvel album, nous serons plus reconnus pour nos chansons speed parce que nous savons que nous pouvons le faire et c’est ce que les gens veulent désormais entendre du groupe.


En parallèle ‘Solitude’, ‘Glory Disappears’, ‘End Of My Innocence’ et ‘Holding On’ sont plus mélodiques, plus proches d’un son du début des années 1980, de la New Waves of British Heavy Metal, on pense bien évidemment à Iron Maiden mais aussi à Blaze Bayley pour le conteur de la voix d’Andy avec un coté voilé accrocheur…

C’est vrai que Brainstorm est plus ou moins connu pour cet aspect également. Je pense que c’est ce mélange que tu peux avoir sur cet album : il y a des chansons rapides sur lesquelles tu peux headbanguer, d’autres où le public peut chanter avec le groupe… c’est exactement ce que les gens attendent de nous : profiter d’un concert de Brainstorm…

Je me répète mais il y a quelques années de ça, nous avons décidé de ne pas signer un gros contrat pour ne pas quitter nos boulots quotidiens -sachant qu’en tant qu’Allemand, mes parents m’ont toujours répété que les factures devaient être payées (Rires)- et ainsi n’être concentré que sur l’écriture d’une musique que nous aimerions : c’est vraiment quelque chose que tu peux entendre sur l’album.


C’est la raison pour laquelle nous citions Blaze Bayley avec lequel vous partagez pas mal de points communs : un côté artisanal à l’ancienne, une envie de liberté équivalente et aussi un amour sincère du genre…

Je ne connais pas trop Blaze Bayley mais finalement, ça dépend de la musique que tu aimes… et de notre côté, nous sommes contents d’une chanson quand le public la reprend avec toi comme ‘Devil’s Eyes’ de "Midnight Ghost" : ça te fout la chair de poule, c’est la raison pour laquelle tu montes sur scène et notamment quand tu commences par ce titre.
Ce qui est amusant c’est que ça ne prenait pas tant que ça pendant les premiers concerts mais après un certain temps, le public s’est renseigné sur Internet et Youtube notamment et s’est concentré sur les paroles et au bout du cinquième ou sixième jour de la tournée, tu commences à jouer et dès le premier refrain, le public reprend en chœur avec toi : tiens, j’en ai encore la chair de poule (Rires) !


Enfin, nous ne pouvions pas passer à côté de la particularité des deux titres sur lesquels il y a des invités à commencer par Peavy Wagner de Rage et Seeb d’Orden Ogan donc. Ce dernier apporte une force mélodique sur ‘Turn of The Light’…

Pour commencer, aimes-tu ce titre ?


Bien sûr…

Personnellement, je l’adore !




Comment décide-t-on de faire chanter son producteur ?

En le menaçant de lui botter le cul (Rires) ! Ce qui est amusant c’est que j’ai cette idée dans ma tête depuis des années.


Et pourquoi justement que cette année à l’occasion de la sortie du treizième album de Brainstorm ?

Comme je te disais, ce qui est amusant, c’est que j’y pensais depuis des années et j’en ai parlé à Seeb en lui disant que ce serait cool d’inviter des musiciens mais je craignais que certains membres du groupe le prennent mal ou j’avais des musiciens en tête des Etats-Unis, d’Angleterre ou de Suède… Et Seeb m’a répondu que je parlais beaucoup de vieux "héros" américains, anglais ou suédois mais pourquoi pas un qui vit à quelques kilomètres, que tu connais depuis des années, avec lequel nous sommes de bons amis, avec lequel j’ai tourné… alors que c’est une icône de la scène metal allemande. J’ai répondu : "Penses-tu vraiment que Peavy le ferait ?". Il m’a forcé à appeler alors que nous étions en studio et Peavy était enthousiaste de faire partie de cette aventure…

Après coup, j’ai dit que c’était génial mais si Peavy pouvait le faire, si nous avions une icone des dernières années, pourquoi ne pas avoir une icône des temps nouveaux ? Seeb m’a regardé en disant : "A qui penses-tu ?". Je lui ai répondu : "Ne pose pas de question stupide, mec !" (Rires) !


Et justement comment juge-t-il un groupe comme Orden Ogan qui a bâti une sacrée carrière à force de travail et loin des modes : n’est-ce pas un peu le jeune frère de Brainstorm ?

Peut-être ! En quelque sorte… Orden Ogan n’est pas si éloigné de la musique que nous jouons. Nous avons plus ou moins la même fanbase.
Et dans le cas présent, j’adore vraiment écouter les deux chansons que nous avons faites et je suis super fier d’avoir ces deux gars sur cet album qui le rend encore plus spécial pour moi.

J’avais peur que "Wall of Skulls" soit un "Midnight Ghost part 2" mais encore une fois, je n’ai jamais voulu que ce soit le cas. J’ai voulu qu’il soit différent que ce soit au niveau du son pour commencer -cet album sonne un peu différemment, les chansons sont un peu différentes également, les chansons plus directes qui seraient concentrées sur un but principal sans qu’il y ait trop de parties autour- et nous avons une chose spéciale sur cet album à savoir ces deux invités depuis que je suis dans le groupe nous n’avons jamais fait ça…


Cet album sort en septembre alors que l’actualité est la sortie de cet album d’un Helloween réuni. Ne crains-tu pas que cette sortie évènement vous fasse de l’ombre ?

Il n’y a pas que le Helloween qui vient de sortir son album, Powerwolf sort un nouvel album, Sabaton également sans compter Iron Maiden… Le jour de la sortie de notre album (NdStruck : le 17 septembre), Rage sort également son nouvel album : Peavy sortira deux albums le même jour (Rires) !
Comme tu peux le constater, plein de groupes issus du même genre sortent des albums actuellement. A l’occasion de la pandémie, plusieurs groupes ont décidé de retourner en studio pour enregistrer leur prochain album si bien que certains groupes ont sorti des albums l’été dernier et vont ressortir un nouvel album cette année : ce qui est normal, ils n’ont rien d’autres à faire que retourner en studio pour enregistrer, ils n’avaient pas l’occasion de tourner ou même faire un seul concert…
Mais je pense que "Wall of Skulls" est suffisant fort pour se faire place…


Et finalement quelles sont tes attentes ?

Que des millions de gens achètent ce nouvel album !


Et également tourner même si j’ai compris que ce n’est pas toujours accepter de gaité de cœur dans ton entourage…

(Rires) Non ! Je pense vraiment que "Wall of Skulls" va nous faire franchir un nouveau palier. Les préventes sont incroyables : quatre des six versions vinyles sont déjà épuisés, le coffret limité est également épuisé… et tout ça, deux mois avant la sortie officielle ce qui est… génial !





Tu vas pouvoir payer tes factures comme un bon Allemand que tu es…

(Rires) Je l’espère, je l’espère !
Mais c’est surtout le signe que les gens aspirent à de la bonne musique et ils espèrent que nous pourront tourner en septembre/ octobre. Tout est programmé, planifié… mais c’est compliqué parce que si la tournée ne peut pas se faire en septembre/ octobre, je ne sais pas trop ce qui va se passer par la suite… En effet, à partir de septembre, je pense que tu peux voir un concert tous les jours : des centaines de groupes ont calé leurs concerts jusqu’à mars/ avril 2022. S’il y a encore un problème, ça va réellement problématique pour toute la scène musicale. En effet, si ça ne passe pas bien pas mal de musiciens dont c’est le boulot vont devoir abandonner ce métier.
Dans le cas de Brainstorm, encore une fois, nous sommes dans une situation "chanceuse" parce que nous avons un boulot à côté. Je connais plein de musiciens qui ne sont que musiciens et vivre de la musique aujourd’hui -ce n’est plus possible grâce aux ventes d’albums à cause de Spotify, du téléchargement…- c’est grâce aux festivals, des concerts, des tournées… et si ce n’est plus possible non plus, pour être honnête, je prédis de mauvais jours pour quelques groupes dans un futur proche… Nous verrons bien et je pense que nous serons fixés dans les quatre ou six semaines à venir…


On croise fort les doigts. Merci !

(En français) "Merci à toi" ! J’ai apprécié, j'ai vraiment apprécié. Merci !


Et merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.brainstorm-web.net/site/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 20393
  • 20394
  • 20395
  • 20396
  • 20397
  • 20398
  • 20399
Haut de page
EN RELATION AVEC BRAINSTORM
DERNIERE CHRONIQUE
BRAINSTORM: Wall Of Skulls (2021)
4/5

"Wall Of Skulls" mixe efficacement heavy purement germanique avec des aspects plus mélodiques très accrocheur.
DERNIERE ACTUALITE
SEANCE DE BRAINSTORM SUR MUSIC WAVES!
 
AUTRES ARTICLES
ALCATRAZ FESTIVAL 2021 - COURTRAI- JOUR 2 - 14 AOUT 2021
Pour sa deuxième journée le festival Alcatraz continue sur sa lancée avec une belle variété de genres et en point d'orgue un Heilung très attendu.
HYPERDUMP STORY SAISON 3 : EPISODE 143
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021