MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - PARPAING PAPIER (29 JUIN 2021)
TITRE:

PARPAING PAPIER (29 JUIN 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Nous avons rencontré Martin Hallier pour parler du premier album de Parpaing Papier, ce groupe Nantais qui allie chanson française, metal, pop, rock et punk avec fraîcheur.
ADRIANSTORK - 15.07.2021 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Nous avons rencontré Martin Hallier, qu'un ami surnommait Parpaing Papier. Le Mayennais de naissance avait écumé plusieurs groupes et accompagné Andreas et Nicolas avant de poser ses bagages sur les bords de l'Erdre. Ce qui devait être à l'origine un projet solo est devenu un véritable groupe de musique qui allie chanson française, metal, pop, rock et punk avec une formule rafraîchissante. Leur précédent EP contenait le tube 'Tester Des Casques', bolide punk lancé à 180 kilomètres sur les routes départementales mais qui nous avait surpris par ses bouffées délirantes et ces véritables développement atmosphérique. Interview avec un grand gourou pas si fou que cela.


Nous nous étions quittés fin 2019 juste avant la terrible tragédie que nous ne nommerons pas. Vous avez quand même pu défendre votre premier album sur scène, au Black Shelter de Nantes mais également à Hong Kong et Macao. Comment passe-t-on de Loire-Atlantique à l'enfer bleu des tripots de Macao? Qu'est-ce que ces voyages vous ont appris sur vous-mêmes et le monde?  

Salut Music Waves ! Et oui, nous avons eu la chance de faire quelques dates avant l’annulation de 2020, dont cette superbe tournée au bout du monde… Nous étions émerveillés par l’accueil du public là-bas. Nous sommes arrivés dans un climat de révolte apaisée grâce à de bons résultats des démocrates quelques jours avant. Du coup les gens étaient dans un état d’esprit festif, avec beaucoup d’envie de secouer la tête sur notre musique. C’était très enrichissant d’être si loin de chez nous, cela nous a soudé et la bienveillance du public nous a beaucoup émus.  


Vous nous aviez donné rendez-vous en 2020 pour le premier album ("Rendez-vous en 2020 pour du nouveau son" comme Martin l'avait annoncé). Est-ce que la pandémie est la raison de ce léger retard? 

Complètement. On s’est un peu fait couper les ailes comme beaucoup d’artistes de tous milieux. Nous avons profité de ce temps pour écrire à distance et aller explorer de nouvelles idées. A partir du déconfinement de mai 2020 nous nous sommes revus et nous avons commencé l’enregistrement tout en continuant à composer et écrire les petites dernières.  


Pourquoi avoir soumis cet album à un crowdfunding? Le premier EP avait pourtant été remarqué? 

Nous sommes à 100% indépendants et autoproduits. Notre économie ne tient qu’aux concerts et au merchandising. Sans concerts, nous n’avions tout simplement pas le budget pour aller au bout du projet.  Cela nous a permis d’investir plus sereinement. Nous avons été très émus et surpris par le soutien du public.  Et c’était un bon moyen d’évaluer les précommandes autour de ce 1er album. Encore un grand merci à toutes les personnes qui nous ont accompagnés dans ce projet ! C’est un vrai travail d’équipe, et c’est très rassurant de voir cette communauté derrière nous.  


Martin, tu avais dit que tu étais à l'origine du projet et que tous ces morceaux avaient déjà été écrits avant la sortie de l'EP voire avant la formation du groupe. Pour ce présent album, à l'exception de la fameuse tempête sur laquelle nous reviendrons, est-ce que ces nouveaux morceaux étaient enfermés dans des fonds de tiroir ou avez-vous vraiment composé ensemble pour la première fois? 

C’est tout à fait ça ! C’est un vrai album de groupe. Nous nous sommes tous emparés des chansons pour les travailler et les façonner à quatre. Tout le monde a écrit, composé et agrémenté ce disque à sa manière.  D’où le coté un peu plus pop de l’album par rapport à l’E.P, c’était une vraie envie collective.  


Dans quelle contexte ces derniers morceaux ont été rédigés et quelles ont été tes inspirations? 

Pour les derniers morceaux nés ('Le Choix', 'Cadeau De Cowboy' et 'Mon Américaine' notamment), nous nous sommes laissés porter par nos envies de production. Des claviers, de la boite à rythmes, des arrangements quatuor à cordes… C’était notre été 2020, on a alterné périodes de répétitions intenses et enregistrements studio. Nous avons même pris la liberté de finir d’arranger les morceaux directement en studio avec Pierre Le Gac qui nous a enregistré au studio Le Garage Hermétique. C’était une super expérience de travailler comme ça et de laisser libre cours à nos envies et d’essayer plein de choses.    






Dans la précédente interview, le régime musical de Parpaing Papier était une dictature totalitaire. En revanche, est-ce que le petit père du peuple Papier s'est assagi et a lâché un peu de lest à ses collègues dans la composition et les paroles? 

Complètement ! Sans être un truc totalitaire, j’avais un peu monté les fondations seul donc on partait de ça avec d’office cette envie très naturelle de construire cet album à quatre. Nous avons tout.e.s composé pour cet album, chacun s’est beaucoup investi et nous avons écrit la plupart du temps les paroles à deux avec Fa (basse/chant). Nous nous sommes rendus compte sans surprise que nous adorions tous travailler ensemble. Tout ce qui compte c’est de regarder et d’aller tous dans la même direction, et nous, on fonce !!! 

Le titre de l'album ''Croire Au Printemps'' a plusieurs niveaux de lecture, naïf (Hugues Aufray avait bien dit que le printemps revenait donc pourquoi s'inquiéter) tragique (et si tout s'arrêtait?), référentielle (Bill Evans) voire spirituel celte (la nature reviendrait au centre de nos préoccupations)? Pour vous, était-ce une façon de battre les cartes et de laisser voguer l'imagination? 

Bravo pour toutes ces références ! Tu tiens d’ailleurs la bonne…  Un soir du mois d’août 2020, après une grosse session de répétition, Clothilde nous a proposé d’écouter en fond sonore un truc tranquille pendant que nous rangions le matos. Son album préféré de jazz, Bill Evans ''You Must Believe In Spring''. Elle nous annonce ça, le met… Et là, comme une évidence, nous nous sommes regardés, et sans parler nous avions compris :  ''Croire Au Printemps'' : OK, nous avons le titre de l’album.  C’était une sensation géniale car c’était d’un seul coup d’une évidence absolue. Un vrai beau moment dont on se souviendra. On trouvait en effet que ça amenait plein de pistes, que ça résonnait avec l’époque et que le double sens était intéressant… A chacun d’y entendre sa définition.


Votre premier EP mariait des éléments punk, metal, pop, chanson française. On a l'impression qu'aujourd'hui, tous ces ingrédients ont été digérés au sein d'une pop survitaminée. Est-ce le cas? 

A fond ! « Puissante Pop » ça nous va bien. Dans la pure lignée de Weezer qu’on adore tous. On ressent un peu le côté « patchwork » dans le 1er E.P. Chose que l’on a digéré, je pense, avec l’album qui est plus compact et cohérent, je trouve. Nous sommes vraiment fans des grosses guitares et des harmonies vocales, c’est notre recette et on prend un pied dingue à la mettre en œuvre !  


La pochette de l'album semble illustrer la première chanson 'Entrée, Plat, Décès', mais elle pourrait s'étendre à tout l'album : “Ne croyez pas ce que vous voyez, cette nature morte est belle et bien vivante.” Une façon d'être à nouveau en décalage? 

C’est très bien dit ! On voulait cultiver ce décalage avec cette salle à manger du château de Lassay majestueuse et théâtrale, cette abondance de fleurs et nos looks décalés. On voulait avoir l’air « sympathiques mais bizarres » et je pense que Sarah Scaniglia, la photographe avec qui nous avons travaillé toute cette scénographie, a bien su capter cette ambiance décalée.  


Sans être comparable, elle me fait un peu penser à l'ambiance de la pochette de "Rattus Norvegicus" des Stranglers. On sent qu'il y a quelque chose de menaçant et d'inquiétant mais on en ignore la cause... Est-ce que ce groupe a pu avoir une influence dans la conception de celle-ci (in extenso dans votre musique?) 


Honnêtement je viens d’aller voir cette pochette des Stranglers, magnifique ! En effet je comprends la comparaison, on retrouve une ambiance étrange sans savoir vraiment de quoi il retourne. Avec Sarah Scaniglia, nous avons regardé beaucoup de natures mortes, de tableaux classiques avec des scènes de banquet, des compositions florales avec des animaux et/ou des gens. Une fois le château visité lors de nos repérages en janvier, nous avions une bonne idée commune de ce que nous voulions. Le résultat des toutes ces photos a dépassé nos espérances !   


D'ailleurs pourquoi le regard des trois autres se tourne vers la gauche alors que Martin semble nous fixer d'un air goguenard? 

En toute honnêteté nous n’avions pas vraiment calculé ça. On savait qu’il fallait que je regarde l’objectif, comme pour inclure la personne qui regarde la pochette à la scène, mais pour les autres, cela s’est fait sur le moment. Nous nous laissions diriger par Sarah, jusqu’à avoir ce cliché où je suis le seul à regarder l’objectif. On ne n’est pas posé beaucoup de questions. On s’est beaucoup amusé à faire toutes ces photos. La photo de la chambre nous a particulièrement scotchés! Et c’était une scène improvisée sur le moment.  


Nous avons vu une autre photo dans le livret, également de Sarah Scaniglia, où vous êtes plus près du lecteur et vous le regardez avec les yeux plus gros que le ventre. Comment avez-vous fait votre choix entre les différents clichés ? Et d'ailleurs, il existe vraiment des bougies Freddie Mercury? 

Oui, tu parles de nos portraits individuels ! On s’est également beaucoup amusés à les faire. Il était tard, il faisait froid dans cette grande pièce médiévale chargée d’histoire, et dans cette ambiance feutrée nous sommes passés tour à tour devant l’objectif en y mettant une petite touche de mise en scène avec nos objets personnels.  Et oui ! Cette bougie existe bel et bien ! C’est un cadeau de Noël, il y a même une prière à St-Freddie au dos, c’est une parodie très réussie de bougie religieuse avec dorures et tout, un bel objet que je me devais de faire figurer ici et là sur les photos tellement Freddie Mercury et Queen ont changé ma vie.  





'Entrée Plat Décès' lance les hostilités, sur les couplets les rythmiques sont gluantes, le chant très affable alors que les refrains sont plus explosifs avec quelques growl. Cette dichotomie était bien entendu voulue pour décrire la duplicité de ce disciple de Landru? 

Il se dégage un truc chaleureux étrange sur les couplets, une ambiance qui s’installe et qui vous assure que vous pouvez vous détendre et profiter d’un bon repas réconfortant !  Cette chanson m’a notamment été inspirée par deux films : ''L’Ultime Souper'' (The Last Supper – réal. Stacy Title, 1995) ou l’on peut voir Cameron Diaz à ses débuts ou encore ''Petits Meurtres Entres Amis'' (Shallow Grave – réal. Danny Boyle, 1994). J’ai toujours trouvé ce concept fascinant. 


Vous chantez tous sur les refrains ensemble mais c'est la voix de la jeune Clothilde qui ressort souvent le plus. Cette voix féminine semble être une caution à la folie du personnage principal, un espèce de dédoublement féminin de la personnalité masculine? 

Oui, de manière assez logique, c’est souvent la voix de Clothilde qui ressort de par son timbre plus haut perché que celui des garçons. Nous chantons d’ailleurs très souvent à une octave d’écart avec Clo, ce qui rend les refrains très harmoniques et complets dans le spectre musical. Elle « perce » le mix comme on dit, même à bas volume on l’entend grâce à sa hauteur ou elle se détache des autres instruments. On adore jouer là-dessus et c’est un des composants essentiels de notre recette !  


Pourquoi Clothilde ne chante pas en lead sur un morceau? 

Très bonne question ! Je pense que ça viendra naturellement, un jour ou l’autre. Nous travaillons déjà actuellement sur une reprise en duo et cela fonctionne très bien ! On s’éclate vraiment à chanter tous les quatre et on se complète totalement. On aime chanter et vous n’avez pas fini de nous entendre.  


Curieusement l'atmosphère sur l'introduction de 'Acheter Un Œil' est étouffante avec des accords colorés parfois proches du funk voire des Beatles ou des Beach Boys avant de tout passer sous le rouleau compresseur. A l'inverse des paroles (nous y reviendrons plus bas), le morceau est très inspiré par différents genres et réussit à les faire vivre ensemble. Un autre morceau, 'Mon Américaine' est une montagne russe de sensations, on a du metal, du punk, de la pop et un peu du 'All You Need Is Love' des Beatles. Comment avez-vous réussi à trouver cet équilibre entre les différents genres? 

Sur 'Acheter Un Œil' nous n’avions à la base que la partie rock très « lâchée » avec cette mélodie à tendance bretonnisante (ça se dit ça ? ) Et quand nous avons commencé à la travailler en groupe, Fa (basse/chant) a proposé très vite ce couplet plus funky et l’association nous a immédiatement séduits. Comme à chaque fois, quand on sent que c’est bon, ça devient une chanson de Parpaing Papier.  Nous fonctionnons à l’instinct. Tout se fait de manière intuitive et ludique, on ne lutte pas, on se laisse porter par nos envies et nos idées, c’est génial et si exaltant.   


On peut regretter qu'il n'y ait pas un morceau comme 'Tester Des Casques' qui donne envie de conduire vite (en respectant les limites de vitesse), mais on sent que 'Dans Ma Fusée' est son successeur comme single avec son refrain intersidéral qui peut être repris par tout le monde. Est-ce pour cette raison que celui-ci est sorti ou sortira en single? 

A vrai dire, avec la crise etc., nous avons changé autant de stratégie que le gouvernement ! A la base comme nous en parlions plus haut, l’album aurait du sortir plus tôt, financé par notre tournée 2020…  Là, il a fallu pas mal improviser. ''Dans Ma Fusée'' avait été capté au Théâtre Graslin par Crazystone et nous nous sommes dit : pourquoi pas ? Pour un premier extrait c’était un bon choix, et le morceau a été très bien accueilli. Dédicace toute particulière à Lou, la petite sœur de Clothilde qui nous a dessiné la pochette, et il est sorti le jour de ses 9 ans, un heureux hasard dont on se souviendra et qui a du sens ! Pour la petite histoire, nous l’avons écrit et finalisé à distance pendant le tout 1er confinement entre mars et mai 2020.  


La dernière partie fait la part belle à la science-fiction, est-ce que c'est un intérêt du groupe? 

En effet nous avons un vrai intérêt pour les récits et fictions dystopiques. De ''1984'' à ''Black Mirror'' en passant par les aventures de conquête spatiale ou encore les zombies ! 


Cette chanson mériterait presque d'être à l'origine d'un album concept qui narrerait la vie de ce garçon de sa plus tendre enfance jusqu'à l'Apocalypse de 2056. Est-ce que l'idée de faire un album concept voire un opéra rock s'est présentée à vous? 

On aurait pu mais on savait que cet album était aussi un voyage au travers des styles et des ambiances. Pour un premier album il aurait été audacieux de le conceptualiser au maximum, mais c’est quelque chose que l’on pourrait totalement faire à l’avenir, à suivre !   


'Tester Des Vestes' est un clin d'œil à 'Tester Des Casques' mais cette fois-ci le morceau est bien plus metal que l'original et le chant est hargneux. On n'aura même pas un seul moment de calme. Est-ce une façon de prouver que vous étiez capables de jouer frontalement de la musique lourde? 

C’est un morceau né avec nos premiers concerts, avec ce grand solo de guitare. Il transpire le rock & roll et la sauvagerie que l’on aime dans ce style. On ne sent pas en position d’avoir à prouver quoi que ce soit à qui que ce soit mais oui, ça envoie ! Et c’est un vrai moment live à vivre en concert !  

Comment Martin se prépare-t-il pour interpréter ce genre de morceaux? N'y a-t-il pas un risque en jouant le jeu de la folie de ne pas trouver le chemin du retour à la raison? 

C’est totalement schizophrène, mais j’adore ça ! Et c’est assez jouissif de passer d’un état à l’autre tout en essayant d’emmener le public dans nos délires, musicaux comme textuels et aussi physiques !  On passe de choses très intenses, très rock, notre côté Parpaing  à des choses plus douces, plus pop, notre côté Papier, tout en restant coupant comme une feuille neuve qui vous surprend en vous entaillant les doigts !     






Qu'avez-voulu dire avec l'excellent 'Cadeau De Cowboy' qui mêle à cette chevauchée fantastique les chœurs hantées de Clothilde? Un esprit western ou une dénonciation des exactions des pionniers du Nouveau Monde? 

Les chœurs sont l’œuvre de tout le monde et pas seulement de Clo ! Il y a en effet un feeling « chevauchée du Far-West » qui dénonce notamment l’absolue sauvagerie et le manque de discernement des forces de l’ordre qui sont censés « protéger et servir ». Il y a une escalade insupportable et un usage trop systématique de la force à notre humble avis. La bienveillance et le droit à manifester de manière calme sont morts en même temps qu’un paquet de libertés. Tu perds un œil, une main, tu es mutilé à vie par ton pays. C’est anormal et malheureusement symptomatique de notre époque. Soutien à tous les gens qui continuent à s’exprimer et qui prennent des risques en descendant battre le pavé.  


'Malade Menthol' (un clin d'œil au groupe suisse Débile Menthol?) s'ingénie à nous faire passer à travers toutes les émotions, on a à nouveau droit à un freinage extraordinaire où le personnage se lamente tandis que les rythmiques se figent et un nouveau crescendo qui fait exploser le toit. Tout comme l'instrumental 2056 rehaussé de ses violons, est-ce qu'on ne pourrait pas y voir une tentation vers le rock progressif? 


Je ne connaissais pas ce groupe ! Mais le nom est incroyable. J’aime beaucoup le rock progressif pour son côté multi-facettes. J’ai grandi en écoutant Barclay James Harvest, Asia, Marillion ou encore Kansas, sans oublier Pink Floyd bien sûr. J’ai toujours été très sensible à ce côté « montagnes russes » comme nous en parlions plus haut. Et cela se prête bien comme décor pour nos petites histoires. 


'Malade Menthol' devrait être sponsorisé par le Ministère de la Santé. Monteriez-vous au créneau pour dénoncer, les méfaits du tabac? 

Je fume donc je suis bien placé pour dire que je n’en suis pas fier et que, comme beaucoup, j’aimerais me débarrasser de cette mauvaise habitude. Il y a quelques années, nos parents nous fumaient dessus sans trop penser aux conséquences. Aujourd’hui c’est tout l’inverse, et certainement pour le mieux. C’est un sujet sensible car nous connaissons tous quelqu’un qui est directement ou indirectement impacté, malade ou encore mort suite à des abus de tabac. C’est un morceau qui est faussement fun et qui prend le parti d’en parler de manière un peu absurde en poussant loin les clichés.  


Vous nous offrez une version un peu plus douce de 'Tempête Je T'aime' mais toujours aussi témpétueuse (sic)! Pourquoi avoir choisi de faire figurer ce morceau issu de votre premier EP sur cet album? Comment vous est venue la (brillante) idée de nous offrir une version révisée? 

Ce morceau est vraiment l’acte fondateur du groupe en 2019. Nous savions le potentiel de ce titre qui est un peu devenu notre « hymne ». Avec l’album, il nous paraissant important de lui redonner la chance qu’il mérite avec cette nouvelle version. Une fois jouée et assimilée par le groupe tout entier et coller davantage à l’ambiance et aux sons de l’album, notamment au niveau des guitares.  


Les paroles de vos chansons sont assez décalées excentriques et humoristiques et nous font toujours penser à vos collègues Andréas et Nicolas ou Magoyond. Vos chansons décrivent souvent des histoires de jeunes naïfs inadaptés face à un monde cruel qui les dépasse et qui finissent par commettre le pire (le sympathique Landru d' 'Entrée Plat Décès' n'aime pas les gens, le jeune garçon de 'Dans Ma Fusée' cherche à accomplir son rêve et doit vendre ses parents contre un turbo ou dans 'Le Choix' l'amoureux transi qui essaie vainement de faire revivre son idylle en s'habillant comme sa copine puis en se livrant à un holocauste sentimental). Finalement, votre humour est bien plus grinçant qu'il n'y paraît et il serait totalement faux de vous affubler de l'étiquette groupe rigolo comme Ultra Vomit que tu connais bien, Martin. 

Merci pour ce compliment ! On se défend en effet d’être un groupe « humoristique » à l’instar d’A&N ou de Ultra Vomit qui est carrément parodique. Faire sourire, voir rire, tout en faisant réfléchir, c’est notre mojo, notre motivation première, sans oublier de prendre un pied incroyable musicalement. J’ai beaucoup appris sur la manière décomplexée d’écrire auprès de ces deux groupes en tournée entre 2010 et 2017, et aussi avec toute la scène québécoise que l’on aime tant, notamment pour ça. Les Trois Accords en tête de proue pour l’ensemble de leur œuvre.  


Également, vos paroles sont parfois plus sérieuses voire osons le dire, matures. 'Mon Américaine' dissimule une histoire un peu tragique, 'Marilou' est une ode d'amour désespérée, 'Tempête Je t'aime' pourrait être le chant d'un fou (voire d'un psychopathe), 'Tester Des Vestes' pourrait presque ouvrir une réflexion philosophique ? 

Exactement. La légèreté s’accompagne souvent de choses plus épaisses qu’il n’y paraît. Et c’est un exercice que l’on aime particulièrement. Le sourire se doit d’être un bon chemin vers la réflexion. Personnellement j’ai tendance à moins apprécier les choses trop frontales qui sonnent trop souvent comme des leçons de morale ou carrément comme des enfonçages de portes ouvertes. Alors oui, oui. La guerre : c’est pas « good vibes »…  Mais il y a des façons subtiles de parler de ce genre de sujets.  


Pour autant, je trouve que les paroles de la chanson 'Acheter Un Œil' sont un peu lourdingues à la manière d'Oldelaf. D'ailleurs avec le clip, bien en deçà de 'Tester Des Casques', on a l'impression que vous en faites des tonnes. Ceci nous permet de vous poser trois questions : est-ce que trop de décalage tue le décalage? Est-ce que lorsque celui-ci est conscient, l'effet escompté n'est pas au rendez-vous? Ou alors, faut-il le regarder au troisième degré comme une parodie d'un groupe de rock qui voudrait jouer avec les codes de Katy Perry? 

Beaucoup de questions que nous ne nous posons pas vraiment ! On fait tout à l’instinct. Le clip est beau et léché, tout en étant plein de décalages c’est vrai. Chacun y voit ce qu’il a envie d’y voir. On voulait un résultat très graphique en travaillant au studio des Films du Dissident à Nantes et avec Nicolas Ragni, le réalisateur, à qui l’on doit notamment 'Orange Duck' de Kiemsa et 'Kammthaar' de Ultra Vomit. On se connaît depuis plus de 20 ans et je savais qu’on ferait quelque chose de cool tous ensemble. On ne le voit pas du tout comme une parodie, on adore ce décor et nos fringues et on trouve que ce clip nous va plutôt bien !  

'Marilou' est un morceau pop-rock moderne qui mériterait de passer en boucle à la radio. Si le nom Marilou nous fait penser un peu à celle de Michel Polnareff, quelle est la part de fiction dans vos paroles? Existe t'elle ou est-ce une addition de plusieurs femmes? 

Marilou est un hommage à une grand-mère qui s’appelle Marie-Louise. C’est donc bien une déclaration d’amour, mais pas dans le sens premier que l’on peut attendre. Elle l’a écouté et l’apprécie beaucoup, mission accomplie pour Fabrice (basse/chant) qui l’a écrite à 100% pour elle et pour sa gentillesse, sa douceur. Espérons qu’elle passe à la radio, pourquoi pas ! Nous en serions très fiers car c’est une chanson sincère et que l’on aime beaucoup jouer.  


Sur 'Les Enfants Qui Chantent', le masque tombe et les paroles sont plus directes et fielleuses, les rythmiques possèdent un esprit proche du ''The Wall'' de Pink Floyd ou du final glaçant d' 'Asylum' de Supertramp grâce aux guitares lourdes. Etait-ce une façon de prendre de court l'auditeur qui s'attendait à un morceau léger pour terminer? 

A la création de cette chanson j’avais cette sensation très forte de « morceau de fin d’album », de « coup de massue ». Il est clair que ce n’est pas joyeux du tout, c’est même carrément l’angoisse. Ce morceau possède un truc, un peu inexplicable. Les références que tu donnes sont prestigieuses, merci ! Nous sommes contents car elle touche beaucoup de monde. Nous aimerions en faire un clip, nous avons de belles idées… A suivre, encore une fois !  


Les derniers instants du morceau sont très émouvants où la voix de Clothidle adoucit celle énervée de Martin. Etait-ce une manière de ne pas trop planter trop de clous dans le cercueil? 

Pour certains c’est justement les moments de douceur angoissante de cette chanson qui sont les pires ! C’est vraiment fascinant de voir comme les gens peuvent prendre différemment telle ou telle chanson et telle ou telle partie de chanson. C’est la magie de la musique, les images que l’on se crée en écoutant varient d’une personne à l’autre et je pense que nous n’avons pas fini d’en entendre parler, et tant mieux !  J’en profite pour rendre hommage à Mamadoux (guitare Dancefloor Disaster) qui a composé cette chanson qui m’a instantanément touchée en plein cœur. Je sentais dès la compo toute la force qu’elle dégageait.  


Paradoxalement, on a l'impression que ce morceau annonce le futur. Comme si Parpaing Papier voulait s'affranchir de son image de groupe décalé? 

Le texte décrit un futur noir et sans espoir. Encore une fois on ne voulait rien prouver de particulier mais c’est vrai qu’elle nous sort du jeu de l’humour, elle donne un autre sens au titre ''Croire Au Printemps'' qui apparaît d’un coup beaucoup plus cynique qu’il n’y paraît de prime abord. Ce sont toutes nos facettes, et on adore ça.  


Quels sont vos plans après la sortie de cet album? 


Des concerts bien sûr ! Encore et encore, à fond ! Nous espérons que l’album va nous faire découvrir, qu’il va faire son bout de chemin, sa vie ! On aimerait aussi aller jouer au Québec et y sortir l’album. Espérons que la reprise soit exaltante!  


Avez-vous déjà le regard tourné vers l'avenir? Nouvel album, nouvel EP et nouveau clip dessin animé? 


Le clip de ''Tempête Je T’Aime'' est en préparation en dessin animé en effet ! Il devrait voir le jour vers octobre. Nous travaillons avec une animatrice nantaise du nom de Flore Montmory et nous sommes très excités de vous montrer le résultat, il devrait être superbe ! Quant à un nouvel EP ou album, on commence à y penser ! Nous verrons bien comment tout ça se passe, cela va dépendre de la reprise des concerts notamment.  


On sait qu'Andreas et Nicolas sont des fervents supporters du côté de la Beaujoire. Est-ce que vous êtes soulagés du maintien du FC Nantes en ligue 1? A l'instar d'Elmer Food Beat, est-ce que vous seriez prêts à composer un hymne à ce club? A moins que Martin ne soit resté fidèle aux Tangos de Laval... 

Ah les Tangos du Stade Lavallois ! Toute mon enfance en effet ! Mais déjà petit j’étais derrière le FC Nantes (tout en étant né et originaire de Angers – désolé le SCO !). On apprécie tous le sport dans son ensemble et nous serions heureux de travailler avec un club à la création de quelque chose. Ce sont des opportunités à saisir dans la vie d’un groupe, mais c’est du bonus ! Nous verrons donc si un jour nous avons ce genre d’occasion.  


Pour terminer, pouvez-vous nous parler de la Fédération Francopop?

Sur une idée originale de Fabrice (basse/chant), nous avons initié le projet de monter la Fédération Francophone de la Puissante Pop, autrement dit Fédération FrancoPop ! L’idée est de fédérer des groupes de tous pays mêlant langue française et guitares électriques, de créer des ponts pour faire des concerts entre nous tous car nous sommes une grande famille. Quelques contacts sont déjà lancés, on travaille dessus en sous-marin et cela nous intéresse beaucoup. Un joli projet que l’on espère sur le long terme afin de créer de vraies relations avec d’autres artistes, des tournées, un festival, une compilation annuelle… Tout reste à faire ! 


Merci Parpaing Papier!

Merci Music Waves !  


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/parpaingpapier/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 20243
  • 20244
  • 20245
Haut de page
EN RELATION AVEC PARPAING PAPIER
DERNIERE CHRONIQUE
PARPAING PAPIER: Croire Au Printemps (2021)
4/5

Parpaing Papier sort son premier album, une pop généreuse agrémentée de punk, de rock et de metal.
DERNIERE ACTUALITE
PARPAING PAPIER: Premier album en juin
 
AUTRES ARTICLES
LES ALBUMS DE JUIN 2021 A NE PAS MANQUER
Music Waves vous propose désormais tous les mois la sélection mensuelle de la rédaction et les lauréats de juin 2020 sont...
NERVD (01 JUILLET 2021)
Music Waves a rencontré le groupe à riffs made in France, Nervd, nouvel arrivant sur la scène metal hexagonale.
 

"Découvrez Brainsqueezed dans son nouveau clip !"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021