MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - BURNT UMBER (10 MARS 2021)
TITRE:

BURNT UMBER (10 MARS 2021)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK ALTERNATIF



Burnt Umber est venu présenter son premier album "Petroleum" au micro de Music Waves.
DARIALYS - 06.04.2021 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

Du rock alternatif parfois teinté de metal, du chant féminin puissant, des compositions rentre-dedans... Autant de caractéristiques propres à cette nouvelle formation française, Burnt Umber, qui sort cette année son premier album "Petroleum". Un album que la chanteuse Abby est venue présenter pour nous aujourd'hui !


"Petroleum" est votre premier album. Vous êtes signés chez le label Season Of Mist, qui est le label de metal français par excellence. Déjà, félicitations ! Comment avez-vous réussi à attirer leur attention ? C’est fort d’y parvenir dès le premier album ! Pourquoi avoir choisi Season Of Mist, d’autant qu’il s’agit d’un label de metal plutôt extrême ?

Abby : Merci beaucoup, en effet on est super fiers d’être chez Season of Mist. En France, c’est clairement THE label et ils ont la plus grosse couverture en termes de distribution. C’est pour ça qu’on a fait le maximum avec notre attachée de presse pour intégrer leur roster. En effet on y trouve des groupes de metal extrême mais aussi des formations plus alternatives et plus rock.



"Petroleum", c’est le « pétrole » en Français. Qu’est-ce que veut dire ce titre et est-ce que cet album raconte une histoire ? Si oui, laquelle ?

Abby : Bien que "Petroleum" ne soit pas un concept album, il raconte 13 histoires, extrêmement graphiques, qui tournent souvent autour du thème de l’amour impossible. Dans la chanson éponyme, le personnage central pleure des larmes de pétrole qui représentent la tristesse et la souffrance. Ces larmes finiront par tout recouvrir et le personnage y jettera alors une allumette pour TOUT embraser...



Ce confinement a été une véritable épreuve

 

Comment avez-vous vécu le confinement en tant que groupe ? Est-ce que vous en avez profité pour écrire ce premier album en attendant la reprise des concerts ?

Abby : Pour nous comme pour tous les groupes, ce confinement a été une véritable épreuve. On s’est tous retrouvés à l’arrêt et dans l’impossibilité de faire le moindre concert. L’organisation et la logistique inhérentes à la vie d’un groupe deviennent un véritable challenge quasi insurmontable. Grâce à internet et aux réseaux sociaux, on a pu garder le contact avec nos fans et contourner cet isolement forcé en diffusant notamment des vidéos. C’était cool de se retrouver tous les 5 même si ces retrouvailles restaient virtuelles. La majeure partie du mixage de l’album était bouclée quand on est rentrés dans le premier confinement et on a été obligés d’attendre d’en sortir pour effectuer le mastering.


Par moments, on retrouve quelques ingrédients de metal un peu plus costaud, voire extrême, dans votre musique. Je pense ici au chant guttural sur ‘Tree Of Sorrow’, au blast beat sur ‘Rainy Sunday’, à la double pédale sur ‘X Chromosome’, mais ce sont des petites touches disséminées par-ci par-là de manière presque un peu timide alors que vous êtes parés pour ce genre de musique techniquement car votre exécution est propre. Est-ce qu’à l’avenir cela pourrait être une approche que vous souhaiteriez creuser ?

Abby : Pas vraiment. Entre autres choses, dans nos influences, il y a pas mal de groupes extrêmes tels que Car Bomb, Meshuggah, Strapping Young Lad (Devin Townsend) et Gojira… Cependant, notre ADN est résolument pop-rock avec une base couplet/refrain/pont/refrain. Il est donc naturel que cet élément « extrême » se retrouve saupoudré dans notre musique mais spontanément nous ne ressentons pas le besoin d’aller plus loin dans cette direction, du moins pour l’instant.



Ne pas faire comme les autres était une volonté très forte de notre part !




Aujourd’hui, les groupes tendent à sortir de plus en plus d’EP, donc des formats courts. Vous au contraire, vous arrivez avec un album de 14 pistes, ce qui est assez énorme pour l’époque. Pourquoi avoir fait ce choix-là ?


Abby : Ne pas faire comme les autres était une volonté très forte de notre part ! Avant même la sortie de "Petroleum", on avait déjà accumulé assez de morceaux pour plusieurs albums. Aussi, on avait vraiment la matière et l’envie pour sortir un LP.

 

Historiquement, Music Waves est un magazine de musique progressive. C’est marrant car si votre musique n’est pas progressive, plusieurs sections nous ont fait penser à du Haken des débuts, notamment l’un de vos titres dont l’une des parties rappelle le thème de leur morceau ‘Visions’. Est-ce que c’est un groupe que vous connaissez et qui vous inspire ?

Abby : Non pas du tout, tu nous as fait découvrir ce groupe pour le coup. Et je dois dire que personnellement j’aime beaucoup l’ambiance musicale de ce morceau et la voix de leur chanteur. Par contre, nous avons pas mal d’influences dans la musique progressive, pour t’en citer quelques-unes : Genesis, Pink Floyd, Yes, The Mars Volta, The Gathering, Dream Theater, Leprous, Porcupine Tree, Oceansize…


Toujours sur la scène progressive, vous avez quelques accointances avec le groupe Bent Knee (qui a justement tourné avec Haken avant la pandémie), qui se caractérise également par un chant féminin très puissant et mis en avant. Est-ce que ça vous parle ?

Abby : Encore une fois non, malheureusement. Tu nous fais découvrir un nouveau groupe et on t’en remercie.


Au milieu de ces 14 titres, on retrouve une reprise : ‘Calling You’ de Bagdad Café, réinterprétée de façon plus pêchue que l’originale. Pourquoi avoir choisi de reprendre ce morceau-là en particulier ?

Abby : Nos influences musicales viennent également des musiques de films. Pour ma part, cette BO m’a très fortement marquée. C’est l’une de mes chansons préférées. J’ai toujours voulu la reprendre mais je n’arrivais pas à trouver musicalement quelqu’un qui arrive à la retranscrire dans l’univers où j’aurais aimé l’emmener… jusqu’au jour où j’ai entendu la version de JWar qui m’a scotchée et qui a été une révélation !

 

Quelquefois, il y a un côté épique sous-jacent dans votre musique. Je pense notamment à la transition instrumentale et orchestrale ‘I Feel Guilty’. C’est vraiment un aspect intéressant de votre musique qui vous différencie des autres groupes. On pourrait même regretter que le titre qui arrive derrière, ‘Stolen Pic’, ne dure pas plus longtemps pour progresser davantage. Qu’en pensez-vous ? Faire durer des titres plus longtemps, 6 ou 7 minutes, est-ce quelque chose qui pourrait vous intéresser ?

Abby : Comme on le disait un peu plus haut, on est très fortement influencés par la musique de films et notamment, Jerry Goldsmith, James Horner, Alan Silvestri et plein d’autres. C’est pour cette raison, qu’on retrouve dans nos morceaux cette composante orchestrale et contrapuntique. Pour ce qui est de faire des titres plus longs, comme on te le disait un peu plus tôt, spontanément ce n’est pas ce qui nous intéresse actuellement.

Sur scène, comment comptez-vous retranscrire cet aspect orchestral ? Avez-vous quelqu’un aux synthés, est-il prévu de diffuser des samples en fond ?

Abby : Ah mais justement tout est prévu ! Sur scène, JWar contrôle un ordinateur qui permet de lancer tous les samples et les ambiances qui agrémentent nos morceaux.


On connaît l’importance d’un premier album. Qu’est-ce que vous attendez de cette sortie ?

Abby : Eh ben plein de choses, forcément : on a envie de toucher un maximum de gens et de leur faire découvrir notre univers. On espère professionnaliser notre projet autant que possible malgré le contexte. On sait que ça ne va pas être facile mais on va tous se donner à fond.


Est-ce qu’une tournée est prévue, peut-être en fin d’année, pour promouvoir ce disque ?

Abby : Je t’avoue que ce serait génial et qu’on va faire notre possible ! Ceci dit, actuellement, prévoir quoi que ce soit est totalement impossible.


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Abby : Comme tous les groupes de musique, vu la situation sanitaire, on traverse une période particulièrement difficile. Donc plus que jamais, on a besoin de tout votre soutien. Chaque like, chaque partage, chaque commentaire compte. On vous donne rendez-vous sur les réseaux sociaux (@burntumberband) ou sur www.burntumber.net où vous retrouverez toute notre actu. Portez-vous bien, prenez bien soin de vous, on vous embrasse fort !



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/burntumberband
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 20081
  • 20082
  • 20083
Haut de page
EN RELATION AVEC BURNT UMBER
DERNIERE CHRONIQUE
BURNT UMBER: Petroleum (2021)
3/5

"Petroleum" est un premier disque de rock/metal alternatif prometteur emmené par un chant féminin puissant et fédérateur.
 
AUTRES ARTICLES
RADIO : LE DEBUT DE LA FIN ?
Alors que les audiences viennent de tomber, la sentence est irrévocable, les radios ont perdu près de 2 millions d’auditeurs en un an. Une tendance qui se confirme année après année et qui s’est accentuée en 2020. Mais jusqu’où ?
KAMERA OBSCURA (26 MARS 2021)
Kamera Obscura est de retour avec un nouvel EP, deuxième édition d'un projet de reprises à la mode Kamera Obscura.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021