MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - Music Waves donne la parole aux acteurs du spectacle vivant (Part. 3) - Les Labels
TITRE:

Music Waves donne la parole aux acteurs du spectacle vivant (Part. 3) - Les Labels


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Dans le cadre de la crise du Covid, Music Waves a décidé de donner la parole aux acteurs du spectacle vivant. 3ème partie: Les Labels
PASCALJ - 22.12.2020 -
4 photo(s) - (0) commentaire(s)

2020 se termine avec le bilan culturel que nous connaissons tous, tous les festivals ont été annulés, tous les concerts ont été soit reportés soit annulés également. Les professionnels du spectacle vivant essaient de se faire entendre régulièrement mais, il faut bien le dire, rien n'y fait pas ou peu de réponses, des promesses d'aides financières.

Music Waves a décidé de donner la parole à quelques acteurs de la culture, dans cette troisième partie, la parole est donnée aux labels : Sabrina Cohen Aiello (responsable promotion Verycords), Laurent (président fondateur du label metal Finisterian Dead End) et Laurent Desideri (Directeur du marketing et de la promotion de BMG).


2020 va se terminer, enfin, comment avez-vous réussi à passer cette année particulièrement compliquée pour le monde du spectacle vivant?

Laurent (Finisterian Dead End) : C’est vrai que le moins que l’on puisse dire c’est que 2020 ne restera pas dans les mémoires. C’est avec beaucoup d’inquiétude que nous avons vu nos groupes, vu nos amis patrons de bars, de salles souffrir de la situation et essayer de tenir le coup malgré des conditions plus que difficiles !
Plusieurs des membres de notre roster ont dû innover avec des prestations virtuelles ou se produire devant des publics assis, dans le meilleur des cas… Du côté de la structure du label en elle-même, et grâce à une petite équipe soudée, nous avons pu avancer à notre mesure, continuer à sortir des albums, à les promouvoir et à les distribuer de notre mieux.
Dans ces temps troubles pour le milieu de la scène et de tous ses acteurs, nous avons sorti 3 superbes albums, de trois groupes, qui, hasard du calendrier, ne se produisent pas sur scène… et n’ont donc pas eu à passer au travers des annulations, reprogrammations etc... Ces albums, « Rien ne devait Mourir » d’Angellore, « Jehanne » d’Abduction et « L’Adieu aux Étoiles » d’Ixion ont été sollicités par le public et par la presse au-delà des espérances que pouvaient nous laisser penser la période !
Trois groupes, trois univers et trois belles réalisations, nous sommes hyper fiers et très confiants de nos choix et très heureux que le public « confiné » les ait plébiscités !

Sabrina (Verycords) : L'année 2020 a été compliquée pour toute l'industrie musicale, on a plusieurs fois cru que ça allait pouvoir redémarrer, mais comme tu le sais, un deuxième confinement est arrivé, et l'annonce de Jean Castex hier (NdStruck : jeudi 10 décembre) n'est que la goutte de trop pour tout un secteur à l'agonie.
Heureusement en France nous avons le chômage partiel quand même qui permet de sauvegarder des emplois !
Et les artistes ont été super prolifiques aussi, d'un point de vue créatif, donc il y a eu pas mal de sorties de disques, entres ceux déjà enregistrés avant la Covid, et ceux mis en boîte en cours d'année 2020, ça fait du taff et ça crée quand même une sorte de dynamique.

Laurent Desideri (BMG) :
Le spectacle vivant est au cœur de nos préoccupations pour nous professionnels de la vente de musique physique et digitale.
Sans concert, il nous est difficile voire impossible de développer nos artistes, de rebondir auprès de nos médias en annonçant nos lives, après nos dates de sortie d'album. Une simple annonce de sortie d'album pour un artiste déjà installé peut suffire (quoique), pas pour un artiste en devenir, ni pour un artiste international.
C'est en cela que 2020 a été très dure en termes d'impact. Et sans pitié pour les jeunes artistes et groupes....





Alors que 2021 se profile à l'horizon, il reste beaucoup d'incertitudes, comment vous préparez-vous pour cette nouvelle année?Êtes vous plutôt optimistes ou carrément pessimistes?

Laurent (FDE) : Cette année 2021 va être cruciale pour beaucoup de monde et j’ai peur que beaucoup trop de structures, de groupes ne se remettent pas de l’année 2020.
C’est certainement un « nouveau monde » qui va s’offrir à nous, avec de nouvelles règles, une nouvelle logistique, un public avide de concerts, de nouveautés et peut-être peu de lieux pour en profiter.
De notre côté nous nous préparons à une année transitoire où nous serons « prudents » dans nos sorties ou nos « ressorties ».
Ces derniers mois nous avons goûté aux multi-supports comme le vinyle, la cassette avec succès auprès du public, nous avons aussi proposé plus de merch et c’est dans cette direction que nous allons avancer sur cette nouvelle année.
Le label fêtera ses 10 ans en 2021 (ce qui déjà en soi est un exploit !) alors, bien entendu, nous sommes optimistes et toujours passionnés même si nous restons humbles vis-à-vis de nos confrères des arts de la scène qui souffrent bien plus que nous.

Sabrina : Plutôt optimiste, je me dis que le pire est derrière nous et que les choses vont reprendre progressivement. Nous commençons à annoncer des concerts pour 2021 et ça fait du bien de se dire que ceux-ci vont avoir lieu, contrairement à toute la période de mars à septembre/octobre où les bookers ont fait un taff de dingue à reporter, puis re-reporter...
Sur le label nous avons des sorties d'albums prévues, et des tournées sont en train de se confirmer, y compris des artistes internationaux donc on croise les doigts !

Laurent (BMG) :
Je ne suis pas médecin, ni devin.Nous ne sommes que capables d'envisager plusieurs possibilités, dont la plus négative serait un rebond de l'épidémie (qui pointe déjà le bout de son nez en France et qui confine déjà nos voisins européens), et nous reconfinerait pour la troisième fois... Ce qui me semble être plus crédible, c'est une reprise douce vers la normale à partir de l'été 2021.
Je fais partie des optimistes qui annoncent le retour de "Woodstock façon 2021" (Sourire) . Les gens sont moralement fatigués. La fin de cette épidémie s'annonce telle la fin de la troisième guerre mondiale.
J'imagine que les gens vont : descendre dans la rue, s'embrasser, Faire la fête, aller au concert cinq fois par jour, Se retrouver entre amis autour d'un verre...
Je crois en cette reprise, j'en suis persuadé...





Dans sa communication, le gouvernement parle d'aides à la culture, sont elles à la hauteur de vos attentes?

Laurent (FDE) : C’est une question bien compliquée, pour une structure qui n’a jamais bénéficié des deniers de l’État…
À en croire et lire les divers intervenants, ce n’est plus d’aides dont le milieu à besoin mais d’un plan de sauvetage général pour la survie de la culture en France.
Je réside au Canada depuis près de 3 ans et j’ai l’impression que de l’autre côté de l’Atlantique, le milieu culturel est moins dans la détresse...

Sabrina : Je ne suis pas au courant de toutes les aides qui existent, mais d'après ce que je lis ici et là, ça reste insuffisant pour pallier la baisse de chiffre d'affaires énorme des structures travaillant dans la culture. Maintenant encore une fois, je pense que dans d'autres pays, les entreprises n'ont pas forcément autant d'aides.

Laurent (BMG) :
J'avoue ne pas mettre trop intéressé à ce volet.
J'ai plus travaillé à m'adapter à la situation avec mon équipe, à trouver des solutions. Si notre activité a été impactée, il faut reconnaitre que nous avons pu continuer à travailler, contrairement à nos amis producteurs de concerts,...
J'ai du mal à imaginer que nous, gens de la musique, nous fassions partie des biens ou des activités non essentiels...
Par le passé, ne disions-nous pas que le spectacle, (et la musique) était l'opium du peuple ?


Toujours concernant le gouvernement, ce dernier a mis en place des dispositions (confinement strict au printemps, puis couvre-feu et reconfinement). Selon vous, sont-elles adaptées à la situation, est-ce qu'il n'y avait pas d'autres alternatives ?

Laurent (FDE) : Question à double tranchant (Rires) ! D’un côté la réduction des libertés individuelles au profit de la santé de toutes et tous et de l’autre une augmentation des cas dès que les libertés augmentent… Je suis de façon hebdomadaire les différences Canada/France et j’ai l’impression qu’hélas personne n’a la solution miracle… Je ne suis pas médecin donc, je ne m’étendrai pas sur cette épineuse question.

Sabrina : Je pense que le premier confinement était nécessaire et a eu de l'effet. Le second "confinement" -entre guillemets car il y a eu quand même beaucoup de relâchement et de gens qui ne l'ont pas respecté, chacun trouvant sa raison d'aller au bureau plutôt que télétravailler etc- n'a pas eu d'effets et on se retrouve avec encore beaucoup de cas par jour.
Mais il y a de toute façon beaucoup d'incohérence, le métro blindé ok mais pas une salle de concert assise distanciée ? Un avion, un train ok ?
Il faut que le gouvernement fasse quelque chose pour les salles de spectacle car ça devient ridicule d'autoriser tout le reste, mais pas une salle de concert avec des gens assis, avec un siège entre chaque personne. Le seul souci, c'est que contrairement aux exemples que je cite, la culture n'est pas essentielle pour le gouvernement.

Laurent (BMG) :
Je fais partie des premières personnes à avoir contracté le coronavirus en mars dernier, très certainement lors d'un concert, ou une émission de télé, je ne saurai jamais..
.J'ai vu des gens malades autour de moi, quelques décès de personnes pourtant d'apparence plus en forme que moi... Les seules symptômes que je n'ai pas eu sont les difficultés respiratoires... Pourquoi je m'en suis sorti, et pourquoi pas d'autres ? Je pense que nous ne sommes hélas pas égaux devant cette p**** de maladie. Je pense qu'il fallait confiner les gens, c'était nécessaire... instaurer des règles, que cela plaise ou non aux fans de la conspiration...
Tous comme nos amis italiens ou espagnols, se serrer les mains, s'embrasser, faire des accolades pour nous Français cela fait partie de notre culture...
Et nos gestes barrières sont comme si nous renions notre propre identité (moi le premier !)
Je pense aux copains qui sont encore dans un lit d'hôpital...
Il faut en finir avec ce virus, il nous faut donc respecter les consignes, être patients...
Maintenant je ne comprendrais toujours pas pourquoi des personnes ont le droit de s'entasser dans un métro, d'aller (en respectant une jauge minimum) dans un lieu de culte, mais que nous ne puissions pas aller dans un théâtre, une salle de cinéma, un concert avec des places assises réservées en damier, dans des lieux suffisamment aérés.. A croire que les virus s'arrêtent aux portes d'un Rer ou d'un supermarché..
Je ne suis pas un politicien, mais j'essaie de raisonner au mieux...





Un dernier mot pour nos lecteurs?

Laurent (FDE) : Merci d’avoir pris de votre temps pour me lire. Soutenez vos bars-concerts, vos salles, vos groupes locaux et vos groupes préférés ! Préparez-vous à ouvrir vos portefeuilles en temps et heure pour vous déplacer massivement aux concerts en commençant par ceux qui auront lieu au coin de votre rue ! Vous aurez alors le pouvoir et la responsabilité de relancer la culture ou de la laisser moribonde !
D’ici là, restez curieux, achetez de la musique, achetez le merch de vos groupes et artistes locaux.
 
Sabrina : Continuez d'écouter de la musique et si un concert est annoncé pour dans un an, achetez votre billet, soutenez les producteurs et les artistes...

Laurent (BMG) : Prenez soin de vous et des autres ! Respectez les gestes barrière, soyez prudents, protéger les autres car vous pouvez être porteur... la fête arrive, très bientôt...
Au vu du calendrier qui se dessine et de la situation actuelle, je vois le Hellfest comme une terre promise ! Espérons que ce magnifique Festival soit le « start » de notre liberté retrouvée...
See you there !!!!


A lire les autres parties de cet article:
Part. 1: Les attachés de presse
Part. 2: Les concerts
Part. 4: Les artistes
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19892
  • 19894
  • 19895
  • 19933
Haut de page
EN RELATION AVEC COVID
DERNIERE ACTUALITE
Covid-19: Les salles de concert pourront elles ré-ouvrir?
 
AUTRES ARTICLES
HYPERDUMP STORY SAISON 3 MERRY CHRISTMAS
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde.
BULLRUN (20 NOVEMBRE 2020)
Bullrun c'est un peu l'Amérique qui sonne à nos portes. Celle du thrash et du heavy nerveux et énergiques. Le nouvel EP "Wilderness" est la démonstration d'un groupe qui cherche à peaufiner sa personnalité. Music Waves a pu rencontrer Remy, Mark et Gaël.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021