MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

BYE BYE JOHNNY


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
POP

Tournée en plein confinement, la vidéo de 'Long Night' témoigne de ce qu'a été Paris pendant le confinement. Rencontre avec l'instigatrice de ce projet Bye Bye Johnny
CALGEPO - 22.09.2020 - 1 photo(s) - (0) commentaire(s)
Bye Bye Johnny est une artiste bien mystérieuse navigant dans les eaux troubles de l'industrie musicale désormais en mal de live. Music Waves est parti à la rencontre de cette artiste qui derrière le voile a bien des choses à dire.

Il y a très peu d’informations sur toi sur le web, pourrais-tu te présenter un peu pour nos lecteurs ?

Mon nom d’artiste est Bye Bye Johnny, je suis auteure, compositrice et interprète.

Je fais de la dream pop, avec des sonorités électro.



Le fait qu’il y ait peu d’informations sur toi n’est-il pas paradoxal pour une artiste qui veut percer ou se faire connaitre ? Est-ce voulu pour entretenir un part de mystère pour susciter la curiosité ?

Je ne crois pas qu’il faille absolument tout montrer aujourd’hui pour se faire connaitre, beaucoup le font déjà et au final les choses vides prennent énormément de place par rapport à l’info de base. Après je ne réfléchis pas trop comme ça, j’ai une part de mystère et je pense que je suis comme ça dans la vie, c’est ce que me disent souvent ma famille et mes amis.


Lorsqu’on regarde ta chaine Youtube, tu proposes des clips très sophistiqués, recherchés et cinématographiques, je pense à Wim Wenders avec "Paris Texas", ou "Thelma et Louise" de Ridley Scott… A quel point le cinéma nourrit la chanteuse que tu es ?

 Oui c’est vrai, le cinéma a une place extrêmement importante, J’aime le cinéma hollywoodien de Lynch, Jarmush, Scorcese, Eastwood,…Lorsque j’écris ou compose, les images viennent  spontanément comme une sorte de vision. Ça m’aide même à composer parfois. J’aime le rapport à l’image, mettre en musique un image donne une tout autre dimension à une scène. J’adorerais composer pour un film ou une série… Du coup, la réalisation m’intéresse aussi beaucoup, je trouve cette sensibilité très complémentaire.


Pour moi, le clip est une façon supplémentaire d’avoir une lecture du titre


Tu sembles beaucoup conceptualiser ton projet, est-ce pour toi une manière de te démarquer dans une industrie musicale où l’image à un rôle désormais prédominant ?

Je ne sais pas si on peut appeler ça un concept, je trouve mon projet très « normal » parce qu’il me ressemble vraiment.. Mais il est vrai qu’aujourd’hui l’image est tout aussi importante voire parfois (malheureusement) plus importante que la musique. Pour moi, le clip est une façon supplémentaire d’avoir une lecture du titre, la vidéo est aussi plus immédiate dans la compréhension d’une intention ou d’un texte par exemple. Le clip sert à valoriser une musique, donc l’un ne va pas sans l’autre.


Tu proposes des titres avec parcimonie à une époque où il est difficile de se distinguer, où la façon dont on écoute la musique aujourd’hui a changé, elle est plus vue comme un produit de consommation que comme un objet culturel et d’art, as-tu conscience du risque que tu prends ?

Oui, et je suis la première a consommer beaucoup de musique, j’écoute énormément de styles différents, lorsque j’aime un titre il peut tourner en boucle pendant une semaine non stop et après je passe à un autre. Je ne pense pas que tout le monde consomme de la même manière, il y a encore des gens qui ont un certain regard, une exigence par rapport à l’art, à la culture et heureusement ! Pour en revenir à mon projet, je propose des titres quand ils sont prêts, je ne sais pas si je prends un risque de malade, mais sans risque, y’a pas de vie ! Ça, c’est très Bye Bye Johnny!



On sent également dans ta musique une influence Lana Del Rey, est-ce une source d’inspiration pour toi ?

On me compare souvent à elle, « la Lana Del Rey française, etc..; », ça me dérange pas du tout,  les comparaisons, c’est humain, les gens ont besoin de repères, de cases à remplir.  Et puis, chaque artiste a été inspiré par un autre artiste au cours de sa vie , de ses créations, donc je suis ok avec ça.  J’ai beaucoup écouté Lana Del Rey à une époque de ma vie, je pense que les stigmates sont encore présents. Elle a univers énigmatique et langoureux qui me séduit toujours autant.


J’ai aimé cette introspection, cette expérience, cette solitude. Il y avait une routine presque hypnotique, un peu comme un jour très long qui se répétait à l’infini.



Nous vivons une période pandémique inédite, la chanson ‘Long Night’ a été composée pendant le confinement, finalement cette période a plutôt été inspirante pour toi ? Comment l’as-tu vécu ?

Je sais que pour beaucoup d’artistes cela a été très compliqué. Étrangement, pas pour moi, j’ai aimé cette introspection, cette expérience, cette solitude. Il y avait une routine presque hypnotique, un peu comme un jour très long qui se répétait à l’infini. J’étais très observatrice et spectatrice de ce qu’il se passait dans les rues, au téléphone avec les amis, la famille. Tout le monde avait des doutes, des angoisses différentes.  Pour moi, C’était une vraie nécessité et une évidence de me mettre au piano et raconter que je ressentais à ce moment-là.


Comment a été tourné le clip dans un Paris désert et calme ?

Dans la plus grande illégalité (lol) nous étions 2, un cadreur et moi, Nous sommes sortis de nuit avec nos autorisations, un skate, et nos masques et on a commencé a sillonner la capitale. Je savais exactement les plans que je voulais. Nous avions Paris pour nous tous seuls, c’est le rêve de n’importe quel réalisateur ou photographe de capter Paris comme ça. C’était vraiment un moment magique, en suspens et à la fois flippant. On était un peu comme les deux survivants d’une apocalypse.





Paris est de toute façon une ville à la fois belle mais semble être impersonnelle dans le sens où les gens se croisent sans faire attention aux uns aux autres. N’est-ce pas ce que tu voulais également traduire dans cette vidéo, la solitude ?

Oui c’est ça, entre le manque, la liberté et la solitude, ce sont trois sentiments qui nous ont tous unis. D’ailleurs dans le clip, lorsque je l’ai monté, j’ai gardé volontairement le sans-abri à l’arrêt de bus avec les détritus, c’est le seul visage humain qu’on a croisé ce soir là, on était content de croiser ce regard qui normalement est évité par tous.


On sent une écriture très délicate mise en lumière par une musique minimaliste, aérienne et personnelle, la composition et l’écriture est pour toi une forme d’exutoire, une catharsis ?

C’est depuis toujours ma manière de communiquer, écrire et mettre en musique. Les sentiments me touchent, me bouleversent même car je ne suis pas à l’aise avec ça, notamment pour les exprimer avec des mots. Du coup, c’est plus simple avec des actes et des chansons.


je pense que la culture va prendre une nouvelle place, sa vraie place, enfin !


La culture est souvent un refuge dans les situations dramatiques et pourtant, on le voit encore plus aujourd’hui, elle est mise de côté, comment appréhendes-tu la suite de ton projet dans cette situation encore plus précaire ?

Pendant cette période, je pense justement que les gens se sont rendu compte de l’importance de la culture, de l’art, tout le monde était sur Netflix, se mettait à faire de la poterie, regardait des expos virtuellement, on a senti le manque de plaisir, de s’aérer l’esprit à travers une pièce ou une expo. J’ai toujours pensé que l’art et la culture était les choses les plus importantes dans la vie car tu pouvais aller partout dans le monde avec ce bagage-là. C’est universel . On en a besoin aussi pour rêver et se construire à travers elle. Je suis optimiste de ce coté-là, je pense que la culture va prendre une nouvelle place, sa vraie place, enfin !


Penses-tu qu’en France la créativité notamment musicale est suffisamment encouragée ?

Pas vraiment, on reste dans son petit confort et on a pas envie de bousculer tout ça, on prend les mêmes et on recommence, on a du mal à prendre des risques et c’est ce que je reproche un peu à ce système.  Aux States, dans l’entertainment, il y a encore des coups de poker, des mecs qui misent sur un talent, une personnalité, c’est le goût du risque qui m’excite ! Cela amène de beaux accidents, de belles choses, ça ronronne un peu trop ici, on encourage surtout une formule qui existe déjà.


Est-ce que tu envisages la réalisation d’un album ou EP ?

Oui bien sur, j’ai hâte d’ailleurs, EP, album, scène, la totale !


Nous te laissons le dernier mot pour nos lecteurs ?

Merci de m’avoir invité sur Music Waves ! Je souhaite aux lecteurs d’être curieux, de suivre chaque rêve et chaque envie. Et rendez-vous sur scène pour partager de bons moments ensemble.



Plus d'informations sur https://www.youtube.com/channel/uco-yt4yb__xdbssbphsanmg
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19730
Haut de page
EN RELATION AVEC BYE BYE JOHNNY
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
HYPERDUMP STORY SAISON 3 : EPISODE 120
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde.
 
ARTICLE SUIVANT
THE YOKEL (15 SEPTEMBRE 2020)
Music Waves est allé à la rencontre d'un collectif folk lorrain de 8 musiciens. Si le titre de l'album "Y" ne contient qu'une lettre, chacune des chansons le composant est une missive enflammée adressée à l'auditeur.

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020