MW / Accueil / Articles
A PROPOS DE:

WH?LAND (05 MAI 2020)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
POP

Alex Mauillon, musicien français, est revenu sur le lancement de son nouveau projet Wh?land et sur son premier EP, "I. Elements"
DARIALYS - 10.09.2020 - 3 photo(s) - (0) commentaire(s)

C'est à la suite d'un tour du monde réalisé en 2016 qu'Alex Mauillon décide de fonder le projet Wh?land en s'exilant en Angleterre. Quelques années plus tard, le premier EP "I. Elements" voit le jour. Alex a accepté de se prêter au jeu de l'interview pour Music Waves.


Bonjour Alex ! Nous commençons généralement nos interviews en demandant au musicien quelle est la question qu'on lui pose trop souvent  et je pense que nous allons la poser mais c’est une évidence : la première question qui nous vient, c’est "pourquoi WH?LAND ?". Qu’est-ce que cela veut dire pour toi ?

Alex : La question est très bonne et je suis très content de vous y répondre ! WH?LAND est un mot inventé ou "word-up" en Anglais, qui signifie la "terre du pourquoi". Mon idée était de créer au travers de la musique ou de la vidéo un univers exprimant la volonté de recherche, de quête de soi-même, la terre de la remise en question.


A la lecture de ta page Facebook, il semblerait que tu aies souhaiter fonder WH?LAND suite à un tour du monde que tu as effectué pendant un an, en 2016. Plus précisément, comment t’est venue l’idée de te lancer ?

Alex : Pour ce qui est du tour du monde, je pense que c’est le besoin de me retrouver qui m’a incité à partir, ainsi que la soif de découvrir le monde dans lequel nous vivons tout comme les différentes cultures qu’il héberge. Pour WH?LAND c’est assez similaire. Tout s’est fait très naturellement, du fait que j’écrivais et composais depuis quelques années au travers de différents projets. L’idée était donc de voir ce dont j’étais capable. Comprendre et m’exprimer sur mon vécu me semblait essentiel à ce moment-là.




Dans ton morceau ‘Reasons’, tu racontes : "I’m leaving my country, I’m leaving my land, I’m leaving you my love, my parents and my friends". J’imagine que cette chanson raconte ton tour du monde, ou alors ton emménagement en Angleterre puisque visiblement, tu es donc un Français en Angleterre. Ce choix a-t-il été difficile ?

Alex : C’est un très bon rapprochement ! Étant une personne de nature curieuse, j’ai sans arrêt besoin d’explorer de nouveaux endroits et d’apprendre de nouvelles choses. Je dois avouer que partir était à la fois très excitant mais aussi très effrayant. Ces paroles soulignent l’importance de faire des sacrifices. Certes, ils s’avèrent souvent douloureux, mais permettent en réalité d’ouvrir le champ des possibles et de se lancer.

 

As-tu déménagé pour des raisons musicales ? Car il est vrai que la France n’est pas le meilleur pays pour se lancer dans la musique et pour vivre de son art. Si oui, qu'est-ce que ce pays t'offre en matière de développement artistique ?

Alex : En effet, les raisons étaient purement musicales. Comme une volonté d’explorer le berceau de mes plus vielles influences (des Rolling Stones à Alt-J). L’Angleterre offre, de son ouverture d’esprit ainsi que de son histoire, une grande sélection musicale. La France reste toutefois un pays culturellement très riche. Aujourd’hui plus que jamais d’ailleurs, surtout lorsque l’on voit l’ampleur de la Pop ou de l’Electro française sur la scène internationale. Pour ma part lAngleterre ma énormément appris et ma permis de rencontrer tout en faisant évoluer mon écriture.

 

Ton premier EP s’appelle « I. Elements ». Est-ce qu’il y a un fil rouge, une ligne conductrice entre les morceaux ? Quelle histoire cet EP raconte-t-il ?

Alex : En effet, « I. Elements » raconte un parcours de vie au travers des éléments, comme une reconnexion à l’essentiel. Constitué en 4 étapes, il retrace chronologiquement la re-découverte de la vie suite à des événements forts que nous sommes tous amenés rencontrer dans nos vies.

 

Au vu du titre de l’EP, j’imagine qu’une deuxième partie est imminente. Pourquoi ne pas avoir sorti un album avec les deux parties d’un coup ?

Alex : En effet, ce n’est que le début ! La réalité veut que l’histoire s’écrive au fur et à mesure, et je n’ai pas envie d’aller plus vite que la musique. Prendre son temps reste très important pour moi, et j’insiste à garder le contrôle pour toujours proposer du contenu qualitatif. Eh oui, si JK Rowling avait sorti tous les Harry Potter d’un coup, aurait-elle eu le même succès ?

Sur le premier morceau, ‘Nothingness’, tu racontes dans le refrain : "I’m just a sinner shouting, asking for nothingness", et sur ‘Blessing Souls’, là encore dans le refrain, tu dis : "A sinner like me". Ces paroles sont-elles purement de la fiction ? Ou alors considères-tu que tu as pêché, que tu as fauté par moment dans ta vie ? Si oui, ces morceaux-là ont-ils pour but de t’aider à demander pardon et à te faire pardonner pour certains de tes actes ou de tes paroles ?

Alex : À vrai dire, ces paroles oscillent entre la fiction et la réalité. C’est une façon de retranscrire métaphoriquement la volonté de mieux faire. Nous faisons tous des erreurs, cependant je pense que l’acceptation de soi permet de nous faire avancer et nous empêche de commettre ces mêmes erreurs à nouveau.



 

Le début de ‘Reasons’, à l’harmonica, sonne comme un gros clin d’œil à ‘School’ de Supertramp. Est-ce une référence pour toi ?

Alex : J'adore Supertramp, uel univers ! Je le prends comme un vrai compliment, car ils sont pour moi de vrais novateurs qui ont su prendre de vrais risques. J'ai d'ailleurs eu la chance de les voir jouer sur scène, et cela reste un souvenir très inspirant. En ce qui concerne 'Reasons', l'intro à l'harmonica relève plus de l'epxérimentation même si l'inspiration paraît logique


Sur ‘Ocean’s Call’, il y a un côté Imagine Dragons, très rafraîchissant et un côté estival et coloré. Pas au niveau de la production, mais au niveau de l’écriture. Est-ce que c’est un groupe qui t’inspire ?

Imagine Dragons est aussi un groupe que je respecte énormément. J’étais fasciné par le morceau 'Sail' de Awolation avec le son de basse frappant, qui se rapproche beaucoup du style d’Imagine Dragons. Pour 'Ocean’s Call' j’avais la volonté de faire un titre plus pop pour conclure ce premier EP, donnant l’élan nécessaire pour la suite.

 

Ce morceau est sûrement le morceau avec le plus gros potentiel de l’EP, grâce à un refrain très immédiat et bien amené. As-tu réfléchi à la possibilité d’enregistrer un clip pour ce morceau, ou pour un autre peut-être ?

En effet, un clip a déjà été tourné pour ce morceau ainsi que pour les trois autres d’ailleurs. Au travers de WH?LAND j’ai la volonté de communiquer une identité visuelle très forte. Mettre en image "I. Elements" a été un vrai défi que nous avons relevé avec le réalisateur des clips Raphael Piccin. Les 4 clips forment une histoire par leur continuité représentant chacun un élément : l’eau, le feu, la terre et l’air.

 

Tes chansons peuvent être assez minimalistes comme ‘Nothingness’, mais parfois plus « remplies », avec un certain nombre d’instruments. As-tu été accompagné de certains artistes pour t’aider à enregistrer, mixer ou masteriser le disque ? Ou alors as-tu tout fait tout seul ?

Alex : J’ai la chance d’être très bien entouré. Bruno Mylonas et Jordan Di Blasi m’accompagnent depuis le début dans la réalisation de chacun des titres. En général j’écris les titres de mon côté et commence à les réaliser jusqu’à ce que Bruno et Jordan interviennent. Les titres prennent alors une autre dimension. Ami de toujours, Jordan est un excellent batteur avec qui j’ai toujours fait de la musique au travers de nombreux projets. Bruno, quant à lui, est le réalisateur de l’ombre qui doit sa renommée aux nombreux travaux auxquels il a participé. Enfin, Michel Geiss s’est chargé du mastering complet de l’EP, et cela représente aussi une grande fierté pour moi. Je leur dois beaucoup. Jordan et moi étant multi-instrumentistes, nous sommes donc rarement bloqués pour enregistrer. Sauf pour la basse de 'Nothingness' et 'Blessing souls' où nous avons fait appel au talentueux Vincent Medoc.

 

On retrouve des guitares acoustiques, des percussions, de l’harmonica, plusieurs voix, et encore d’autres instruments. Pourquoi avoir fait le choix de te lancer en solo et pas en groupe ?

Alex : Je ne considère pas WH?LAND comme un projet purement solo mais plus comme une communauté fédérant ceux qui partagent les mêmes valeurs. Ce projet reste néanmoins très personnel et persiste dans l’idée de rassembler. Me laissant une liberté sur la direction que je prends, que ce soit sur l’aspect musical, visuel ou même du développement de manière générale.


 

Le fait de collaborer avec d’autres personnes sur cet EP t’a-t-il donné envie de faire de WH?LAND un projet plus collectif ?

Alex : Je suis très fier de pouvoir incarner WH?LAND tel que ça l’est aujourd’hui, sorti de mon imaginaire. Néanmoins je ne me sentais pas pour autant légitime de donner mon nom propre à ce projet car même si les idées primaires sont personnelles, beaucoup ont investi de leur personne et de leur temps dans ce projet et c’est une façon pour moi aussi de les représenter et de les remercier.

 

C’est ton premier EP, en tout cas avec WH?LAND. Qu’est-ce que tu attends de cet EP, quelles sont tes ambitions ?

Alex : À vrai dire, la réalisation de chaque étape (rencontres, musique, vidéos) à déjà répondu à un grand nombre de mes attentes. Bien sûr la sortie de "I.  Elements" le 15 mai 2020 sera une réelle consécration pour moi et mon équipe. J’ai très hâte d’avoir des retours sur ce travail et comme tout artiste, savoir que la musique parle aux gens et puisse un jour les rassembler devant une scène pour que l’on puisse s’exprimer tous ensemble.

 

As-tu prévu une tournée pour promouvoir le disque, malgré le coronavirus ?

Alex : Pour ce qui est de la tournée, nous y travaillons ! Nous avions prévus 4  release parties a Brighton, Londres, Paris et Toulouse qui n’auront malheureusement pas lieu pour le moment, mais ce n’est que partie remise ! Je suis donc en train de mettre en place un live depuis mon studio pour pouvoir marquer le coup dans l’attente de pouvoir partir à la quête de partage sur scène ! 


Alex, on te souhaite bonne chance par la suite et que cet EP plaise au public !

Merci !



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/whylandofficial/
 
(0) COMMENTAIRE(S)
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'article, ajouter quelques anecdotes, quelques connaissances ou tout simplement raconter votre vie...
 
Aucun commentaire. Soyez le premier à donner votre avis sur ce article
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19661
  • 19662
  • 19663
Haut de page
EN RELATION AVEC WH?LAND
DERNIERE CHRONIQUE
I. Elements (2020)
Premier EP et première réussite pour Wh?land avec 4 titres folk délicats portés par une voix douce et une écriture de qualité. Toutes les chroniques sur WH?LAND
DERNIERE ACTUALITE
WH?LAND : Nouveau clip
VIDEO
Toutes les actualités sur WH?LAND
AUTRES ARTICLES
ARTICLE PRECEDENT
LES ALBUMS DE L'ETE 2020 A NE PAS MANQUER
Music Waves vous propose désormais tous les mois la sélection mensuelle de la rédaction et les lauréats pour l'été 2020 sont...
 
ARTICLE SUIVANT
GUNGFLY (23 JUILLET 2020)
L'hyperactif Rikard Sjöblom ne s'arrête jamais ! Un an après notre interview au festival Crescendo, le musicien Suédois nous a donné rendez-vous pour parler de la sortie de son nouvel album, "Alone Together".

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2020