MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - GREEN CARNATION (27 AVRIL 2020)
TITRE:

GREEN CARNATION (27 AVRIL 2020)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL PROGRESSIF



Si 2020 semble être marquée d'une pierre noire, elle est aussi synonyme de retours de groupes que l'on ne pensait plus revoir. Green Carnation qui avait été mis en silence en 2007 revient avec un marquant "Leaves Of Yesteryear". Retour d'interview.
CALGEPO - 01.05.2020 -
3 photo(s) - (0) commentaire(s)

On croyait Green Carnation disparu de la circulation après une tournée catastrophique aux Etats-Unis et un peu de lassitude en 2007. Mais un concert au cours duquel le combo a joué intégralement "Light Of Day, Day Of Darkness" en 2016 a ravivé la flamme pour aboutir 4 ans plus tard à l'attachant "Leaves Of Yesteryear". Nous avons pu rencontré Kjetil Nordhum pour évoquer le présent et le futur du groupe.


Nous aimons commencer nos interviews par la question qu’on vous a trop posée, quelle est cette question ?


Comment te sens-tu à l'occasion de ce come back avec ce nouvel album après 14 ans !





Je suppose que tu n'es pas heureux du tout...


(Rires) Cela n'est pas surprenant mais ce sont des bons sentiments.  Je pense qui si la question nous avait été posée en 2007, 2010 ou 2012 on aurait pensé que jamais cela arriverait. Pas parce qu'il y avait de la dissension entre nous mais nous pensions être arrivés au bout du projet...


Ce n'était pas dû aussi à une forme de lassitude et aussi à une tournée qui s'était mal passée ? 


Je comprends ce point de vue, mais je ne pourrais pas dire cela car nous avons ensuite continué dans des directions différentes chacun d'entre nous et rien n'était vraiment planifié pour le groupe. Par la suite nous avons renoué le contact vers 2014 et discuté sur la possibilité de faire quelques concerts, d'en prévoir vers 2016 et notamment faire quelque chose de marquant pour nous et cela à abouti à "Last Days Of Darkness" (NDLR : sortie en DVD live en 2017). Nous avons eu beaucoup de retours de nos fans à cette occasion. Rien n'était absolument sûr de faire quelque chose après cela au moment où nous avons préparé les concerts car nous voulions absolument être totalement concentrés sur les performances, il ne servait à rien de faire cela à 50% de motivation. Par la suite nous avons enchainé les concerts et de là nous avons commencé à travailler sur de nouvelles compos car nous ressentions à nouveau du plaisir d'être de nouveau ensemble et de se dire que le projet Green Carnation n'était pas totalement fini 11 ans avant. Nous avons mis beaucoup de nous dans cet album, que ce soit notre héritage et aussi ce que nous sommes devenus. Beaucoup de gens attendaient ce retour et nous sommes particulièrement fiers d'être arrivés au bout de ce processus et de pouvoir le partager.

Le projet était à l’origine très personnel pour Tchort notamment dans les deux premiers albums qui évoquaient la perte de son enfant et ces interrogations sur la vie qui doit continuer malgré tout, comment avez-vous appréhendé cela en termes de groupe et comment êtes-vous arrivés à vous détacher de cet ancrage très personnel ?

Il a changé le line up entre le premier et le second album. Mon premier enregistrement studio était donc "Light Of Day, Day Of Darkness". Je n'étais pas forcément inquiet sous cet angle-là, par contre ça a été une sorte d'apprentissage pour moi parce que j'avais encore très peu d'expérience en tant que chanteur en entrant au studio pour enregistrer cet album chargé en émotions. Je connaissais l'histoire qu'a vécu Tchort et il faillait que je réussisse à la connecter avec ma propre vie et mon propre vécu tout en respectant sa propre histoire. Quand j'ai intégré le groupe après avoir appris l'existence de ce projet je n'avais aucune idée de leurs ambitions et si on m'avait proposé cela avec mon expérience d'aujourd'hui j'aurais certainement refusé un tel projet. C'étaient des longues chansons et pour moi cela semblerait être un projet impossible, une chanson d'une heure ! et tout autour semblait dingue.


Tu as des regrets ?

Oh non, pas du tout ! Je dis juste que c'est par mon inexpérience que j'ai accepté et ça a été bénéfique au final. C'est le premier album vraiment auquel j'ai collaboré en studio. Ainsi j'ai pu écrire des paroles pour moi, pour Tchort, pour Tristania. J'ai appris à écrire des textes sur ma propre vie, avec mon expérience personnelle. C'est une belle expérience.


La cover de "Leaves Of Yesteryear" est sublime, elle évoque le temps qui passe et elle très ressemblante avec l’imagerie développée par Tool, est-ce un clin d’œil aux nombreuses années de silence ?

(Rires) Non, je vais te décevoir sur ce point ! Nous comprenons les personnes qui nous parlent de similarités et là ce n'est pas tout à fait la même chose même si il y a quelques points communs. Il y a beaucoup de fans qui aiment Tool et nous avons beaucoup de respect pour eux... Toutefois lorsque nous sommes en plein processus créatif, nous regardons très peu ce que les autres ont fait ou pu faire. Après, pour cette cover, je pense qu'elle est parfaite pour cet album, elle a été faite par un artiste qui connait bien le groupe, qui en est fan, Nicklass. Il a suivi toute la création de l'album, il a lu les paroles, entendu les démos et il a pu faire cette pochette longtemps en avance car il savait le thème du temps qui passe, des questions qui viennent en vieillissant mis en parallèle avec l'histoire du groupe. Je pense que c'est important de procéder de la sorte.


Nous voulions effectivement faire ce cet album une sorte de pont entre ce que nous avions fait jusqu'à il y a 10-11 ans (...), pour ensuite la confronter à ce que nous avions fait en live en 2016 en réinventant.



L’album comprend trois titres inédits, une composition du premier album réarrangée et une relecture d’un titre de Black Sabbath, pouvons nous dire que cet album constitue un pont entre le passé de Green Carnation et son présent et surtout futur ?

Oui tout à fait, tu as mis le doigt dessus. Après toutes ces années, nous avons acquis beaucoup d'expérience en tant que musiciens ainsi que dans nos vies et je pense que l'approche que nous avons eu de ce nouvel album était plus dans l'analyse qu'auparavant. Nous avons pensé en amont jusqu'où on voulait aller mais aussi par rapport aux live que nous avions fait 3-4 ans avant, mais nous avons aussi suivi notre instinct qui disait qu'il faillait faire quelque chose. Nous avons énormément discuté entre nous pour savoir ce que devait être cet album. Nous voulions effectivement faire ce cet album une sorte de pont entre ce que nous avions fait jusqu'à il y a 10-11 ans , ne pas oublier notre passé, et on peut dire que nous avons pris l'essence de ce que faisait le groupe au cours de cette période, pour ensuite la confronter à ce que nous avions fait en live en 2016 en réinventant. C'est donc ce qu'on a fait pour un titre du premier album ce qui était notre façon ultime de témoigner notre histoire ensemble, en tant que groupe car aucun autre membre à part Tchort n'avait joué ce titre ('My Dark Reflection Of Life and Death'). Montrer qu'on était capable de regarder le passé en face ensemble. 




Je comprends cela et dans le même temps êtes-vous conscients que le fait de n’avoir que trois inédits - très bons d’ailleurs - pourraient paraitre frustrant pour les fans qui attendaient votre retour avec impatience et espéraient peut-être plus de nouvelles compositions ?

En quelque sorte oui, sans 'My Dark Reflection Of Life and Death', l'album serait effectivement très court et ces inédits sont ceux que nous voulions absolument sortir en tant que LP, et sans l'un d'entre eux, l'album aurait été incomplet. C'est exactement la même chose avec la reprise de Black Sabbath, c'est une chanson qui nous accompagne depuis les 3 dernières années, bien avant que nous ayons commencé à composer l'album. Nous étions en plein travail de composition et nous avions de temps en temps des sessions acoustiques et au final nous pensions vraiment dans ce concept que 'Solitude' pourrait avoir toute sa place tant au niveau des paroles que musicalement.


C'est un titre évocateur, est-ce qu'il témoigne aussi de votre absence et peut-être solitude au cours de ces 14 dernières années ?


Pas tout à fait. Quand tu regardes les paroles, elles ont été écrites par la même personne alors que nous n'avions pas eu ce sentiment-là et que le travail que nous avons accompli était un travail de groupe. Après, pour en revenir à la question, je peux comprendre la frustration mais il y a déjà beaucoup de matière en termes de nouveautés dans cet album mais il faut aussi comprendre que les deux autres titres avaient aussi toute leur place dans l'album, ils nous semblaient nécessaire qu'ils soient présents.


Nous voulions apporter quelque chose de plus lourd, de plus progressif également dans une certaine mesure et conduire Green Carnation vers ce pour quoi il est le meilleur.

La production est très lourde surtout par rapport à vos dernières productions ("A Blessing In Disguise" et "The Quiet Offspring"), pourquoi apporter une telle couleur à cet album, une volonté de retour aux racines de Green Carnation ?

Absolument, nous avons contacté le producteur de "Last Day of Darkness" car nous avions été très satisfaits de son travail et il collabore avec d'autres groupes que nous connaissons bien. En plus il était notre clavier quand nous nous sommes reformés en 2016, il fait partie de la famille. Il nous suit depuis des années et il savait parfaitement ce que nous voulions faire pour ce nouvel album et la couleur sonore que nous souhaitions lui donner. Nous voulions apporter quelque chose de plus lourd, de plus progressif également dans une certaine mesure et conduire Green Carnation vers ce pour quoi il est le meilleur.


C'est frappant car au cours de votre carrière vous avez évolué en passant du doom, puis vous avez intégré des éléments plus metal, plus lourds, nerveux et progressifs tout en étant relativement accessible, ‘Sentinel’ en témoigne et me rappelle un peu Evergrey. Est-ce une manière de vous rendre un peu plus accessible cette ouverture d'esprit ?


Oui nous avons toujours essayé d'évoluer en étant ouverts d'esprit et je pense que cet accessibilité a toujours été présente chez nous, ce n'est je pense pas nouveau. Pour preuve "Acoustic Verses" nous a ouvert quelques portes et d'autres publics, idem pour "Last Day Of Darkness"... Tout cela fait notre richesse qui est bonne à entendre et nous fait progresser, en termes également de production. Par exemple, Sordal, le bassiste a écrit certains passages, il apporte cet esprit un peu lourd à la Black Sabbath mais aussi quelques éléments plus pop avec de beaux chorus que nous avions déjà eu auparavant, mais plus développés ici.





‘Hounds’ est pour moi l’un des titres majeurs de Green Carnation avec des mouvements de toute beauté et montre une très grande cohésion et un équilibre parfait entre vous avec beaucoup de technique musicale (la basse et la batterie sonnent de manière exceptionnelle, les guitares à la fois rythmique et solistes sont magnifiques, les nappes de claviers également et les lignes de chant) mais aussi beaucoup d’émotion, est-ce que ce titre a été un défi pour vous et l’une des compositions les plus ambitieuses ?

Ah, ce titre a été un peu différent pour chacun. C'est le seul où on a cumulé énormément de démos. Je crois que quand nous sommes rentrés en studio on devait en être à la 13ème version et nous l'avons encore un peu modifié pendant cette session d'enregistrement. Pour nous, cette composition apportait quelque chose de nouveau en tant que groupe, c'est le morceau le plus long pour nos inédits. Je pense que ça serait marrant d'écouter la première version et de voir les différences...


Peut-être que ce sera pour un éventuel bonus pour un nouvel album ?


Pourquoi pas ?

Comment avez-vous abordé la relecture du titre ‘My Dark Reflection Of Life and Death’ et qu’est ce que cette version apporte de plus à la version originale ?

Je pense que cette version a la couleur que nous lui aurions apportée si elle avait été écrite en 2019. Lorsque nous avons recommencé à jouer ensemble pour les show en 2016, nous souhaitions apporter quelques chose d'épique et notre idée était de voir ce que cela pouvait donner sur ce titre en live. C'est ce que nous avons fait pendant deux ans et ce fut la base pour ce nouvel arrangement. Nous avions en tête le fait de lui donner une nouvelle jeunesse avec une structure plus moderne, plus progressive et nous avions en souvenir la bonne réception du public en retour sur cette nouvelle lecture. Je pense que nous avons aussi tenu compte de l'histoire qu'elle porte avec beaucoup de respect malgré les changements que nous y avons apporté en studio par la suite. Nous sommes fiers du résultat obtenu. 


Pour nous il est primordial de pouvoir partager ces émotions, c'est ce que nous cherchons à faire sur scène et en amont lorsque nous enregistrons un album.


Le groupe est relativement technique dans son approche musicale, en termes de structure et d'interprétation mais il semble que cette technique ne prend pas le pas sur l'émotion qui semble être au centre de votre écriture, c'est comme cela que vous concevez le travail d'écriture, cette recherche de l'équilibre ?


Je le pense oui, absolument. Pour nous il est primordial de pouvoir partager ces émotions, c'est ce que nous cherchons à faire sur scène et en amont lorsque nous enregistrons un album. Pour moi ces émotions dont tu parles ont évolué d'album en album, elles ne sont pas les mêmes que sur nos deux premiers albums parce qu'également le son et notre habilité technique ont également évolué. En terme de technique, nous faisons uniquement ce dont les chansons ont besoin, il n'y a pas besoin d'en ajouter plus. Il faut savoir accepter ce dont les chansons ont besoin pour être bonnes.


Du coup c'est beaucoup de travail tout cela semble-t-il, tu disais avoir 13 démos pour une seule chanson, afin de trouver cet équilibre, cette émotion, vous passez beaucoup de temps à le travailler ?

Oui, tant que la chanson ne nous semble pas apporter suffisamment, nous y passons du temps. En tant que musiciens tu sais lorsque nous avons le sentiment que tout n'est pas encore bon nous essayons de modifier quelque chose. C'est pour cela que oui, tu arrives à autant de versions sur une chanson. Il y a toujours quelque chose que tu peux améliorer....


Mais qui dit stop à un moment donné, qui décide que c'est bon, la version est la bonne, on passe à autre chose  ?

Je pense qu'on arrive à trouver une décision collégiale quand tout le monde trouve cela bon, ou quasiment bon. Après pour les nouvelles compositions c'est Kenneth, Stein et moi qui avions posé les structures et peut être élaborer une dizaine de versions et après les autres membres ont pu faire évoluer le truc mais oui, la primeur nous est donnée si il y a quelques désaccords.


Green Carnation transmet beaucoup d’émotions et les thèmes abordés (la mort d’un être cher, la perte…) sont très difficiles, comment en tant que chanteur et performeur arrives tu à ne pas te laisser submerger par ces thèmes pour trouver la juste interprétation ?


Je pense que le plus important se situe ici (NDLR : il montre sa tête). Car si tout est correct là-dedans tout est correct pour le reste.


Lorsque nous avons joué pour la première fois en cette année 2016, nous avons été surpris par le niveau d'émotion soulevé par la prestation de la part du public. Certains pleuraient carrément et nous n'étions pas du tout préparés à ça.



Dans la tête alors, pas dans le cœur ?


Un peu des deux, tu es obligé de te référer à ta propre expérience, à ton âme. Et en fait pendant tout le processus j'écoutais énormément les démos, les premières versions pour pouvoir m'en imprégner pour les ressentir presque dans mon corps mais je ne peux pas affirmer que parfois je ne suis pas submergé et je pense que lorsque nous avons joué pour la première fois en cette année 2016, nous avons été surpris par le niveau d'émotion soulevé par la prestation de la part du public. Certains pleuraient carrément et nous n'étions pas du tout préparés à ça. C'est surprenant de prendre cela en tant qu'artiste mais c'est une bonne chose car cela démontre la connexion que tu peux avoir avec ton public. "Last Day Of Darkness" est une histoire très forte et certains peuvent s'y reconnaitre voire simplement avoir été touché par ses événements.
 

Cet album semble être comme une renaissance pour le groupe, comment ressentez-vous cette sortie : un peu anxieux comme s’il s’agissait du premier album ou bien avec détachement ou recul en raison de votre expérience ?

Nous ne ressentons pas de l'anxiété car nous sommes très fiers de ce que nous avons accompli sur cet album. Bien sûr tu espères que les gens vont l'aimer et les premiers retours sont plutôt positifs. Le plus important qu'il doit ressortir c'est que nous étions totalement concentrés sur cet album qui devait être pour nous le meilleur que nous avons pu sortir. C'est super franchement de pouvoir discuter et de lire des choses positives autour de cette nouvelle réalisation. Lorsque nous avons signé chez Season Of Mist, nous savions ce que nous voulions et mettre en chemin notre musique pour les fans, même si aujourd'hui les circonstances ne sont pas faciles. Mais je pense que les gens seront contents de recevoir cela.


La réception de cet album ne conditionnera pas le futur de Green Carnation qui a déjà connu une période de sommeil ?


Non, avant cette période de Coronavirus, nous savions où nous voulions aller. Nous avons déjà envisagé des concerts pour 2023, des festivals d'été.  Nous avons un plan et ce nouvel album n'est que la première étape car il y aura d'autres choses à venir.



Vous sortez un album dans une période difficile surtout pour les artistes pour qui notamment la scène et le live sont importants, j’imagine que vous êtes frustrés par cette situation dans ce contexte de retour à la lumière et de ne pas pouvoir être à 100% des moyens pour la promo en terme par exemple de live ?

Oui, dans ce que nous avions planifié ce sont quelques petits concerts que nous devions jouer là mais la situation est la même pour tous. Je pense que les gens qui vont écouter l'album viendront aux prochains concerts, du moins je l'espère et que cette situation sera terminée et dernière nous. Mais cela touche tout le monde. Nous avons prévu une release party en streaming en mai et je pense que ça va être pas mal de voir la communauté et les fans du monde entier pouvoir nous voir jouer comme ça.


Dans ces périodes difficiles, l'art peut être un refuge pour les gens qui sont confinés pour oublier un peu le contexte, quel est votre rôle en tant qu'artiste, que pouvez-vous apporter et quel sentiment cela vous procure le fait de faire du bien ?

Oui tu as raison, nous sommes tous différemment touchés dans nos vies actuellement, à n'importe quel niveau. Nous avons travaillé sur de nouvelles compositions durant ces dernières semaines, la seule chose qui nous manque c'est de pouvoir nous réunir pour enregistrer cela, les voix. Et nous continuons à travailler malgré tout pour pouvoir comme tu dis apporter quelque chose. Si les gens sont heureux en nous écoutant, nous en sommes fiers également. Je pense par ailleurs que nous ne sommes pas totalement bloqués en terme d'inspiration et nous avons suffisamment de matériel pour pouvoir commencer un nouvel album même si nous sommes tous touchés par cela, y compris dans nos boulots respectifs.

Le vidéo clip de ‘Leaves Of Yesteryears’ est un animé très réussi, qui en a eu l’idée ?

Le clip a été fait par Costin Chioreanu que nous connaissons depuis des années et qui nous suit en tant que fan. Il a été impliqué dans notre dernier DVD pour la cover. Il a une façon d'exprimer son art de manière particulière et lorsque que je l'ai contacté pour savoir si il pouvait faire quelque chose pour 'Leaves of Yesteryear' au regard du texte, il était un peu tourmenté car nous savions ce que nous voulions en terme de style et il était un peu limité par nous dans sa manière d'aborder le clip. Voir la vidéo pour la première fois fut un grand moment pour moi car en plus c'est notre tout premier à proprement parler.


C'est presque devenu un membre du groupe pour les albums futur pour vous donner une image ?


Oui je le pense, c'est lui qui a trouvé notre nouveau logo, il a fait l'édit de notre longue chanson sur Youtube. Je pense que c'est important pour nous de véhiculer une image qui nous rende visible, qui soit stable car tout est un ensemble : la musique, les pochettes... Et Nicklas qui a fait la pochette et Costin sont fans l'un de l'autre.


Voir le retour réussi d'un groupe fait plaisir et je pense que les fans espèrent que ce ne soit pas un one shot, tu en as parlé vous avez planifié beaucoup de choses...


Nous avons signé avec Season Of Mist pour 5 albums, vous avez le premier et l'année prochaine il est envisagé une nouvelle version de "Acoustic Verses" pour une sortie en vinyle et peut être en CD avec de nouveaux titres et ensuite il restera 3 autres albums et je pense que d'ici peut être 6 mois nous pourrons annoncer d'autres nouvelles concernant le prochain.


Que penses-tu de la scène black metal norvégienne ?


Je suis attentif à la nouvelle scène. Tu sais il y a eu beaucoup d'épisodes autour de cette scène musicale et notamment un premier épisode qui reste en mémoire.  J'observe qu'il y a plus d'interactivité dans les musiques extrêmes et qu'elle intègre quelques éléments plus progressifs comme tu peux le voir chez Ihsahn.


La fusion des genres est l'avenir pour cette scène ?


Absolument, elle ne reste pas figée sur ses acquis et je pense qu'elle évolue très bien avec la combinaison de plusieurs genres. On a notre héritage en tant que musicien de black metal mais nous avons grandi y compris en tant que personnes ce qui nous permet d'avoir plus de recul, d'y intégrer nos expériences, notre vécu. Enslaved est un bon exemple pour ça. En tant que fondateur, il faut savoir évoluer tout en n'oubliant pas le passé, sans le renier mais il faut apporter quelque chose de nouveau comme ces éléments progressifs.

Nous avons commencé l’interview par la question qu’on vous a trop posée, quelle est celle à laquelle tu aurais aimé répondre et que je ne t’ai pas posée ?

Peut-être évoquer l'avenir, nous avons repoussé nos concerts, ils ne sont pas annulés. C'est une période étrange pour planifier tout cela avec ces incertitudes. Nous avons hâte d'être sur la route pour pouvoir partager ces nouvelles compositions. Je veux juste transmettre mes vœux que tout le monde soit en bonne santé, les fans, leur famille et que vite le monde redevienne normal. Et dès que ce sera redevenu normal, on vous donne rendez-vous.


Merci beaucoup.

Merci à vous et prenez soin de vous.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/greencarnationnorway/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19484
  • 19485
  • 19486
Haut de page
EN RELATION AVEC GREEN CARNATION
DERNIERE CHRONIQUE
GREEN CARNATION: Leaves Of Yesteryear (2020)
4/5

Retour gagnant pour Green Carnation avec un album qui fait le lien entre le passé doom et le metal progressif plus moderne et addictif.
DERNIERE ACTUALITE
GREEN CARNATION: Nouveau single
 
AUTRES ARTICLES
HAUMEA (13 AVRIL 2020)
Nous avons contacté les Normands de Hauméa pour qu'ils nous en disent plus sur le rock noir libéré dans leur second EP "Leaving".
HYPERDUMP STORY SAISON 3 : EPISODE 109
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022