MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - H-ONE (9 MARS 2020)
TITRE:

H-ONE (9 MARS 2020)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METALCORE



2069, année fatidique pour H-One sur Music Waves.
NEWF - 01.04.2020 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

A l'occasion de la sortie de leur deuxième album "MMLXIX", Music Waves a rencontré le groupe toulousain H-One. L'interview a été réalisée avant l'épisode de confinement lié au coronavirus mais elle n'en demeure pas moins d'actualité.





On s’était rencontrés en janvier 2017 à l’occasion de la sortie de "Cygne II", trois ans plus tard, comment se porte H-One ?

Alan (Guitare/Chant) : H-One se porte très bien, on a été plutôt silencieux depuis 2017 - certains d'entre nous ont eu des changements dans leurs vies personnelles et professionnelles, ce qui a un petit peu limité le temps passé pour le groupe. Puis il faut préciser que c'est la première fois que nous composons avec Arnauld (Basse) car il a intégré le groupe après l’écriture de Cygne II, ce qui a demandé un temps d'adaptation étant donné qu'il a apporté d’autres influences. Mais on revient aujourd'hui plus motivés que jamais, plus matures, plus confiants !


Trois ans ont passé depuis "Cygne II" et votre engagement pour la planète semble intact. Pensez-vous cependant que la prise de conscience de la préservation de l’environnement est plus importante aujourd’hui qu’à l’époque ?

Alan : La prise de conscience est plus que nécessaire aujourd'hui. On voit de plus en plus de gens sensibilisés qu'à l'époque mais malheureusement il aurait fallu cette prise de conscience il y a déjà pas mal d'années. Quand je vois des groupes comme Gojira, Watcha ou même Mickey 3D, pour sortir du domaine metal, qui parlait déjà des problèmes environnementaux dans les années 2000, on voit bien qu'on était déjà en danger à cette époque et qu'on a pas réagi quand il le fallait.

Arnauld (Basse) : La prise de conscience sur la préservation de l’environnement a toujours été importante ; disons que, pardonnez-moi l’expression, plus on s’enfonce dans la merde et plus on sent l’odeur. Les pensées évoluent, les jeunes aujourd'hui ont bien plus de conscience écologique qu’il y a quelques années, et à juste titre, je doute que ce soit suffisant mais ça donne toujours un peu d’espoir.


"Des gens qui se bougent pour essayer d'accélérer les choses, et de faire réagir nos politiques de la gravité de la situation, que ce soit sincère ou pas, pour moi ça reste que bénéfique." 


Comment jugez-vous le phénomène Greta Thunberg et pensez-vous que sa médiatisation puisse servir la cause environnementale ?

Alan : Des gens qui se bougent pour essayer d'accélérer les choses, et de faire réagir nos politiques de la gravité de la situation, que ce soit sincère ou pas, pour moi ça reste que bénéfique.


Ce deuxième album s’intitule "MMLXIX". Pour vous 2069 est une date fatidique ?

Adrian (batterie) : 2069 est avant tout un morceau avant d’être le nom de l’album. J’ai écrit le texte en 2019 et imaginé ce que pourrait être le monde 50 ans plus tard en mettant en avant l’histoire d'Ellyn après une catastrophe mondiale. 2069 n’est donc pas une date précise, la catastrophe peut arriver demain, dans 10 ans ou même dans 20 ans. On ne sait pas.


"La catastrophe peut arriver demain, dans 10 ans ou même dans 20 ans."


L’artwork de "Cygne II" reflétait une révolte, celui de "MMLXIX" semble à la fois plus désabusé et plus désespéré. Quel est votre état d’esprit aujourd’hui ?

Alan : clairement plus pessimiste que sur notre premier album “Cygne II”, sans aucun doute.

Adrian : Plus pessimiste mais on garde une lueur d’espoir ! Il est clair qu’il se passe quelque chose de grave, et qu’il faut agir !

Arnauld : Tout comme je l’ai précisé plus haut, plus on s’enfonce dans le précipice et moins on voit la lumière. “Cygne II” tirait la sonnette d’alarme, “MMLXIX” vous offre un petit avant-goût d’un éventuel futur où l’humain aurait continué à préférer le profit et la facilité au détriment de la santé de la planète sur laquelle on vit…. 


La colère et le désespoir se reflètent dans la musique de H-One, son univers sombre et son chant abrasif. Comment voyez-vous l’évolution de votre musique depuis la création du groupe en 2005 ?

Alan : De 2005 à 2012, on était jeunes et il ne s’agissait essentiellement que de musique. Ensuite, on a été rapidement sensibilisés aux problèmes environnementaux grâce à notre éducation et à nos influences (hashtag Gojira) ce qui a clairement changé notre façon de présenter la musique. Effectivement, on a une colère de plus en plus présente et le metal est vraiment idéal pour ça.

Adrian : C’est une sacrée histoire, j’ai l’impression de jouer du H-ONE depuis que je suis né ! Comme le dit Alan, nous étions très jeunes, nous avons grandi avec notre musique,  et notre musique a grandi avec nous ; nous pouvons clairement voir les différentes étapes de maturité sur chaque démo, EP, Album… et "MMLXIX" marque, pour moi, une sérieuse étape.




"On a une colère de plus en plus présente et le métal est vraiment idéal pour ça."


"MMLXIX" est fidèle au thrashcore qui est votre marque de fabrique et délivre son lot de riffs lourds et sans fioriture comme sur les titres ‘Toxic Cloud’, ‘Save It_Kill Yourself’ ou ‘7th’. Mais certains titres sont plus progressifs comme ‘2069’ ou ‘Strenght And Silence’. Faut-il voir une évolution metal prog pour H-One ?

Arnauld : Je ne pense pas qu’il faille voir les choses comme un tournant stylistique, nous avons juste composé les morceaux comme on prend une barque qui suit aléatoirement les vents et le courant. Le fait est que depuis "Cygne II", beaucoup d’années ont passé, nous n'écoutons plus forcément les mêmes choses qu’avant et nous avons peut être un peu gagné en maturité musicale, et nous n’avons forcément plus les mêmes limites techniques qu’il y a quelques années.


Le titre ‘The Light’ avec ses arpèges en son clair et son ambiance très prenante est celui qui se rapproche le plus du death metal. Quelle est l’histoire de ce morceau ?

Alan : 'The Light' est un petit peu particulier. C’est avant tout un hommage à un ami musicien décédé il y a 3 ans, ce qui explique son ambiance très différente du reste de l’album. A titre personnel, je n’ai pas pu lui dire adieu, et ce texte est un peu un message qui lui est adressé.

Adrian : C’est un texte que nous avons écrit ensemble avec Alan. Nous étions proches, et il nous a toujours soutenus.


Le son de "MMLXIX" est plus puissant, plus moderne et plus mature que celui de "Cygne II". Êtes-vous parvenu au résultat que vous attendiez en termes de production et quel a été l’apport de David Castel dans l’enregistrement de l’album ?

Alan : L’apport de David a été incontournable de par son expérience de musicien et ingénieur son. On a travaillé le son ensemble et sans lui le résultat n’aurait surement pas été le même.

Arnauld : Je suis vraiment satisfait de la production de cet album, tout coulait de source avec David, que ce soit l’enregistrement, les idées qu’il pouvait apporter, puis en tant que bassiste, un album ou la basse ressort bien dans le mix... What else?


Antistatic et, particulièrement Sidilarsen, sont des personnes qu’on admire par leurs parcours, leurs talents et par leur gentillesse.


Vous êtes proches du collectif toulousain Antistatic fondé par Psykup et Sidilarsen, d’ailleurs David de Sidilarsen chantent sur le titre ‘I Don’t Give A Fuck’. Antistatic fête ses 20 ans cette année et vous ferez partie de la fête le 10 novembre prochain au Bikini. Quelle importance ce collectif a-t-il pour vous ? Est-il un tremplin ou plutôt une famille ?

Adrian : Le collectif Antistatic a eu un rôle important dans notre (petite) carrière et nous a servi de tremplin dès la sortie de "Cyngne II". Aujourd’hui c’est clairement une famille, nous nous voyons régulièrement, et le feat avec David, chanteur de Sidilarsen, est avant tout une expérience humaine issue d’une amitié sincère !

Alan : Avant même la composition des morceaux, on avait déjà l’idée de lui demander un feat. Antistatic et, particulièrement Sidilarsen, sont des personnes qu’on admire par leurs parcours, leurs talents et par leur gentillesse. Pour nous c’était une évidence de lui proposer une collaboration.

Arnauld : Antistatic a toujours été derrière nous en plus d'être des gens avec le cœur sur la main. Je trouve personnellement que David est un être humain extraordinaire, doté d’une douceur et d’une gentillesse qu’on a rarement l’habitude de croiser. J'étais sceptique quant au mélange des styles sur le feat mais après avoir écouté la première pré-prod avec son chant, j'étais conquis.





La scène metal toulousaine est très active. Un passionné de metal peut assister à un concert metal toutes les semaines de l’année s’il le souhaite, même à plusieurs par semaine parfois. Est-ce un handicap pour un groupe comme le vôtre avec tant d’influences musicales ? Comment arrivez-vous à tirer votre épingle du jeu ?

Alan : Plus de concerts veut dire plus de possibilités de jouer. Pour un ‘petit’ groupe comme nous ce n’est que du bonheur. On a eu l’occasion de jouer dans des petits lieux improbables mais super comme le Café Populaire pour les connaisseurs, le Petit Voisin etc.. avant de goûter à des scènes plus imposantes telles que le Metronum.

Adrian : Et bientôt Le Bikini... Quel rêve !

Alan : On a la chance également d’avoir des super associations qui se bougent pour faire jouer les groupes locaux (Antistatic, Noiser…), ce n’est pas négligeable !


Quels sont les projets live de H-One ?

Alan : Nous avons une grosse date en Novembre 2020 au Bikini à l’occasion des 20 ans d’Antistatic, on est clairement focalisés sur ça. Mais sinon, jouer, jouer et encore jouer. Voilà nos projets ! C’est pas mal non ?


Plus d'informations sur http://honemusic.free.fr
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 19385
  • 19386
Haut de page
EN RELATION AVEC H-ONE
DERNIERE CHRONIQUE
H-ONE: Mmlxix (2020)
4/5

"MMLXIX" est un album de thrashcore habile et brutal qui transpire la rage, la colère et la sincérité.
DERNIERE ACTUALITE
H-ONE: Nouvel album en mars
 
AUTRES ARTICLES
BETH HART - L'OLYMPIA - 01 MARS 2020
Envoûtante, touchante, sensuelle, sensible, attachante... La belle nous joue et se joue des tours quand l'émotion se fait trop forte, quand les paroles s'envolent, ou encore quand ses musiciens ne cessent de l'impressionner, même en plein concert.
HYPERDUMP STORY SAISON 3 : EPISODE 107
En exclusivité mondiale, Music Waves vous propose de suivre désormais les passionnantes aventures illustrées de HyperDump dans sa quête pour devenir le plus grand groupe du monde...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022