MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - VIVIEN LALU (16 OCTOBRE 2009)
TITRE:

VIVIEN LALU (16 OCTOBRE 2009)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL PROGRESSIF



Il en aura fallu du temps... Mais notre patience aura été récompensée par l'entremise d'une rencontre avec un artiste passionné et passionnant qui mérite à être encore plus connu (même si cheveux courts, c'est plus compliqué vous en conviendrez)...
STRUCK - 19.10.2009 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Salut Vivien, c’est Ping Ping de Music Waves tu me remets ?
Oui, sans aucun problème. Sympa les lunettes (Rires) !

Peux-tu te présenter brièvement à nos lecteurs qui ne te connaîtraient pas ?
Comme tu l’as très bien dit je m’appelle Vivien. Je suis compositeur, je fais un peu de claviers, de gratte et j’autoproduis mes propres albums de métal progressif sous la houlette du label Finlandais LION MUSIC.

Si vous devais définir ta musique : comment la qualifierais-tu ?
Je ne suis pas sûr d’être à l’aise avec la notion de « styles » en musique. Je préfère donc laisser aux autres le soin de qualifier ma musique… Néanmoins, pour répondre à la question, je dirai du « Métal Onirique ».
J’aime le métal extrême, dans le style de STRAPPING YOUNG LAD. J’aime aussi les musiques douces et atmosphériques, les trucs planants à la VANGELIS… Mon idéal serait donc un type de zik qui mélangerait les grattes que l’on peut trouver dans du « Métal Extrême », à des sonorités typiquement « New Age ». Ce que j’essaie d’ailleurs de faire avec mes propres albums (LALU – ONIRIC METAL) et ceux d’Hubi Meisel (EMOCEAN, KAILASH)…
Dans le cas de TEMPORAL je dois dire qu’il s’agit de tout autre-chose. Une sorte de mélange de genres (Rock, Metal, Pop, tout y est) à forte consonance « progressive », bien que mes morceaux soient courts et bien moins techniques que ceux de DREAM THEATER !
Cela montre toutefois mon intérêt pour la musique sous toutes ses formes. Pour moi une bonne chanson est juste une bonne chanson, quelque soit le style dans lequel elle s’inscrit. Je reste par ailleurs à la recherche de mon propre style…
Comme disait PICASSO – et cette phrase m’a beaucoup marqué, « c’est par ma maladresse à copier les autres que j’ai trouvé mon propre style ». Donc peut-être qu’à force de faire du « sous-DREAM THEATER », il y aura un petit détail personnel qui fera surface, une petite différence qui émergera. Il faudra donc que je cultive cette petite « pousse » pour faire fleurir MON propre style… et désolé pour la métaphore foireuse.

Quel est l’objectif de ta musique ?
Faire rêver les gens !!! Quand j’étais gamin, j’écoutais « Tales of Mystery and Imagination » d’Alan Parsons au lit. Le walkman était mon meilleur ami... Je me faisais un film, tout seul, dans ma chambre. Un peu à la manière d’un film qui est censé se vivre dans les ténèbres d’une salle de cinéma, je pense qu’il est possible de s’évader de la même manière avec la musique. Il n’y à rien de plus excitant que d’écouter un album dans le noir, lorsque l’on peut se concentrer uniquement sur ce qu’on entend, se laisser emporter… Enfin, j’avoue qu’il y a des choses bien plus excitantes à faire dans le noir, mais pas de plaisanteries douteuses, hein (Rires) !

On a eu du mal à mettre en place cette interview qu’on appellera Arlésienne mais ton actu’ moins brûlante est la sortie de l’album « Temporal », tu peux nous en parler de ce concept-album ? Est-il basé sur des faits réels vu qu’il prend racine dans des lieux et époque réelle ?
Oui je sais, j’ai un (faux) emploi du temps de président et la volonté d’une moule neurasthénique. Temporal est basé sur une poignée de faits bien réels (mon grand père en officier de Marine, le camp d’internement de Manzanar, les vieux projets de sous-marins secrets de l’armée Américaine etc.) mais c’est surtout – au-delà des sources d’inspiration trouvées dans la vie réelle – une œuvre de fiction.

Quels sont les vraies raisons qui ont fait que Temporal ait été retardé de plus de 2 ans ? Est-ce dû à l'indisponibilité des musiciens conviés ou a des problèmes de production ?
Comme je le disais dans ma réponse précédente, j’ai la volonté d’une moule neurasthénique (Rires). Plus sérieusement, il y a eu des problèmes de production, d’un ordre « financier », dirons-nous. Quand l’argent ne rentre pas, pas de musiciens, pas de studio. Pas de studio = pas de musique… c’est la vie.

Justement comment s’est passée la sélection des artistes sur ce projet ?
Au niveau de la sélection j’ai juste voulu me faire plaisir en « invitant » des musiciens que j’admire depuis l’enfance. J’ai envoyé des démos à chacun d’entre eux... et j’ai eu la chance que ma musique plaise assez pour qu’ils acceptent de participer.

As-tu dû jouer d’arguments particuliers pour les faire participer ?
Je pense que chacun d’entre eux à besoin de se faire un peu d’argent à côté de leurs groupes respectifs, certains sont mêmes exclusivement sessionistes, tandis que d’autres ont un boulot de tous les jours et ont grandement besoin d’arrondir leurs « fin de mois ». Tous doivent avoir leurs raisons pour accepter de participer à de tels projets, mais pour ma part je dirai que c’est l’appât du gain. Sans animosité aucune. En même temps, je n’ai pas trop envie de leur demander les vraies raisons…

Et pour toi, n’est-ce pas frustrant de n’être « cantonné » qu’à un statut de musicien studio ?
Pas du tout, c’est même très reposant. C’est ce que je préfère en fait... Je cours déjà sans arrêt, entre mon boulot de tous les jours, la musique pour mon éditeur et mes propres enregistrements, sans parler de mon récent statut de « Papa » ; non franchement si je devais courir en plus autour du monde, ça serait du suicide. Je suis très heureux comme ça !!!

Concrètement, comment se passe l’enregistrement d’un tel concept avec des artistes éparpillés à travers le monde ?
C’est assez simple en fait. Une fois que j’ai écrit une chanson, j’exporte chaque partie séparément (basse, guitare, batterie etc.) à tous les musiciens pour qu’ils travaillent avec. Puis viens le jour des enregistrements, ou ils peuvent utiliser ces mêmes fichiers, afin de les remplacer par leur propre jeu. Je leur laisse tout de même une marge d’interprétation assez large, ce qui donne souvent des surprises agréables (et parfois l’inverse aussi). C’est ça la musique par Internet !

Quels artistes as-tu contacté et n’ont pas pu/voulu participer ?
Aucun. Tous ceux que j’ai approché moi-même ont accepté de participer au projet. Sinon on m’a mis en relation avec James LaBrie. J’ai cru que j’allai tomber par terre. Il a adoré les démos, planifié les enregistrements avec son ingé son, mais au dernier moment il s’est désisté car il venait de travailler sur plusieurs projets et avait promis de passer des vacances avec sa famille. On est donc resté en très bons termes. La famille est pour moi la plus grande valeur dans une vie, et je suis la première personne à comprendre… Même s’il s’agit de James LaBrie et que j’aurais aimé finaliser cette session.

Comment s’est passée cette rencontre avec Joop Wolters car il semblerait qu’il y ait une alchimie entre vous ?
J’ai découvert son groupe ARABESQUE en 2002 et je suis parti le visiter en Hollande, en tant que « fan boy ». Le premier riff que j’ai entendu m’a fait comprendre que c’est LUI, le guitariste de mes rêves, le compagnon idéal d’un claviériste handicapé du manche comme moi… on est très vite devenus potes, et avec le temps, on a forgé une amitié qui à fait de nous de véritables amis. On peut facilement passer des jours avec un pad Playstation dans la main, sans produire une seule note de musique. On peut aussi discuter de nos problèmes les plus délicats et enchaîner directement sur un film de Jim Carrey (rire). On connait même nos parents respectifs, on voyage un coup chez l’un, un coup chez l’autre. Une sorte d’alchimie, en effet…

[IMAGE1]

Toujours la même question en ce qui concerne les sides-projects intercontinentaux : y aura t-il une tournée ? Si oui comment compte t-il faire pour les instrumentistes ?
Non. Tout simplement parce que TEMPORAL ayant vendu un millier de copies, il n’y aurait pas assez de gens dans un endroit donné pour pouvoir organiser une tournée. On parle malheureusement d’un « projet studio », de métal progressif, pas d’un groupe de Pop Music. C’est la dure réalité de ce style de musique…

Je sais que tu as écrit cet album dans un état d'esprit très profond et assez mitigé (naissance de sa petite fille et la mort de certains proches) en pensant à ses grands parents et à tous les gens qui ont souffert de la guerre… Vu que tu aimes les films dramatiques : n'aurait-il pas été judicieux de sortir un cd format vidéo retraçant sous un mini-film l'histoire de « Temporal » (comme Ayreon avec « 010110001 ») ? Il est évident que l’effort aurait été immense (notamment financiers et logistiques) mais si jamais l'occasion s'était présentée, l'aurais-tu fait ?
Bien évidemment ! Mais comme tu le dis si bien, l’effort aurait été immense. Je ne m’étendrais pas trop là dessus, mais pour faire court les moyens d’Arjen Lucassen, ainsi que son label (InsideOut) sont à des années lumières des miens. Si on avait eu la possibilité, le « concept » aurait même pris une toute autre forme. Mais bon – tant pis – les choses sont ce qu’elles sont. C’est sûr que je l’aurai fait si j’avais eu les moyens…

Quand on évoque un concept-album progressif avec des invités, cela fait penser immanquablement à Arjen Lucassen ? Ne penses-tu pas que Shadrane souffre de la comparaison avec le projet Ayreon ?
Pas du tout. Simplement parce qu’Arjen Lucassen n’a pas inventé cette idée de « concept album progressif à grand renforts d’invités ». Comme je le disais plus tôt, j’étais moi-même un fan de THE ALAN PARSONS PROJECT étant gosse. Arjen aussi. Nous venons donc du même monde… pour ma part, je ne raconte pas une histoire de A à Z sur mon disque. Il n’y à pas de « personnages » à la manière d’une comédie musicale. Il y a différentes voix – certes, mais aussi différent batteurs, bassistes etc. Non je ne pense pas vraiment que l’on puisse les comparer à ce point… mais c’est vrai qu’au vue de sa popularité les gens auront tendance à comparer tous les projets de ce type à AYREON. Cette question revient d’ailleurs dans toutes les interviews (ou presque).

Comptes-tu donner une suite à « Temporal » et par la même occasion à Shadrane ?
Rien en vue actuellement, même si j’aurais souhaité que l’album marche un peu mieux pour nous permettre de nous investir moralement et financièrement dans une « suite ». Ca a tout de même été une expérience difficile. Je ne pense pas me remettre à faire des concepts albums avec des « guests » de si tôt. J’ai réalisé un rêve, c’est sûr, mais je ne voudrai pas non plus que cela tourne au cauchemar. On dira que je préfère rester sur une bonne impression (Rires)…

Sur quoi travailles-tu actuellement ? Des scoops pour Music Waves…
J’ai enregistré « quelque chose » sur une chanson du prochain album de Shadow Gallery. C’est encore un secret. Etant fan du groupe depuis toujours, j’ai été littéralement abasourdi quand on m’a invité ! J’ai également été invité par mon ami Christopher Nalbandian pour être le claviériste de son album instrumental, intitulé « PARALYSIS OF ANALYSIS ». Chris est principalement connu en tant que Webmaster de Virgil Donati. Mais c’est aussi un batteur très talentueux, qui n’a rien à envier aux pointures du genre. Il y a également mes amis Joop Wolters et Alex Argento sur le disque, ainsi que Derek Sherinian ! J’aime beaucoup Derek (et son groupe PLANET X), c’est donc un honneur pour moi de me retrouver aux commandes des claviers de cet album, avec lui par endroits. Sinon, je produis actuellement le deuxième album de LALU, qui sera intitulé ATOMIC ARK. Il s’agit de mon premier disque « coup de gueule », qui défend la cause animale, et dont les royalties seront reversées à une association de défense des animaux. Nous montons par ailleurs une association qui s’appelle « METAL FOR A CAUSE »… Beaucoup de choses en cours, donc.

Tu joues sur le nouveau Shadow Gallery ?
Gary et moi nous sommes rencontrés par le biais d'Internet en 2003. Je travaillais sur un projet de CD depuis deux ans, et je lui avais refilé mes maquettes pour voir ce qu'il pouvait faire. Il faut dire que j'avais connu Mike Baker –qu’il repose en paix- au préalable. C'est d'ailleurs Mike qui m'avait introduit à Gary...
De l'eau a coulé sous les ponts... J'héberge et je gère le forum de Shadow Gallery depuis quelque temps maintenant. Gary et moi nous écrivons souvent tout au long de l'année. Il est venu me voir récemment, et m'a demandé si je pouvais enregistrer un solo sur le nouvel album du groupe (NdStruck : sur « Gold Dust » plus précisément). Imagine un peu ma réaction (Sourire).

Et concernant le nouveau Lalu ?
Le nouveau CD sera terminé avant la fin de l'année, puis sortira avant la fin de l'hiver si tout se passe bien. Mais le passé m'a appris à être prudent concernant les annonces de sortie. Je peux juste te dire que je suis très impatient et que nous allons travailler dur pour le finir dans les temps... ce qui compte c'est qu'il soit réussi à mes yeux. C'est pour cela que je préfère prendre du temps pour réaliser mes disques, quitte à le sortir plus tard que prévu. Mais disons... Mars 2010 ? Pour le cinquième anniversaire d'Oniric Metal !

Quel le virage musical éventuel pourrais-tu prendre dans le futur ?
La musique orchestrale ! J’ai désormais une poignée de musiques d’un film WARNER BROS sur mon CV. Bandes sons de reportages divers, d’émissions télés pour France 2, France 3 etc. J’ai même participé à une musique pour une publicité Norvégienne ! J’ai toujours pris beaucoup de plaisir à composer sur des images. Et comme je suis un vrai mordu de musique orchestrale, et que je prends un plaisir dingue à en écrire, je pense (enfin j’espère) que c’est là mon avenir…

Tu cites de BO, des bandes sonores, des pubs... tu peux nous les citer quelques-unes ?
Il y en a beaucoup pour tous les énumérer ici, mais parmi ces projets on peut compter quelques musiques de reportages pour France 2 (dont "Eden Roc", et un "J'ai Vu Changer La Terre" spécial Egypte), des ambiances plateau et thèmes pour les frères Bogdanov, mais surtout quelques musiques du film "Seuls Two", d'Eric & Ramzy. Et il y en a beaucoup d'autres sur le feu au moment ou je te parle...

L’une des différences notable de « Temporal » avec « Oniric Metal » est que les titres typiquement prog sur la forme de plus 10 minutes ont disparu ? Pourquoi un tel choix ? Est-ce le concept qui justifiait ce choix ?
Non. C’est juste que ça m’a toujours soulé d’écrire des pièces de 10 minutes (façon de parler, hein). Ca m’est arrivé de le faire lorsque j’avais quelque chose à dire, ou que ça m’était demandé (Hubi Meisel par exemple). Sinon je préfère faire des chansons courtes et donc en composer plus. J’aime la variété, dispatchée au travers de plusieurs morceaux, et non un morceau qui passe du coq à l’âne (comme j’ai pu le faire dans ONIRIC METAL avec « Potboy – The Final Fantasy »). Mais bon il m’arrive d’écrire un truc super long si je me sens motivé, et c’est le cas sur le prochain LALU…

Qui est derrière l'artwork ? Quelle est l’importance du visuel dans tes projets ?
C’est Mattias Norén (www.progart.com) qui s’est chargé de l’artwork de TEMPORAL. A mon humble avis, l’aspect visuel d’un album est tout aussi important que la musique. Quand je pense au nombre de fois ou j’ai acheté un disque « aveuglément », uniquement pour sa couverture… Nous avons donc travaillé graphisme et musique en même temps. Une pochette particulière, une ambiance colorée spécifique, et un logo unique peuvent donner son « âme » à un album. Je suis assez content du travail effectué à ce niveau.

Quelles sont tes influences ?
Côté « Metal », je dirai Megadeth, Sepultura, Strapping Young Lad. Côté « Progressif », Yes, Saga, Cairo. Côté “Metal Progressif”, Dream Theater, Symphony X, Devin Townsend et surtout… Shadow Gallery qui a été ma toute première découverte dans ce genre. Puis des trucs plus « Pop », comme Sting, The Police, Michael Jackson, Queen… bref, ce que tout le monde écoute. Au niveau « Classique » ce serait Claude Debussy et Wojciech Kilar – une légende vivante…

Je crois savoir que tes parents jouaient dans un groupe de rock prog Polène dans les années 70 ? Peux-tu nous parler de l’impact que cela a eu avoir sur ta vie aussi bien d’artiste que d’homme en général ?
Depuis tout petit j’écoute les cassettes de Polène, le groupe mes parents. J’ai toujours été influencé par leur « aventure musicale »... Je sais également qu’ils ont abandonné leur passion pour s’occuper de moi et fonder une famille, loin de la scène et des galères de groupe. Je me sens donc une responsabilité aujourd’hui : Réintroduire les « LALU » sur la scène progressive (Rires).
Il est vrai que je les tiens constamment au courant concernant mes projets, je suis toujours fier de leur présenter mes nouveaux morceaux. Leur avis compte énormément pour moi. J’ai vraiment de la chance d’avoir comme parents des Ex-Musiciens qui comprennent ma passion, et m’encouragent dans cette voie…

Quels claviers t’ont inspiré ? Quels sont qui t’impressionnes le plus ?
Vangelis, Jens Johansson, Alex Argento, Kevin Moore et les deux autres claviers de Dream Theater : Jordan Rudess et Derek Sherinian. Je dirais que je suis impressionné par Jens Johansson pour son jeu à la précision chirurgicale, Alex Argento pour son improvisation sans égale et Derek Sherinian pour son talent de composition venu d’une autre planète (il porte tout un univers avec lui – voir PLANET X). Mais tout de même, celui qui m’a le plus inspiré et m’inspire encore davantage chaque jour reste Vangelis, avec ses ambiences New-Age et ses claviers « cosmiques ». On peut d’ailleurs entendre ça sur le passage calme dans « Rainy ».

Pourquoi ne participes-tu pas à des projets avec des musiciens français ?
Jusqu’à présent je n’ai jamais reçu d’invitation pour participer à un projet Français, donc pourquoi pas, si l’occasion se présentait… Mais concernant mes propres projets, je trouve la plupart de mes musiciens par le biais d’Internet et ils sont toujours soit Suédois, Allemands, Hollandais ou Américains. Le hasard en somme ! Ce n’est pas moi qui cherche à éviter la France (Rires).

Quels groupes écoutes-tu actuellement ?
Dream Theater (toujours), SAGA, Steely Dan, Ozric Tentacles, David Arkenstone, sinon plein de trucs très variés…

Nous arrivons bientôt à la fin de cette interview donc nous allons passer aux questions Music Waves : Si tu devais faire découvrir ta musique à quelqu’un qui ne l’a connaîtrait pas quel titre de ta discographie choisirais-tu pour lui faire découvrir ta musique et pourquoi ?
« Yesterdayman ». Car je pense que c’est mon « single » le plus réussi, et que le son est pas mal du tout pour un petit Français qui s’autoproduit depuis sa chambre. De plus, il y a toutes mes influences dans ce morceau.

Imageons que tu sois vendeur : quels seraient vos arguments pour vendre « Temporal » ?
Il n’existe pas en jaune de Damas (Rires). Non franchement, je ne sais pas quoi répondre. Je suis pas du tout doué pour me « vendre » - de plus je n’aimerai pas me transformer en commercial, même pour de faux (Rires). Je laisse donc aux autres le soin de décrire ma musique…

A ce propos, es-tu content des retours concernant « Temporal » ?
La presse a reçu l’album de manière incroyable. Je pensai affronter une pluie de critiques négatives, l’album étant très (trop) varié pour les masses, et rempli de « Special Guests ». Finalement, TEMPORAL a reçu d’excellentes notes mais s’est relativement peu vendu (?). Toutefois, j’ai réalisé un rêve, et c’est dans ce sens que je peux dire être « comblé » par les retours.

[IMAGE2]

On parlait de vendeur : on sait que les temps sont durs actuellement et le secteur de la musique ne passe pas au travers : comment fais-tu pour t’en sortir ? En bref, quel est ton avis de musiciens sur le business musical actuel et l’impact du Net sur votre art et notamment les sites comme Music Waves ?
Sincèrement, heureusement que j’ai un boulot à côté. Soyons clair. Même en produisant mes disques, en écrivant pour la télé, et pour le cinéma (une fois), je n’ai toujours pas pu prendre mon envol et c’est dur, très dur. Je pense que le MP3 n’a jamais aidé les artistes, et que des petits labels comme le miens sont victimes du P2P. J’ai dû recenser au moins une vingtaine de blogs qui proposaient TEMPORAL en téléchargement. Sans parler du nombre de Torrents téléchargés ça et là ! J’ai fait un petit calcul et ça fait mal… tous ces téléchargements n’ont rien fait pour améliorer ma promotion et personne ne m’a contacté plus que d’habitude, pas plus de fans (je ne supporte pas cette excuse au téléchargement illégal), pire encore, l’album s’est vendu 2 fois moins que le précédent, alors que les critiques sont globalement meilleures. Je pense que le marché a changé, oui. Mais loin de moi l’idée de saisir des sites ou des gens en justice. Je n’ai jamais été quelqu’un de procédurier, et ma place est dans un Home-Studio, pas dans un tribunal.

Sinon je suis passé du côté obscur de la force ; j’ai acheté un iPod et installé iTunes. Du coup, j’achète toute ma musique sur l’Apple Store et je sais qu’au moins les artistes touchent leur oseille. J’invite tout le monde à faire pareil. Si vous téléchargez, au moins ayez la décence de laisser quelques euros aux artistes… que ce soit par l’intermédiaire d’Apple, Amazon ou autre… le mot est passé. Tiens, je suis un bon commercial, finalement (Rires).

Si c’est le cas, n’est pas contradictoire pour toi qui profite de ces avancées technologiques, au début de la production, pour multiplier tes contacts/enregistrements à distance et à contrario, en subir les conséquences en fin de chaîne ?
Tout à fait. C’est assez amusant que tu le mentionnes, car je n’y avais pas pensé auparavant (Rires). Très bon point à méditer !!! Dans tous les cas, j’avoue être fautif. J’ai eu ma période « Napster » au début, j’ai moi-même téléchargé des tonnes d’albums. Je ne me plains pas, car je ne fais que récupérer la monnaie de ma pièce. Disons qu’aujourd’hui, j’ai ouvert les yeux et j’invite les gens à prendre conscience des répercussions à grande échelle. Je suis à la première place pour m’en rendre compte. En fait, ce genre d’attitude ne fait que rendre Madonna –façon de parler- plus riche et enlever leur argent aux petits indie progs.

Comment est perçue ta musique à l’étranger ? Penses-tu que le fait d’être français reste, malgré tout ce que l’on a dit, un handicap à l’étranger ou non ? Penses-tu que ta musique marcherait mieux si tu étais étranger ? En gros, est-ce que le metal extrême a un avenir en France ?
Ma musique est très bien reçue à l’étranger, particulièrement aux Etats-Unis ou j’ai le plus de « fans ». Je pense qu’être Français n’est pas trop un handicap, et pour cause, TEMPORAL dénonce pas mal de trucs (il y a même un drapeau Américain qui brûle sur le site officiel) et pourtant il a été super bien reçu aux states. Enfin de compte, je crois qu’en ce qui concerne le prog, tout le monde s’en fout un peu de l’origine du groupe. Je dirais donc que non, cela ne changerait rien du tout si j’étais d’une autre nationalité. Et puis SHADRANE est constitué de musiciens de diverses origines…

Penses-tu que outre le problème des mentalités françaises pas forcément adaptées au metal/prog voire rock en général, tu bénéficies d’un distribution/promo suffisante pour percer ?
Non. Il y a clairement eu une absence quasi-totale de promotion et distribution concernant TEMPORAL, mais je ne vais pas me plaindre. Ce serait indélicat envers mon label, et puis je dois répéter (car c’est sincère) que je ne sais pas me vendre moi-même.

A contrario, comment expliques que de plus en plus d’artistes français que ce soit dans des groupes (Gojira…) ou comme toi comme musicien dans des projets (Leo Margarit dans Pain of Salvation..) n’a jamais été aussi riche ?
Je n’en ai aucune idée, sincèrement...

Que voulais-tu faire quand tu étais gamin ?
Je voulais devenir mécanicien dans l’armée de l’air car j’ai toujours aimé les avions, et ma vue et mes problèmes d’oreille interne étaient incompatibles avec une carrière de pilote. Puis j’ai voulu devenir dessinateur. J’ai fait une école d’arts graphiques, cette « fameuse école » ou j’ai intégré mon premier groupe de musique. Ainsi le clavier devint ma passion, écrasant complètement mon amour pour le dessin…

Es-tu fier de ce que tu es devenu ?
Je suis heureux d’avoir pu me faire une petite place dans le monde gigantesque du prog-metal, et d’avoir entamé une carrière de compositeur pour la télé/cinéma. A la fois je m’estime chanceux, à la fois il m’arrive de désespérer car j’y passe beaucoup de temps et c’est paradoxalement très difficile d’en faire son gagne-pain.

Et l’avis de tes parents sur ta carrière musicale ?
Mes parents sont visiblement fiers de moi, me soutiennent, je reste donc debout et je continuerai à avancer tant que je peux.

Question “Lost” : votre avion se crashe sur une île déserte mais le scénariste est sympa il te laisse prendre 5 albums dans ta valise, lesquels prends-tu et pourquoi ?
Alors, ce serait...
Michael Franks – « Blue Pacific » : parce-que cet album est indispensable pour se promener sur une plage, ou siroter un soda bien frais sur sa chaise pliante...
Cairo – « Conflict and Dreams » : parce-que c'est mon album "progressif" de chevet. Indispensable.
« Tales of Mystery and Imagination » : parce-que c'est selon moi un chef d'œuvre. Le meilleur concept-album jamais écrit. Je ne pourrai même pas m'en passer en maison de retraite (Rires)...
Michael Jackson – « Thriller » : parce que s’il y a des autochtones sur cette île, j’aimerai leur faire comprendre la notion de musique.
LALU – « Oniric Metal » : parce que si je suis vraiment perdu sur une île déserte, je voudrai me rappeler qui je suis, et ou je vais... et puis surtout, la chanson "Yesterdayman" collerait tout à fait à la situation. "Search for me under palms, I need an out time for a while, I'll send you postcards from my isle".

Avant de se quitter que voudrais tu dire aux lecteurs de Music Waves ?
Un gros merci pour avoir lu mes réponses jusqu’ici, et un millier d’excuses pour l’attente car elle a été longue, et Ping Ping a été très patient avec moi. Merci d’avoir pris le temps de vous intéresser aux « petits artistes » comme moi, si on a un minimum d’existence c’est grâce à vous et pas l’inverse… il n’y donc pas assez de mots pour exprimer ma gratitude. A bientôt…

Avant de refermer cette interview, à notre tour de remercier Skardeus, Nuno777 et Nicofred pour leur inestimable participation...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/laluprog
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 61
  • 62
Haut de page
EN RELATION AVEC LALU
DERNIERE CHRONIQUE
LALU: Paint The Sky (2022)
5/5

Excellente surprise que ce "Paint The Sky" dans un registre rock progressif à la fois moderne et héritier des époques marquantes du genre.
DERNIERE ACTUALITE
LALU MET DE LA COULEUR SUR MUSIC WAVES!
 
AUTRES ARTICLES
CHESTER BENNINGTON ET RYAN SHUCK (DEAD BY SUNRISE) (5 OCTOBRE 2009)
Quand le chanteur de Linkin Park et le guitariste de Julien-K se retrouvent pour former Dead by Sunrise, Music Waves est là pour en savoir plus...
MUSIC WAVES RECRUTE !
Vous avez une bonne écriture, certains genres chroniqués sur Music Waves n'ont aucun secrêt pour vous ? Venez rejoindre notre équipe de joyeux drilles, vous ne le regretterez pas...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022