MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - DAISY DRIVER (02 NOVEMBRE 2017)
TITRE:

DAISY DRIVER (02 NOVEMBRE 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Music Waves a interrogé le groupe français Daisy Driver dans le cadre de la sortie de son premier album, 'Nulle Part'.
ADRIANSTORK - 13.11.2017 -
0 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

''Pourquoi avoir choisi de chanter en français plutôt qu'en anglais?'' Il est vrai que la majorité de nos influences sont des groupes américains mais nous ne maîtrisons pas suffisamment l'anglais pour nous exprimer comme nous le voudrions dans nos chansons. Nous écrivons donc nos textes en français avec quelques phrases en anglais par ci par là.


Est-ce que la Meuse et plus particulièrement la Lorraine est une terre fertile pour le rock ? 





La Meuse et la Lorraine possèdent un bon vivier rock avec des musiciens talentueux et passionnés mais beaucoup de groupes naissent et meurent avant même d'avoir fait parler d'eux. Il faut avouer qu'il est très difficile de trouver un soutien dans le milieu professionnel de la musique en Lorraine, mais si on s'accroche et qu'on se donne à fond, on parvient à se faire entendre au-delà de nos frontières. 


Le contact avec le public est une drogue.


Vous avez fait beaucoup de festivals avant de sortir un premier. Qu'est-ce que la scène vous a appris ?

Nous avons appris que le contact avec le public est une drogue. La plus grande drogue qui soit. Il n'y a rien de plus planant que des fans qui s'éclatent avec nous sur nos chansons, nous obligeant à suer sur nos instruments jusqu'à l'épuisement total. Bien sûr il fallait également convaincre le public qui nous découvrait pour la première fois, et donc donner le maximum. Mais quoiqu'il en soit, on s'éclate comme des mômes à chaque fois qu'on joue ensemble et on nous a souvent dit que notre enthousiasme est contagieux, donc sur scène on reste nous-mêmes : simples et déconneurs. C'est notre façon d'être. 


N'est-ce pas paradoxal de débuter une discographie avec un titre ''Nulle Part'' ?


Pour être honnête, on n'a pas vraiment réfléchi à ça. 'Nulle Part' est le premier titre que nous ayons composé. Au départ il n'y avait ni projet de groupe, ni album. Juste des potes musiciens qui se retrouvaient pour jammer ensemble, sans se demander dans quelle direction aller. C'était un peu comme prendre la route sans connaître la destination. D'ailleurs on s'en fichait, c'était le road trip qui comptait. Donc le choix du titre ''Nulle part'' s'est imposé de lui-même comme une évidence pour notre premier effort.


Daisy Driver propose un cocktail détonnant entre des rythmiques rageuses et des paroles écrites à l'acide. Etes-vous d'accord ?

En effet, c'est une description assez pertinente de notre musique. Nos influences sont des groupes principalement nés dans les années 90, une époque où la musique rock était dénuée de tout artifice, juste des guitares criardes, une basse-batterie efficace et des voix alternant couplets mélodiques et refrains hurlés. On retrouve donc facilement cette recette dans nos compositions, c'est un peu notre ADN.


Pourquoi cette volonté de chanter les couplets en français et les refrains en anglais ?

Je pense que tu fais principalement allusion à 'Drowning', la première chanson de l'album. À la base cette chanson était intégralement écrite en anglais mais comme expliqué précédemment, nous ne parvenions pas à exprimer correctement ce que nous voulions dire et donc on a réécrit les couplets en français et gardé le refrain en anglais. Les mots viennent plus facilement en français. Et parfois c'est l'inverse, on bute sur une phrase en français alors que c'est  plus facile d'en caser une en anglais.


Les paroles peuvent être assez critiques sur la société et révéler le mal-être ambiant ? Comment trouvez-vous l'inspiration ?

Pour les paroles, disons que c'est selon l'état d'esprit du moment. Quand on chante du rock en français, c'est un peu un défi car on doit donner au texte la tournure qui convient afin de ne pas tomber dans la mièvrerie. Ce qui n'est pas le cas de l'anglais où même les phrases les plus débiles restent rock n'roll. Parfois léger, parfois plus grave, l'important c'est que le texte soit cohérent avec la musique, et qu'au final ça donne une bonne chanson.


Il est important pour nous de finir chacun de nos textes par une note d'espoir.


Justement ces cris de colère sont tempérés par des chansons comme 'Le Cri Du Monde', 'Mya' ou 'Un Espoir' qui permettent d'équilibrer la révolte en montrant qu'il existe une solution. Est-ce votre intention ?

Oui. Nous abordons des sujets de la vie de tous les jours. Du train-train quotidien aux problèmes sentimentaux, mais également l'amertume que l'on rencontre à travers les années, face à un monde qui nous semble devenir de plus en plus fou mais aussi de plus en plus accessible grâce à l'évolution technologique. C'est comme s'il n'existait plus de limites à quoi que ce soit. Les émissions TV, les réseaux sociaux, les rencontres virtuelles, etc... En un clic on sait ce qui se passe au bout du monde, pas besoin de bouger de chez soi : plus besoin de chercher à découvrir par soi-même puisque les grandes chaînes TV livrent directement à domicile. Tout cela renforce la peur de l'inconnu. Nous expliquons ceci dans notre chanson intitulée 'On est tous'. Et pour couronner le tout, le terrorisme qui, comme son nom l'indique, apporte la terreur dans notre beau pays, symbole de liberté. Difficile de garder son sang froid face au déluge de nouvelles effroyables que délivre le JT. Mais il est important pour nous de finir chacun de nos textes par une note d'espoir. Tout n'est pas pourri dans ce monde. Éteignez parfois votre TV et regardez dehors. Allez boire un verre avec des amis, allez à des concerts, prenez du temps pour lire de bons bouquins et, si vous en avez les moyens, partez découvrir d'autres régions, d'autres pays, et d'autres cultures. Le monde est un trésor et chacune des perles qui le composent se trouve à proximité. Et enfin : ne jamais oublier les petits plaisirs de la vie.


Pourquoi avoir choisi de faire des reprises sur cet album ? ''Morgane De Toi' est (trop) fidèle à l'original tandis que 'Les Yeux Revolver' sort de la facilté. Quel était votre état d'esprit au moment de faire ces reprises ?

'Morgane' de toi est une chanson pour laquelle tout le monde a un faible, et on ne fait pas exception. Comment ne pas fondre à l'écoute de ce titre si bien écrit par Renaud, avec une mélodie si accrocheuse ? On l'a joué pour se faire plaisir et puis c'est devenu un titre régulier sur notre set list car très bien reçu en concert. On se l'est finalement un peu appropriée, c'est pourquoi cette reprise se retrouve sur l'album. 'Les Yeux Revolver', c'est une autre histoire. C'est un délire qu'on a eu pour notre premier concert : transformer ce tube mielleux des années 80 en morceau punk rock, ça paraissait complètement dingue mais c'est ça qui nous plaisait. Et c'est également devenu un titre incontournable dans notre set list.


Vous avez déjà beaucoup de clips à votre actif, dont un très cynique 'Drowning'. Comment élaborez-vous vos clips, est-ce que c'est le prolongement de vos réflexions et de votre musique ?





Au départ, comme on n'avait absolument aucun projet d'album, et que nous avions 3 ou 4 chansons sous le coude, on a réfléchi à la manière de les publier. Et le clip vidéo nous a semblé le plus opportun. Nous avons contacté Reenox, réalisateur que nous connaissions déjà et nous avons élaboré des scénarios. Reenox nous a mis sur la voie quand nous butions sur une idée parfois floue. La scénarisation, c'est vraiment un art compliqué. On s'y est essayé du mieux qu'on a pu, et le résultat est là. C'est pas du Steven Spielberg, mais on est assez fier. 'Drowning' est quasiment un court métrage. Pour les autres clips il y a du délire et du plus sérieux. La vidéo est un peu une extension à notre musique, mais cela n'apporte en rien une explication claire et nette à nos chansons. Chacun de nos titres peut être appréhendé différemment suivant les personnes qui l'écoutent, et c'est ça qui est génial.


Parlez-nous de l'association, Un Rose Un Espoir (la chanson lui est-elle dédiée ?). Est-ce que c'est le rôle de l'artiste de sortir de son studio ?

Nous connaissions cette action menée par les motards au grand cœur mais nous n'y participions que par des dons. Il faut rappeler qu'aucun membre de Daisy Driver n'est motard. Et puis un jour un copain, faisant partie de l'association Une rose Un espoir secteur Meuse, nous invite à composer une chanson traitant du sujet. Il n'est pas simple de composer à la demande, mais on s'est mis au boulot et on a écrit la chanson sobrement intitulée 'Une rose Un espoir', pour laquelle on a réalisé un clip mettant en avant ces héros des temps modernes. On a vraiment pris notre pied car ce sont des hommes et des femmes extraordinairement géniaux. Et c'est fantastique de voir ce que des gens qui défendent une cause avec autant de dévouement parviennent à réaliser. Une grande leçon de vie que chaque artiste, ouvrier, banquier, patron et autres se doit de connaître dans son existence. Sortir voir le monde et apporter sa pierre à l'édifice est le rôle de chacun de nous. 


Qu’attendez-vous de la sortie de cet album ?

Cet album a été réalisé pour répondre à la demande des fans. Et le nombre de fans a grandi depuis le début des enregistrements. On a donc tendance à penser que cet album a suffisamment de potentiel pour nous faire passer d'autres étapes, jouer sur des scènes plus importantes, rencontrer d'autres artistes et professionnels de la musique avec qui collaborer et créer davantage. 


Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Chaque artiste a ses rêves et ses objectifs plus ou moins ambitieux. Le souvenir le plus marquant à ce jour est la parution d'une interview de Daisy Driver dans le magazine Rolling Stone, ce papier emblématique du Rock N'Roll. 


Au contraire le pire ?

Certainement les deux heures précédent le concert du 31 août 2017 pour la vente en avant-première de l'album. Nous avions prévu depuis des semaines de rendre l'album accessible aux fans ce soir là, mais seulement voilà : deux heures avant l'ouverture des portes au public, les albums ne nous étaient pas parvenus. Nous avons passé plus d'une heure au téléphone avec le livreur pour comprendre qu'il avait livré à une autre adresse. Ce fut donc la course pour récupérer les CD chez une personne dont la femme de ménage avait fait la réception, par chance. Au final les albums étaient prêts pile à l'ouverture des portes, et nous avons bâclé la balance du concert qui fut cependant un grand moment chargé d'émotion.


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?


Toujours dans la déconnade : Avez-vous pensé à réaliser une chorégraphie pour votre prochain clip ? La réponse serait difficile à apporter.


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

La musique est la meilleure des thérapies. Continuez à être curieux, à chercher la musique qui vous fera vibrer. Soyez enthousiaste, soyez contagieux !
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Haut de page
EN RELATION AVEC DAISY DRIVER
DERNIERE CHRONIQUE
DAISY DRIVER: Nulle Part (2017)
3/5

Un premier album au cocktail explosif avec des textes à l'acide sur des rythmiques endiablées.
DERNIERE ACTUALITE
DAISY DRIVER : Nouveau clip
 
AUTRES ARTICLES
NOLAND (20 OCTOBRE 2017)
Rencontre avec la tête pensante du projet NoLand, Olivier Mellano et de son interprète prestigieux Brendan Perry chanteur de Dead Can Dance...
ALTAVILLA (23 OCTOBRE 2017)
Rencontre avec le groupe insaisissable Altavilla qui propose avec "Conquest Of Gravity" un album écliptique
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022