MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - MASALA (LE 18 OCTOBRE 2008)
TITRE:

MASALA (LE 18 OCTOBRE 2008)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Le auteurs française de l'excellente surprise «The Drifter » mêlant métal fusion/rock alternatif ont bien voulu répondre aux questions de Ping Ping...
STRUCK - 12.11.2008 -
0 photo(s) - (0) commentaire(s)

Ping Ping : Salut, c'est Ping Ping de Music Waves…
Salut Ping Ping !!! Au fait, tu ne clignes jamais des yeux (Rires) ?

Pouvez-vous présenter vous et votre groupe ?
Franck DA SILVA : basse et voix lead
Fred MARIOLLE : guitare et choeurs
Mathys DUBOIS : batterie

Nous sommes un trio à tendance rock/fusion qui évolue au gré de nos influences et de nos états émotionnels.

Quelle est la signification du nom Masala ?
Masala en Inde signifie MELANGE des genres, des cultures, des goûts culinaires.

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/MSL01.jpg[/IMG]

Pouvez-vous nous raconter la rencontre qui a débouché sur ce fabuleux OVNI musical ?
Nous venons d'une petite ville plutôt sympathique où nous avions déjà nos groupes respectifs, on avait « l'ovni » mais encore fallait-il trouver les bons pilotes, avec l'arrivée de Mathys et Fred, Masala a pris de la hauteur.

Pourquoi avoir voulu monter ce projet en plus de leurs groupes d'origine ? Pour faire quelque chose de plus libre, mêler les styles et les cultures musicales ?
Franck : Masala est mon groupe originel et reste LA priorité dans ma vie. Après je suis toujours ouvert à de nouvelles aventures humaines et musicales.

Fred : J'ai de mon côté joué dans différentes formations avant Masala. Mon choix s'est orienté vers Masala d'une part pour la diversité musicale qui m'a attiré, mais d'autre part pour le rapport humain, la motivation qui me correspondaient parfaitement.

Mathys : J'avais déjà joué au préalable dans différentes formations musicales mais mon réel projet sérieux a débuté lorsque j'ai rejoins MASALA.

Comment marche le processus de composition ? Est-ce que vous composez tous les trois ensemble, et si oui, comment vous y prenez vous pour que cette diversité fasse au bout du compte unité ? Et pour les textes ?
La plupart du temps, des riffs ou une idée de base est proposée par l'un des membres. A partir de ce noyau, plusieurs idées viennent s'y greffer. Nous essayons toujours de prendre un maximum de recul face à un riff, une ligne vocale ou même une rythmique. Le processus de composition peut être différent d'un jour à l'autre. Un titre peut voir le jour en quelques heures tandis que d'autres peuvent prendre davantage de temps avant de murir et que l'on y trouve une réelle satisfaction. Le jam nous arrive parfois en effet, mais ce n'est pas la méthode de travail que nous exploitons le plus.

Franck : Les textes me demandent une implication voire une transe psychologique mais aussi physique, ce qui bien sûr implique souvent des conséquences dans le retour à la vie réelle surtout quand les sujets tournent autour de la solitude, le mensonge, la trahison et l'introspection. De par ma culture, l'anglais est privilégié mais mes
influences sont bien françaises : Serge Gainsbourg, Baudelaire.

On retrouve du jazz, du métal, du rock, de la pop.

Est-ce que vous ne craignez pas de déstabiliser le public avec cette musique qui semble ne s'imposer aucune limite ?
Voici un mot juste, il s'agit bien de cela. « Déstabiliser » l'auditeur, mais tout en conservant une identité sonore propre à Masala.

S'évader, très souvent et naturellement même, inconsciemment, de ce que l'on peut entendre dans l'actualité médiatisée, issue d'un moule préformé et si peu riche.

Si vous deviez définir votre musique : comment la qualifieriez-vous ?
En l'expression de 3 personnalités aux sensibilités bien trempées.

Vu que vous possédez tous les trois un jeu très technique et souvent original, avez-vous une formation musicale particulière ou se sont-ils formés en autodidactes ?
Nous avons tous les 3 suivis des cours de musique, comme beaucoup, durant notre adolescence.

Quelles influences (genres ou groupes) ? En revendiquez-vous quelques-unes en particulier ?
Il est vrai que nos influences sont très vastes, passant du rock au Metal, du Jazz à l'électro, nous craignons devoir citer une liste trop exhaustive d'excellents groupes et artistes...Cependant, certains noms reviennent rapidement tels que Les claypool de PRIMUS et bjork pour la magie de ses mélodies sur les albums « post » et « début ». Incubus, The Mars Volta, Qotsa, etc.

Justement le chant a par moment des tonalités Cédric Bixler Zavala, chanteur du groupe The Mars Volta : est-ce une de vos influences ?
Masala existait déjà avant The Mars Volta et avant At The Drive in ! Mais il est clair que nous sommes de grands fans de ces deux formations.

Vous avez un discours assez critique sur la destruction par l'homme de la planète ('Planet Earth'), ou encore sur la perception que l'homme peut avoir de lui-même ('The Drifter') ; est-ce que pour vous, la musique est aussi un moyen de réagir face à l'absurdité de notre époque, ou pas du tout ?
La musique nous permet de véhiculer des choses qui nous touchent, mais c'est surtout les textes qui vont s'axer sur le côté fanfaronesque de notre époque.

Si tu devais faire découvrir votre musique à quelqu'un qui ne vous connaîtrait pas : quel titre choisirais-tu pour lui faire découvrir Masala et pourquoi ?
« My Friend », pour son texte dur (la méfiance, la trahison de son meilleur ami) et sa musique qui résume l'ambiance Masala.
« The drifter » pour son énergie et « Planet Earth » pour son sujet engagé sur la fuite de notre responsabilité face aux dégâts causés à notre planète.

Comment vivez-vous de ne pas voir votre musique reconnue à sa juste valeur ?
C'est flatteur comme question ça ! Ce sont plutôt aux fans et au public de répondre à cette question.


[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/MSL02.jpg[/IMG]


Pensez-vous que vous pâtissez le fait d'être français ? Ou justement comme on l'a évoqué par ailleurs le fait que votre musique est « trop » riche ?
On a vraiment pas à se plaindre en France, il y a des structures pour répéter et nous sommes bien aidés par la région AISNE et la PICARDIE qui croient en nous. A partir du moment où tu commences à frapper à la porte des majors ; là il est clair que l'on ne parle plus de musique, d'artistes, mais de produit !!! Nous avons affaire maintenant à des gens qui prennent des décisions commerciales et non d'ordre artistique ! Cependant, il est vrai que nos ambitions futures nous amènent à réfléchir aux pays étrangers, à la fois pour la distribution de l'album mais surtout pour le live.

On parle de l'avenir de Masala ? Quels sont vos objectifs à court, moyen et long terme ?
A court et moyen terme nous sommes en pleine phase de composition pour le deuxième album, quant au long terme. c'est un secret ! ahah

Question « Lost », votre avion se crashe sur une île déserte mais le scénariste est sympa, il vous laisse 3 albums dans votre valise : lesquels ?
Si l'on considère 3 albums par valise, voici ce que je mettrais dans la mienne :
Franck :
Primus : "sailing the seas of cheese"
Squarepusher : "hard normal daddy "
Me'shell ndegeocello : "the world has made me the man of my dreams"

Mathys :
Incubus : "Science"
Amon Tobbin : "Bricolage"
The Mars Volta : "Deloosed In The Chomatorium"

Fred :
Gojira : "The Flying Whales"
QOTSA : "The Song For The Deaf"
The Barkmarket : "Barkmarket"

Il m'en manque tellement que je troquerai les 3 cds contre mon lecteur mp3.

Avant de finir, que voudriez-vous dire aux lecteurs de Music Waves ?
Allez jusqu'au bout de vos rêves !

Un grand merci à Jessica pour sa gentillesse et Platypus pour sa contribution à cette interview.


Plus d'informations sur http://www.myspace.com/masalatrio
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Haut de page
EN RELATION AVEC MASALA
DERNIERE CHRONIQUE
MASALA: Idio (2010)
3/5

 
AUTRES ARTICLES
PATRICK RONDAT GARE DE L'EST (LE 4 JUILLET 2008)
Juste avant de se rendre à Nancy pour un Masterclass, nous avons rencontré Patrick Rondat qui répond à vos questions. Une interview avec LE guitar hero français dont le talent légendaire n’a d’égal que la gentillesse !
GOJIRA LE 8 OCTOBRE 2008 (ZÉNITH DE PARIS)
Quelques heures avant de monter sur la scène du Zénith de Paris en première partie d'In Flames, c'est un Joe Duplantier, d'une douceur, d'un calme... aux antipodes de la musique jouée.... qui a répondu avec une gentillesse hors du commun à nos questions
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022