MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - Ch'ti Rock Festival - Barlain - 25 Février 2017
TITRE:

Ch'ti Rock Festival - Barlain - 25 Février 2017


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

HARD ROCK



En collaboration avec le Raismes Fest, l'association Ch'ti Rock organise un tremplin pour le festival et nous présente une affiche variée de qualité.
NOISE - 09.03.2017 -
17 photo(s) - (0) commentaire(s)

En ce samedi de  février ,nous avons rendez-vous dans la région de Lens à Barlin pour assister à l’édition 2017 du Cht’i Rock Festival. Huit formations sont programmées et cette année, toujours en collaboration avec les équipes du Raismes Fest, plusieurs d’entre elles auront la chance d’être ajoutées à l’affiche du festival. Il y a donc une petite pression qui règne sur chacun des groupes. Il y a évidemment l’envie de bien faire, et surtout l’opportunité de jouer dans un festival français reconnu est une chance que personne n’a envie de laisser passer. Les organisateurs pour cette édition ont ratissé large et nous présentent une palette de groupes évoluant dans des styles assez différents. Nous ne pouvons que saluer cette belle ouverture d’esprit qui permet à pas mal de gens de s’ouvrir à des styles qu’ils ne connaissent pas. Avant chaque concert nous avons aussi le plaisir de retrouver Bertrand, la voix du Raismes Fest, qui va présenter chaque groupe avec la passion qu’on lui connait.




Les hostilités débutent en milieu d’après-midi devant un public correctement présent avec 120. La formation a vu le jour en 2013 dans le nord et œuvre dans un rock puissant et mélodique porté par la voix chaude d’Anne Cha. Et en 40 minutes le trio va se montrer convaincant, son rock est puissant et généreux et donne envie de remuer. Le public attentif et bien massé juste devant le groupe et apprécie :  les deux premiers titres, ‘Hard To Stay’ et ‘Superficial People’, emportent l’adhésion et nous font penser au meilleur d’un Gossip pour le groove et le feeling dégagés par Anne Cha. Avec ‘The Same Road’ le trio nous balance un très long titre qui voit Anne passer à la batterie et Christophe se mettre au cornet pour un début de titre mélancolique. La suite de ce titre voit Anne reprendre le chant et cette ballade montre un groupe qui a plusieurs cordes à son arc. La deuxième moitié du concert retrouve des accents plus rock et des chansons comme ‘You’d Better Get Out’ ou ‘Turn Me On’ s’avèrent intéressantes dans cette veine rock qui fait taper du pied. 120 aura en tout cas lancé les hostilités avec efficacité et s’est présenté comme un premier candidat sérieux pour le Raismes Fest. Il aura en tout cas fait plaisir à pas mal de personnes dans le public.



Avec Ev’Sane nous retrouvons ensuite une jeune formation lilloise formée en 2012 et qui vient de sortir son premier album, "Autopsy Of My Soul". Musicalement nous plongeons dans un metal moderne teinté de thrash et de heavy metal dans l’esprit d’un Lamb of God ou de Korn mais avec quelques passages de guitares qui le font pencher vers un heavy plus traditionnel entre Iron Maiden et Megadeth. Cela nous donne un mélange explosif qui ne fait pas de quartier. Avec ‘Battlefield’ Ev’Sane adresse un bel uppercut à un public pas forcément habitué au metal moderne mais qui va bien entrer dans le jeu. Avec ‘Wait To See’ le groupe confirme sa facilité à combiner les genres, le titre commence de manière brutale dans cet esprit néo thrash avant d’évoluer vers le heavy. On apprécie aux guitares le joli travail d’Eddy et de Simmone qui nous balancent des riffs dans cette idée metal des années 80, tandis que vocalement Rip bascule avec talent entre chant clair et hurlé. La suite du concert est tout aussi efficace et l’esprit de Korn est présent au travers de titres comme ‘Blood Of Hero’ ou ‘Turn The Page’. Ce concert aura été lui aussi une belle réussite, Ev’Sane est un bel espoir pour une scène metal moderne hexagonale qui se porte à merveille, sa fraicheur et sa facilité à mixer passé et présent lui donnant une force certaine.



Avec Fool’s Paradise nous changeons de style pour aborder un heavy metal mélodique teinté de progressif. Le groupe nous vient de Dunkerque et a vu le jour en 2007. Il a pris le temps de se consolider pour nous proposer un EP en 2013 et récemment son premier album, "Monopoly Society". Devant un public que l’on sent réceptif à ce style le groupe va nous proposer une fort solide prestation. Sa force est de mêler des mélodies fortes - les refrains en particuliers sont très soignés - à une technique très au point. Aux guitares le travail de Stéphane et Olivier est remarquable, ils distillent riffs et soli bien sentis dans un esprit heavy proche d’un Iron Maiden avec une technique qui rappelle Dream Theater et Symphony X. Au chant Anthony se montre à l’aise avec un timbre un peu éraillé et des titres comme ‘Wasting My Soul’ et ‘Heaven’s Image’ font un bel effet sur un public qui headbangue joyeusement. La suite du concert est toute aussi convaincante, ‘Monopoly Society’ est une belle pièce de métal progressif qui alterne parfaitement les ambiances tandis que ‘Misunderstood’ et ‘Sole Survivor’ marquent les esprits par un côté direct très efficace. Fool’s Paradise nous a donné une belle leçon de heavy metal mélodique et confirme la haute tenue de l’affiche de ce festival.



Avec Hycks le style change encore radicalement. Originaires d’Arras et ayant vu le jour en 2014, ils œuvrent dans un metal fusion groovy. A leur actif on trouve un album sorti en 2015 et un EP. Dès l'entame avec ‘Tony Johnny’, Hycks va remuer le public avec une fusion impeccable. Au chant Jul impressionne par son aisance dans le style. Sur ‘Double K’ qui enchaine il propose même un phrasé hip-hop très maitrisé pour un résultat détonnant. Ensuite ‘Wake Up’, ‘Guilty’ ou ‘Loco’ confirment le talent de cette formation, loin des poncifs habituels. Hycks c’est clairement le groove d’un Red HotChili Peppers, la force d’un rap metal de Rage Against The Machine mixés avec la chaleur d’un Infectious Groove. Jul derrière sa basse accomplit un gros taf et apporte la touche groovy avec talent tandis que ses compères distillent des riffs dignes du meilleur de la scène métal fusion. Hycks a réussi un joli tour de force et aura séduit un public pas forcément client de ce style. Arrivé en milieu d’affiche nous sommes pour le moment face à un joli carton plein, chacune des formations ayant les qualités pour se présenter face au public de Raismes. Et la suite s’annonce toute aussi prometteuse.



Car avec Headblaster nous avons à faire à un gros client qui met le feu partout où il passe avec son stoner rock. Récemment le groupe a remporté le tremplin du Betiz Fest et ses membres sont chauds pour en gagner un autre et transmettre leur bonne parole un peu partout. Il vient de proposer un premier EP 4 titres et attire de plus en plus de fans. Pour faire simple, Headblaster c’est la puissance d’un Black Label Society mixée à la force mélodique d’un Corrosion Of Conformity, c’est-à-dire la crème d’un metal teinté de sudiste et de stoner. Avec John il dispose de plus d’une arme redoutable tant le chanteur est un frontman hors pair qui va chercher le public avec conviction et qui fait des merveilles avec sa voix rocailleuse. Le groupe va rencontrer un gros succès, on sent que le public apprécie sa prestation et que beaucoup sont venus pour lui. Avec ‘You’re Blind’, ‘Hangover’ ou encore ‘Breaking The Law Of Silence’ il se taille un joli succès. Headblaster nous a proposé une prestation brillante qui nous aura fait remuer la tête et taper du pied avec frénésie dans un pur esprit 70’s avec ce côté fun et détaché qui fait du bien. Il ne fait guère de doute pour beaucoup qu’il sera présent à l’affiche du prochain Raismes Fest.




Après cette belle claque nous retrouvons Jester Smokerbreak, le groupe a fait de la route depuis Rennes pour nous présenter un mélange explosif de rock teinté de punk et de glam dans l’esprit des Guns N’Roses. Cela va donner un concert remarquable et faire office de belle découverte pour beaucoup. Emmené par un Hugo très motivé et au timbre plein de gouaille, Jester va nous servir un pur concentré de rock’n’roll qui donne la pêche. Il va chercher sa force dans les racines du hard rock, entre AC/DC et Aerosmith et amène une touche de folie intéressante. Niveau set list il va aller piocher dans son récent EP et des titres comme ‘Jester’, ‘B.A.R.’ ou ‘The Appetite’ vont faire effet, sa force étant de mettre l’accent sur les mélodies pour un résultat remarquable. Ce concert a été une réussite de plus et voir une si jeune formation aussi à l’aise et efficace en aura bluffé plus d’un : Jester Smokerbreak est clairement un candidat très sérieux pour finir dans les premières places de ce tremplin.



La soirée est bien avancée et le sprint final se lance avec l’arrivée de Black Rivers Sons. La formation est jeune, elle a vu le jour en 2016 et depuis parcourt les routes pour faire découvrir son hard rock aux couleurs sudistes, il est à noter qu’un EP est en préparation et doit voir le jour bientôt. Malgré ce jeune âge on sent que l’on n’a pas à faire à des débutants tant tout est maîtrisé. Le groupe plonge le public dans le meilleur des années 70 entre Whitesnake et Deep Purple avec une petite touche de Thin Lizzy. Au chant Emeric possède un charme à l’ancienne avec cette gouaille pleine de feeling qui apporte une grande chaleur. Logiquement le groupe rencontre un franc succès auprès d’un public friand du genre. Bien rodé il dispose déjà de pas mal de chansons, on retiendra notamment un excellent ‘Run Like Hell’, dans un esprit blues qui fait taper du pied avec un riff et un solo bien troussés. ¨Par la suite se démarquent ‘The Fixer’ ou ‘Don’t Get Me Wrong’, autres excellents titres nous faisant voyager dans le temps. Il règne aussi grâce à Emeric un fort esprit Led Zeppelin. Ce concert aura été une réussite dans cette journée bien remplie. Black Rivers Sons est un formidable espoir de la scène hard rock et on a hâte de découvrir ces chansons sur disque. En tout cas il se place comme un client très sérieux à la victoire.



Il est tard mais le public est encore bien présent pour accueillir la dernière formation de l’affiche. Nightingale nous vient des Ardennes et a déjà une belle carrière derrière lui depuis sa création en 1999. Il œuvre dans un punk rock mélodique teinté de pop énergique inspiré autant par Burning Heads que par les Ramones ou Dead Kennedys. Il a à son actif plusieurs albums qui ont fait leur effet auprès des amateurs .Il déboule sur scène de manière très fun et fraiche et sans se prendre la tête dans un pur esprit punk. Ce concert a le mérite de remuer les gens présents à cet horaire tardif et s’avère idéal pour achever la journée. Avec des chansons rapides et mélodiques tout à fait dans les canons punk comme ‘Rollin’ On’ ou ‘My Dealer’s Prescription’ du dernier album, ainsi que ‘God Of Rock’ ou ‘A Super Hole’, il a fait le travail. Les chansons sont courtes et directes, fraiches et entrainantes : avec Nightingale on peut se défouler et ça fait du bien. Ce concert achève une journée fort bien remplie, le punk n’est pas le genre principalement mis en avant au Raismes Fest mais Nightingale a montré qu’il avait toutes les qualités pour y participer, notamment grâce à sa fraîcheur.



Avec cette édition le Cht’i Rock Festival a présenté une affiche variée mais homogène et de grande qualité, départager ce petit monde sera difficile et nous faisons confiance aux organisateurs pour faire les meilleurs choix. Il nous reste à remercier la sympathique équipe du festival, Patrick notamment pour nous avoir permis de suivre cette journée et toute l’équipe du Raismes Fest bien présente pour donner un coup de main précieux.



Plus d'informations sur http://www.foolsparadise.fr
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 9761
  • 9762
  • 9763
  • 9764
  • 9765
  • 9766
  • 9767
  • 9768
  • 9769
  • 9770
  • 9771
  • 9772
  • 9773
  • 9774
  • 9775
  • 9776
  • 9777
Haut de page
EN RELATION AVEC FOOL'S PARADISE
DERNIERE CHRONIQUE
FOOL'S PARADISE: Monopoly Society (2017)
4/5

Fool's Paradise propose un premier essai convaincant taillé dans un heavy metal classique mêlé à des influences progressives.
 
AUTRES ARTICLES
THE RAVEN AGE (07 FEVRIER 2017)
Quelques jours avant la sortie de son premier album "Darkness Will Rise", nous avons rencontré les deux têtes pensantes de The Raven Age particulièrement connu par les fans d'Iron Maiden....
UNION JACK (26 FEVRIER 2017)
Music Waves a rencontré Union Jack un groupe de ska, rock, punk... supersonique !
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024