MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - TOMY LOBO (16 FEVRIER 2017)
TITRE:

TOMY LOBO (16 FEVRIER 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK ALTERNATIF



Tomy Lobo et Music Waves ouvrent la cage aux oiseaux...
STRUCK - 27.02.2017 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qu’on a trop souvent posée ? Je suppose que c’est lié au nom de Tomy Lobo, influencé par "Vol au-dessus d’un Nid de Coucou" ou as-tu subi un tel traitement ?

Ce doit être "qui est Tomy Lobo ?"
Bien vu, tu as compris le sens, ce qui n’est pas toujours le cas … Tomy Lobo serait une sorte de personnage qui évoluerait dans l’univers formé par notre musique, notre univers graphique, il est en quelque sorte une allégorie de notre musique. Ce n’est pas  influencé par ce film, bien qu’on l’adore. Et je soupçonne en effet certain du groupe d’avoir subi ce traitement !






Le premier EP semblait marquer une recherche d’apaisement, d’un retour à la Nature, plus organique alors qu'à l'écoute de "Golden Birds", un ressenti plus urbain et électro ressort, marquant une évolution dans la direction artistique pour ce nouvel album, était-ce recherché ?

C’est vrai. Oui ça l’était, c’est une forme d’évolution, mais elle n’est pas définitive, ni totale d’ailleurs.

À chaque projet sa thématique, Tomy Lobo cherchait à s’émanciper dans le premier EP, alors que dans "Golden Birds" l’univers et le contexte dans lequel il évolue sont différents, effectivement plus urbain, dans le monde de la nuit, d’où le côté plus électro aussi.

Chaque projet son histoire et sa thématique !


Comment s’est déroulé le processus de composition ? Qui compose les titres : est-ce un travail de groupe, quel est le rôle de chacun ?

Souvent, l’ossature du morceau vient d’un guitare/voix et on arrange autour, sinon ça peut partir d’un riff et le morceau se compose à partir de ce dernier, ou bien l’idée de base peut être une rythmique… Il n’y a pas de vraiment de règle, l’inspiration peut arriver sous différentes formes, mais la musique arrive toujours avant les paroles, pour le moment.


Ce nouvel EP offre des titres calibrés pour un passage radio grand public, et pas uniquement pour les web radios spécialisées ? Les as-tu démarchées (Radio Nova, Ouï FM….) et si oui, quels ont été leur retour ?

Il y a eu quelques touches, avec Radio Nova (un passage de prévu), grâce à Chris de Dooweet Agency. Radio-Résonance à Bourges nous a playlisté aussi. Sinon, on n’a pas personnellement démarché les radios grand public. On a beaucoup de projets en cours, de nouveaux clips en préparation, les dates de tournées de 2017 à boucler, mais le travail de promotion suit son cours.


Tu as réussi à trouver l’équilibre entre une ambiance Pop Rock et des sons électro apportant une modernité à cet album voire une certaine chaleur grâce notamment à une belle production, où avez-vous enregistré et quel est le degré d’intervention de l’ingénieur du son ? 

On a enregistré principalement à la maison, avec notre ami Nono (Arnaud Philipe) qui a été impliqué dans le processus dès la phase de pré-production puis d’arrangement, puis par nous-mêmes avec notre bassiste David qui a une formation d’ingénieur du son. Le mastering a été fait par notre ami Ilan Benitah (Phonographe Studio). Tomy Lobo est resté très impliqué dans toutes les phases de la production mais on peut dire que nos sondiers ont une place prépondérante dans l’esthétique finale.


Certains thèmes musicaux rappellent l’orientation musicale adoptée par Coldplay, est-ce une influence pour vous et au-delà quels sont les groupes qui vous ont marqués et inspirés ?

À vrai dire, aucun d’entre nous n’écoute Coldplay, donc c’est un rapprochement assez étonnant, en tout cas très fortuit si cela semble le cas. Nos influences sont d’ailleurs assez différentes d’un membre à l’autre du groupe. Mais on s’accorde sur quelques noms, qui inspirent Tomy Lobo de près ou de loin, comme BRNS, WU LYF, Breton, ou encore Alt-J. Le hip-hop nous inspire aussi beaucoup, on essaye de faire une synthèse cohérente de toutes les musiques qui nous touchent, peu importe le style.


U2 en fait-il partie ?

Non plus, U2 ne fait pas du tout partie de nos influences.


Connais-tu Dredg, groupe indé californien, avec qui nous avons relevé une certaine influence notamment dans le jeu de guitare lumineux et dans les mélodies ?

Ce n’était pas le cas avant que tu nous poses cette question, mais on va aller écouter ça de suite ! Les influences dans le jeu de guitare proviennent plutôt du post-rock.





Qu’attends-tu de "Golden Birds" ?

Cet EP a été un long processus. De l’écriture des premiers morceaux à la finalisation de la production, il s’est passé beaucoup de choses, notamment le recrutement de nouveaux membres et le départ de notre ancien batteur. C’est pour nous le point de départ d’un nouveau cycle, au cours duquel on va essayer de développer encore davantage l’imaginaire autour de Tomy Lobo. On souhaite surtout porter le projet plus loin, en allant tourner partout où on le peut, en France et ailleurs, et rencontrer un nouveau public tout en restant proche des fidèles qui portent Tomy Lobo depuis le début.


En consultant le site internet du groupe, tu développes une image très travaillée, graphique, visuelle notamment sur le clip qui accompagne ‘Viperine’ qui se rapproche d’Orange Mécanique de S. Kubrik : qui a réalisé le clip ? Pourquoi ce masque de catcheur mexicain ?

Ce clip est entièrement home made/DIY, c’est notre guitariste Yann qui réalise. Le coté catcheur mexicain est une interprétation, comme en est aussi le personnage de Kubrick. Tomy c’est tout le monde et personne à la fois, chacun est libre de l’interpréter comme il l’entend, de s’identifier ou non. D’où le masque. Tomy n’a pas de visage.


Cultives-tu cette image mystérieuse pour ne pas dire presque mystique et est-ce en rapport aux activités externes à la musique exercées par les membres du groupe?

On recherche surtout à personnifier le groupe par une entité détachée de chacun des membres, dans laquelle tout le monde peut se retrouver. L’objectif est que les membres qui composent Tomy Lobo puissent s’effacer pour laisser uniquement place à l’imagination que pourrait susciter notre univers.


Le titre ‘Golden Birds’ semble baigné par une certaine mélancolie et parle, sauf erreur, de la peine que l’on ressent à la perte d’un ami, ce sentiment est-il exact ? Y a-t-il un élément vécu ?

Ce titre en particulier tu trouves ? On ne pense pas que 'Golden Birds' soit réellement un requiem. La mélancolie peut être palpable mais il n'a pas été pensé en ce sens. Mails c’est vrai que le vécu ressurgit toujours lors de l'écriture et berce chacun de nos morceaux.


Par rapport au précédent EP, le chant oscille entre une voix claire calme, contrebalancée par des passages criés dont l’interprétation pourrait faire penser à un appel au secours ou bien exultant une rage presque contenue entrainant l’auditeur à passer par plusieurs humeurs dans un même titre, ce chant contrasté a-t-il une signification sur le fond ?

Tomy Lobo, c’est tout à fait ça. Oscillations tempétueuses, changement d’humeur et d’horizon. On ne sait jamais à quoi s’attendre.


Plus largement, quels sont les thèmes que vous abordez dans cet album ?

La nuit est le fil conducteur de cet EP, nourri par les sentiments qui l'accompagnent. Des hauts, des bas à travers les heures sombres et les pavés luisants. Certains errent et parlent aux oiseaux dorés tandis que d'autres veulent tout effacer. On passe d'un sentiment à un autre. Comme parfois, dans une soirée bien arrosée par exemple...


Vous avez eu recours au crowdfunding qui a rencontré un succès assez rapide, le budget a-t-il dépassé vos espérances et quel est l’apport des réseaux sociaux aujourd’hui pour les groupes tel que toi ?

À vrai dire, on était assez prudents à l’idée de demander de l’argent aux gens qui nous soutiennent avant d’avoir quoique ce soit à leur montrer. Au final, la campagne a dépassé l’objectif initial, ce qui nous a permis d’offrir une soirée privée aux contributeurs, avec diffusion du clip du titre 'Viperine' en avant-première, pour les remercier de leur soutien.

Les réseaux sociaux sont évidemment des outils fantastiques, à la fois pour rester au contact de notre public, mais aussi pour contribuer à développer une esthétique particulière. Nos messages sont souvent réfléchis en fonction de cette recherche esthétique.


Les titres ont un fort potentiel en live de par leur énergie, quel est la suite pour Tomy Lobo en ce qui concerne les concerts ?

C’est notre principal objectif aujourd’hui, tourner un maximum.  On a quelques dates qui arrivent, notamment le 2 mars à l’International et  le 7 avril au Bus Palladium pour Paris, puis ensuite entre avril et juin nous serons à Bourges, Le Mans, Rouen, Nantes, Nancy... On annoncera tout ça rapidement !


Qu’attendez-vous de cet album ?

De faire de Tomy Lobo l’opium sain (ou pas) du peuple.





Quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Chaque concert, chaque création du groupe crée de nouveaux souvenirs, qui sont à chaque fois meilleurs, et c’est ainsi que Tomy grandit.


Au contraire le pire ?

Arrêter un concert durant le 3ème morceau pour cause de gastro ! Quoi qu’avec le recul, c’était très marrant !


On a commencé l’interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

On aimerait qu’à l’issue de cette interview tu aies envie de poser cette question : comment puis-je rejoindre les rangs des fidèles de Tomy Lobo ? Et on te répondra que c’est déjà fait !


Merci à Calgepo pour sa contribution...



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/tomy-lobo-223616064327167
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 9683
  • 9684
Haut de page
EN RELATION AVEC TOMY LOBO
DERNIERE CHRONIQUE
TOMY LOBO: Golden Birds (2016)
3/5

Tomy Lobo livre un EP urbain bordé d'hymnes électro pop rock mélodiques efficaces malgré l'absence de surprise et quelques redondances.
DERNIERE ACTUALITE
TOMY LOBO: Nouveau clip et 2ème titre inédit
 
AUTRES ARTICLES
DEAF HAVANA (10 FEVRIER 2017)
Music Waves a rencontré le chanteur de Deaf Havana pour évoquer les nombreuses nuits blanches que le groupe a traversé...
JOHN IIISLEY - LE FORUM DE VAUREAL - 3 FEVRIER 2017
DIRE STRAITS revisited by John Illsley.
 

"Découvrez Brainsqueezed dans son nouveau clip !"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021