MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - THE RAVEN AGE (07 FEVRIER 2017)
TITRE:

THE RAVEN AGE (07 FEVRIER 2017)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

HEAVY METAL



Quelques jours avant la sortie de son premier album "Darkness Will Rise", nous avons rencontré les deux têtes pensantes de The Raven Age particulièrement connu par les fans d'Iron Maiden....
STRUCK - 08.03.2017 -
7 photo(s) - (0) commentaire(s)

... en effet, outre le fait d'avoir ouvert pour le groupe lors de la tournée "The Book of the Souls", The Raven Age est surtout connu pour être le groupe du fils de... Steve Harris ! Rencontre avec Dan Wright et George Harris donc pour une interview vérité...


Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Dan Wright : (Rires) Je dirais la signification de The Raven Age…


C’est la vérité car j’aurais pensé que la question qui reviendrait le plus souvent concernait George et sa filiation…


Dan : (Rires) En fait, généralement les journalistes font mine de s’intéresser puis nous posent cette question…
 

Sortir un EP et lancer sa carrière est une chose importante, mais proposer un premier album est quelque chose d’encore plus fort pour un groupe, comment vous-sentez à l’aube de cette sortie comme si le fruit de vos efforts allait enfin arriver ?

George Harris : Tu as exactement formulé ça ! Sortir l’EP était très excitant, c’était sortir quelques titres comme une introduction… Chaque groupe souhaite construire sa carrière, et sortir un album est un but que nous voulons tous atteindre. Et le fait de sortir notre premier album sous un label aussi emblématique est d’autant plus excitant.
Ce fut un long processus avant de le sortir parce que dans un premier temps, nous nous demandions s'il fallait le sortir par nous-mêmes pour pouvoir le sortir plus rapidement ou attendre d’être signés comme nous le sommes aujourd’hui, mais cela a pris plus de temps.

Dan : Cette signature nous a un peu plus stressés car nous étions prêts à sortir notre album l’an dernier et nous avons dû nous adapter très rapidement pour intégrer ce label… Cette signature est un peu comme un rêve de gosse qui se concrétise : travailler main dans la main avec le label a été une expérience extraordinaire et excitante.  


Vous vous êtes fait connaitre grâce à la tournée en première partie d’Iron Maiden, une opportunité énorme, mais cela n’a-t-il pas amené une pression supplémentaire au moment de travailler sur ce disque ?

George : C’est clair que nous avons eu une grosse pression…


Cette tournée [avec Iron Maiden] était une opportunité énorme mais nous éprouvions le besoin de sortir des prestations de haute volée pour prouver que nous n’avions pas usurpé notre place




… et plus particulièrement sur toi, je suppose ?

George : Bien sûr, plein de gens se demandaient qui nous étions, ce que nous faisions là… Cette tournée était une opportunité énorme mais nous éprouvions le besoin de sortir des prestations de haute volée pour prouver que nous n’avions pas usurpé notre place.
Cette expérience était un vrai saut dans le vide ! C’était impressionnant mais au bout de quelques concerts, nous avons réalisé que les réactions du public étaient très bonnes et la pression est quelque peu redescendue…


De plus, à l’époque, vous n’aviez sorti qu’un seul EP, cela a dû contribuer à faire monter la pression ?

George : Tout à fait, les gens se demandaient comment un groupe qui n’avait sorti un EP avec trois ou quatre chansons… Mais la plupart des gens ne faisait pas le lien et trouvait donc notre présence assez… étrange !


Cette tournée était notre chance pour nous faire un nom parce qu’avant cela personne n’avait entendu parler de nous.



Cette pression est d’autant plus forte que les gens qui vous ont découverts de la sorte peuvent être plus exigeants envers eux, voire méfiants en se disant qu’ils ne sont peut-être qu’un coup marketing ?

Dan : Au contraire, cela nous a aidés dans le sens où cette tournée était notre chance pour nous faire un nom parce qu’avant cela personne n’avait entendu parler de nous. Et notre défi était de faire en sorte qu’à l’issue de notre prestation, le public sache qui nous étions. Et la bonne chose était que nous avions déjà sorti un EP, cela a permis aux gens de découvrir notre univers.


Sachant que quelques titres de cet EP sont présents dans l’album et sont une preuve que l’album qui arrive est dans la lignée de votre prestation avec Iron Maiden…

Dan : Absolument ! Nous n’avions même pas terminé que nous savions qu’il y avait beaucoup d’anticipations de fans qui voulaient écouter rapidement ce nouvel album. Bref, cette tournée avec Iron Maiden a entrainé une sorte de désir, d’excitation qui n’auraient jamais été aussi grands sans cela. De l’autre côté, la sortie de cet album est un défi plus grand que jamais…




Le conte de fées continue avec la première partie d’Anthrax et l’occasion de se frotter à un public plus thrash, l’album ne sortant que pendant la tournée, comment allez-vous envisager ces concerts qui vont permettre de faire découvrir quelques nouvelles chansons ? Il doit y avoir une certaine excitation à l’idée de jouer tous les soirs avec Anthrax, sachant de plus que va être joué le classique "Among The Living"…


Dan : Nous sommes très enthousiastes de pouvoir faire cette tournée avec Anthrax, notamment parce que c’est le timing parfait avec la sortie de notre album. Tourner avec Anthrax est une opportunité géniale en tant que telle, qui prend une dimension particulière sachant que le groupe va jouer "Among the Living" qui va attirer un public de folie.
Certains concerts sont déjà sold out et l’opportunité de jouer devant des fans excités va nous inciter à balancer le meilleur set de notre vie.


Avec une telle nouvelle tournée, avec le recul, ne regrettez-vous pas la tournée en première d’Iron Maiden sachant que certains diront que vous l’avez faite parce que vous le groupe du fils de ?

George : Je comprends les réflexions des gens à propos de cette première partie mais au final, il n’y a aucune raison pour refuser une telle opportunité. Mais il faut savoir qu’avant cela, nous avions déjà joué avec Mastodon, Gojira, Tremonti…


… que des inconnus…

George : (Rires) Exactement, ces premières parties étaient la preuve que nous n’étions pas là par hasard. Ces expériences nous ont permis de promouvoir le groupe et d’être à l’aise sur scène : nous savions que nous pouvions jouer sur de telles scènes…




Si tu as de bons contacts, tu peux avoir une telle opportunité mais si tu n’es pas bon, cela ne se reproduira plus et tu signeras encore moins un deal avec une maison de disques comme BMG : je pense que tous ces éléments sont la preuve que nous n’avons pas volé notre place !


A un moment donné, ce n’est plus une question de chance ou de lien familial…

George : Tout à fait ! Si tu as de bons contacts, tu peux avoir une telle opportunité mais si tu n’es pas bon, cela ne se reproduira plus et tu signeras encore moins un deal avec une maison de disques comme BMG : je pense que tous ces éléments sont la preuve que nous n’avons pas volé notre place !


L’EP a fait taire les éventuelles critiques et l’album qui arrive enfonce le clou et il est massif, 77 minutes carrément ! Comment en êtes-vous arrivés à proposer un disque si massif et long, les idées fusent souvent quand on lance sa carrière, n’avez-vous pas été tentés d’en garder sous le coude pour le deuxième album et ne craignez-vous pas d’effrayer un peu avec un disque aussi long ?

Dan : Nous écrivons trop de musique (Rires) ! Nous sommes très chanceux dans le sens où nous prenons beaucoup de plaisir à écrire de la musique et tout commence toujours par un riff de guitare. Cela fait désormais cinq ans que nous écrivons ensemble et nous avons déjà la plupart du matériel pour le deuxième album…


Et avez-vous déjà planifié la sortie de ce deuxième album ?

Dan : Non, aucune prévision à ce jour. Mais nous avons énormément de chance car nous avons des tonnes d’idées…


Le groupe a encore une marge de progression…


Mais si vous avez déjà le matériel pour ce deuxième album, ne craignez-vous pas que dans deux ans, cequi est le rythme traditionnel entre chaque album, ce matériel ne vous représente plus ?

Dan : Tu marques un point mais il faut savoir que ce premier album est l’anticipation de ce que nous étions au moment de l’EP, le groupe a encore une marge de progression…


Tu me dis que chaque album est le reflet de ce qu’était le groupe il y a deux ans ?

Dan : (Rires) Exactement ! Nous sommes flexibles sur ce point : nous écrivons simplement ce qui nous vient au moment où nous en ressentons le besoin.
Aujourd’hui, nous n’avons besoin d’écrire de titres aujourd’hui : pendant la tournée avec Iron Maiden, nous avons énormément composé sur la route. Cela venait tout naturellement sans que nous nous disions que cela figurerait sur notre deuxième album. Quand tu as du temps comme nous en avions à l’époque, tu en profites pour écrire sans pour autant te ruer en studio juste après pour enregistrer ce qui nous représente à ce moment précis. Quand tu regardes les histoires que George écrit, ce sont des concepts qui se déroulent sur plusieurs années.

George : Tout à fait, ce ne sont pas des histoires qui se passent à un moment précis… Et pour en revenir aux deux années, si pendant cette durée, nous écrivons six titres que nous estimons meilleurs que ceux que nous avons écrit, nous les intégrerons tout simplement…




Sachant que rares sont ceux qui écoutent un album d’une traite surtout un album de 77 minutes ? N’avez-vous pas craint de sortir un tel album sachant que l’expérience a souvent montré que les gens perdaient un peu d’attention quand un album était long…

George : Pas vraiment ! Nous essayons de ne pas trop penser quand nous écrivons, nous ne nous concentrons uniquement sur la direction que doit avoir la chanson.
Nous naviguons non seulement dans un univers metal avec des éléments épiques, qui doit évoluer dans différentes atmosphères et cela prend plus de temps qu’un titre où nous balancerions du blast pendant 3 minutes.
Nous n’avons jamais essayé de nuancer les choses pour satisfaire le public, nous écrivons simplement ce que nous aimons.
Je pense que pour cela cet album est comme la naissance de notre groupe et la raison pour laquelle il est si long est que nous voulions y faire figurer les morceaux du précédent EP qui ont permis d’attirer l’attention d’un certain public qui a écouté l’EP justement.


Nous avons grandi en écoutant des groupes de metal moderne ou de metalcore comme Trivium, Killswitch Engaged, Avenged Sevenfold… des influences que tu peux entendre musicalement. Et quand nous avons décidé de chanter uniquement avec un chant mélodique clair, c’était pour ne pas copier ces groupes, nous voulions créer quelque chose d’un peu différent.


Musicalement on peut parler de metal moderne, on retrouve la force écrasante d’un Mastodon, les guitares proches d’un Gojira et la force mélodique d’un Stone Sour dans les vocaux de Michael, ce mélange détonnant correspond à vos influences ?

George : Clairement ! Comme tu l’as dit, nous mélangeons les genres puisque nous avons grandi en écoutant des groupes de metal moderne ou de metalcore comme Trivium, Killswitch Engaged, Avenged Sevenfold… des influences que tu peux entendre musicalement. Et quand nous avons décidé de chanter uniquement avec un chant mélodique clair, c’était pour ne pas copier ces groupes, nous voulions créer quelque chose d’un peu différent.
Et mes parties préférées de cet album sont les accroches mélodiques grâce au chant notamment et effectivement, nous avons cette touche américaine sur ce point comme un Stone Sour que tu as cité. Et la voix de Michael colle parfaitement aux chansons...


Nous ne réfléchissons pas outre mesure sur ce que nous faisons, nous essayons d’être le plus naturel possible quand nous composons


Dans ce style entre thrash moderne, heavy metal et rock ‘Trapped Within The Shadow’ est particulièrement marquant, ce titre est une parfaite synthèse de votre style et de votre son, et vous y montrez une sacrée personnalité déjà. Avoir une forte personnalité d’entrée et ne pas faire trop ressortir ses influences c’est le secret pour percer et sortir du lot ?

Dan : Je ne sais pas et pour être franc, je suppose que c’est la façon dont nous écrivons notre musique qui donne cette sensation. Nous n’avons jamais composé en nous prenant au sérieux en disant « Voici ce que nous sommes ! ».
Tu cites 'Trapped Within the Shadow', nous avons écrit ce titre très rapidement. C’est le titre le plus dur et thrashy… mais il comporte plein de moments dynamiques et oui, il est une assez bonne représentation de ce que nous sommes.

George : Nous ne réfléchissons pas outre mesure sur ce que nous faisons, nous essayons d’être le plus naturel possible quand nous composons.


Ne craignez-vous pas de perdre ce côté naturel pour les prochains albums ou avoir la pression de votre label ?

Dan : Non parce que nous sommes très pro-actifs de notre côté. En effet, si nous voulons être un groupe qui rencontre le succès, nous devons travailler pour continuer à être naturel…


Avez-vous eu des conseils de la part de ton père ou les membres d’Iron Maiden pour la suite de votre groupe ?


George : Bien sûr, de mon père mais également des autres membres qui sont des mecs géniaux. Mon père a un mental fort et m’a toujours dit de ne pas me laisser dire par les autres ce que je dois faire parce que personne ne sait mieux ce qu’il faut pour ton groupe que toi-même.

Dan : Nous savons mieux que personne ce qu’il faut pour le groupe et le fait qu’une maison de disques comme BMG nous fasse confiance est incroyable, cela prouve qu’ils croient en ce que nous faisons et ne souhaitent pas que nous changions… ils nous conseillent quand nous avons des attentes de leur part mais artistiquement parlant, ils nous laissent faire ce que nous avons à faire.


Nous sommes les meilleurs critiques de notre musique et pour cela, les mieux placés pour décider ce qu’il faut faire pour notre groupe.


Cela me rappelle Leo Leoni qui nous disait être le plus grand fan de Gotthard et en tant que tel, il savait mieux que quiconque, ce qu’il fallait faire pour son groupe…

George : C’est totalement vrai, nous sommes les meilleurs critiques de notre musique et pour cela, les mieux placés pour décider ce qu’il faut faire pour notre groupe.

Dan : Et à cet égard, je peux te garantir que nous sommes très critiques (Rires). Nous sommes très critiques envers notre musique pour dire si ce que nous composons nous représente ou non…


L’album est très long donc mais vous arrivez à éviter le piège de l’ennui en aérant pas mal les chansons avec des breaks ou des introductions plus mélodiques, comme sur ‘My Revenge’ par exemple ou avec Salem’s Fate et ses ambiances. L’ordre des chansons a-t-il été travaillé pour permettre une cohésion et une cohérence à l’ensemble en évitant par exemple d’enchainer trop de titres violents ?


Dan : C’est amusant car nous nous sommes téléphoné pour que chacun d’entre nous établisse la liste des titres. Et de façon très étrange, nous avons tous établi la même set-list alors que nous n’en avions pas parlé les uns avec les autres… Sur ce point, nous étions exactement sur la même longueur d’onde, ce qui est très intéressant.


Le premier single, Salem’s Fate’ et sa vidéo ont été diffusé très récemment, pourquoi ce choix de ce titre comme single ? Un titre plus court et nerveux est souvent le choix classique de single, là vous choisissez un titre épique à ambiances très travaillé, il y avait une volonté de montrer la variété de votre musique et cette capacité que j’évoquais à être puissant et accessible à la fois ?

George : C’est exactement ça ! Nous avons choisi 'Salem’s Fate' non seulement parce que c’est ma chanson préférée mais également parce que nous l’avons jouée en tournée et elle marche plutôt bien sur scène. De plus, elle donne une assez bonne perspective de notre son, ce titre est également une bonne représentation du groupe.
Et l’histoire derrière la chanson est également très forte qui permettait d’avoir une représentation visuelle forte…


Le clip est remarquable, généralement on doit se coltiner des clips avec juste les paroles ou des clips montrant juste les groupes jouer. Vous proposez un clip à l’ancienne avec un scénario et une histoire qui colle à la musique, proposer un tel clip, digne de la grande époque des clips des années 80 c’était important et une idée qui vous tenait à cœur ?


George : En fait, je pense que c’était important : nous avons tous aimé grandir en regardant les clips vidéo qui étaient notre porte d’entrée vers la musique. Nous avons toujours aimé les vidéos qui relatent une histoire, c’est tellement plus intéressant qu’un groupe qu’on regarde jouer. Certains groupes le font et ça fait cool mais cette chanson a une telle histoire réelle et forte que nous avons souhaité recréer tout cela et visuellement, c’est génial !


Ce clip traite des sorcières de Salem, comment vous êtes-vous intéressés à ce sujet historique, ce clip tragique pourrait-il avoir une suite un jour, comme une épopée historique à la façon d’une Mylène Farmer ?

Dan : C’est le genre de choses que nous aimons. Nous aimons écrire sur ce genre d’histoires et ces histoires ou sujets épiques collent assez bien à notre musique. Cela a plutôt bien fonctionné pour « Salem’s Fate » et nous espérons faire du mieux possible pour sortir des vidéos cools parce que c’est vraiment ce que nous aimons…


Vocalement ensuite Michael effectue un travail impressionnant, on pense à Corey Taylor avec Stone Sour mais aussi à Matt Heafy de Trivium ou Ivan Moody de Five Fingers Death Punch….

George : … il adorerait une telle comparaison !

Dan : Ivan Moody est un de ses héros !


… il s’impose parfaitement et fait corps avec la musique, avoir un chanteur capable de varier les genres, entre puissance et mélodie c’est très important je pense ?

George : Clairement !

Dan : Avant de le trouver, nous ne savions pas trop quel type de chanteur nous voulions. Nous chantions nous-mêmes sur nos démos et c’était horrible (Rires) !


C’est normal puisque vous écrivez les musiques et les textes mais c’est intéressant parce que vous saviez comment il ne fallait pas sonner…

Dan : (Rires) Tu n’es pas si éloigné de la vérité que ça (Rires) ! Nous voulions un profil aussi bien à l’aise dans les parties agressives que dans les parties plus mélodiques et il faut avouer que sur les refrains, son chant est super !


Il semblerait que The Raven Age soit votre bébé, quel est l’apport des autres membres ?

Dan : Nous ne nous sommes jamais dit que c’était le groupe de George et Dan…


Mais c’est un peu le cas ?

Dan : C’est vrai…




Vont-ils plus participer à l’avenir ?

Dan : Tout à fait et c’est une opportunité : ils s’impliquent tous quand nous sommes réunis afin que les chansons sonnent parfaitement.


En revanche, s’ils participent plus, ce ne sera plus un album de 77 minutes auquel nous aurons droit mais un double album ?

Dan : (Rires) Exactement, le champ des possibles va s’ouvrir encore plus…


Le titre de l’album "Darkness Will Rise" (NdStruck : les ténèbres vont l’emporter) est particulièrement pessimiste, la situation actuelle dans le monde avec le repli sur soi engagé par nombre de pays vous fait-il peur ? Il y a encore de quoi avoir de l’espoir pour des jeunes comme vous, n’y a-t-il pas du découragement parfois ?


Dan : Nous ne faisons aucune référence à tout cela : nous ne faisons pas de politique mais je comprends pourquoi le public pense cela… C’est intéressant parce que tout le concept de "Darkness Will Rise" tourne autour de la superstition relative à l’âge des corbeaux de la tour de Londres qui veut que si les corbeaux de la Tour de Londres s'envolent, la Couronne va tomber et la Grande-Bretagne avec elle.
Le concept de "Darkness Will Rise" veut que nous réalisions le pouvoir de pression que le Raven Age, l’idée globale est un message montrant ce qu’est le Raven Age et ce qu’il est capable de faire… Il n’y a pas de lien  avec quoi que ce soit de particulier.


Qu’attendez-vous de cet album ?

Dan : C’est difficile de répondre ! Aujourd’hui, nous sommes particulièrement excités mais c’est le premier album que nous sortons et même si nous le sortons sur un label comme BMG...  nous n’avons aucune idée de quoi il faut s’attendre.
Je ne sais pas, j’espère que le public sera attiré vers cet album grâce à la vidéo du single que nous venons de publier et qui commence déjà à recevoir un accueil plutôt très bon. Dans ces conditions, je ne pense pas que le reste de l’album recevra un accueil très différent (Sourire)…


Vous avez tournée en soutien de Iron Maiden, Mastodon, Gojira, Ghost, Opeht, Delain, Tremonti et aujourd’hui Anthrax… vous avez réalisé tous les rêves de jeunes rockers : quel peut-être le prochain ?

George : C’est un bon point, je vois ce que tu veux dire… Comme tu l’as cité, nous avons fait de premières parties assez prestigieuses mais nous n’avons encore jamais fait de tournée en tête d’affiche et c’est la prochaine étape.


Et avoir en première partie un groupe comme… Iron Maiden ?

George : (Rires) !


Questions traditionnelles de Music Waves avant de se quitter, quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Dan : Un concert au Brésil lors de la tournée avec Iron Maiden, nous jouions dans un stade de 44.000 places et c’était le premier stade dans lequel nous jouions…


Et comment te sentais-tu avant de monter sur scène ?

Dan : Complétement terrifié (Rires) !


Sachant que jusqu’à présent vous aviez l’habitude de jouer devant 44… spectacteurs…

Dan : (Rires) Et par curiosité, j’ai jeté un œil sur le public avant de monter et c’était… wahou (Rires) !
Tu as ce sentiment à chaque fois que tu passes un cap : cette tournée avec Iron Maiden a vraiment été très constructive. Et ce qui a été bon pour nous, c’est que cela a été une source de motivation pour que nous puissions revivre cela à nouveau mais par nous-mêmes en tant que tête d’affiche.


Tu as évoqué ton meilleur souvenir, au contraire, quel serait le pire ?


Dan : Je dirais quand nous avons joué en ouverture de British Lions à Paris…

George : Oui, il y avait beaucoup de monde présent et notamment de la famille, il y avait de bonnes vibrations… J’ai cassé une de mes cordes pendant le concert, j’ai changé de guitare et je l’ai réaccordée en cours de morceau… J’en fais des cauchemars (Rires) !
De mon point de vue, je ne suis pas nerveux au moment de monter sur scène car je sais que j’ai les capacités pour faire une bonne prestation, c’est plutôt les choses qui sortent de mon contrôle comme un équipement qui te lâche…
De façon générale, le plus mauvais souvenir est quand les choses sont hors de ton contrôle et comment il faut réagir au plus vite pour palier cette défaillance sans que le public sans rende compte…


On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

Dan : Comment s’est passé votre concert en tête d’affiche du Download ? (Rires)


J’ai vu [la] progression [de Avenged Sevenfold] et mon rêve serait de suivre leur pas


Vous êtes-vous fixés un délai pour un tel objectif ?

Dan : Je pense que notre base de fans en Grande-Bretagne ne cesse de grandir et est susceptible de nous faire jouer un jour en tête d’affiche du Download.
Je prends pour exemple Avenged Sevenfold que j’ai vu jouer devant des centaines de personnes à leur début il y a dix ans et je les ai revu jouer la semaine dernière en tête d’affiche. J’ai vu leur progression et mon rêve serait de suivre leurs pas. On se rend compte que quand on travaille dur, tout devient possible.
Malgré tout, je voudrais dire que nous sommes contents de ce que nous avons déjà accompli, nous allons continuer à travailler dur pour voir les opportunités qui vont se présenter à nous.


Merci

Dan : Merci à toi, c’était la meilleure interview à laquelle il nous a été donné de répondre… Je ne dis pas ça par politesse, je le pense vraiment !

George : C’est clair, merci à toi !


Et merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.theravenage.com
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 9703
  • 9704
  • 9705
  • 9706
  • 9707
  • 9708
  • 9709
Haut de page
EN RELATION AVEC THE RAVEN AGE
DERNIERE CHRONIQUE
THE RAVEN AGE: Darkness Will Rise (2017)
4/5

Avec ce premier album, The Raven Age signe des débuts tonitruants proposant un savant mélange de metal moderne, à la fois puissant et mélodique, qui sonne comme la rencontre des époques entre Stonesour et Iron Maiden.
DERNIERE ACTUALITE
THE RAVEN AGE : Nouvelle lyric video
 
AUTRES ARTICLES
GREEN DAY - ACCOR HOTELS ARENA - 3 FEVRIER 2017
C'est ce soir qu'ils reviennent !
AVENGED SEVENFOLD + DISTURBED + CHEVELLE - ACCORHOTELS ARENA (PARIS) - 02 MARS 2017
L'Accor Hotels Arena de Paris s'est paré de canons à fumée et de lance-flammes pour une soirée placée sous le signe du heavy thrash US.
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022