MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - FAITH&SPIRIT (09 JUIN 2016)
TITRE:

FAITH&SPIRIT (09 JUIN 2016)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

ROCK



Avec "Glorious Days", Faith&Spirit nous livre un EP subtil que Music Waves vous propose de découvrir plus précisément...
STRUCK - 14.06.2016 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

La question qu’on nous a le plus souvent posée, c’est de savoir si le nom Faith&Spirit avait un rapport avec la religion. Pas du tout. C’est juste un clin d’œil à Elvis Presley et son logo TCB très connu dans le monde du Rock’n’Roll. Jésus n’a donc rien à voir là dedans.


Votre EP est sorti depuis maintenant deux bons mois. Êtes-vous satisfaits des premiers retours ?

Oui vraiment satisfaits. Un très bon retour de la part de celles et ceux qui nous suivent depuis le début, qui viennent nous voir à chaque concert et qui peuvent voir l’évolution de notre travail. Et puis un excellent retour plus spécialisé, plus professionnel, de personnes qu’on ne connaît pas et qui apportent un regard plus objectif sur notre musique. Tout ça est très positif pour le moment et les comparaisons musicales sont plutôt flatteuses.





Qui a réalisé la pochette du disque ?


Un jeune artiste talentueux qui s’appelle Pierre-Alexandre Chauvat. Il mérite de se faire un nom dans le milieu parce qu’il a été très efficace et créatif. Le logo et le papillon sont issus de notre premier projet avec un autre graphiste, Ben Hito, qui avait plus d’expérience. Mais Pierre-Alexandre a apporté sa vision des choses en écoutant nos idées, et en respectant ce qui existait déjà. On est très content du résultat.


De plus en plus de groupes reviennent aux sonorités des années 70'. Vous avez une explication à cela ?


Et bien d’un point de vue personnel, dans ce qui se fait de nouveau, voire dans ce qui se fait depuis 15 ans,  rien ne me fait vibrer. J’ai 30 ans, j’écoute uniquement de la musique des années 60-70’ et un peu des années 90’. Dans le style qu’on  veut faire, il n’y a pas à chercher bien loin, tout a été inventé dans ces années là. Une version novatrice du blues. C’est intemporel.  Du coup, c’est assez logique de puiser dans ce qui se fait de mieux. Et puis niveau son il n’y a pas photo.


Pensez-vous qu’un EP soit le bon format pour diffuser ce style de musique ?


En tout cas c’est le format le plus adapté pour de l’autoproduction.  On démarre avec ce groupe donc un album aurait été plus compliqué à finaliser, même si on a les morceaux pour. On a besoin d’un outil promotionnel et le format EP est vraiment fait pour ça. Ensuite, il faut venir nous voir sur scène pour avoir une vision plus large de ce qu’on fait.


Comment se déroule le processus de composition ?

J’ai le rôle d’auteur-compositeur dans le groupe. La plupart du temps j’ai une vision globale donc j’enregistre des maquettes chez moi sur Logic Pro et Protools. Ensuite on travaille le tout avec les autres. J’essaye d’apporter une version assez aboutie pour qu’on bosse rapidement. Les mecs me font confiance et moi je sais qu’ils vont apporter leur touche et l’améliorer.


Le titre "Everybody gets it wrong" est particulièrement touchant dans un registre Led Zeppelin : était-ce l’effet recherché ?

Led Zeppelin est une de mes trois influences principales, mais pas pour ce morceau. Il s’agit de la chanson calme du projet. La voix est plus mise en avant, les arrangements sont plus acoustiques, donc c’est vrai que ça peut être plus touchant comme vous dîtes. On fait aussi des morceaux plutôt ballade, mais plus dans le style The Verve ou Oasis que Led Zeppelin. Ça parle d’une histoire d’amour compliquée entre deux personnes, qui doivent faire face au regard des gens pour des raisons qu’ils ne maîtrisent pas. L’histoire et les paroles ont également un rôle important au niveau de l’émotion. En tout cas c’est une chanson qui touche beaucoup le public. Féminin surtout.





De façon générale, quelles sont vos influences ?

En vrac : The Rolling Stones, Bowie, The Beatles, The Who, Led Zeppelin, Oasis, The Verve, Muddy Waters, Cream, John Mayall, The Black Keys, Spencer Davis Group, The Kinks, Howlin’ Wolf,  Jimi Hendrix, Rare Earth... j’en oublie sûrement, j’espère qu’ ils ne m’en voudront pas !


Cette production très chaude colle à merveille à vos morceaux, on sent que vous avez également abattu un gros travail sur les arrangements. Qui est en charge du son sur 'Glorious Days' ?

Et bien il faut savoir que nous avons enregistré le tout en live. Trois ou quatre prises pour chaque titre, puis des ajouts de claviers additionnels si besoin. C’est peut être ce qui apporte le côté chaud dont vous parlez. C’était un choix pour que ça sonne live plutôt soigné afin d’avoir une bonne énergie, car c’est la base du rock. Mais aussi une question de moyen car nous n’avions que deux jours pour enregistrer les cinq titres. Puis deux jours pour les mixer. Nous avions des idées précises au niveau de la production, donc notre travail avec Julien Huet, l’ingénieur du son du Studio 7ème Ciel, a été très efficace. Les morceaux sonnent comme on les joue en live. Mais le travail de Michael Johan au mastering a été ultra important pour apporter la couleur qu’on voulait.


A l’inverse que pensez-vous de toutes ces formations qui cherchent à avoir un son froid, très "clinique" ?


C’est une autre façon de faire. Si on doit enregistrer un album avec plus de temps, plus de moyens, peut être qu’on sera également tenté de rendre les choses plus cliniques. En faisant du piste par piste et en s’attardant plus dans une recherche de "perfection sonore". Là, on n'a pas eu le temps de tergiverser et je trouve que ce n’est pas plus mal.


Allez-vous pouvoir tourner efficacement pour promouvoir votre EP ? La tâche doit être ardue pour un groupe qui ne vit pas de sa musique.


On a fait le Bus Palladium en mars pour la sortie de l’EP, ensuite on est parti en mai pour une petite tournée dans l’est de la France. On espère trouver d’autres dates avec une bonne visibilité pour continuer à faire écouter notre travail et vendre quelques EP un peu partout. On vise l’étranger pour la rentrée. Je pense que notre style de musique et le fait que le chant soit en anglais s’y prêtent bien.


Qu’attendez-vous de la sortie de cet album avec le soutien de Dooweet ?

On espère des retours presses constructifs, des passages radio, des interviews afin de nous construire une visibilité essentielle pour percer. On leur fait confiance pour nous apporter tout ça. Ensuite, on espère trouver des dates et un label qui pourrait nous soutenir dans nos futurs projets musicaux. C’est compliqué de faire tout soi-même, donc un peu d’aide ne fait pas de mal, surtout dans le domaine de la communication, mieux vaut laisser ça aux professionnels.


Un album complet est-il dans vos projets par la suite ?

Bien entendu. On a une quinzaine de compositions pour le moment et j’ai six ou sept nouveaux morceaux dans mes tiroirs. De quoi partir sur un album. Après, reste à savoir si il s’agira d’autoproduction ou pas.


Quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?


Personnellement j’en ai deux. L’enregistrement du morceau 'Glorious Days' car il y avait une ambiance particulière. C’était juste après les attentats de Paris. On a tous été marqué et je crois qu’il s’est passé quelque chose d’intense pendant la session. En plus la voix de Calypso a apporté une émotion supplémentaire. Le second c’est notre concert au New Morning en mai dernier. La salle était pleine à craquer et on a tous ressenti une énergie incroyable de la part du public. Du coup on a fait un super concert. Et puis c’est le soir où j’ai rencontré ma femme donc ça ne gâche rien.





Au contraire le pire ?


Un concert pour un festival sous un immense chapiteau, sur un terrain de foot. Devant trente personnes staff compris. "Vous allez bien ?? …Ok…"  Pas génial quoi. Mais bon, on a quand même passé un bon moment.


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?

Une question de questionnaire chinois. Genre "Si vous étiez une plante vous seriez quoi ?" et ma réponse serait sûrement : "Je suis sûr que tu peux me poser une question moins conne que ça !"
En vrai la question que j’aimerais qu’on nous pose serait plutôt sur nos ambitions, ou alors, où on se voit dans 5 ans. Et je dirais que j’aimerais qu’on réussisse à percer, à se trouver un label sympa qui croit en nous et qui essaye pas de nous changer, qu’on arrive à vivre de ça, qu’on puisse avoir un succès professionnel et commercial histoire de faire de gros concerts, d’enregistrer des albums cool sans perdre l’énergie initiale,  de faire des tournées à l’étranger. Ce genre de choses.


Un dernier mot aux lecteurs de Music Waves ?


Et bien, merci d’avoir lu cet interview jusqu’au bout. N’hésitez pas écouter "Glorious Days" sur n’importe quel plateforme d’écoute ou de téléchargement, venez nous voir en concert parce que ça vaut le coup. Il y a du blues, du rock, de la soul, des jolies choristes, des solos de clavier et de guitare dans tous les sens, de bonnes chansons... et on joue le 10 juin à La Dame de Canton. Et bien entendu merci à Music Waves de s’intéresser à nous et à Dooweet Agency pour son travail.


Merci à Axel_D pour sa contribution...



Plus d'informations sur http://faithandspirit.fr/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 7669
  • 7670
Haut de page
EN RELATION AVEC FAITH&SPIRIT
DERNIERE CHRONIQUE
FAITH&SPIRIT: Glorious Days (2016)
3/5

Un peu rock mais surtout très blues, "Glorious Days" est un EP subtil qui aurait toutefois gagné à être plus rythmé.
 
AUTRES ARTICLES
HOPES OF FREEDOM (15 AVRIL 2016)
A l'occasion de la sortie de "Burning Skyfall", Music Waves a rencontré le quatuor normand pour évoquer leur power metal mélodique teinté de folk...
ACYL (13 MAI 2016)
A l'occasion de la sortie de "Aftermath", nous nous sommes entretenus avec Amine dont la richesse du propos n'a d'égale que celle de la musique proposée...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022