MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - Death DTA + The Lucifer Principle + Carnation - Courtrai De Kreun - 16 Avril 2016
TITRE:

Death DTA + The Lucifer Principle + Carnation - Courtrai De Kreun - 16 Avril 2016


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

DEATH METAL



En ce samedi Music Waves s'est rendu une nouvelle fois à Courtrai pour une soirée hommage à la légende du Death Metal mondial.
NOISE - 02.05.2016 -
15 photo(s) - (0) commentaire(s)

Le vendredi avait été brulant, le samedi s’annonce bouillant. Nous sommes en effet de retour à De Kreun à Courtrai 24 heures après un excellent concert de The Haunted. En ce samedi la salle montre à nouveau une belle affiche avec la venue de Death To All. En aout cette formation hommage à Chuck Schuldiner avait fait forte impression au festival Alcatraz et il était impossible de manquer ce concert dans un cadre plus intimiste et d’une durée bien plus longue - deux heures sont en effet prévues. Et cette fois enfin la salle affiche quasi-complet, il faut dire que Death a marqué les esprits par ses albums et que c’est l’occasion d’apprécier un monument de l’histoire du death métal. De plus le line-up royal de cette mouture de Death est un gage de sécurité et a beaucoup contribué à faire venir un public large et varié.

Avant le grand moment on retrouve deux hors-d’œuvre. Ce sont deux formations originaires du Benelux qui ont le privilège de jouer en ce début de soirée. Les belges de Carnation commencent devant un public déjà bien fourni que ça soit dans la salle même ou au balcon ouvert pour l’occasion. Le groupe est originaire d’Anvers et est assez jeune, il s’est formé en 2013 et a un seul EP à son actif, "Cemetery Of The Insane". Avant même le début du concert il est facile de deviner au logo du groupe ainsi qu’au décor scénique à base de croix renversées que nous allons retrouver un death métal old shcool. Et c’est bien le but de ce quintet, rendre hommage à un certain esprit de ce style musical. Mais loin de sonner passéiste, Carnation propose une musique ne faisant pas de quartier, très puissante, sonnant comme le rendez-vous d’un Cannibal Corpse et d’un Entombed.

Carnation mixe en effet la rapidité impitoyable des Américains à la lourdeur écrasante des Suédois, et cela fonctionne parfaitement. En 30 minutes ils vont marquer les esprits d’un public réceptif à du bon vieux death métal aussi bien joué. Au chant, Simon Duson alterne avec efficacité chant ultra rapide et growls hargneux d’outre-tombe, musicalement il en va de même, quand le rythme accélère, Morbid derrière sa batterie est sans pitié et nous tabasse violemment. Aux guitares c'est tout aussi bon, dans les rythmes rapides bien maitrisés comme dans les passages plus lourds. Et en 7 titres nous avons pris une bonne rasade de violence, avec ‘The Great Deceiver’ et ‘Explosive Cadavers’ extraits du premier EP  ou avec ‘Necromancer’ ou ‘Fathomless Depths’ et son intro proche du Slayer des débuts. Carnation est une formation prometteuse et qui a les armes pour se faire connaitre rapidement. En tous cas ce concert bien brutal aura lancé la soirée idéalement et a bien chauffé un public ravi d’une telle débauche d’énergie.

La deuxième formation de la soirée nous vient des Pays-Bas. The Lucifer Principle a déjà une belle carrière depuis ses débuts en 2004 et il est bien connu des amateurs, avec deux albums à son actif et se fait un peu attendre pour la sortie de son troisième opus attendu depuis quelques années. Le groupe évolue lui aussi dans le death métal mais à des aspects old school il a ajouté quelques éléments plus modernes proches du thrash et du deathcore. Cela donne un cocktail assez détonnant, efficace même si un peu en décalage dans cette soirée plutôt typée à l’ancienne. Mais le groupe est très déterminé, son chanteur Earik est une vraie pile électrique, et il va aller chercher le public à coups de riffs rageurs avec une énergie impressionnante.

The Lucifer Principle dispose lui aussi de 30 minutes et il ne va pas en perdre une miette. Ses titres sont efficaces, au chant Earik penche vers un death à l’ancienne avec des vocaux gutturaux bien tranchants tandis que musicalement l’approche est plus moderne avec un groove proche du thrash et du deathcore. Le mix proposé est de fait assez intéressant et le public d’abord assez attentif finit par se lâcher au fur et à mesure des morceaux joués. 6 titres sont ainsi au programme voyant le groupe revenir sur sa carrière - on aura noté en fin de concert un ‘Into Decay’ particulièrement redoutable. The Lucifer Principle aura donné une prestation de qualité dans un contexte pas forcément favorable mais où il aura su tirer son épingle du jeu et préparer efficacement le terrain pour la tempête qui s’annonce.

Car tempête est sans doute le meilleur terme pour qualifier ce qui nous attend avec Death To All. Le line-up est royal, on retrouve Gene Hoglan derrière les fûts, Bobby Koeble à la guitare, Steve DiGiorgio à la basse et l’excellent Max Phelps à la guitare et au chant avec la toujours délicate tâche d’endosser le rôle de Chuck. La salle pleine à craquer est impatiente et la chaleur dans les premiers rangs commence à être forte,  l’ambiance montant au fur et mesure des réglages. Puis quand les musiciens arrivent c’est la déflagration. Il faut dire qu’en commençant avec ‘The Philosopher’ le groupe entame très fort. D’entrée ce titre extrait de "Individual Thought Patterns" met les points sur les I, les musiciens sont des monstres de technique mais aussi de feeling et le résultat est bluffant. Phelps est hyper concentré, il ne parlera d’ailleurs pas pendant le concert, et parvient à bien retransmettre les parties de Chuck. Derrière lui le trio est monstrueux d’aisance, Hoglan martèle ses fûts avec puissance tandis que Di Giorgio nous rappelle qu’il est un bassiste d’exception, que l’on entend parfaitement à un niveau rarement atteint dans la scène métallique. Enfin plus discret Koeble se montre redoutable quelques soient les époques qu’il joue, il est aussi bien à l’aise sur les vieux titres que sur les chansons très techniques de l’époque LaRocque ou Masvidal.

Avec la succession des titres, l’ambiance ne va cesser de monter. Toute la première partie est énorme avec rien de moins que ‘Trapped In A Corner’ et ‘Overactive Imagination’ d’un "Individual Thought Patterns" très à l’honneur mais aussi avec ‘Suicide Machine’ et ‘Lake Of Comprehension’ du référentiel "Human". Enfin cette première partie en forme d’uppercut dans la tronche balance aussi des vieilleries comme l’enchainement ‘Leprosy/Left To Die’ et ‘Living Monstrosity’. Cette salve s’achève avec une reprise instrumentale de Slayer, le début de ‘Raining Blood’ enchainé à ‘Black Magic’, qui fait bien mal. Les quelques pauses permettent de souffler un peu et d’écouter un DiGiorgio bavard qui nous fait frissonner en nous rappelant le but de ce groupe. Il s’agit de rendre hommage à la vie et l’art de Chuck Schuldiner sans aucune arrière-pensée commerciale, juste pour l’amour de sa musique et pour qu’elle continue de vivre longtemps. Les discours de Steve sont tous appréciés et il aura même un mot sympathique pour la Belgique récemment touchée par des attentats.

La suite du concert est toute aussi explosive. Après rien moins que ‘Flattening Of Emotions’, ‘Spiritual Healing’ couplé à ‘Within The Wind’ et ‘Destiny’, le groupe se penche sur les dernières années de Death. Et cela fait encore plus mal, les deux heures de concert approchent doucement mais personne n’est lassé, la salle est brûlante et l'atmosphère devient humide petit à petit. Le quatuor, énorme, joue toujours aussi bien, avec une classe qui force le respect sans que jamais la technique ne prenne le pas sur l’émotion. ‘Symoblic’ et ‘Zero Tolerance’ rappellent à quel point l’album "'Symoblic" était en avance sur son temps en matière de death technique et intelligent. Enfin l’album "Sound Of Perseverance" n’est pas oublié, moins en vue il reste pourtant un petit chef-d’œuvre du groupe ,et chacun aura aimé entendre ‘Bite The Pain’ et ‘Spirit Crusher’.

Cela aurait pu être terminé mais le groupe ne l’entend pas de cette oreille et revient nous balancer trois rappels indispensables qui achèvent un public fatigué mais qui en redemande. Ainsi le retour sur le premier album est acclamé avec un formidable enchainement entre ‘Zombie Ritual’ et ‘Baptized In Blood’ dans un pur esprit death metal old school qui a écrit l’histoire du genre. Les hostilités prennent ensuite fin avec deux titres indispensables, ‘Crystal Moutain’ et ‘Pull The Plug’ qui achèvent en beauté un concert mémorable.



Death To All aura donné ce soir une prestation d’une immense qualité servie par des musiciens hors normes complétement au service de l’art de Chuck Schuldiner et à la commémoration de celui-ci. Cette date restera sans aucun doute dans les mémoires de toutes les personnes du public, les allures de champs de guerre de la salle et les visages rayonnants ne laissant guère de doute. Il nous reste à remercier une nouvelle fois Filip et son équipe pour leur accueil et pour nous permettre de suivre de si belles tournées sans avoir à effectuer de très longues distances.



Plus d'informations sur http://www.emptywords.org/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 7361
  • 7362
  • 7363
  • 7364
  • 7365
  • 7366
  • 7367
  • 7368
  • 7369
  • 7370
  • 7371
  • 7372
  • 7373
  • 7374
  • 7375
Haut de page
EN RELATION AVEC DEATH
DERNIERE CHRONIQUE
DEATH: The Sound Of Perseverance (1998)
5/5

DERNIERE ACTUALITE
Death: Vivus!
 
AUTRES ARTICLES
THE HAUNTED + POWERSTROKE - COURTRAI DE KREUN - 15 AVRIL 2016
C'est en un vendredi agréable de printemps que Music Waves s'est déplacé en Belgique pour assister au retour en force d'un grand nom de la scène thrash, The Haunted.
HARMONIC GENERATOR (06 AVRIL 2016)
En sortant "Flesh" - deuxième EP d'une tétralogie annoncée - Harmonic Generator poursuit sa route entre hard rock old school et stoner avec talent et conviction et a séduit Music Waves qui a décidé d'en savoir plus...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2022