MW / Accueil / Articles / COMPTE-RENDUS DE CONCERT - Mass Deathtruction Festival - Louvain La Neuve - 05 Décembre 2015
TITRE:

Mass Deathtruction Festival - Louvain La Neuve - 05 Décembre 2015


TYPE:
COMPTE-RENDUS DE CONCERT
GENRE:

BLACK METAL



Solidement installé dans le Brabant Wallon, le Mass Deathtruction propose pour sa huitième édition une affiche faisant la part belle au folk et au black métal.
NOISE - 22.12.2015 -
34 photo(s) - (0) commentaire(s)

Depuis 2008 le Mass Deathtruction festival met à l'honneur au cœur de la Belgique francophone le métal extrême sous toutes ses formes. Pour cette huitième édition, Pedro et son équipe frappent fort en invitant 12 groupes en ce 5 Décembre et pour corser le tout ils ont organisé une sorte de confrontation, amicale bien sûr, entre le folk et le black métal. En haut de l'affiche on retrouve deux formations majeures dans chaque style, Finntroll et Nargaroth,. Logiquement Music Waves ne pouvait pas manquer cet événement et c'est en fin de matinée que notre équipe débarque dans la superbe ferme du Biereau nichée au cœur de Louvain-la-Neuve. Le cadre - cette ferme toujours en activité- s'est modernisé et offre une salle chaleureuse, un grand hall idéal pour papoter entre metalleux, ainsi qu'une belle cour extérieure.

Le principe de la journée est assez simple, les groupes vont alterner selon le style, et tout démarre dès 11h45 avec Lemuria. Le festival est devenu incontournable, il affiche presque sold-out et le public est déjà très nombreux à se presser dans la salle pour accueillir la formation folk belge. Lemuria nous avait déjà faite forte impression au Kraken de Soignies début Novembre. De fait les retrouver fait plaisir et, servi par un son de grande qualité, une constante de la journée, le groupe va proposer une très bonne prestation. Musicalement ils évoluent dans un folk teinté de black jouant sur les ambiances avec les claviers. Et le groupe se taille un joli succès, notamment avec un excellent 'The Folk And The Crusade' folk à souhait qui remporte un franc succès ainsi qu'avec 'Crusher Of Souls', autre excellent titre endiablé.

Après ce très bon concert inaugural ce sont les Français de Dunkelnacht qui prennent le relais. Music Waves avait apprécié leur prestation lors du Gohelle Fest début Septembre et retrouver leur black toujours aussi glacial et haineux à souhait est un plaisir immense. Le groupe est parfait pour lancer les hostilités black métal. En 6 titres, dont 4 de "Revelatio" il instaure dans la salle une ambiance glaciale mais très envoûtante, le charisme de son chanteur Abagor y étant pour beaucoup. De plus, au-delà de la violence pure et dure le groupe joue sur les ambiances et propose un parfait mix entre violence et facette épique. Clairement Dunkelnacht est venu et a vaincu, il place d’emblée la barre très haut pour le black métal et même pour le festival.

Après cette tempête de glace le folk revient avec les Espagnols de Drakum ; originaires de Barcelone ils débarquent avec un folk très festif devant beaucoup à Korpiklaani. Le groupe compte un violoniste dans ses rangs et est très motivé pour en découdre : il va nous proposer un concert très dansant et d’une belle fraîcheur. Certes, les influences des grands du genre sont encore fortes mais l’aspect entraînant des chansons fait vite oublier ce détail. Le public va largement adhérer à ce concert où les aspects folk prennent le dessus, le violon tout comme la cornemuse étant bien mis en avant face aux guitares. En proposant ‘Drunk Troll’, ‘Whisky’ ou encore ‘Spirit’ il remporte un large succès. Avec Drakum nombreux sont ceux à avoir fait une belle découverte que l’on retrouvera avec plaisir sur d’autres dates.

La Belgique est à l’honneur pour la scène black : originaire de Gand, Saille déboule sur scène. Il a déjà 3 disques à son actif et évolue dans un black intense teinté d’atmosphérique et de symphonique. Le groupe va instaurer une ambiance de fin du monde et à la fois fasciner et glacer un public très attentif. La musique du groupe possède une puissance rare liée à une pureté fascinante, les claviers n’ôtent rien à ce sentiment de force et amènent un côté décadent au travers d’ambiances très prenantes. Des titres comme ‘Walpurgis’, ‘Maere’ ou encore ‘Haunter Of The Dark’ mettant bien en lumière cette capacité à sonner à la fois aérien et puissant. Les amateurs du genre auront fortement apprécié ce concert tandis que les novices auront fait une belle découverte, une de plus dans une journée très riche.

Retour au folk et toujours en Belgique avec les wallons d’Aktarum. Des surnoms des musiciens en passant par les titres d’albums et de chansons, il ne fait aucun doute que nous allons voyager en pays troll. Le groupe propose un folk très festif et entraînant ; certes encore une fois il n’y a rien de bien neuf, on voyage entre l’esprit pirate d’un Alestorm et l’esprit folk black d’un Finntroll. Mais le groupe dégage une sympathie et une fraicheur communicatives et on ne peut qu’adhérer à ses hymnes immédiats. Aktarum va réjouir un public qui se déchaîne de plus en plus au fur et à mesure de l’avancement de la journée et se laisse  convaincre que son folk bien speed - on pense parfois à une version moderne de Running Wild - est taillé pour la scène. Avec ce concert le folk frappe de nouveau fort et permet de prolonger le sans-faute de cette journée.

Avec Mor Dagor le Mass Deathtruction accueille sa première légende. Les Allemands œuvrent dans le black métal depuis près de 20 ans, avec à leur actif 5 albums tous taillés dans le meilleur du genre. Fort d’un "Redeemer" de très grande qualité, le groupe va nous balancer son black glacial et intense directement dans la figure comme un méchant uppercut. Ils ne font pas de quartier et prennent tout le monde à la gorge dans un concert d’une rare brutalité avec un côté martial impressionnant. En fait Mor Dagor arrive à être à la fois brûlant comme l’enfer et glacial à souhait. Il y a dans cette prestation un côté primitif assez jouissif qui met la violence à l’honneur. Avec de telles formations il ne fait guère de doute que le black métal a de beaux jours devant lui, ce concert fut une belle démonstration de toute l’âme féroce de l’art noir.

Avec Finsterforst l’Allemagne reste à l’honneur, cette formation folk à une dizaine d’années d’existence et 4 disques dont le petit dernier, "Mach Dich Frei", sorti début 2015. Le groupe chante en allemand et évolue dans un folk teinté de pagan et de black métal par le chant. Par son travail aux claviers et des ambiances plus sombres Finterforst rappelle un peu Finntroll avec une facette épique apportée par une superbe voix claire. L’ensemble sonnant parfois proche d’un viking métal à la Bathory. Et cela va donner un concert bien intense nous faisant voyager dans les terres du grand Nord au milieu d’un hiver rigoureux. Avec un titre comme ‘Lauf Der Welt’, extrait de son  premier album, le groupe fait preuve de sa capacité à bien mixer les ambiances, entre facette épique rapide et passages plus lents et sombres. Avec ce concert, la deuxième partie de la journée se lance idéalement et confirme un sans-faute remarquable pour chaque scène.



On reste en Allemagne avec la suite de la programmation black métal, Negator vient de Hambourg et a une histoire chaotique depuis ses débuts en 2003. Le line-up change régulièrement et seul Nachtgarm reste en poste au chant depuis le premier album. A l’image de Marduk le groupe joue un black guerrier, épique et très intense. Se basant lui aussi sur le chaos et la mort il va nous balancer 9 missiles à la gloire du mal le plus brutal sans faire de quartier. En 45 minutes Negator va atomiser un public sous le charme de cette brutalité. Car avec ‘The Last Sermon’, ‘Revelation 9.11’ ou encore ‘Bringer Of War’ et ‘Science Of Nihill’, il dispose de titres très forts, taillés dans le black métal le plus pur et le plus dur. Au chant, Nachtgarm impressionne par son charisme et sa voix haineuse à souhait. Clairement ce concert restera un grand moment de la journée et place la barre très haut pour les têtes d’affiche !

 

Tyr qui arrive peu de temps après en est une. Les Danois ont plus de 15 ans de carrière, une riche discographie et sont très attendus des amateurs de folk métal. Le groupe œuvre dans un folk plus métallique avec des passages épiques heavy que ne renierait pas Manowar ou Running Wild. Et logiquement on s’attend à passer un moment bien remuant à l’écoute de ce concert. Et tout cela démarre bien, ‘Blood Of Heroes’ est un tube énorme avec un excellent refrain et le public répond très favorablement. Mais au fur et à mesure de l'avancement du concert, l’ambiance retombe un peu, le groupe semble manquer un peu de puissance brute et peine à retrouver cette face épique qui fait dresser les poils sur les bras. Certes ‘Bye The Light Of The Nothern Starn’ et ‘Lady Of The Slain’ rencontrent un succès certain auprès des amateurs massés dans les premiers rangs mais derrière nombreux sont ceux à rester sur leur faim. Tyr a donné un concert en demi-teinte, le premier de cette journée, il nous a habitués à plus fort et plus épique et on espère que le groupe saura vite revenir en pleine forme.

 


Avec Nader Sadek on retrouve un groupe culte. Plus qu’un groupe c’est surtout le projet du musicien égyptien Nader Sadek que l’on retrouve sur scène ce soir. Projet car le line-up est très variable, et nombre de musiciens se sont associés à ce concept assez mystique teinté d’atmosphérique, de death métal et d’une pointe de post black. On retrouve ce soir deux chanteurs dont un déguisé assez étrangement sous une peau de bête masquant son visage. Il va régner sur ce concert une ambiance glauque et un peu malsaine tout à fait volontaire. L’ensemble est virulent, possède des côtés épiques mais peine à convaincre pleinement au-delà des initiés. Les deux chants sont aussi haineux l’un que l’autre mais au final manquent un peu de variations. Le projet est très ambitieux, assez intellectuel même, mais sur scène il n’est qu’en partie intéressant et convaincant quand on n’y a pas été initié.

 

Nargaroth déboule ensuite, en 20 ans de carrière les Allemands sont devenus une légende du style. Ils sont d’être la tête d’affiche de la scène black et ils vont faire honneur à ce statut. Précédés par une longue intro idéale pour plonger dans l’ambiance ils vont nous proposer une splendide heure de black brutal avec des moments épiques et atmosphériques et aussi mélodiques, le tout dans une ambiance pagan prenante. Et cette ambiance à la fois guerrière et épique est assez irrésistible. Au chant Kanwulf fait le boulot avec un charisme certain, son chant est haineux à souhait mais aussi ensorceleur. Et en laissant les atmosphères se développer, le groupe marque fortement un public attentif. Le groupe nous propose 7 titres tout taillés dans le meilleur de son art, on pensera à ‘Sommer’ tiré de "Jahreszeiten" ou encore ‘Possessed By Black Fucking Metal’ de leur premier album. Ce concert épique à souhait clôt en beauté une très belle programmation black métal et prépare de la meilleure des manières le grand final de la journée.

 

Le bouquet final est assuré par un grand du genre, les finlandais de Finntroll sont dans la place et sont très attendus par un public guère fatigué de cette longue journée. Il faut dire qu’en matière de folk teinté de black Finntroll est un des meilleurs du genre avec une solide discographie dont le plus récent, "Blodsept", irrésistible. Le groupe va nous balancer ainsi une excellente heure de concert revenant sur 5 de ses 6 albums et mettant logiquement à l’honneur le petit dernier. Musicalement Finntroll a évolué ces dernières années, sa face sombre, plus black et même un peu death métal a pris le pas sur le folk pur et dur et joyeux. Le début du concert confirme cela avec ‘Blodsvept’ et ‘Mordminnen’, sombres à souhait, qui nous plongent dans une noirceur semblant sans limites. Au cours du concert le groupe accélère le rythme et met le feu à salle avec une facette folk plus présente et irrésistible ‘Nattfödd’, ‘Slaget Vid Blodsälv’ et l’énorme ‘Trollhammaren’ font un malheur et montrent la belle capacité de Finntroll à équilibrer sa face sombre et mystérieuse avec sa facette festive. Le public ne s’y trompe pas et se lâche complétement dans les premiers rangs. Au chant Vreth impressionne à la fois par son charisme et son chant envoûtant et puissant. En fin de concert l’excellent ‘Jaktens Tid’ et les plus récents ‘Under Bergets Rot’ et ‘Häxbrygd’ achèvent tout le monde en beauté. Avec ce concert Finntroll a frappé fort, il prouve qu’il reste l’un des meilleurs représentants du genre, il évite l’écueil du trop festif et en mettant sa face sombre à l’honneur il se donne un fort supplément d’âme.

 

Ceci achève une très belle édition du Mass Deathtruction, le public repart fourbu et heureux et chacun attendra sans doute avec impatience la prochaine édition. Il nous reste à remercier Pedro et son équipe pour leur accueil, leur sympathie et leur travail formidable au service du métal extrême. Tout ceci fait clairement du Mass Deathtruction un des meilleurs festivals consacrés à l’art noir.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/officialfinntroll/
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 6310
  • 6311
  • 6312
  • 6313
  • 6314
  • 6315
  • 6316
  • 6317
  • 6318
  • 6319
  • 6320
  • 6321
  • 6322
  • 6323
  • 6324
  • 6325
  • 6326
  • 6327
  • 6328
  • 6329
  • 6330
  • 6331
  • 6332
  • 6333
  • 6334
  • 6335
  • 6336
  • 6337
  • 6338
  • 6339
  • 6340
  • 6341
  • 6342
  • 6343
Haut de page
EN RELATION AVEC FINNTROLL
DERNIERE CHRONIQUE
FINNTROLL: Vredesvävd (2020)
5/5

Finntroll sort revigoré d'un long silence et propose avec "Vredesvävd" un folk metal teinté de black qui ne fait pas de quartier, sans oublier le côté festif qui a fait sa légende.
DERNIERE ACTUALITE
FINNTROLL: Les détails sur 'Vredesvävd'
 
AUTRES ARTICLES
MATMATAH (14 OCTOBRE 2015)
Bien que toujours officiellement séparés, les Matmatah sortent un magnifique coffret "Antaology", Music Waves a rencontré Tristan "Stan" Nihouarn pour en savoir plus...
MASS HYSTERIA (26 NOVEMBRE 2015)
Avec "Matière Noire", Mass Hysteria sort vraisemblablement son chef-d'œuvre. Malgré tout, cette œuvre cache un lourd secret que Music Waves vous livre tout le long de cette interview fleuve...
 

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2021