MW / Accueil / Articles / INTERVIEWS - SMASH HIT COMBO (07 AOUT 2015)
TITRE:

SMASH HIT COMBO (07 AOUT 2015)


TYPE:
INTERVIEWS
GENRE:

METAL FUSION



Music Waves vous présente plus en détail Smash Hit Combo, véritable phénomène avec son "rapcore" sortant des sentiers battus, ...
STRUCK - 23.09.2015 -
2 photo(s) - (0) commentaire(s)

Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

"Playmore, ça fait un peu penser à Pleymo... C’est voulu ?". Même si dans le fond, c'est drôle, on a parfois l'impression que les gens qui nous la sortent considèrent qu'ils sont les seuls a l'avoir trouvé et surtout que c'est un détail important... C'est dommage.

Créé en 2004, "Playmore" est le troisième effort de Smash Hit Combo. Musicalement le combo propose une fusion détonante qui mixe rap, métal, hardcore et aspects techniques proches de la scène djent. D’ailleurs, on est surpris par votre facilité à tout mêler. Le flow rap est très fluide et se marie bien au chant hardcore et à une rythmique implacable proche du djent. Première question, qu’est-ce qui vous a amené à proposer cette musique fruit de cette rencontre peu banale entre des formations très éloignées à la base ?

C'est une volonté ferme de notre part de mêler des genres qui n'ont a priori rien à voir. On est toujours à l’affût des évolutions du metal depuis qu'on en écoute. Dans le cas de Playmore, on n’a pas foncièrement voulu en faire un pur disque de djent, on a juste tenté d’assimiler ce qu'on jugeait intéressant dans le style, puis on l'a intégré à ce qu'on savait déjà faire. Comme ce fut le cas avec le Deathcore pour "Reset".
Concernant le rap, c'est un élément qui est présent depuis le début, et à chaque évolution qu'entame le groupe, les phrasés et les flows suivent également.
D'ailleurs au niveau du rap, Paul et Max ont également cherché de nouvelles idées dans les styles émergents : Il y a un peu de Trap et de Grime à certains endroits, entre autres.




Cette fusion vivace dans les années 90, on a tous en tête Ice T et Body Count ou Run DMC avec Aerosmith et Public Enemy et Anthrax, avez-vous été influencés par cette vague, ou tout cela es-ilt trop vieux et il faut chercher leurs racines ailleurs dans des formations plus récentes ?

Cette vague là, oui, mais surtout celle qui a suivi : Limp Bizkit, Pod, Hed PE... Les groupes que tu as cités étaient des précurseurs, mais ils font bien partie de nos premiers amours musicaux, je pense même que c'est ceux-là qui transpirent le plus dans ce que tu tentes de construire en tant que musicien, même si on fait tout pour éviter de s'enfermer dans un style qui a déjà tout prouvé.

A cet égard, même si le terme de rap metal est réducteur bien sûr, mais finalement, il définit bien ce qu’on peut ressentir à l’écoute de ce disque. Non pas un clone quelconque de Limp Bizkit ou RATM mais bien une fusion rap et metal dans le sens noble du terme, comme si IAM ou Assassin croisaient le fer avec Meshuggah. Validez-vous ces comparaisons ?

Ça nous va très bien. Bien sûr, Le rap/metal c'est la colonne vertébrale du groupe, mais notre objectif est aussi de faire transparaître d'autres influences, et le plus originales elles sont, mieux c'est.

En fait quelles sont vos influences principales, Meshuggah, Veil Of Maya ou encore Periphery pour la face metal ?

Il y a un peu de ça, il y a également beaucoup de Northlane, d'After the Burial, de Volumes, de Dillinger Escape Plan... la liste est ultra longue. Au niveau des cris, on a plutôt été voir du coté de groupes comme Sworn In, While She Sleeps, Of Mice and Men.

De même en rap, nous sommes loin, très loin même d’un Sexion d’Assaut et de ses tristes sires qui évoluent en solo. Vos paroles et vos thèmes sont plus mûrs, proches des préoccupations des jeunes générations mais sans tomber dans les clichés classiques du genre. C’est important pour vous de soigner les thèmes de vos chansons et surtout d’éviter les thèmes trop classiques ?

Oui, assurément, même si le choix des thèmes et la façon de les aborder est en définitive très impulsif et pas trop sujet a une réflexion ultra-poussée.
Cependant il y a pas mal d’écueils qu'on prend soin d'éviter : par exemple pas de politique ou de militantisme, pas de trucs mièvres à la Maitre Gims (justement) et d'histoire d'amour à l'eau de rose. On fait aussi attention au niveau de langage, ça doit rester simple et direct, un peu sale même. Le propos doit également rester direct, simple et honnête.

Comment réagit le public en concert, le public metal n’est pas trop déstabilisé par les aspects hip-hop ?

J'imagine que plus le temps passe, moins il a de raison de l'être... Après, oui, il y a souvent quelques personnes qui viennent avec un certain a priori, mais on s'applique a rendre le show assez intense pour que même eux réalisent que le hip-hop peut lui aussi te donner envie de mettre des pains dans les murs. Après il y a bien les haters de l'extrême qui trouveront de toute manière que c'est une hérésie, mais eux ils restent derrière leurs ordinateurs... Et c'est bien dommage.

D’ailleurs ce public, comment-est-il composé ?

Il y a vraiment de tout : des metalleux new-school et old-school, des gens de tous âges et de tous horizons, j'imagine qu'une grosse portion se trouve quand même dans les 15-25 ans mais au final ça ne fait aucune différence. Dans l'absolu, on tient à ce que notre musique ne soit pas formatée pour un seul style de fan, on fait  ce qu'on peut pour fédérer tout le monde.





Avez-vous réussi à vous faire un nom au-delà de la sphère métallique en attirant un public rap ? En clair, aviez-vous conscience de la difficulté de la tâche à laquelle vous vous exposiez dans la mesure où les carcans musicaux sont très solides. Même les grands noms comme RATM ou Limp Bizkit ont eu du mal à durer ou à éviter les commentaires désobligeants de la part de fans peu ouverts, avez-vous déjà été confrontés à ce genre d’attitude hostile ?

Oui bien évidemment, surtout en France, où on aime beaucoup, parler, discuter et commenter ce qui se fait de nouveau (souvent bien plus que faire soi-même quelque chose). Quand on parle de nous dans les sphères « hors metal » les réactions sont souvent très extrêmes : le premier commentaire va dire « Whoah c'est trop bien je savais pas qu'on pouvait faire ça » à « C'est infâme, j'ai vomi » … Au final les deux nous plaisent, l'important c'est de provoquer quelque chose.
Concernant le public rap, il est encore plus difficile de se faire accepter quand il y a des cris que dans le metal quand il y a du rap... la violence de la musique est quand même à 40 000 km de ce qu'on entend dans le hip-hop. Mais il ne faut jamais dire jamais...


Pensez-vous qu’à l’heure du succès commercial du rap, Smash Hit Combo a ses chances « commerciales » auprès du grand public et notamment avec un titre mélancolique comme ‘Quart de Siècle’ qui possède un réel potentiel commercial, grâce à des paroles dont la profondeur le distingue de la scène rap française classique ?

C'est vrai que 'Quart de Siècle' est une expérience plutôt concluante, c'est un morceau dont on est très fiers. Concernant son potentiel commercial ... on pourrait penser qu'il intéresserait des gens moins portés sur la violence, mais on ne croit pas trop a son entrée en rotation sur Virgin Radio (Rires). En France on est encore trop frileux sur ce genre de sonorités. Par contre, à l'étranger, le succès de groupes comme Issues prouve que c'est tout a fait possible, même si leur musique est un grand écart encore plus extrême que le nôtre.

En clair, quelles ambitions avez-vous pour votre musique ?

On veut notre musique pertinente, actuelle et authentique. Qu'elle nous permette d'exister aux yeux du public, mais en même temps qu'elle reste personnelle et impulsive. Dans le même temps on s'applique à rester en perpétuelle mutation, on ne fera jamais deux fois le même album et si c'était le cas, ça serait sûrement le dernier. Tant qu'on veut nous voir en concert et qu'on puisse aller le plus loin possible, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.


Qu’attendez-vous de cet album ?

Qu'il marque un point fort dans l'évolution et la carrière du groupe, je ne sais pas si on peut le considérer comme l'album de la maturité, mais les retours qu'on en a nous ouvrent pas mal de portes pour la suite, on a encore pleins d'idées à explorer et on commence déjà a penser au prochain. On attend également qu'il nous permette de capter l'attention de plus de gens.


Comment s’est passé votre rencontre avec Dooweet ? Est-ce que vous êtes fiers de faire partie de cette écurie ? Et quel est son apport dans votre carrière actuelle et future ?

Très contents, on n'avait jamais travaillé avec ce genre d'organisme avant et ils sont pour beaucoup dans le succès critique de l'album.


Quelle est la prochaine étape ?

On part au Québec fin Août, ensuite on a plusieurs dates en France et en Allemagne, puis on part en Russie à la Toussaint. Ensuite nous tournons avec The Arrs qui sortent leur nouvel album cet automne. Et en 2016 ça continue...


La chronique de Music Waves conclut par « Avec ce premier album très réussi, Slovenly World rejoint une armée hexagonale extrême avec puissance et fracas. "Between Clouds And Earth" est une belle carte de visite qui devrait permettre au groupe de rapidement se faire connaitre. ». Qu’en pensez-vous, en clair, quelles sont vos ambitions en tant que groupe ?

On ne connait pas Slovenly World mais on leur souhaite beaucoup de courage et un beau succès pour leur premier album (Sourire)


Question traditionnelle de Music Waves, quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Se retrouver à l'autre bout de la planète, jouer devant des gens qui aiment ce que tu fais, se dire qu'autant de travail et de concessions valaient vraiment la peine.


Au contraire le pire ?

Rentrer a la maison, sortir du camion, dans le mal et la fatigue absolue, retourner directement au travail.





On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

« Quand est-ce que vous inscrivez vos chanteurs au Rap Contenders ? » on répondrait « pour leur anniversaire ...»


Le mot de la fin aux lecteurs de Music Waves ?

« Merci de nous lire et de nous écouter, on vous prend tous a Street Fighter en concert »


Merci à Noise pour sa contribution...



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/shc.officiel
 
(0) COMMENTAIRE(S)  
 
 
Haut de page
 
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 5574
  • 5575
Haut de page
EN RELATION AVEC SMASH HIT COMBO
DERNIERE CHRONIQUE
SMASH HIT COMBO: L33t (2017)
4/5

Smash Hit Combo choisit de passer à l'anglais pour un résultat brillant, parfait pour les amateurs du son des débuts de Linkin Park.
DERNIERE ACTUALITE
SMASH HIT COMBO : Nouvelle vidéo
 
AUTRES ARTICLES
RAISMES FEST 2015 - 11 ET 12 SEPTEMBRE 2015
Pour sa 17ème édition le festival nordiste a mis les petits plats dans les grands avec une affiche hard rock de grande qualité et son lot de groupes confirmés et de belles découvertes.
THE MORGANATICS (26 JUIN 2015)
Rencontre et interview du groupe 'The Morganatics' pour la sortie de leur second album chez Paulette
 

"Découvrez le nouveau clip de Michaelle Dioni"

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
© Music Waves | 2003 - 2024